Raphaël Mezrahi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Raphaël Mezrahi est un humoriste et acteur français, né le 24 mars 1964 à Sousse en Tunisie. Il s'est fait connaître en réalisant des interviews décalées.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1965, Raphaël Mezrahi arrive en France à Troyes dans l'Aube[1].

Après avoir passé un DUT de technique commerciale, des études de commerce international, un DEUG d'histoire de l'art et enfin une licence de cinéma, Raphaël Mezrahi travaille comme représentant de commerce puis entre comme stagiaire chez TF1. Il travaille d'abord comme documentaliste, puis comme journaliste notamment pour l'émission Tout est possible de Jean-Marc Morandini. Il devient même directeur de casting pour Super sexy avant d'intégrer l'équipe de l'émission Caméra indiscrète de Nagui, émission dans laquelle il révèle ses talents de piégeur[2].

Raphaël Mezrahi se fait ensuite connaître du grand public en piégeant de nombreuses célébrités : jouant le rôle d'Hugues Delatte, un jeune journaliste dépassé (sorti bon dernier de sa promotion d'école, comme Coluche dans Inspecteur la Bavure), aux questions et à l'attitude hors de propos (à l'image de l'interview de Françoise Sagan par Pierre Desproges), il fait 136 victimes, tantôt amusées, parfois jusqu'au fou rire, tantôt agacées par le comportement incongru de leur intervieweur. C'est en 1992 qu'il tourne la première interview avec la réalisatrice Christine Eymeric[3]. Ces interviews sont d'abord diffusées sur TF1 en 1995 dans l'émission Osons de Patrick Sébastien puis de 1996 à 1998 dans Nulle part ailleurs sur Canal+.

Par la suite il présente, en 1998 durant quelques mois, La Grosse émission sur la chaîne Comédie !, avec Les Robins des Bois. Mezrahi rejoint ensuite Laurent Ruquier dans l'émission On va s'gêner sur Europe 1 puis dans l'émission On a tout essayé sur France 2 dès 2001. Étant trop connu en France pour piéger de nouvelles célébrités, il s'attaque aux vedettes étrangères par exemple Brad Pitt[4]. Au début des années 2000 sortent en vidéo des compilations de ses interviews. En 2002, sur France 3 (le week-end à 20h25), il coprésente avec une certaine Irène Cazu, une mamie de 70 ans, un programme reprenant ses interviews[5].

En 2002, il joue avec des membres de la bande à Ruquier la pièce La presse est unanime. Par la suite il se lance dans le one-man show, avec les spectacles Je débute puis Je m'entraîne en 2002 puis J'crois qu'j'suis au top en 2004. En 2005, il fait comme Jean-Marie Bigard le Stade de France mais lui se contente du petit auditorium.

En mars 2007, il coanime sur Discovery Channel, avec sa concubine Christine et depuis leur maison de Troyes, une série d'émissions consacrées au jardinage intitulée Les carottes, ça a des poils comme la chanson qu'il a sortie en 1999.

En 2007, il est aussi l'auteur du livre Préfaces imaginaires où il préface des ouvrages tels que Les misérables, le Code civil ou le Nouveau Testament[6].

Il crée en mai 2008 au Théâtre du Rond-Point le spectacle théâtral et musical Monique est demandée caisse 12 qu'il joue avec Fanny Valette, Danièle Gilbert, Nicole Monestier, Dani ou encore Jean-François Gallotte[7]. Le spectacle se poursuit la saison suivante au Théâtre des variétés à partir de mai 2009, avec une distribution changeante, Ginette Garcin et Évelyne Leclercq rejoignant par exemple le spectacle tout comme, certains soirs, des invités vedettes[8]. En mai 2010, le spectacle passe à La Cigale[9]

Durant la saison 2009-2010, il intervient dans l'émission Studio Europe 1 de Michel Drucker sur Europe 1. Il réalise notamment des sujets dans lesquels il interroge une certaine Mauricette de Charenton-le-Pont sur l'actualité culturelle.

En septembre 2010, il intervient à l'antenne de France Inter dans la chronique « Le billet de… » diffusée du lundi au vendredi à 8 h 55. Cette chronique est stoppée au bout de 2 semaines[10].

Parallèlement à ces multiples activités, il joue quelques petits rôles au cinéma ou à la télévision.

En janvier 2014, il soutient la candidature d'Anne Hidalgo à Paris[11].

Vidéographie[modifier | modifier le code]

DVD[modifier | modifier le code]

  • Les interviews :
    • 26 interviews, vol. 1, 2001
    • 24 interviews, vol. 2, 2001
  • Les inédits :
    • Interviews inédites, vol. 1, 2001
    • Interviews inédites, vol. 2, 2002
  • Le coffret :
    • Les interviews, l'intégrale, coffret 3 DVD, 2002

VHS[modifier | modifier le code]

  • Les interviews :
    • 13 interviews, vol. 1, 2001
    • 13 interviews, vol. 2, 2001
    • 12 interviews, vol. 3, 2001
    • 12 interviews, vol. 4, 2001
  • Les inédits :
    • Interviews inédites, vol. 1, 2001
    • Interviews inédites, vol. 2, 2002
  • L'intégrale :
    • Les interviews, l'intégrale, coffret 5 VHS, 2002

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • C'est toujours ou jamais... et vice versa, Michel Lafon, 2002, 190 pages, (ISBN 2-84098-865-8)
  • Préfaces imaginaires, JC Lattès, 2007, 175 pages

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Raphaël Mezrahi », sur lexpress.fr,‎ 4 mars 2008
  2. (fr) « Biographie », sur evene.fr
  3. (fr) « Portrait », sur lepoint.fr,‎ 25 janvier 2007
  4. (fr) « Brad Pitt piégé par Raphaël Mezrahi », sur leparisien.fr,‎ 18 décembre 2001
  5. Interview TV Magazine 3 février 2002
  6. (fr) « Raphaël Mezrahi : Mais qu'est-ce qu'il fait là, lui? », sur lci.fr,‎ 12 novembre 2007
  7. (fr) « Monique est demandée caisse 12 », sur 2007-2008.theatredurondpoint.fr
  8. (fr) « Monique est demandée caisse 12 au Théâtre des Variétés », sur musicalavenue.fr,‎ 28 mai 2009
  9. (fr) « Monique est toujours demandée caisse 12 à partir du 11 mai à La Cigale », sur musicalavenue.fr,‎ mai 2010
  10. http://www.ozap.com/actu/france-inter-raphael-mezrahi-chronique-matinale/365154
  11. Comité de soutien à Anne Hidalgo : le cartel des opportunistes…, Nicolas Gauthier, bvoltaire.fr, 14 janvier 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]