Jackie Sardou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sardou.

Jackie Sardou (de son vrai nom Jacqueline Labbé, dite Jackie Rollin) est une actrice française née le 7 avril 1919 à Paris et morte le 2 avril 1998 à Paris[1].

Épouse de l'acteur et chanteur Fernand Sardou, mère du chanteur Michel Sardou, grand-mère du romancier Romain Sardou et du comédien Davy Sardou, fille d'Andrée Labbé, dite Bagatelle, une danseuse du Concert Mayol et du quadrille du french-cancan au Moulin rouge (père inconnu).

Comédienne truculente, Jackie Sardou était un des piliers du théâtre de boulevard : en fin de carrière, elle triomphe au théâtre dans « Le clan des veuves » (1990 à 1993) de Ginette Beauvais-Garcin avec Ginette Garcin et Mony Dalmès.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacqueline Labbé naît dans une mansarde du « Concert Mayol » où sa mère Andrée Labbé, dite Bagatelle, est danseuse. À 16 ans, elle remplace au pied levé une danseuse dans un spectacle auquel participent sa mère et Fernand Sardou qu’elle épouse (7 juillet 1945). Elle donne naissance à Michel Sardou (26 janvier 1947). Elle occupe la scène du « Liberty’s » pendant dix ans. Sous le nom de Jackie Rollin, elle enchaîne les cabarets, les opérettes et les tournages… la course aux cachets : elle tourne son premier film en 1948 avec Fernand Sardou intitulé Si ça peut vous faire plaisir de Jacques Daniel-Norman avec Fernandel.

Jusqu'en 1976, date de la mort de son mari Fernand Sardou, Jackie Sardou mène sa carrière théâtrale et cinématographique sous le nom de Jackie Rollin dans une succession de rôles de bonne femme gouailleuse avec une coupure dans les années 1960 pendant laquelle les époux Sardou dirigent un cabaret « Chez Fernand Sardou » (1960-1965).

En dépit de sa verve et de sa gouaille, Jackie Sardou n'obtiendra pas de grands rôles au cinéma. Néanmoins, citons : Retenez-moi... ou je fais un malheur ! (1983) de Michel Gérard, Par où t'es rentré, on t'a pas vu sortir (1983) de Philippe Clair avec Jerry Lewis, La Vengeance du serpent à plumes (1984) de Gérard Oury avec Coluche ou Les Mamies (1992) d'Annick Lanoë avec Danielle Darrieux, Sophie Desmarets, Odette Laure et Paulette Dubost.

Jackie Sardou s'est réellement révélée au cours des vingt dernières années de sa vie, en décidant d'abandonner son nom de scène Jackie Rollin pour son nom marital Sardou, beaucoup plus vendeur, avec la notoriété de son fils Michel Sardou. On la voit souvent à la télévision (dans des jeux comme « L'Académie des neuf » avec Jean-Pierre Foucault) et à la radio (« Les grosses têtes » de Philippe Bouvard sur RTL et « Allô Jackie » sur RMC), ainsi que dans des pièces de théâtre populaires et comiques telles que Chéri de Colette avec Michèle Morgan en 1982, N'écoutez pas Mesdames de Sacha Guitry avec Pierre Dux et Micheline Boudet en 1985 ou Le Clan des veuves en 1992.

Mère de Michel Sardou, elle enregistre un duo avec son fils intitulé Maman écrit par Jean-Loup Dabadie (1982) et plus tard un album de chansons populaires sous le titre Jackie Sardou chante… (1993). Dans les années 1970 et 1980, elle tourne dans des publicités TV pour une marque de nettoyant de prothèses dentaires, qui contribuent à lui assurer une notoriété nationale et sont encore présentes dans le souvenir des téléspectateurs de cette époque. En 1987, elle publie un livre de souvenirs chez Plon intitulé Hé, la petite grosse !.

Sa dépouille a été initialement inhumée dans le cimetière de Neuilly-sur-Seine, dans les Hauts-de-Seine, aux côtés de son mari. Les deux époux ont été ensuite transférés à Cannes au cimetière du Grand Jas en 2006.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Séries et téléfilms[modifier | modifier le code]

Au théâtre ce soir[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Chanson[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yvan Foucart: Dictionnaire des comédiens français disparus, Mormoiron : Éditions cinéma, 2008, 1185 p. (ISBN 978-2-9531-1390-7)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]