Alain Souchon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Souchon.

Alain Souchon

Description de cette image, également commentée ci-après

Alain Souchon en mars 2012

Informations générales
Surnom Alain Souchon
Nom Alain Kienast
Naissance (69 ans)
Casablanca, Maroc
Activité principale Auteur-compositeur-interprète, acteur
Genre musical Chanson française
Instruments Guitare acoustique, piano
Années actives Depuis 1973
Labels Virgin Records
Site officiel alainsouchon.net

Alain Souchon, de son vrai nom Alain Kienast[n 1], est un auteur-compositeur-interprète et acteur français (avec une double nationalité suisse), né le à Casablanca (Maroc). Figure majeure de la variété française depuis les années 1970, sa carrière est notamment marquée par sa collaboration avec Laurent Voulzy entamée en 1974. Alain Souchon est le deuxième artiste le plus récompensé aux Victoires de la musique, derrière Alain Bashung et à égalité avec Matthieu Chedid, avec 9 trophées glanés depuis 1986.

Sa vie[modifier | modifier le code]

Ses débuts[modifier | modifier le code]

Alain Souchon naît dans une famille aisée d'origine suisse du côté maternel. Il a quatre frères, deux demi-frères et une demi-sœur.

Il vit six mois à Casablanca au Maroc, puis passe son enfance entre Paris et la Suisse. Il porte d'abord le nom de son père officiel, avant de prendre celui de son père biologique, Pierre Souchon, qui est l'amant puis le second mari de sa mère[1].

Son père -biologique- est professeur d'anglais au lycée Claude Bernard à Paris XVIe (qu'il évoque dans la chanson J'étais pas là sur l'album Toto 30 ans, rien que du malheur...) et sa mère romancière[n 2].

En 1959, sur la route du retour de vacances au ski, leur voiture est percutée par un camion ; son père est tué sur le coup, alors qu'Alain n'a que quatorze ans. Ce décès le marquera profondément et inspirera une chanson qui paraîtra en 1977 dans l'album Jamais content : Dix-huit ans que je t'ai à l'œil.

Il a été interne à l'école de l'horlogerie à Cluses en Haute-Savoie, actuellement Lycée Charles Poncet. La famille connaît des difficultés financières. Ne pouvant s'adapter au milieu des autres élèves, il est envoyé, par sa mère, dans un lycée français en Angleterre. Son inscription n'étant pas valide, il reste néanmoins sur place et y vit de petits boulots pendant dix-huit mois. C'est notamment en travaillant dans un pub qu'il y développe son goût pour la chanson. Surnommé le Frenchman, certaines de ses rencontres lui donnent l'occasion de faire découvrir la chanson française (Georges Brassens, Guy Béart, ...) et lui permettent d'écouter du répertoire anglo-saxon. Il évoque ce passage de sa vie dans Londres sur Tamise sur l'album J'ai dix ans et dans la chanson Jamais content. Il rate son baccalauréat par correspondance trois fois.

Rentré en France, il vit encore de petits boulots et tente sa chance dans la chanson en se produisant dans des salles parisiennes. En 1971, il se marie à Françoise, qu'il surnomme Belote (prononcé « Bélote », dérivé de belle). En 1972, il a un fils, Pierre Souchon, qui formera plus tard le groupe Les Cherche Midi avec Julien Voulzy, fils de Laurent Voulzy. La même année, trois 45 tours sont publiés chez Pathé Marconi, mais sont des échecs.

Le début du succès[modifier | modifier le code]

Alain Souchon en 1978.

En 1973, Bob Socquet, directeur artistique de RCA Records, entraîne Alain à présenter sa chanson L'amour 1830 au concours de la Rose d'or d'Antibes, où il emporte le prix spécial de la critique et le prix de la presse.

Il rencontre Laurent Voulzy en 1974. Bob Socquet sent que la collaboration entre les deux hommes peut être fructueuse, les musiques étant le point faible des chansons de Souchon. Souchon et Voulzy seront liés depuis ce jour par leur amitié et leur complémentarité artistique. Laurent Voulzy réalise les arrangements du premier album d'Alain Souchon Petite annonce, rebaptisé quelques années plus tard J'ai dix ans, puis les musiques de Bidon sorti en 1976.

Cette collaboration va engendrer le succès naissant de ses disques avec des titres comme J'ai dix ans, S'asseoir par terre et Bidon. Alain Souchon (avec notamment aussi Michel Jonasz, Jacques Higelin et Yves Simon) est alors la figure de proue de ce que la presse et les spécialistes appellent la nouvelle chanson française, qu'il évoque ironiquement dans la chanson Nouveau sur l'album Toto 30 ans, rien que du malheur.... L'intéressé lui-même admet qu'il y avait alors une réelle volonté d'écrire différemment, et qu'en cela l'écriture musicale de Laurent Voulzy très pop et rythmiquement exigeante l'a obligé à inventer son propre style, très saccadé, quasiment télégraphique[2].

Un chanteur « phénomène »[modifier | modifier le code]

Alors que Rockollection dont il signe le texte pour Laurent Voulzy est le succès de l'été 1977, Alain Souchon sort son 3e album : Jamais content. Il révèle Souchon sous un jour différent : empreint des difficultés de son époque (La p'tite Bill et Poulaillers' Song), mais aussi comme le révélateur des transformations sociétales alors en cours avec Allo Maman Bobo créée en 1981. Il est alors en couverture des magazines, le symbole du Nouveau Père, plus fragile et plus conscient de sa part de féminité. Et déjà la mélancolie avec Y'a de la rumba dans l'air qui, entre émergence du punk et l'apogée du disco, apporte un vent de douceur acidulée et fait un gros succès. Il entame une tournée qui l'amène à être en première partie de Jean-Jacques Debout (Olympia), Antoine et Thierry Le Luron.

En 1978, naît son second fils, Charles. Ce dernier, après une carrière de graphiste (il est le créateur des dernières versions du site de son père[3]), se lancera aussi dans la chanson sous le pseudonyme Ours. Son premier album Mi est sorti en 2007.
La même année sort l'album Toto 30 ans, rien que du malheur.... Le mythe du Nouvel Homme se confirme, angoissé par les années qui passent et les kilos qui viennent (Toto 30 ans rien que du malheur… et Papa mambo). Un album résolument plus noir que les précédents, où l'artiste se révèle de plus en plus introspectif (Le dégoût et J'étais pas là), mais qui n'en oublie pas pour autant la société et ses travers dans Le Bagad de Lann Bihoué. Y figure également la chanson-titre du film de François Truffaut : L'Amour en fuite, que le réalisateur lui a demandée, l'une des plus appréciées du répertoire de l'auteur.

Alors qu'en 1979 il voit pour la première fois son nom écrit en lettres capitales rouges au fronton de l'Olympia, 1980 voit la sortie de Rame. La chanson-titre est un canon et un succès immédiat auprès du public. La même année il fait sa première apparition au cinéma devant les caméras de Claude Berri pour Je vous aime aux côtés de Catherine Deneuve et Serge Gainsbourg. La vie, vue comme un film de cinéma, lui inspire Manivelle sur l'album Rame.

D'autres films suivront, comme Tout feu, tout flamme de Jean-Paul Rappeneau et L'Été meurtrier de Jean Becker, deux films où il donne la réplique à Isabelle Adjani. Il emballe critiques et public, mais ne se sent pas à l'aise dans ce nouveau costume, et finira par renoncer à faire carrière dans le 7e art.

En 1983 sort son 6e album : On avance. Il dresse déjà le bilan des années hippies dans Lennon Kaput Valse et se moque de la tension nouvelle des relations Est/Ouest dans Billy m'aime. Laurent Voulzy est moins présent sur cet album : il n'y signe qu'une seule musique, les autres sont dues à Souchon lui-même, Michel Jonasz (à qui il rend hommage dans le titre Jonasz sur l'album Rame), Louis Chedid, et Yves Martin, lequel a coproduit l'album. David McNeil met en mots avec Souchon la ville qui a vu sa naissance dans Casablanca, titre nostalgique. Cet album contribue à écorner le mythe du Nouveau Père, avec son univers musical décalé (orchestre, cordes, valse…). La même année il signe le texte de Belle-Île-en-Mer, Marie-Galante pour Laurent Voulzy, comme la plupart des textes du dernier album de ce dernier : Bopper en larmes sorti en 1983.

Un artiste reconnu[modifier | modifier le code]

Sorti en 1985 C'est comme vous voulez annonce la couleur dès la pochette : noire. Mâchoire serrée et regard « jamais content » : Souchon n'est pas d'humeur badine[n 3]. Changement radical, à la fois de maison de disques (Virgin au lieu de RCA), comme de style musical, nettement plus rythmé et synthétique. Il regrette la lourdeur de la vie citadine (La vie intime est maritime et Pays industriels), se pose en chanteur cynique prêt à tout pour son succès (C'est comme vous voulez), avant de se chercher en vain (Les jours sans moi). Les radios préfèrent Ballade de Jim qui évoque pourtant une tentative de suicide. Le clip recevra la Victoire de la musique du meilleur vidéo-clip de l'année 1986, alors que Belle Île en Mer, Marie Galante reçoit celle de la chanson originale de l'année. Il part dans une tournée commune avec Véronique Sanson. Il a battu en avril 1984 un record de traversée de la Manche, avec comme copilote Gérard Feldzer, sur un avion de construction amateur, en 1h 24min (record homologué par la Fédération aéronautique internationale).


Ultra moderne solitude sort en 1988, en partie enregistré au Royaume-Uni. La chanson-titre et Quand je serai K-O (Victoire de la musique de la meilleure chanson originale de l'année 1990) sortent en 45 tours et restent des standards de l'artiste. Cet album se distingue du précédent en ce qu'il est formellement moins noir, ce qui n'empêche pas Alain Souchon de dénoncer de plus en plus les dysfonctionnements de la société (Les cadors et Normandie Lusitania) ou de continuer à évoquer ses doutes existentiels (J'attends quelqu'un) et son angoisse du temps qui passe (La beauté d'Ava Gardner). Il décrit son album comme étant : très strict, austère, un peu monacal. On dirait l'abbaye de Timadeuc, en Bretagne. Tu y vas, tu demandes des fromages à des moines parfaits, très lisses, soixante ans et l'air d'en avoir dix-neuf. - Et il est fait avec quoi votre fromage ? - Avec le lait de nos sœurs les vaches ! Voilà : mon disque est fait avec le lait de nos sœurs les vaches »[4]. La tournée qui s'ensuit donne l'album live Nickel qui reçoit la Victoire de la Musique du meilleur album de l'année 1991, de même que Belle Île en Mer, Marie Galante est sacrée « Chanson de la décennie ».

En 1993, C'est déjà ça s'impose comme l'un des meilleurs albums du chanteur, porté par Foule sentimentale, chanson emblématique du chanteur et récompensée "Chanson des vingt dernières années" à l'occasion des vingtièmes Victoires de la Musique. La chanson-titre est choisie par Amnesty International pour la représenter. Il célèbre aussi à sa façon Arlette Laguiller dans une chanson qui porte son nom, se détachant toutefois de sa doctrine politique. À l'occasion de la présidentielle de 2002, Arlette Laguiller n'appelant pas à voter pour Jacques Chirac au second tour au cours duquel il affronte Jean-Marie Le Pen, il dit ne plus vouloir interpréter cette chanson, jugeant : « cette femme trop dure »[5]. On note la première collaboration avec son fils Pierre sur Le fil. À signaler également le retour d'arrangements plus centrés autour de la guitare[6]. Une tournée nommée Défoule sentimentale donnera un album live du même nom qui recevra la Victoires de la musique de l'album de l'année 1996. De 1994 à 2003, il participera régulièrement aux concerts des Enfoirés pour les Restos du Cœur.

Prenant exemple sur son compère Laurent Voulzy, Alain Souchon raréfie sa production et attend 1999 pour sortir Au ras des pâquerettes, titre homonyme, bien que différent, de celui figurant sur le premier album des Cherche Midi de son fils Pierre. Cet album très attendu confirme la tendance amorcée depuis un ou deux albums d'un artiste qui nous raconte la vie ordinaire (Pardon, Rive Gauche à Paris). Son "engagement" dans les problèmes de la société affleure toujours (Petit tas tombé). Le livret de l'album contient des indications quant à la genèse des différentes chansons qui le composent. La tournée donnera l'occasion de capter pour la première fois un de ses concerts au Casino de Paris, qui donnera un album live et un DVD nommé J'veux du live.

Une personnalité multigénérationnelle[modifier | modifier le code]

Concert au festival des Vieilles Charrues en 2010 devant environ 60 000 festivaliers.

Son onzième album sort en 2005 sous le titre de La Vie Théodore, en hommage à Théodore Monod, dont il narre la vie dans la chanson-titre. Encore un peu plus introspectif, Souchon nous rappelle que la société ne lui va toujours pas (Putain ça penche, En collant l'oreille sur l'appareil), et poursuit son questionnement métaphysique (Et si en plus y'a personne). L'amour est bien sûr toujours source d'inspiration pour l'auteur (J'aimais mieux quand c'était toi, À cause d'elle, Le mystère, L'île du dédain et Lisa). Notons par ailleurs que Pierre Souchon participe aux musiques de trois chansons, dont Lisa, aidé par Julien Voulzy, puisque ce titre est en fait une reprise des Cherche Midi).

À l'hiver 2008 sort Écoutez d'où ma peine vient. Alain au départ ne voulait écrire que quelques chansons pour illustrer un documentaire sur sa carrière diffusé sur France 3 Le chanteur d'à côté, mais les chansons qu'il a écrites ont fini par former un album complet. Le titre Parachute doré, inspiré des excès de grands patrons virés avec des indemnités ubuesques, a été distribué en téléchargement gratuit sur son site officiel. Dans ce disque, il dresse un constat d'échec des années Flower Power (Rêveur), analyse les causes de sa mélancolie (Écoutez d'où ma peine vient), parle de l'immigration illégale (Elle danse) et de la délinquance au féminin (8 m2). La seule collaboration avec Laurent Voulzy se fait sur le titre Popopo, chanson fustigeant Che Guevara. Ce titre a été ajouté in extremis, car Souchon ne voulait pas publier un album sans une collaboration avec son frère de musique Voulzy.

Son dernier album en date est sorti le 21 novembre 2011, À cause d'elles, réalisé par Renaud Letang. L'album reprend des airs que sa mère lui chantait quand il était enfant[7].

Le nouvel album d'Alain Souchon est prévu pour sortir fin 2014. Cet album sera principalement composé de duos avec Laurent Voulzy.

Alain Souchon vit depuis plusieurs années dans le Loir-et-Cher. Il a participé à plusieurs œuvres caritatives dans ce département, notamment par l'intermédiaire de son épouse Françoise impliquée dans le milieu associatif[réf. à confirmer][8].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

