Porquerolles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Porquerolles
La plage de la Courtade et la pointe du Lequin.
La plage de la Courtade et la pointe du Lequin.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel Îles d'Hyères
Localisation Mer Méditerranée
Coordonnées 43° 00′ 02″ N 6° 13′ 38″ E / 43.000556, 6.227222 ()43° 00′ 02″ N 6° 13′ 38″ E / 43.000556, 6.227222 ()  
Superficie 12,54 km2
Côtes 30 km
Point culminant 142 m
Géologie Île continentale
Administration
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Commune Hyères
Démographie
Population 200 hab. (2004)
Densité 15,95 hab./km2
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+1
Site officiel www.porquerolles.com

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Porquerolles
Porquerolles
Îles de France

L’île de Porquerolles est la plus grande et la plus occidentale des trois îles d'Hyères avec ses 12,54 km2 de superficie. Elle forme un arc orienté est-ouest, aux bords découpés, de 7,5 km de long sur 3 km de large. Son pourtour est d’une trentaine de kilomètres. L’île culmine au sémaphore à 142 m.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les îles d'Hyères étaient appelées Stoechades par les Grecs (ce qui veut dire rangées en ligne).

Porquerolles semble avoir été occupée par les Celtes, les Ligures puis les Phocéens. Elle avait été appelée Protè (première) par les colons helléniques qui s'étaient installés sur son rivage.

La présence d'une population romaine est attestée par la découverte sur l'île d'une stèle du premier siècle sous la ferme Notre Dame mais surtout par des salles pavées de mosaïques.

Saint Honorat qui fonda le monastère de Lérins serait venu se recueillir à Porquerolles. Plus tard un monastère adjoint à celui du Levant (succursale de Saint-Honorat) a été construit dans l'île, il dépendait du couvent du Thoronet, autre abbaye cistercienne de la Provence.

Comme à Port-Cros les habitants eurent à subir les pillages des pirates barbaresques. Les Sarrazins firent des raids sur l'île de 1198 à 1505. Pour lutter contre les pirates Charles II, comte de Provence et roi de Sicile, concéda l'île à Pierre Mègre de Toulon en 1304.

En 1471, Porquerolles appartenait à Palamède de Forbin, ministre du roi René.

En 1522 les chevaliers de l'ordre de Saint Jean de Jérusalem chassés de Rhodes par Soliman cherchèrent une base de repli. Ils demandèrent à François Ier de France l'autorisation de s'installer aux îles d'Hyères. Finalement Charles Quint fit accepter au grand maître, Villiers de l'Isle Adam l'île de Malte.

En 1579, Henri III de France rachète Porquerolles aux comtes de Carcès. Le roi s'engage à maintenir la garnison de Porquerolles, en 1581 Alphonse d'Ornano est chargé du fort de Porquerolles, l'île sera donnée à son descendant François d'Ornano en 1637. Les attaques corsaires demeurent très fréquentes et l'entretien des installations militaires reste très aléatoire. Au décès de François d'Ornano, sa veuve vend l'île qui est érigée en marquisat au profit de François Molé (1625-1712), maître des requêtes de Louis XIV.

En 1707, au cours de la guerre de Succession d'Espagne, l'armée du duc Victor Amédée II de Savoie s'empare d'Hyères. Repoussés à Port-Cros, les savoyards s'emparent facilement de Porquerolles qui n'est guère défendue. L'île devient la propriété de la famille lorraine de Lenoncourt en 1737. Au moment de la Révolution les Lénoncourt ayant émigré, la famille Marquant d'Hyères achète Porquerolles pour la somme de 34 800 francs.

En 1793, les Anglais occupent les îles d'Hyères en même temps que Toulon. Ils les quittent ravagées en 1794. Napoléon fait fortifier les îles pour lutter contre la présence anglaise en Méditerranée, les ouvrages de défense que l'on voit aujourd'hui datent de cette époque.

En 1856 le duc de Vicence, marquis de Caulaincourt, fils du célèbre diplomate achète l'île pour 80 000 francs. Il y laissera un excellent souvenir.

Carte topographique de Porquerolles

Porquerolles devient successivement la propriété de monsieur de Roussen en 1881 puis d'une compagnie foncière en 1905. La compagnie foncière de l'île de Porquerolles fit de grand travaux : centrale électrique, bassins de rétention d'eau. Mal gérée elle vint rapidement à bout des fonds de ses actionnaires et en 1912 Porquerolles fut vendue pour 1 000 100 francs à François Joseph Fournier. Fournier, fils d'un pauvre batelier belge, avait fini par faire fortune dans la prospection aurifère au Mexique, après des années d'une vie d'aventurier assez extraordinaire passant par le Canada, Panama et la Californie. À partir de son installation à Porquerolles et jusqu'à sa mort survenue en 1935, Fournier s'attela au développement d'une exploitation agricole à vocation philanthropique. En 1971, l'État confie au Parc national de Port-Cros la gestion et la mise en valeur des 1000 hectares de l'ancien Domaine Fournier qu'il vient d'acquérir sur l'île de Porquerolles. Le Parc devient propriétaire par dotation de l'État en 1985 de cette surface qui représente 80 % de l'île[1].

Sites[modifier | modifier le code]

La côte nord est composée de plages de sable couvertes de pins, de bruyères et de myrtes odoriférants ; la côte sud, comme à Port-Cros, est abrupte.

Le petit village de Porquerolles, au fond d'une petite rade, a donné son nom à l'île tout entière et a été bâti il y a une centaine d'années par l'administration militaire.

Le village fut créé à partir de 1820, le phare en 1837 et l'église en 1850.

Rue de la Ferme.
Vue du port de Porquerolles.

Le parc national de Port-Cros gère 75 % de l'île depuis 1971 et administre depuis 1979 le Conservatoire botanique national méditerranéen de Porquerolles. Par le décret n° 2012-649 du 6 mai 2012[2], des parties de Porquerolles et la zone maritime entourant l'île furent incorporés au les périmètres des cœurs terrestre et marin du parc national.

L'île fait partie de la commune d'Hyères.

Les activités principales sont la randonnée[3] pour ses multiples points de vue[4] , le VTT, la plage[5], et la plongée sous-marine.

Des conférences, des animations et des visites guidées des forts de l'île[6] et des domaines du Parc national sont également proposées toute l'année au public[7]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L’église Sainte-Anne possède un curieux chemin de croix exécuté au couteau par un soldat.
  • La calanque de l'Oustaou-de-Diou (maison de Dieu), dénommée ainsi par les pêcheurs parce qu'elle est le seul abri de la côte sud.
  • Le château Sainte-Agathe du XVIe siècle. En 1793, les Anglais s’emparèrent de l’île de fort plaisante manière. Le commandant du fort ignorant les évènements du continent, un amiral anglais vint abriter sa flotte dans les îles. Il invita le commandant à sa table. Pendant que l’officier français était mis en confiance par des libations, les marins anglais débarquèrent, surprirent la garnison et firent sauter le fort.
  • Le fort du Grand Langoustier, propriété du Conservatoire du littoral et restauré depuis 1998 par le docteur Paul Vuillard[8].
  • Le fort de la Repentance construit au XIXe siècle est transformé en monastère orthodoxe.
  • Le phare du cap d'Arme, situé à la pointe extrême sud portant le même nom.
  • Le moulin, datant du XVIIIe siècle et restauré en 2007[9],[10].
  • Une grande partie du film de Jean-Luc Godard Pierrot le fou a été tournée sur l'île.

Loisirs[modifier | modifier le code]

  • Baignade
  • Plages
  • Randonnées (pédestre et vélo)
  • Bateau
  • Plongée sous-marine

Climat[modifier | modifier le code]

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 7,7 7,2 8,6 10,3 14 16,8 20 20,1 17,7 14,7 10,5 8,3 13,2
Température moyenne (°C) 10,3 10,1 12 13,7 17,6 20,6 24,1 24,1 21,3 17,7 13,2 10,8 16,6
Température maximale moyenne (°C) 12,9 13,1 15,3 17 21,2 24,3 28 28 24,9 20,8 15,8 13,2 19,8
Record de froid (°C) −7 −8,5 0,8 3,5 6,4 9,8 11,6 12,3 11 5 −1,3 −1,6 −8,5
Record de chaleur (°C) 19,9 20,8 23,9 25,8 29,5 32,9 37 36,3 31,6 29,2 21,3 20,5 37
Précipitations (mm) 77,5 60,4 38,7 65,4 24,8 30,6 5 17,5 59,2 105,8 71,4 70,4 618,6
Source : Le climat à Porquerolles (en °C et mm, moyennes mensuelles 1981/2009 et records depuis 1981)Site de Météo Climat.


Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les îles d'Hyères, Emile Jahandiez, Toulon, 1929
  • L'homme de Porquerolles, William Luret, éditions Jean-Claude Lattès 1996
  • Philippe J. Dubois et Nidal Issa, « Porquerolles, face aux migrateurs (Archipel d'Hyères, Var) », Ornithos, Rochefort, Ligue pour la protection des oiseaux, vol. 14-3,‎ mai 2007, p. 176-183 (ISSN 1254-2962)
    ( cet article détaille l'intérêt ornithologique de l'île, notamment au printemps )
  • "Les îles d'Hyères. Fragments d'histoire", collectif, (dir. J. P. Brun), Arles, Actes Sud-Parc Régional de Port-Cros, 1997.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]