Jean-Claude Brialy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Claude Brialy

Description de cette image, également commentée ci-après

Jean-Claude Brialy en 1992.

Naissance
Aumale (Algérie)
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 74 ans)
Monthyon (Seine-et-Marne)
Profession Acteur
Réalisateur
Scénariste
Films notables Le Beau Serge
Le Gigolo
La mariée était en noir
Le Genou de Claire
La Banquière
L'Effrontée
La Reine Margot
Beaumarchais, l'insolent

Jean-Claude Brialy est un acteur, réalisateur, scénariste et écrivain français, né le à Aumale, en Algérie, et mort le à Monthyon (Seine-et-Marne).

Issu de la Nouvelle Vague du cinéma français, il a joué dans plus de cent films au cours d'une carrière commencée en 1956 et a côtoyé de très grands réalisateurs tels que Louis Malle, Claude Chabrol, François Truffaut ou Éric Rohmer. Vedette (Le Beau Serge) ou second rôle, il a été nommé pour le César du meilleur acteur dans un second rôle avec Le Juge et l’Assassin en 1977 et l’a remporté avec Les Innocents.

Une formation de comédien[modifier | modifier le code]

Né à Aumale en Algérie, il est le fils d’un officier supérieur français, qu’il suit dans ses multiples affectations pendant son enfance. Il passe ainsi par Blida en Algérie, puis Bône (actuellement Annaba) et Marseille. La famille Brialy s’installe ensuite à Angers, au 10 de la rue Mirabeau. Jean-Claude et son frère vont à l’école au lycée David-d'Angers (où il connut son « premier émoi de comédien » dit-il dans son autobiographie) et les vacances se déroulent chez leurs grands-parents à Chambellay, à une trentaine de kilomètres au nord d’Angers. C’est dans ce village que Jean-Claude Brialy vit les plus beaux moments de son enfance, écrit-il en 2000 dans son autobiographie.

En 1946, il fait son entrée au Prytanée national militaire de La Flèche, dans la Sarthe, avant de déménager de nouveau à Saint-Étienne, et finalement passer son baccalauréat au collège épiscopal Saint-Étienne de Strasbourg, où il suit en parallèle des cours d’art dramatique.

Il obtient le premier prix de comédie au conservatoire de Strasbourg et entre alors au centre d’art dramatique de l’Est, où il interprète différents rôles de théâtre. Pendant son service militaire à Baden-Baden, il est affecté au service cinématographique de l’armée en Allemagne, l’occasion pour lui de tourner son premier court-métrage, Chiffonard et Bon Aloi.

Du cinéma à la télévision[modifier | modifier le code]

En 1954, il débarque à Paris, vit de petits boulots, ses parents refusant de l’aider. Il fréquente alors la bande des Cahiers du cinéma et joue dans un court-métrage Le Coup du berger de Jacques Rivette. Il va alors multiplier apparitions et rôles, dont Elena et les Hommes de Jean Renoir en 1956, Ascenseur pour l’échafaud de Louis Malle en 1957 et surtout Le Beau Serge et Les Cousins de Claude Chabrol, qui lui apportent la célébrité.

En 1955, il achète grâce à l'aide financière de Claude Chabrol et de François Truffaut la propriété de Monthyon, près de Meaux, que lui a fait connaître Marie-José Nat. C'est dans sa propriété que Jacques Chazot, atteint d'un cancer de la gorge, passera les derniers mois de sa vie, avant d'y être enterré en 1993[1]. Devenu l'ami de nombreux artistes et reconnu à la fois par ses pairs et par le public, Jean-Claude Brialy achète en 1966 un ancien bistrot de l'île Saint-Louis à Paris, qu'il fait transformer en restaurant sous l'enseigne de "L'Orangerie", lieu de la vie nocturne qui verra défiler en toute discrétion un grand nombre d'artistes français et étrangers[1].

Il devient un acteur prisé des réalisateurs de la Nouvelle Vague, jouant pour Jean-Luc Godard dans Une femme est une femme, pour Éric Rohmer dans Le Genou de Claire et pour François Truffaut dans La mariée était en noir. Il était très proche de François Truffaut; en 1968 ce dernier demande à Marcel Berbert et à Jean-Claude Brialy d’être les témoins de son mariage avec Claude Jade. Grand travailleur, il tourne plusieurs films par an, jouant également au théâtre.

Il passe à la réalisation avec son premier film en 1971, Églantine, qu’il tourne à Chambellay, un village d’Anjou d'où sont natifs ses grands-parents, puis en 1973 Volets clos. En juillet 1979, il réalise pour la télévision, Les Malheurs de Sophie, tourné au château de Lorie à La Chapelle-sur-Oudon, près de Segré.

Le théâtre et l’écriture[modifier | modifier le code]

Jean-Claude Brialy au festival de Cannes 1992

Directeur du théâtre Hébertot (1977) puis du théâtre des Bouffes-Parisiens (de 1986 à sa mort), il est longtemps directeur artistique du festival d’Anjou (1985-2001) ainsi que le créateur et directeur artistique du festival de Ramatuelle à partir de 1985.

En 2000 et 2004, il écrit deux livres auto-biographiques qui rencontrent un réel succès de librairie: Le Ruisseau des singes (éd. Robert Laffont), où il évoque plus particulièrement les bons moments de son enfance passés à Chambellay près d’Angers (« Mon paradis, c’est l’Anjou ») et J’ai oublié de vous dire (XO éditions). En 2006, à la suite de son voyage dans son pays natal, il publie Mon Algérie (Timée éditions). Il écrit aussi des anthologies: Les Pensées les plus drôles des acteurs et Les Répliques les plus drôles du théâtre de boulevard (Le Cherche-Midi).

Personnalité du « tout-Paris », il intervient parallèlement dans de nombreuses émissions de radio et de télévision, comme Les Grosses Têtes de Philippe Bouvard sur RTL. Il participe régulièrement à l’émission.

Sa proximité avec les artistes l'amène à assister à la plupart des enterrements de célébrités, à tel point que Thierry Le Luron l'avait surnommé « la Mère Lachaise » (en référence au célèbre cimetière parisien et à son homosexualité débridée).

Fin de sa vie[modifier | modifier le code]

Tombe de Jean-Claude Brialy au cimetière de Montmartre (15e division), à Paris

Il tourne son dernier téléfilm en 2006, Monsieur Max de Gabriel Aghion. On le voit aux obsèques de Gérard Oury, en , avec lequel il avait tourné Lévy et Goliath, aux funérailles de Philippe Noiret le et à celles de Jean-Pierre Cassel en avril 2007. Quelques jours avant sa mort, Jean-Claude Brialy est présent à Cannes pour les 60 ans du festival et à l'émission de Philippe Bouvard, Les Grosses Têtes, dont il était « sociétaire ».

Il meurt à Monthyon le des suites d’un cancer, n’ayant averti personne, pas même ses amis proches, de sa maladie. Ses obsèques sont célébrées en l’église Saint-Louis-en-l'Île, le 4 juin 2007. La messe des funérailles est concélébrée par l’évêque Jean-Michel di Falco et l’abbé Gérard Pelletier, en présence de nombreuses célébrités.

Jean-Claude Brialy est enterré au cimetière de Montmartre, juste à côté de la célèbre « Dame aux Camélias ».

Vie privée[modifier | modifier le code]

À propos de son homosexualité, il déclare au magazine Têtu en qu’au début de sa carrière, « c’était tabou. […] D’ailleurs, je ne vois pas l’intérêt de dire : “Il est jaune”, “Il est juif” ou “Bonjour, je suis homosexuel”. Moi, j’étais un “homosexuel naturel”, je ne me suis jamais posé de questions, j’ai eu des aventures avec des femmes, des hommes… J’ai choisi les hommes par égoïsme, parce que je trouvais que les rapports étaient plus simples, mais aussi par goût. » En 1994, Jean-Claude Brialy participe au doublage du film Priscilla, folle du désert, qui traite le thème de l'homosexualité : il prêta sa voix à l'acteur Terence Stamp.

Opposé au mariage gay mais favorable à un PACS amélioré — « Les gens qui se pacsent devraient avoir les mêmes droits que les gens mariés » —, Jean-Claude Brialy s’est aussi beaucoup engagé dans la lutte contre le Sida, notamment aux côtés de Line Renaud : « Beaucoup croient que le sida se guérit, mais pas du tout, la mort est toujours au bout. Les homosexuels doivent montrer l’exemple et encourager les gens à se protéger, à se défendre. Je suis un porte-parole de Sidaction. Je vais aux réunions et il y a quelques années, j’ai fait avec Sophia Loren une vente aux enchères qui a rapporté 10 millions de francs. On a pu acheter une maison à Genève pour les gens en fin de vie. »

Théâtre[modifier | modifier le code]

En tant qu'acteur[modifier | modifier le code]

En tant que metteur en scène[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

En tant qu'acteur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

En tant que réalisateur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Ruisseau des singes, Robert Laffont, Paris, 2000
  • J’ai oublié de vous dire, XO éditions, Paris, 2004
  • Mon Algérie, Timée éditions, 2006 avec un DVD documentaire réalisé lors de son retour en Algérie par Yannis Chebbi et Michael Kazan
  • Les Pensées les plus drôles des acteurs, Le Cherche midi, 2006
  • Les Répliques les plus drôles du théâtre de boulevard, Le Cherche midi, 2007

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Claude Brialy, Le Ruisseau des singes, éditions Robert Laffont, Paris, 2000
  2. Dans son premier livre, il dit être sur le plateau sans préciser si c'est en tant que technicien ou que figurant.
  3. Diffusé également en 5 épisodes de 52 min à la télévision
  4. Film de télévision sorti également en salles
  5. Sorti également en salles.
  6. Ordonnance Souveraine no 15.565 du 18 novembre 2002 portant promotions ou nominations dans l'Ordre du Mérite Culturel