Compilation[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

  • 1971 : Je suis un voyageur / Restons chez nous (EMI)
  • 1972 : Un coin de solitude / Qu’est-ce qu’ils ont les hommes ? (EMI)
  • 1973 : Et demain sera un autre jour / Leocadia (EMI)
  • 1973 : L'Amour 1830 / Avec le cœur (RCA)
  • 1973 : T'aurais dû venir / Le Vieux Capitaine (RCA)
  • 1974 : J'ai 10 ans / Petite Annonce (RCA)
  • 1974 : Partir / Londres sur Tamise (RCA)
  • 1975 : Qui dit qui rit / Tout doux (RCA)
  • 1976 : Bidon / Câlin câline (RCA)
  • 1976 : Le monde change de peau / Petit Pois (RCA)
  • 1976 : S'asseoir par terre / Petit Pois (RCA)
  • 1977 : Dix-huit ans que j't'ai à l'œil / J'ai perdu tout ce que j'aimais (RCA)
  • 1977 : Allô Maman bobo / Poulailler's Song(RCA)
  • 1977 : Jamais content / La P'tite Bill (RCA)
  • 1977 : Y'a de la rumba dans l'air / Le P'tit Chanteur (RCA)
  • 1978 : L'Amour en fuite / Antoine et Sabine (Georges Delerue) (RCA)
  • 1979 : Frenchy Bébé Blues / Papa Mambo (RCA)
  • 1979 : Le Bagad de Lann Bihoué / Nouveau (RCA)
  • 1979 : Le dégoût / Toto 30 ans (RCA)
  • 1980 : On s'aime pas / Rame (RCA)
  • 1981 : Somerset Maugham / Le Maître d'école (RCA)
  • 1983 : Saute en l'air / Lennon Kaput Valse (RCA)
  • 1983 : On avance / Sardine (RCA)
  • 1984 : Banale Song / Twist triste (RCA)
  • 1985 : C'est comme vous voulez / Portbail (Virgin)
  • 1985 : Ballade Dd Jim / Vous êtes lents (Virgin)
  • 1985 : J'veux du cuir / Pays industriels (Virgin)
  • 1988 : Ultra Moderne Solitude / La Chanson parfaite (Liberté, égalité, fraternité) (Virgin)
  • 1989 : La Beauté d'Ava Gardner (promo) (Virgin)
  • 1989 : Quand j'serai K.O. / On se cache des choses (Virgin)
  • 1989 : Dandy / La Beauté d'Ava Gardner (Virgin)
  • 1990 : Les Cadors (en public) / S'asseoir par terre (en public) (Virgin)
  • 1993 : Foule sentimentale / Les Filles électriques (Virgin)
  • 2003 : La vie ne vaut rien / L'Horrible Bye Bye (Virgin)

Participations[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Texte de musique de films[modifier | modifier le code]

Victoires de la musique[modifier | modifier le code]

Précédé par Alain Souchon Suivi par
Alain Bashung
Victoire de la musique de l'artiste interprète masculin
1994
MC Solaar

Autres récompenses[modifier | modifier le code]

  • Prix Vincent Scotto décerné par la SACEM en 1996 et 2006
  • Globe de cristal 2006 du meilleur interprète masculin
  • Alain Kienast dit Alain Souchon est promu au grade de commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres le 24 septembre 2012, en tant qu'« auteur, compositeur, interprète, comédien[9] ».

Rosier[modifier | modifier le code]

Une variété de rose porte le nom Alain Souchon (cultivars de roses portant des noms de célébrités)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Rosier et rose « Alain Souchon ».

Notes[modifier | modifier le code]

  1. On dit que sa mère Madeleine, qui appartenait à la troupe de Fernand Ledoux, tomba follement amoureuse d’un professeur d'anglais, Pierre Souchon, lors d'une tournée au Maroc. Revenue enceinte, elle ne quitta son mari que sept ans plus tard, pour retrouver son amant. Alain Souchon confirme cette version dans le documentaire de France 3 Le Chanteur d'à côté (02/12/08)[réf. incomplète].
  2. Sous le nom de plume de Nell Pierlain, qui dériverait de la concaténation de « Madeleine », « Pierre » et « Alain »[réf. nécessaire].
  3. .

    Sans opinion chanteur
    J'vous suis dans toutes vos combines
    J’ai aucun point d'honneur,
    Cool, je suis les consignes

    (Alain Souchon, C’est comme vous voulez)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Chanteur d'à côté, documentaire diffusé sur France 3 le 2 décembre 2008
  2. dailymotion.com
  3. « Site officiel d'Alain Souchon » (consulté le 14 novembre 2008).
  4. ina.fr
  5. ina.fr
  6. ina.fr
  7. http://www.musicactu.com/actualite-musique/noi_137621/un-nouvel-album-pour-alain-souchon/
  8. La Nouvelle République du Loir-et-Cher, 23 septembre 2006
  9. Arrêté du 24 septembre 2012 portant nomination dans l'ordre des Arts et des Lettres, du Ministère de la Culture et de la communication

Voir aussi[modifier | modifier le code]

2006 : Globes de Cristal - « meilleur interprète masculin »

Article connexe[modifier | modifier le code]

  • Pierre : Pierre Souchon, son premier fils.
  • Ours : Charles Souchon, son second fils.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :