Jean-Pierre Coffe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Pierre Coffe

Description de cette image, également commentée ci-après

Jean-Pierre Coffe en février 2012.

Naissance (76 ans)
Lunéville, Meurthe-et-Moselle, Drapeau de la France France
Nationalité Drapeau : France Français
Pays de résidence France
Profession Critique gastronomique
Animateur de radio
Animateur de télévision
Écrivain
Acteur

Compléments

Site internet : www.jeanpierrecoffe.com

Jean-Pierre Coffe est un animateur de radio et de télévision, critique gastronomique, écrivain, cuisinier et comédien français né le à Lunéville, Meurthe-et-Moselle.

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Coffe passe une grande partie de son enfance dans la ville qui l'a vu naître : Lunéville. N'ayant jamais connu son père, mobilisé en 1937 et mort au combat en 1940, il est élevé par sa mère qui reprend le salon de coiffure familial. Sa grand-mère, Marie, est cuisinière et son grand-père maraîcher à Lunéville.

Sa mère quitte la Lorraine pour Paris, où il étudie dans un pensionnat. À l'âge de treize ans, il se prend de passion pour le théâtre, où sa mère l'emmène de temps en temps. Ses études terminées, il s'inscrit au Cours Simon et fait des petits boulots de nuit pour subvenir à ses besoins. Déjà amateur de bonne chère, il affiche 120 kg sur la balance à 18 ans. Il entreprend alors un régime aux amphétamines conseillé par une nutritionniste, ce qui lui fait perdre tous ses cheveux[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

En pleine guerre d'Algérie, il passe trois années de service militaire au fort de Saint-Cyr. En compagnie de Max Gallo. Il crée un journal antimilitariste intitulé le Temps qui sera interdit de parution à la troisième édition.

Rendu à la vie civile, il travaille comme représentant pour une marque de papier à cigarette, puis devient directeur de publicité aux Éditions Robert Laffont[2]. Il a, à cette période, un grave accident de la route et sa convalescence durera deux ans.

Une fois rétabli, il fonde sa propre agence de relations publiques ainsi que l'association Les Grand-mères au pair au début des années 1970, qui a pour but de placer des personnes âgées dans des familles pendant les vacances. Cette initiative permet de placer environ 5 000 personnes âgées. Malgré cela, son agence fait faillite et Jean-Pierre Coffe se retire dans sa maison de campagne.

En 1976, il ouvre successivement à Paris le restaurant la Ciboulette, rue Saint-Honoré, puis le Modeste qui devient un lieu prisé de la nuit parisienne. Certains de ses clients sont célèbres, comme Jean Poiret ou Jean Carmet, par exemple. Il est victime d'escroquerie par un homme d'affaires libanais en 1985 et fait faillite à nouveau, avec plus de trois millions de francs de dettes. Il travaille alors comme meneur de revue à l'Alcazar de Paris.

À la télévision[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Coffe au salon de l'agriculture 2009.

Jean-Pierre Coffe devient conseiller sur MTV France[réf. nécessaire] et se prend au jeu de la télévision. Le 4 novembre 1984, il entre à Canal+ pour assurer un certain nombre de chroniques jusqu'en 1991 dans les émissions que présentait Michel Denisot (Le 7-9, Zénith, Direct). Puis en 1992 et 1993, il fait ses premières apparitions dans La Grande Famille de Jean-Luc Delarue et Demain de Michel Denisot, avec pour thème la cuisine.

Il entre dans le service public en décembre 1993 où il présente une émission à l'intention des enfants, Comment c'est fait ? entre 1992 et 1993 sur France 3 suivi en 1994 de C'est tout Coffe avec Jonathan Lambert dans le rôle du candide sur France 2.

Il passe à TF1 en 1999 et présente Bien jardiner, produit par Jean-Luc Delarue. La décision de ce dernier d'y mettre fin rapidement enterre leur amitié : « Delarue, on ne le mange pas. On le vomit ! Nous n'avons plus rien à nous dire »[3].

À partir de 2003, il rejoint Michel Drucker à France 2 où il est chroniqueur culinaire dans l'émission Vivement dimanche prochain. Le , il annonce qu'il quitte l'émission afin de se consacrer à l'écriture[4].

À partir du 1er octobre 2013, il devient chroniqueur danns Jusqu'ici tout va bien, émission de France 2 présentée par Sophia Aram et confrontée à de faibles audiences[5]. Après deux émissions, il quitte ce poste, déçu du manque de concept[6].

À la radio[modifier | modifier le code]

En septembre 1990, il rejoint l'équipe des Grosses Têtes de Philippe Bouvard sur RTL, émission à laquelle il participe assez fréquemment ; il la quitte en , date à laquelle il intègre l'émission On va s'gêner sur Europe 1, présentée par Laurent Ruquier.

De 1998 à juin 2008 il anime l'émission Ça se bouffe pas, ça se mange sur France Inter tous les samedis de midi à 13h00. À la fin de l'émission du 21 juin 2008, Il annonce sa mise à la retraite par la direction de France Inter[7]. Ses « coups de gueule » à la radio et à la télévision restent mémorables, notamment le jour où il a jeté de la charcuterie « industrielle » au visage de Jean Luc Delarue, mais surtout dans une émission des Grosses Têtes où, après avoir défendu ses opinions, Philippe Bouvard et Olivier de Kersauson s'amusent à le contrarier afin d'amplifier ses colères devenues cible des imitateurs. Olivier de Kersauson se met alors à l'imiter, tout comme le feront ensuite Guy Montagné, Laurent Gerra, Laurent Ruquier, Jean-Éric Bielle ou encore les Guignols de l'info. De plus, Jean Pierre Coffe exprime ses plaisirs gustatifs parfois de manière grivoise, ce qui accentue encore les plaisanteries, surtout dans l'émission des Grosses Têtes, chez Laurent Gerra et chez Laurent Ruquier (On n'est pas couché).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Dès les années 1970 et 80, Jean-Pierre Coffe figure au générique de plusieurs films en tant que comédien :

Télévision[modifier | modifier le code]

Avec Pierre Tchernia, il signe en 1997 un hommage à Jean Carmet dans le cadre de la Nuit Carmet de Canal+ et un cinquante-deux minutes consacré à Depardieu vigneron.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Publicité[modifier | modifier le code]

En 1997, il apparait dans les spots publicitaires pour le fabriquant d’électroménager Siemens[8].

En 2001, il apparaît dans un spot publicitaire pour les produits de régime Weight Watchers[9].

En 2009, le défenseur des aliments sains et naturels devient la vedette d'une campagne d'affichage pour l'enseigne de hard-discount française Leader Price. Critiqué pour cette campagne, il certifie, dans un courriel adressé à ses détracteurs qui s'étaient exprimés par le biais de son site, avoir voulu « améliorer la qualité » de cette enseigne, s'engageant à proposer bientôt des kits à bas prix, contenant tout le nécessaire pour réaliser des « plats complets à prix exceptionnels ». « Ne portez pas de jugement hâtif et violent sans m'avoir mis à l'épreuve », conclut-il.

Publications[modifier | modifier le code]

Il est l’auteur d’une trentaine de livres (guides culinaires, livres de recettes, conseils de jardinage, essais) :

  • Toutes les recettes de Vivement Dimanche, éd. Flammarion, 2013. Livre de cuisine.
  • Ces messieurs-dames de la famille, éd. Plon, 2011. Recueil de nouvelles.
  • Recevoir vos amis à petit prix, éd. Plon, 2010. Livre de cuisine.
  • Le plaisir à petit prix : Bien manger en famille pour moins de 9 euros par jour, éd. Plon, 2008. Livre de cuisine.
  • Les Arbres et arbustes que j'aime, éd. Plon, 2007. Guide de Jardinage.
  • Les Recettes inratables de Jean-Pierre Coffe, éd. Jungle. 2007. BD pédagogique destinée aux enfants.
  • La véritable histoire des jardins de Versailles, éd. Plon, 2007.
  • Les recettes de cuisine de Vivement Dimanche Prochain, éd. Plon, 2006. Livre de cuisine.
  • SOS Cuisine, éd. Stock, 2006. Livre de trucs et astuces de cuisine.
  • Mes vins plaisirs à moins de 10 euros, éd. Plon, 2005. Guide d'achat de vins.
  • Le Coffe Malin, éd. Stock, 2005. Livre informatif sur les produits.
  • Ce que nous mangeons, éd. Seven 7, 2005. Livre pédagogique destiné aux enfants.
  • CONSsommateurs révoltons-nous, éd. Plon, 2004. (essai sur les produits).
  • Mes vins préférés à moins de 10 euros, édition 2004, éd. Plon, 2003. Guide d'achat de vins.
  • Mon Marché Gourmand, éd. Plon, 2003. Livre de cuisine.
  • Mes vins préférés à moins de 10 euros édition 2003, éd. Plon, 2002. Guide d'achat de vins.
  • À table en famille avec 15 euros par jour, éd. Plon, 2002. Livre de cuisine.
  • Le Guide Coffe des pépinières, éd. Plon, 2000. Guide d'achat.
  • Le Verger Gourmand, éd. Plon, 2000. Livre de jardinage.
  • Fleur Bonheur, éd. Plon, 1999. Livre de jardinage.
  • Le Potager Plaisir, éd. Plon, 1998. Livre de jardinage.
  • Le Marché, éd. Plon, 1998. Guide pédagogique sur les produits.
  • De la vache folle en général et de notre survie en particulier, éd. Plon, 1997. (essai)
  • Au bonheur des fruits, éd. Balland, 1996. Livre de cuisine.
  • Coffe 1995, éd. Balland, 1995. Guide Gourmand, bonnes adresses.
  • Comme à la maison, Tome 2, éd. Plon, 1994. Livre de cuisine.
  • À vos paniers, éd. Balland, 1993. Guide Gourmand, bonnes adresses.
  • Comme à la maison, Tome 1, éd. Plon, 1993. Livre de cuisine.
  • Au secours le goût, éd. Le Pré aux Clercs, 1992. (essai)
  • Le bon vivre, éd. Le Pré aux Clercs, 1989. (essai)
  • Le vrai vivre, éd. Le Pré aux Clercs, 1989. (essai)
  • Gourmandise au singulier, éd. Le Pré aux Clercs, 1979. (essai)

Il a également écrit un monologue de théâtre, Descente aux plaisirs, mise en scène en 1997 par Pierre Mondy et interprétée par Annie Girardot, et une saynète Dieu et le Diable[10] mise en scène en 2012 par Stéphanie Tesson et interprétée par Frédéric Almaviva et Jean-Christophe Lecomte.

En 2012, il a préfacé le livre Adoptez la Slow Cosmétique par le journaliste belge Julien Kaibeck et paru aux éditions Leduc, dans lequel il dénonce avec l'auteur la présence d'ingrédients sujets à caution dans les cosmétiques conventionnels.

Autre engagement[modifier | modifier le code]

Il soutient la candidate PS Anne Hidalgo lors des élections municipales de 2014 à Paris[11].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Coffe a subi durant sa jeunesse un grave accident de voiture, qui l'a longtemps laissé handicapé, obligé à se mouvoir avec des cannes[12].

Jean-Pierre Coffe est bisexuel[13], ayant notamment mentionné cet aspect de sa personnalité en 2011 au micro de MFM Radio[14] et en 2013 dans l'émission La parenthèse inattendue de France 2[12].

Marié trois fois à des femmes, Jean-Pierre Coffe vit aujourd'hui avec son compagnon et déclare en 2013 être prêt à se marier avec lui[15].

Décoration[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Coffe est commandeur de l'ordre du Mérite agricole[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]