Philippe Vandel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Philippe Vandel

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Philippe Vandel sur le plateau de son émission Pif Paf.

Naissance 5 juillet 1962 (52 ans)
Grenoble (Isère), Drapeau de la France France
Activité principale

Philippe Vandel, né le 5 juillet 1962 à Grenoble (Isère), est un journaliste et chroniqueur de presse, de radio et de télévision français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu un baccalauréat scientifique et un diplôme d’ingénieur du son[1] à l’École nationale supérieure Louis-Lumière, Philippe Vandel fait ses premiers pas à 20 ans à la radio dans l’émission Adrénaline sur France Inter.

En 1984, il rejoint Radio Nova tandis qu’il écrit ses premiers articles dans le mensuel des contre-cultures Actuel[2], repris par Jean-François Bizot en 1970, dont il intègre la rédaction de 1985 à 1991. Il y invente, dans un article d’Actuel d’avril 1986, le mot zapping[3] emprunté au verbe anglais to zap.

Il découvre le petit écran en 1986 en présentant Les Bons plans d’Actuel dans l'émission de Childéric Muller sur TV6 (ancêtre de M6) avant d’intégrer Canal+ en 1988 où il restera douze ans. Il y débute comme chroniqueur dans l’émission Demain présentée par Michel Denisot, qu’il suivra dans La Grande Famille nouvellement créée en 1990. Il y tient alors la chronique des « Paradoxes » : une fois par semaine, il intervient en direct dans Nulle part ailleurs avec des questions mi-absurdes, mi-logiques : « 100 % des gagnants ont-ils vraiment tenté leur chance »… La même année, il crée Le Journal du hard qu’il présente pendant cinq ans. À partir de 1994 et jusqu’en juin 2001, il tient dans Nulle part ailleurs une chronique quotidienne révélant les incohérences du monde moderne, « Le monde de l’absurde »[4].

En 1993, la première chronique quotidienne des « Pourquoi ? » est diffusée sur Radio Nova. « Pourquoi les cygnes ne s’envolent-ils jamais des bassins ? Pourquoi les Anglais roulent-ils toujours à gauche ? Pourquoi les enfants demandent-ils toujours pourquoi ?... ». « Les Pourquoi ? » passeront sur RTL, puis sur Europe 1. Le « Livre des Pourquoi » se hisse dès sa sortie à la première place du Top-Livres.

En janvier 2002, il devient chroniqueur auprès de Daniel Schneidermann dans l'émission hebdomadaire d’analyse et de décryptage des médias sur France 5, Arrêt sur images, dont il est également rédacteur en chef durant une saison.

Il travaille ensuite avec Laurent Ruquier, à la radio tout d’abord dans On va s'gêner sur Europe 1, puis dès juin 2004 comme rédacteur en chef de On a tout essayé sur France 2. Il y est également chroniqueur, avec notamment la séquence Le zapping de l’invité.

Il présente sur Paris Première, de 2007 à 2010, Pif Paf, un magazine de 52 minutes sur l'actualité des médias. Après l'arrêt de Pif Paf, il anime Le Comité de la carte sur la même chaîne. Trois mois après son lancement, l'émission est déprogrammée. Il présente désormais, sur la même chaîne, les soirées Vive la télé, ainsi que des émissions spéciales telles Je hais les années 80 !.

Pour l'Euro 2008, il présente le Club Europe 1-Euro 2008 de 20h à minuit en alternance avec Pierre-Louis Basse.

Depuis l'été 2009, il présente du lundi au vendredi Tout et son contraire, une émission d'interview décalée[5] en trois sessions de cinq minutes sur France Info. Politique, spectacle, médias, littérature, sport, il y reçoit chaque jour une personnalité qui a marqué l’année et l’actualité[6]. Il a par ailleurs repris l'animation de sa chronique Les Pourquoi diffusée tous les dimanches sur cette même antenne[7].

Il écrit également chaque mois une chronique, L'avocat du diable[8], dans La Parisienne, supplément féminin du journal Le Parisien, prenant la défense des personnalités médiatiques les plus attaquées.

En 2012, il rejoint l'équipe de l'émission Touche pas à mon poste ! sur D8 présentée par Cyril Hanouna.

Fin 2012, il rejoint la chaîne Sport 365 pour présenter une émission en deuxième partie de soirée le lundi intitulée A Domicile. Il conserve tout de même sa place dans l'équipe de Touche pas à mon poste !.

Autre[modifier | modifier le code]

Il est juré, depuis sa création en 1994, du Prix de Flore[9] qui, présidé par Frédéric Beigbeder, récompense chaque année au Café de Flore à Paris un jeune auteur au talent jugé prometteur.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Philippe Vandel au salon du livre Radio France, 26 novembre 2011.

Avant de devenir journaliste, Philippe Vandel reçoit une formation d'ingénieur du son[10]. Par ailleurs, bassiste amateur de bon niveau, il est un fin connaisseur de Rock 'n' roll.

Philippe Vandel vit en couple avec Dorothée Olliéric, grande reporter sur France 2[11], avec qui il a deux enfants.

Par ailleurs, il a lui-même reconnu dans l'émission Touche pas à mon poste ! avoir un quotient intellectuel (QI) de 130, la grande majorité de la population ayant un QI compris entre 85 et 114.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Dico français/français, Le livre décodeur : analyse humoristique de la langue des différents groupes sociaux, Éditions Jean-Claude Lattès, 1993. Livre de poche, 1993.
  • Pourquoi ? Le livre des Pourquoi, J-C Lattès, 1993. Livre de poche, 1994.
  • Le dico des paradoxes, Canal+ Éditions, 1993. Livre de poche, 1994.
  • Pourquoi ? Encore des Pourquoi, J-C Lattès, 1995. Livre de poche, 1996.
  • C'est mon avis et je le partage, Grasset, 1995. Livre de poche, 1996.
  • Cherchez l'erreur !, Canal+ Éditions, 1999. Livre de poche, 2001.
  • Attention les yeux !, Canal+ Éditions, 2000. Livre de poche, 2002.
  • C'est vraiment vrai !, Plon, 2002.
  • Je ne suis pas de mon avis[12], Plon, 2004.
  • Coluche par Coluche, préface, Le Cherche midi, 2004.
  • Oui, tiens, pourquoi ?, Oh Éditions, 2010.
  • Tout et son contraire, Radio France Éditions /Fetjaine (La Martinière), 2011.
  • Les Pourquoi en images, Kero, Paris, 2012
  • Les Pourquoi en images 2014, Kero, Paris, 2013

Notes et Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :