Patrick Sébastien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sébastien.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Patrick Sabatier.

Patrick Sébastien

Description de cette image, également commentée ci-après

Patrick Sébastien au Salon du Livre de Paris le 28 mars 2010

Nom de naissance Patrick Boutot
Naissance (60 ans)
Brive-la-Gaillarde, France
Nationalité Drapeau de France Français
Profession Animateur, humoriste, écrivain, producteur de télévision, réalisateur et ex-dirigeant de club de rugby
Famille
Sébastien (1971-1990)
Olivier Villa (1980)
Benjamin (1991)
Lily (2007)

Patrick Sébastien, de son vrai nom Patrick Boutot, né le 14 novembre 1953 à Brive-la-Gaillarde en Corrèze est un imitateur, humoriste, acteur, réalisateur, chanteur, auteur-compositeur, écrivain, producteur-animateur d'émissions de divertissement de télévision français et ex-dirigeant de club de rugby.

Il a fait de nombreuses émissions de variété dans sa carrière pendant 30 ans. Il présente Le Plus Grand Cabaret du monde depuis 1998 et Les Années bonheur depuis 2007.

Depuis le 29 janvier 2014 il possède sa statue au Musée Grévin

Biographie[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il passe toute son enfance à Juillac.

Élevé par sa mère, Andrée Boutot (1935-2008), Patrick Sébastien ignore jusqu'à sa majorité l'identité de son père. Il pratique le rugby à XV au CA Brive (dont il veut faire son métier) et court le jupon, en dansant la Carioca chez Tonton. Encore mineur, il devient père d'un garçon, Sébastien, né en 1971. Un deuxième fils naît en décembre 1980, Olivier Boutot, qui a pris pour nom de scène Olivier Villa.

Patrick Sébastien sur le plateau de l'émission « Midi Première » de TF1, le

Dès ses débuts dans le show-business en 1980, il choisit comme pseudonyme "Sébastien" le prénom de son fils aîné car quelques années plus tôt, Jacques Martin et Jean Yanne ont créé un personnage de Français moyen qui s'appelle Boutot[1].

En 1990, son fils Sébastien décède dans un accident de moto à 19 ans alors qu'il allait être père. Sa fille, Marie-Andréa naît cinq mois plus tard.

Il épouse Fanfan, une ancienne coco-girl rencontrée en 1987 avec qui il aura un enfant né en 1991 prénommé Benjamin. Ils divorcent en 1992. Il rencontre alors Nathalie, dite Nana, en 1993 avec qui il se marie, dans le stade de rugby de Brive-la-Gaillarde en 1998 ; ils adoptent une petite fille prénommée Lilly en 2007, polynésienne (D'après ses paroles a lui en 2007 : http://www.ohmymag.com/patrick-s%E9bastien/patrick-sebastien-confessions-sur-sa-vie-semee-de-drames-et-de-douleur_art13931.html:)

Il a été président du club de rugby de Brive-la-Gaillarde, le Club Athlétique Brive Corrèze Limousin (CA Brive) de 1995 à 1999, puis de mars 2007 à octobre 2009.

Il est membre du comité d'honneur de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité[2]. Il cosigne en 2012 un appel aux candidats à l'élection présidentielle leur demandant de s'engager à déposer un projet de loi pour légaliser l'euthanasie[3].

Il a écrit plusieurs chansons dont une très célèbre "petit bonhomme en mousse"

1974-1984 : Débuts dans le spectacle[modifier | modifier le code]

Après de brèves études en faculté de lettres, il s'installe à Paris en 1974 et met sur pied un spectacle comique basé sur des imitations de différentes vedettes (en particulier Bourvil) et il écume les cabarets pour des cachets très bas, travaillant un temps aux Halles de Paris pour gagner plus convenablement sa vie. Il sera à une époque en ménage avec la chanteuse Marie Myriam. Jacques Gauthier lui donne sa chance dans « La Main au panier », il a alors 21 ans. C'est en 1976 qu'il se fait une place sur les plateaux de télévision dans l'émission de Maritie et Gilbert Carpentier dans Numéro un qui fait sa première apparitions télé, puis Guy Lux, Michel Drucker. La même année, il est en première partie de Michel Sardou à l'Olympia.

1984-1996 : Un animateur-imitateur sur TF1[modifier | modifier le code]

Il aime « se faire la tête de quelqu'un », c'est-à-dire se maquiller et se déguiser afin de ressembler à une célébrité pour pouvoir l'imiter plus facilement. De même, il aura l'idée d'inviter des célébrités à se déguiser en d'autres célébrités dans des émissions parodiques comme Carnaval et Sébastien c'est fou.Le grand succès populaire de ces émissions incitera des membres de la classe politique à s'y montrer sous un nouveau jour, inaugurant en France l'ère de la « politique-spectacle » (Jack Lang reprenant un sketch de Guy Bedos avec l'actrice Miou-Miou, François Léotard et Lionel Jospin jouant les chanteurs, Jacques Chirac acceptant d'être interviewé par Tatayet, etc.).[réf. nécessaire]

En 1992, il rejoint la troupe des Enfoirés et participe à la grande soirée des Enfoirés à l'opéra Garnier, au profit de l'association des Restaurants du cœur.

En 1992, il participe, déguisé en candidats anonymes, à plusieurs émissions de TF1, notamment les jeux (La Roue de la fortune, Tournez manège, Une famille en or…), trompant Pierre Palmade, Christian Morin. Le résultat a donné l'émission Le Grand Bluff. Il a à cette occasion battu le record d'audience de l'époque avec 17,5 millions de téléspectateurs. Il ne sera détrôné que six ans plus tard, en 1998, par la finale de la coupe du monde de football 1998 qui a rassemblé 20,5 millions de téléspectateurs.

En 1995, son émission Osons créé la polémique à cause d'un sketch. Par une plainte déposé par le Mrap, il a été condamné en 1995 pour propos racistes pour avoir, grimé en Jean-Marie Le Pen, chanté Casser du noir sur la mélodie de Casser la voix de Patrick Bruel (la législation française ne tolère nullement l'expression de propos racistes, même à titre de parodie ou de satire)[4]. Le « jury » de l'émission était présidé par Olivier de Kersauson.

Certaines personnes lui ont reproché d'avoir une image un peu « vulgaire », trop « populaire » et de « manipulateur », ce dont il se plaint parfois.

Depuis 1996 : Un animateur France 2[modifier | modifier le code]

En mars 1996, il quitte TF1 pour France 2 où il crée de nouvelles émissions, dont Le Plus Grand Cabaret du monde, lancé en septembre 1998.

Parallèlement, il sort des albums de chansons festives, réalise un film en 1999 et publie plusieurs livres dont certains autobiographiques

Il a déclaré soutenir François Bayrou dans la campagne pour l'élection présidentielle française de 2007.

En novembre 2009, Patrick Sébastien annonce vouloir se lancer dans la politique et créé le 24 mars 2010 un mouvement citoyen, le Droit au respect et à la dignité (DARD)[5] dans le but de «remettre l'humain au cœur de la société» en s'inspirant du nom de l'écrivain et ami Frédéric Dard. Il dissout finalement ce mouvement le 16 juin 2010[6].

Activités comme producteur[modifier | modifier le code]

En 1990, Patrick Sébastien reçoit une cassette d'un one-man-show d'Albert Dupontel qu'il décide de produire. En 1993, il produit Dany Boon.

En 2001, il produit le premier spectacle de Nicolas Canteloup, Tous des guignols. Cette même année, Patrick Sébastien décide de présenter un duo comique qu'il a repéré sur la scène du Plus Grand Cabaret du monde ; Shirley & Dino deviennent alors les vedettes de cette émission.

En 2003, il découvre les compositions d'Yves Jamait dont le premier album est réédité grâce à Patrick Sébastien, qui devient son producteur.

En 2008, il devient le producteur d'Yves Pujol, qui après la chanson, désire entamer une carrière d'humoriste. Il met en scène son spectacle J'adore ma femme.

Il écrit des titres du premier album de Lisa Angell qu'il produit entièrement. Les Divines sort en 2011 chez Polydor[7],[8]. Il se place no 31 en France[9] et no 86 en Belgique[10].

Radio[modifier | modifier le code]

  • Présentation d'une émission radio dans les années 1980
  • Sociétaire des Grosses Têtes de Philippe Bouvard sur RTL au milieu des années 1980
  • Présentation d'une émission radio estivale sur RMC durant l'été 1991
  • Consultant pour la Coupe du monde de rugby 2007 dans l'émission de RTL « On refait la coupe du monde » présenté par Jean-Michel Rascol
  • Vos plus belles années (RTL, 2009) avec la complicité de Rémi Castillo.

Animateur de télévision[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980, Patrick Sébastien se passionne pour le cinéma. Il joue le rôle d'un aveugle dans Le téléphone sonne toujours deux fois !! en 1985 et apparaît chez Jean-Pierre Mocky dans le Pactole la même année. Il revient sur les écrans en 1997 dans le rôle d'un légionnaire extrémiste dans : Quatre garçons pleins d'avenir.

Il rêve néanmoins de pouvoir réaliser un vrai film de cinéma. Dans l'impossibilité de trouver le financement pour un long métrage sur la télévision, il parvient à réunir les fonds pour son premier et unique long métrage. Produit par diverses sources (dont l'animateur Arthur), il écrit, produit, monte, interprète et réalise : T'aime en 1999.

Le film réunit Annie Girardot, Michel Duchaussoy, Jean-François Balmer. Il est tourné dans le village où Patrick Sébastien a une maison. Certaines séquences se déroulent même dans l'ancienne chambre de l'animateur. L'histoire raconte celle du docteur Hugues Michel (Patrick Sébastien) qui tente de réunir deux amoureux douloureux dans un asile psychiatrique.

Lors de sa sortie le film reçoit des critiques extrêmement négatives. Ce sera également un immense échec public. Après ce revers cinglant, Sébastien se détourne définitivement du cinéma. Courant 2006, sur un plateau de télévision, Roselyne Bachelot (en compagnie de l'intéressé) déclarera qu'il s'agissait pourtant « d'un très beau téléfilm ». Ce film est répertorié sur le site Nanarland, qui lui trouve néanmoins des qualités et impute sa mauvaise réputation au fait qu'il est réalisé par Patrick Sébastien[11].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur
Acteur et réalisateur
Réalisateur

Documentaires[modifier | modifier le code]

Téléfilm[modifier | modifier le code]

  • 2014 : Mr.Max Et La Rumeur de Jacques Malaterre et avec Patrick Sébastien (Adaptation de sa pièce) - Le boucher

Théâtre[modifier | modifier le code]

Auteur et metteur en scène :

Auteur et comédien :

Auteur, comédien et metteur en scène :

Discographie[modifier | modifier le code]

Spectacles[modifier | modifier le code]

  • 1974 : Spectacle d'imitations (en particulier Bourvil, dans plusieurs cabarets parisiens, en particulier à La main au panier le jour de ses 21 ans)
  • 1982 : Olympia 82
  • 1984 : Olympia 84 (Disponible en K7 vidéo)
  • 1987 : Patrick Sébastien, Tout neuf
  • 1990 : Patrick Sébastien, été 90 - TF1
  • 1992 : La Soirée des Enfoirés à l'Opéra (Disponible en K7 vidéo et en CD) - TF1
  • 1993 : Patrick Sébastien, c'était ma tournée (Disponible en CD enregistré à L'Olympia ) - TF1
  • 1997 : Sans Interdit - (à L'Olympia) (Disponible en DVD et K7 Vidéo) - France 2
  • 2001 : le 5 et 6 mai 2001 à L'Olympia (Manque le vrai nom)
  • 2004 : 30 ans de scène (à L'Olympia) - France 2
  • 2006 : Sur un air de fête ! (à L'Olympia) - France 2
  • 2006 : Patrick Sébastien fait la fête au Casino de Paris (Disponible en DVD) - France 2
  • Été 2012 : La fiesta continue !
  • 2011 à 2014 : Imitations et Confidences
  • Été 2014 : Ça va être ta fête !
  • 14 novembre 2014 : 40 ans de carrière (à L'Olympia et au cabaret La main au panier) - France 2

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

Patrick Sébastien est également l'auteur de plusieurs ouvrages, notamment de Vitriol Menthe, roman dans lequel il évoque son expérience des clubs échangistes.

Le , dans l'émission de télévision animée par Laurent Ruquier On n'est pas couché, il apparaît sur le plateau grimé, sous le nom de Joseph Lubsky, et se présente comme l'auteur du livre La Cellule de Zarkane, ayant expliqué par la suite que « si on l'avait présenté sous le nom d'auteur Patrick Sébastien, personne ne l'aurait ouvert ». Au moment de la supercherie seul Laurent Ruquier était au courant. Il est revenu le pour s'expliquer. Patrick Sébastien voulait pointer du doigt le manque de cohérence de la critique littéraire. Il s'est notamment dit « effrayé » que Michel Polac (chroniqueur dans l'émission) n'ait même pas lu son livre, c'est pourquoi il l'a menacé, par la suite, de venir chez lui s'expliquer de façon douloureuse comme il l'a lui-même signalé à celui-ci.

Rugby[modifier | modifier le code]

Joueur de rugby[modifier | modifier le code]

Enfant du sud-ouest il est un amateur inconditionnel de ce sport dans lequel il a baigné dès son plus jeune âge, et a été un espoir du CA Brive. Ses disques de musique populaire reflètent la troisième mi-temps.

Président du club de rugby[modifier | modifier le code]

Association[modifier | modifier le code]

2013 : il devient le parrain de l'association Enfance et partage , reconnu d'utilité publique pour sa défense des enfants maltraités

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1990 : 7 d'or du meilleur animateur de variétés
  • 2000 et 2003 : 7 d'or de la meilleure émission de divertissement et d'humour pour « Le Plus Grand Cabaret du monde »
  • 2009 : Prix Kangourou, décerné par la Maison du Rire et de l'Humour de Cluny pour son livre en hommage à sa mère : Tu m'appelles en arrivant ?

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Après avoir pourri les mariages et les communions, je vais pourrir les manifestations ! […] On pourrait dire que je suis un chanteur engagé de bonne humeur, je vous offre donc ce titre reflet de la situation actuelle. J'ai même écrit un passage en créole que je dédie à mes amis de Guadeloupe et de Martinique. » (Les années bonheur à propos de On voudrait des sous)
  • « En démocratie c'est le peuple qui choisit ses dictateurs. »
  • " Le destin ne se démerde jamais mal, il donne son avis, c'est tout"

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]