Bertrand Tavernier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tavernier.

Bertrand Tavernier, né le à Lyon, est un réalisateur, scénariste, producteur et écrivain français, président de l'Institut Lumière. Il est le père du réalisateur et comédien Nils Tavernier et de la romancière Tiffany Tavernier.

Fils de l'écrivain et résistant lyonnais René Tavernier, il fut d'abord assistant-réalisateur, attaché de presse et critique avant de passer à la mise en scène avec L'Horloger de Saint-Paul, film à la base d'une longue collaboration avec l'acteur Philippe Noiret (Que la fête commence, Le Juge et l'assassin, Coup de torchon, La Vie et rien d'autre, La Fille de d'Artagnan) et son premier succès critique. Éclectique, il a abordé plusieurs genres cinématographiques, de la comédie dramatique (Un dimanche à la campagne, Daddy Nostalgie) au film de guerre (Capitaine Conan) en passant par le film historique (Laissez-passer, La Princesse de Montpensier) ou le polar (L.627, L'appât). Plusieurs de ses films ont été récompensés, en France et à l'étranger (dont Autour de minuit qui remporta un Oscar et fut nommé aux Golden Globes).

Cinéphile passionné, il a écrit plusieurs ouvrages importants sur le cinéma américain notamment, donné de nombreuses conférences et participe régulièrement à des bonus DVD. Dans les années 1960, il fut l'un des premiers à aller interviewer des réalisateurs étrangers et à analyser thématiquement leurs filmographies[1]. Outre les metteurs en scène connus, tels John Ford, Raoul Walsh ou John Huston, il contribua à faire connaître en France Delmer Daves, André De Toth ou Budd Boetticher (dont il programmait les films avec son ciné-club, le « Nickel Odéon ») et participa, entre autres avec Martin Scorsese, à la redécouverte de l’œuvre de Michael Powell. En outre, il engagea pour ses films des scénaristes français des années 1950 comme Jean Aurenche ou Pierre Bost.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de Bertrand publia clandestinement de grandes plumes comme Aragon, qui vécut pendant la seconde guerre mondiale avec son épouse Elsa Triolet au-dessus du domicile des Tavernier. Selon Bertrand Tavernier, c'est pour sa mère que fut écrit l'un des plus beaux poèmes d’Aragon[2].

C’est d'ailleurs Aragon qui donna à Bertrand Tavernier l’occasion d’un très beau « coup de presse » en lui accordant d’écrire en 1965 un article sur Pierrot le fou de Jean-Luc Godard.[réf. nécessaire]

Il a fait ses débuts dans le cinéma comme assistant de Jean-Pierre Melville (Léon Morin, prêtre), expérience qu'il évoque dans le documentaire Sous le nom de Melville réalisé par Olivier Bohler.

Comme critique cinématographique, il collabore dans les années 1960 à plusieurs revues : Les Cahiers du cinéma, Cinéma, Positif, Présence du cinéma, etc.

Il se démarque des réalisateurs de sa génération par la volonté de redonner une place primordiale à une narration passée à la trappe à la fin des années 1950. Il redonne ainsi leur chance à de grands scénaristes et dialoguistes restés sur le bord du chemin, principalement à Jean Aurenche et Pierre Bost (« bêtes noires », avec le réalisateur Claude Autant-Lara, de François Truffaut dans son article Une certaine tendance du cinéma français). Grand cinéphile, il fait redécouvrir des auteurs comme Jean-Devaivre dont il adaptera l'autobiographie dans son film Laissez-passer. Si son goût le porte parfois vers les « films à costumes », il ne s'éloigne jamais des préoccupations contemporaines et son art reste profondément enraciné dans notre époque.

Bertrand Tavernier exprime, au gré de ses films, son aversion contre les injustices, son engagement contre la guerre, le racisme, les côtés sombres du colonialisme, la peine de mort et son combat contre les travers de nos sociétés contemporaines : délinquance, violence, chômage, misères physique et affective, drogue, sida, , etc..

Certains longs métrages plus apaisés ou nostalgiques sont, à plusieurs reprises, imprégnés de la figure du père ou du temps qui passe et que l'on ne peut retenir (Un dimanche à la campagne, Daddy nostalgie).

Pour le réalisateur, la musique n'est jamais comme plaquée et fait toujours corps avec l'image. Dans ses premiers films tout particulièrement, une importante scène musicale ponctue le film et annonce un drame imminent : un chanteur des rues (Le Juge et l'Assassin), la scène de la guinguette (Un dimanche à la campagne) etc.

Ses amitiés et fidélités professionnelles donnent aussi un ton à son cinéma : Aurenche et Bost mais aussi Alain et Philippe Sarde, Marc Perrone, Philippe Noiret, Philippe Torreton et, plus tard, Jacques Gamblin.

De manière paradoxale, sa filmographie, aux sujets et aux traitements très divers, reste tiraillée entre sa défense pour un cinéma français fort et indépendant et sa fascination pour une certaine culture nord-américaine[réf. nécessaire].

Producteur (sa société se nomme Little Bear production), il exerce aussi des activités associatives (président de l'Institut Lumière, à Lyon).

Bertrand Tavernier est le père de Nils Tavernier, également réalisateur, mais aussi comédien, et de la romancière Tiffany Tavernier. Il a connu au lycée Volker Schlöndorff, devenu depuis parrain de son fils.

Il est un hôte assidu de Sainte-Maxime, dans la villa familiale, depuis sa plus tendre enfance.

Ses admirateurs le surnomment « Tatave »

En février 2012, il est choisi pour présider la 2e Cérémonie des Magritte du cinéma, qui récompense le cinéma belge. Le 28 février 2013, il est invité pour une journée spéciale sur France-Musique.

En mars 2013, il est le parrain des 50 ans des cinémas Studio à Tours, le plus grand complexe de cinémas indépendants « art et essai » de France.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Année Titre du film En tant que Détails
1964 Les Baisers Réalisateur Film à sketches. Réalisation du deuxième segment, Baiser de Judas.
1964 La Chance et l'Amour Réalisateur Film à sketches. Réalisation du segment Une chance explosive.
1967 Coplan ouvre le feu à Mexico Scénariste Réalisé par Riccardo Freda.
1968 Capitaine Singrid Scénariste Réalisé par Jean Leduc, avec Robert Woods.
1974 L'Horloger de Saint-Paul Réalisateur, Scénariste D'après le roman de Georges Simenon, coécrit avec Jean Aurenche et Pierre Bost. Avec Philippe Noiret.
1975 Que la fête commence... Réalisateur, Scénariste Coécrit avec Jean Aurenche. Avec Philippe Noiret, Jean-Pierre Marielle et Jean Rochefort.
1976 Le Juge et l'Assassin Réalisateur, Scénariste Coécrit avec Jean Aurenche et Pierre Bost. Avec Philippe Noiret et Michel Galabru.
1977 Des enfants gâtés Réalisateur, Scénariste Avec Michel Piccoli, Christine Pascal, Michel Aumont et Gérard Jugnot.
1977 La Question Producteur Réalisé par Laurent Heynemann, avec Nicole Garcia et Jacques Denis.
1980 La Mort en direct Réalisateur, Scénariste, Coproducteur D'après une nouvelle de David Compton. Avec Romy Schneider et Harvey Keitel.
1980 Une semaine de vacances Réalisateur, Scénariste, Producteur Avec Nathalie Baye et Gérard Lanvin.
1981 Coup de torchon Réalisateur, Scénariste D'après une nouvelle de Jim Thompson, coécrit avec Jean Aurenche. Avec Philippe Noiret et Isabelle Huppert.
1983 Ciné Citron Réalisateur Court-métrage.
1983 La 800ème génération Réalisateur, Scénariste Court-métrage.
1983 Pays d'octobre (Mississippi Blues) Réalisateur, Scénariste, Producteur Documentaire coréalisé avec le cinéaste américain Robert Parrish.
1983 La Trace Scénariste, Producteur associé Réalisé par Bernard Favre, avec Richard Berry.
1984 Un dimanche à la campagne Réalisateur, Scénariste, Producteur D'après une nouvelle de Pierre Bost, coécrit avec Colo Tavernier. Avec Michel Aumont et Sabine Azéma.
1986 Autour de minuit ('Round Midnight) Réalisateur, Scénariste Avec Dexter Gordon, François Cluzet et Christine Pascal.
1987 La Passion Béatrice Réalisateur Scénarisé par Colo Tavernier. Avec Bernard-Pierre Donnadieu et Julie Delpy.
1987 Les mois d'avril sont meurtriers Scénariste Réalisé par Laurent Heynemann, avec Jean-Pierre Marielle.
1989 La Vie et rien d'autre Réalisateur, Scénariste Coécrit avec Jean Cosmos. Avec Philippe Noiret et Sabine Azéma.
1990 Daddy nostalgie Réalisateur, Dialoguiste Coécrit avec Colo Tavernier. Avec Dirk Bogarde et Jane Birkin.
1991 Contre l'oubli Réalisateur Film à sketches réalisé par 32 réalisateurs français. Réalisation du segment Pour Aung San Suu Kyi, Myanmar.
1991 Der grüne Berg Scénariste Documentaire coécrit avec Pierre Bost, réalisé par Fredi Murer.
1992 La Guerre sans nom Réalisateur, Scénariste Documentaire, coécrit avec Patrick Rotman, sur les appelés de la guerre d'Algérie.
1992 L.627 Réalisateur, Scénariste Coécrit avec Michel Alexandre. Avec Didier Bezace, Jean-Paul Comart, Charlotte Kady et Jean-Roger Milo.
1994 La Fille de d'Artagnan Réalisateur, Scénariste Coécrit avec Jean Cosmos. Avec Philippe Noiret et Sophie Marceau.
1994 Veillées d'armes Producteur Documentaire réalisé par Marcel Ophüls.
1995 L'Appât Réalisateur, Scénariste Coécrit avec Colo Tavernier. Avec Marie Gillain, Bruno Putzulu et Olivier Sitruk.
1996 Capitaine Conan Réalisateur, Scénariste Coécrit avec Jean Cosmos. Avec Philippe Torreton et Samuel Le Bihan.
1997 Fred Producteur exécutif Réalisé par Pierre Jolivet, avec Vincent Lindon.
1999 Ça commence aujourd'hui Réalisateur, Scénariste Coécrit avec Tiffany Tavernier et Dominique Sampiero. Avec Philippe Torreton.
2001 Histoires de vie brisées : les "double peine" de Lyon Réalisateur Coréalisé avec Nils Tavernier.
2001 Pas d'histoires Producteur Film à sketches sur le racisme au quotidien.
2001 Mon père, il m'a sauvé la vie Scénariste Réalisé par José Giovanni, avec Bruno Cremer.
2002 Laissez-passer Réalisateur Avec Jacques Gamblin et Denis Podalydès.
2004 Holy Lola Réalisateur, Scénariste Coécrit avec Tiffany Tavernier et Dominique Sampiero. Avec Jacques Gamblin et Isabelle Carré.
2008 Lucifer et moi Scénariste Réalisé par Jean-Jacques Grand-Jouan, avec Jean-François Balmer.
2009 Dans la brume électrique (In the Electric Mist) Réalisateur Adapté d'un roman de James Lee Burke. Avec Tommy Lee Jones et John Goodman.
2010 La Princesse de Montpensier Réalisateur, Scénariste Coécrit avec Jean Cosmos, d'après la nouvelle de Madame de La Fayette. Avec Mélanie Thierry et Lambert Wilson.
2013 Quai d'Orsay Réalisateur, Scénariste D'après la bande dessinée Quai d'Orsay. Avec Niels Arestrup et Thierry Lhermitte.

Télévision[modifier | modifier le code]

Acteur ou intervenant[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En 1970, il publia avec Jean-Pierre Coursodon 30 ans de cinéma américain (éd. C.I.B.), qui est considéré par beaucoup de cinéphiles comme la bible française sur ce sujet. L'ouvrage connaît une nouvelle édition en 1991 sous le titre 50 ans de cinéma américain (éd. Nathan), puis est révisé et mis à jour en 1995 (éd. Nathan, coll. Omnibus) sous le même titre. En décembre 2012, il annonce dans les commentaires de son blog préparer une troisième édition sous le titre de 70 ans de cinéma américain.

Tavernier participe à l'émission de radio hebdomadaire Cinéfilms sur France Inter.

  • Jean-Pierre Coursodon et Bertrand Tavernier, 30 ans de cinéma américain, Paris, éditions C.I.B., 1970, 675p ;
  • Jean-Pierre Coursodon et Bertrand Tavernier, 50 ans de cinéma américain, Paris, éditions Nathan, 1991, 1246p, (ISBN 2.09.241002.4) ;
  • Bertrand Tavernier, Qu'est-ce qu'on attend?, Paris, Éditions du Seuil,‎ 1993, 259 p. (ISBN 978-2020203012) ;
  • Bertrand Tavernier, Amis Américains : Entretiens avec les grands Auteurs d'Hollywood, Coédition Institut Lumière/Actes Sud, 1993, 828p, (ISBN 2-7427-0056-0) ;
  • Dominique Sampiero, Tiffany Tavernier, et Bertrand Tavernier, Ça commence aujourd'hui, Paris, Éditions Mango,‎ 1999, 97 p. (ISBN 978-2842701352) ;
  • Patrick Rotman et Bertrand Tavernier, La Guerre sans nom : Les appelés d'Algérie 54-62, Paris, Éditions du Seuil,‎ 2001, 305 p. (ISBN 978-2020146203) ;
  • Michel Mercier et Bertrand Tavernier, La vie en couleur ! : Centenaire de l'Autochrome Lumière, plaques autochromes Lumière 1904-1935 ;, Lyon, France, Institut Lumière,‎ 2004, 56 p. (ISBN 978-2909870021) ;
  • Bertrand Tavernier, Pas à pas dans la brume électrique, Paris, Éditions Flammarion,‎ 2009, 267 p. (ISBN 978-2081233119) ;
  • Bertrand Tavernier, La princesse de Montpensier, Paris, Éditions Flammarion,‎ 2010 (ISBN 978-2081245884).

Distinctions[modifier | modifier le code]

Berlinale
Festival de Cannes
BAFTA Awards
Césars du Cinéma
Prix Louis-Delluc

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références
  1. Tavernier B., Amis Américains, entretiens avec les grands auteurs d'Hollywood, Arles, Institut Lumière/Actes Sud, 2008, p. 25
  2. Interview de B. Tavernier par Laurent Ruquier dans l’émission On va s'gêner du 31 janvier 2013 à Angoulême.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Danièle Bion, Bertrand Tavernier : cinéaste de l'émotion. Paris : Bibliothèque du cinéma, coll. « 5 continents », 1984.
  • Jean-Luc Douin, Tavernier. Paris : Mensuel cinéma, coll. « Cinégraphique », 1988.
  • Jean-Luc Douin, Bertrand Tavernier. Paris : Ramsay, coll. « Ramsay Biograph », 1999.
  • Jean-Luc Douin, Bertrand Tavernier, cinéaste insurgé. Paris : Ramsay, coll. « Poche cinéma », 2006.
  • Jean-Dominique Nuttens, Bertrand Tavernier, Rome : Gremese, coll. « Les grands cinéastes », 2009.
  • Jean-Claude Raspiengeas, Bertrand Tavernier, Paris : Flammarion, 2001.
  • Noël Simsolo et Bertrand Tavernier, Le Cinéma dans le sang, Paris : Écriture, coll. « Essais et entretiens », 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :