Stéphane Pocrain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Stéphane Pocrain est né le à Paris dans le 15e arrondissement, a connu une première popularité médiatique en tant que chroniqueur de télévision dans l'émission On a tout essayé sur France 2. Également chroniqueur dans les pages médias du magazine TOC, il a soutenu la création du Conseil représentatif des associations noires de France dont il n'est cependant pas membre et fut porte-parole des Verts et de Noël Mamère lors de la présidentielle de 2002.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

Stéphane Pocrain, né de parents guadeloupéens, est le fils de José Pentoscrope, économiste de formation, président du CIFORDOM chargé de la défense des droits de l’Homme, vice-président du Conseil représentatif des Français d'outre-mer et conseiller municipal socialiste à Massy dans l'Essonne de 1983 à 1985 et d'une institutrice. Ses parents ne se sont jamais mariés et Stéphane Pocrain (qui porte le nom de sa mère) est le dernier de six enfants, le seul à être né en métropole. Il a participé depuis son enfance à de nombreux mouvements associatifs. Il fut membre d'un groupe hip-hop originaire de l'Essonne, Les Damnés de la Terre, et est le fondateur de l'association Le monde de demain, académie populaire des arts urbains fondée en 1991.

En 1990, il est l'un des animateurs de la coordination nationale lycéenne qui négocie un plan d'urgence pour les lycées avec le ministre de l'Éducation nationale Lionel Jospin, et commence à militer au sein de deux organisations, l'UNEF-ID et Génération écologie (années 1991-1992). Il obtient une place dans le collectif national de l'Unef et quitte Génération écologie en 1994. En 1997, membre du parti de Noël Mamère « Convergences écologie solidarité », il obtient moins de 2 % des voix à l'élection législative dans la sixième circonscription de l'Essonne.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il est collaborateur parlementaire de Noël Mamère de 1997 à 1998. Candidat aux élections cantonales en 1998, il ne rend pas ses comptes de campagne et est déclaré inéligible pendant un an. Il devient porte-parole des Verts en 1998, axant ses interventions sur les thèmes de l'« écologie populaire » et la défense des minorités.

Investi comme candidat commun Verts-PS dans la cinquième circonscription de l'Essonne en 2002 (Gif-sur-Yvette, Les Ulis, Orsay, etc.), il échoue avec 46,2 % des voix face au candidat UMP. Il ne rend pas de comptes de campagne et la CNCCFP prononce le rejet de son compte de campagne, ce qui conduit le Conseil constitutionnel à le condamner à être inéligible pendant un an[1]. Son parti perd son financement public aux partis politiques pour cette circonscription, soit plus de 100 000 euros.

Ayant cessé dès de participer aux réunions du collège exécutif du parti, il est démis de ses fonctions par le CNIR en septembre 2002. L'année suivante, il n'adhère plus aux Verts, et se prononce pour le non lors du référendum sur le TCE.

En 2005, il déclare publiquement « Je suis aussi légitime qu'un autre pour être le candidat des Verts »[2] et demande alors à adhérer à nouveau aux Verts. Le conseil d’administration des Verts d’Île-de-France, par 58 % par vote à bulletins secrets, ajourne sa demande d’adhésion dans l'attente d'un règlement financier de sa dette envers le parti. Ce règlement financier n'est pas venu.

Le , il annonce sa candidature à la présidence de la République pour 2007, se disant « capable de capter l'électorat de Olivier Besancenot ou de Taubira » et apparait dans les médias à l'occasion de débats concernant la colonisation. Il déclare ne pas incarner une candidature communautaire mais « amener aux urnes ceux qui ne votent jamais » et porter en priorité la question de l'égalité. Mis en examen, il déclare forfait le par absence du nombre de signatures d'élus nécessaires pour pouvoir participer à l'élection[3].

En février 2007, il a été appelé par Bruno Walther, président de l’agence de publicité américaine Draft-FCB, pour prendre la vice-présidence de sa branche française, chargée de la citoyenneté et du développement durable.

Le , l’ancien porte-parole des Verts adhère au parti socialiste, après avoir soutenu Ségolène Royal durant la campagne électorale de 2007.

En janvier 2008, il est condamné par le Tribunal correctionnel de Paris à deux mois de prison avec sursis pour violences sur son ex-concubine Anne-Charlotte Keller, militante socialiste, ainsi qu'à 3 000 euros de dommages et intérêts[4].

En 2008, il joue un rôle de professeur dans le film de Claire Denis, 35 rhums.

En 2009, il est employé comme présentateur par la chaîne de service public France Ô, sur laquelle il anime l'émission "Ma planète" sur l'écologie.

Depuis novembre 2011, Stéphane Pocrain est l'un des principaux conseillers en communication d'Eva Joly. Malgré quelques polémiques, la candidate reconnaît elle-même dans un entretien à Médiapart s'appuyer sur l'ancien porte-parole de Noël Mamère[5].

En janvier 2012, il est reconnu coupable d'abandon de famille en raison du non-paiement, durant plusieurs mois, de la pension alimentaire due à la mère d'un de ses enfants – dette qu'il a réglée entretemps[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]