Robert Sabatier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sabatier.

Robert Sabatier

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Robert Sabatier au salon du livre de Paris en mars 2011.

Activités romancier, poète
Naissance 17 août 1923
Paris Drapeau de la France France
Décès 28 juin 2012 (à 88 ans)
Boulogne-Billancourt Drapeau de la France France
Langue d'écriture français
Genres roman, poésie
Distinctions Prix Artaud
Grand prix de poésie de l'Académie française
Membre de l'Académie Goncourt

Œuvres principales

  • Les Allumettes suédoises (1969)
  • Trois sucettes à la menthe (1972)
  • Les Noisettes sauvages (1974)
  • Les Fillettes chantantes (1980)

Robert Sabatier né le 17 août 1923 à Paris et mort le 28 juin 2012[1] à Boulogne-Billancourt, est un écrivain et poète français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu de parents et grands-parents auvergnats, mais élevé à Montmartre, puis dans le quartier du Canal Saint-Martin, Robert Sabatier raconte son enfance dans les séries du "roman d'Olivier", dont les Allumettes suédoises, porté à l'écran par Jacques Ertaud en 1996. Avec plus de trois millions d'exemplaires vendus[2], en y intégrant les épisodes les plus récents comme Olivier 1940 et les Trompettes Guerrières, l'auteur rencontre un important succès de librairie.

Les années secrètes de la vie d'un homme, traduit en allemand et en suédois sous le titre d'Ego, mais aussi Diogène et le Traité de la Déraison Souriante révèlent un auteur plus grave, proche davantage de Cioran que de Mac Orlan.

En 1950, Robert Sabatier travaille aux Presses universitaires de France. Il devient par après directeur littéraire des éditions Albin Michel, jusqu'à son élection à l'Académie Goncourt en 1971, ainsi qu'à l'Académie Mallarmé.

Il est l'auteur d'une Histoire de la poésie française en 9 volumes.

À partir de 1956, il fait paraître quelques romans policiers sous le pseudonyme de Robert Vellerut[3].

Vers 1978, il réalise un enregistrement en 33 tours où il récapitule déjà sa carrière d'auteur. Il fut l'un des sociétaires de l'émission de radio Les Grosses Têtes sur RTL.

Robert Sabatier meurt le 28 juin 2012 à l'hôpital Ambroise-Paré de Boulogne-Billancourt[4]. Il est inhumé le 2 juillet 2012 à Paris, au cimetière du Montparnasse[5] (18e division[6]).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Robert Sabatier a écrit des romans, des essais, des recueils d'aphorismes et de poésies.

Romans[modifier | modifier le code]

Série Le roman d'Olivier[modifier | modifier le code]

  • Les Allumettes suédoises, Éditions Albin Michel, Paris (1969)
  • Trois sucettes à la menthe, Éditions Albin Michel, Paris (1972)
  • Les Noisettes sauvages, Édition Albin Michel (1974)
  • Les Fillettes chantantes (1980)
  • David et Olivier (1986)
  • Olivier et ses amis (1993)
  • Olivier 1940 (2003)
  • Les Trompettes guerrières (2007)

Autres romans[modifier | modifier le code]

  • Alain et le Nègre (Éditions Albin Michel, 1953)
  • Le Marchand de sable (1954)
  • Le Goût de la cendre (1955)
  • Boulevard (1956)
  • Canard au sang (1958)
  • La Sainte Farce 1960)
  • La Mort du figuier (1963) Prix Richelieu
  • Dessin sur un trottoir (1964)
  • Le Chinois d'Afrique (1966)
  • Les Enfants de l'été (1978)
  • Les Années secrètes de la vie d'un homme (1984)
  • La Souris verte (1990)
  • Le Cygne noir (1995)
  • Le Lit de la Merveille (1997)
  • Le Sourire aux lèvres (2000)
  • Le Cordonnier de la rue triste (2009)

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Les Fêtes solaires (Prix Artaud 1952)
  • Dédicace d'un navire (1984)
  • Les Poisons délectables
  • Les Châteaux de millions d'années
  • Icare et autres poèmes
  • L'Oiseau de demain
  • Lecture
  • Ecriture
  • Les Masques et le Miroir
  • Les Feuilles volantes
  • Sahel
  • Lumiére vivante
  • L'Enfant sauvage

Histoire littéraire[modifier | modifier le code]

  • Histoire de la poésie française (9 volumes)

Romans policiers sous le pseudonyme de Robert Vellerut[modifier | modifier le code]

  • Pourquoi tuer un chien ?, Le Masque no 557, 1956
  • Le Portrait dans la vitrine, Le Masque no 656, 1956
  • Piste en zigzag, Le Masque no 915, 1966

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Alain et le nègre a été adapté au cinéma par Maurice Delbez en 1964 sous le titre : Un gosse de la butte (Rue des Cascades)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La dernière allumette de Robert Sabatier », sur www.lepoint.fr, Le Point,‎ 28 juin 2012 (consulté le 28 juin 2012).
  2. Éric Loret, « Robert Sabatier, Labat et au-delà », Libération,‎ 28 juin 2012 : « On a lu les Allumettes suédoises (plus de 3 millions d’exemplaires vendus depuis sa sortie) ».
  3. http://books.google.fr/books?id=XSUhAQAAIAAJ&pg=PA2322&dq=vellerut+sabatier&hl=fr&sa=X&ei=HLcLUrutHOry7Ab4_4CwCw&ved=0CDIQ6AEwAA#v=onepage&q=vellerut%20sabatier&f=false
  4. Hollande rend hommage à R. Sabatier, Le Figaro, 28 juin 2012.
  5. L'adieu au poète Robert Sabatier, l'enfant de Montmartre, Libération, dépêche du 2 juillet 2012
  6. SABATIER Robert (1923-2012), sur Cimetières de France et d'ailleurs

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]