Olivier de Kersauson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Olivier de Kersauson

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Olivier de Kersauson lors des Tonnerres de Brest en juillet 2012.

Nom de naissance Olivier de Kersauson de Pennendreff[1]
Alias
L'Amiral
Naissance 20 juillet 1944 (70 ans)
Sarthe
Nationalité Française
Pays de résidence Drapeau de la France France
Profession

Olivier de Kersauson (vicomte Olivier de Kersauson de Pennendreff)[1], né à Bonnétable le 20 juillet 1944, est un navigateur, chroniqueur et écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et famille[modifier | modifier le code]

Olivier de Kersauson à Brest en juillet 2008.

Olivier de Kersauson est le septième d’une famille de huit enfants, né de Henri de Kersauson (1906-1990) et de Jeanne Buffet (1911-2011). Son ancêtre Robert de Kersauson prit part à la septième croisade[2]. Son frère Yves de Kersauson devint amiral au terme d'une carrière dans la Marine nationale où il dirigea la direction du renseignement militaire[3]. Un autre frère Florent de Kersauson est, avec Bernard Hass, le créateur de la Route du Rhum.

Il a de mauvais souvenirs de ses études, notamment de sa scolarité chez les jésuites[4] mais il décroche son baccalauréat puis entame une faculté d'économie avant de rapidement renoncer[5]. Il réalise alors son premier voyage initiatique en auto-stop pour la Grèce via l'Allemagne (où il a tenu à s'arrêter au camp de Dachau) et la Yougoslavie[6].

Olivier de Kersauson est veuf de Caroline Piloquet-Verne (1958-2005), avec laquelle il a eu un fils, Arthur né en 1980[7], lui-même marié avec Clotilde d'Urso, belle-fille du mannequin et designer Inès de La Fressange. Il se marie civilement à Brest en 2013 et religieusement sur le petit atoll de Fakarava en 2014, avec sa compagne polynésienne Sandra, rencontrée dans les Tuamotu[8],[9],[10].

Article détaillé : Famille de Kersauson.

Carrière[modifier | modifier le code]

Amoureux des grands espaces[11], Olivier de Kersauson a commencé à naviguer près de Morlaix puis à La Trinité-sur-Mer (une maison familiale s'y trouve à la Pointe Kerhino) où, adolescent, il barre notamment le Cambronne, voilier de Jean-Marie Le Pen[12],[4].

En 1967, il effectue son service militaire dans un régiment de parachutistes d'infanterie de marine où il est affecté sur la goélette Pen Duick III à la demande d'Éric Tabarly, qu'il considère par la suite comme son « maître »[13]. Il terminera au grade de quartier-maître[14]. Dès lors, il devient l’un des équipiers favoris de Tabarly, puis même, sera le second à bord de plusieurs Pen Duick, apprécié pour « sa force digne d’Hercule, son engagement et son humour », selon Tabarly[15].

Il reste aux côtés d’Éric Tabarly jusqu’en 1974. Il commence ensuite une carrière indépendante de ce dernier non sans succès. À Noël 1975 l'avarie de Kriter II dans la course Londres-Sydney-Londres et le mystère qui entoura durant quelques jours le sort de l'équipage (14 personnes, la plupart jeunes marins sans grande expérience) le portent sur le devant de la scène médiatique. Il termine quatrième de la première Route du Rhum en 1978 avec Kriter IV.

Le restaurant Le Tour du Monde à Brest.

Il se lance dans l'aventure des multicoques dans les années 1980. En 1986, il fait construire au chantier CDK son premier trimaran de 23 mètres, Poulain[16],[17], qui devient Un Autre Regard, puis Charal, un trimaran de 27 mètres en 1992, rebaptisé Lyonnaise des Eaux-Dumez avec lequel il s'engage dans le Trophée Jules-Verne en 1994. Avec Sport Elec, il reprend le trophée à Peter Blake et le conserve pendant cinq ans.

Avec Géronimo, un trimaran géant de 34 mètres baptisé en 2001, il fait notamment trois tentatives consécutives avant de battre une nouvelle fois le record du Trophée Jules Verne en 2004 ainsi que de nombreuses courses dans le Pacifique[15].

Il est propriétaire de 2 restaurants Le Tour du Monde à Brest[18] et à Larmor-Plage près de Lorient.

Carrière à la télé et à la radio[modifier | modifier le code]

Ses propos caustiques et cyniques tenus dans certains dîners parisiens ainsi que sa grande culture et son talent d'improvisateur incitent son ami Jacques Martin qui l'a rencontré au lagon de Bora Bora en 1978 à convaincre Philippe Bouvard de le faire participer à l'émission radiophonique Les Grosses Têtes. Il participe ponctuellement à l'émission de 1981 à 2009 où il entretient volontiers le rôle d'un personnage bougon, misogyne et très susceptible lui valant la sympathie du public et le surnom de « l'Amiral ». Il s'y distingue notamment en tant que fin latiniste et misanthrope assumé[15].

C'est sur La Cinq de Berlusconi que lui est confiée la présentation du magazine de l'aventure "Jonathan" en 1986.

Il a participé en 1995 à l'émission à succès Osons sur TF1 en compagnie de Patrick Sébastien, émission parfois ponctuée de scandales.

Depuis septembre 2009, Olivier de Kersauson participe régulièrement à l'émission de Laurent Ruquier sur Europe 1, On va s'gêner[19] et rejoindra, à la rentrée 2014, l'équipe des Pieds dans le plat, émission de Cyril Hanouna, qui remplace Laurent Ruquier, lequel passe de Europe 1 à RTL en reprenant Les Grosses Têtes.

Il s'exprime parfois dans des interviews, et dans son livre sur sa « philosophie » de vie. Il dit préférer le calme de l'océan au son de la musique, et compare ses excursions maritimes à des « purifications ». Il retourne le plus fréquemment possible en Polynésie française où il a découvert le « monde romancé » qu’il recherchait[15].

« Ma pensée ne se repose qu'en mer. Je ne fuis pas mes semblables. D'abord pour être honnête, ils ne m'intéressent qu'assez peu pour que je les boude vraiment[7]. »

— Olivier de Kersauson, Ocean's songs

Records[modifier | modifier le code]

Géronimo est accueilli par l'Abeille Flandre à son retour du trophée Jules-Verne en 2004.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Fidji Fidji, avec Gilles Rateau et Charles Bonnay, éd. du Pacifique, 1972
  • Île de Pâques, avec Bob Putigny, M. Fulco et J.P. Duchêne, éd. du Pacifique, 1973
  • Fortune de Mer avec Jean Noli, Presses de la Cité, 1979
  • Mémoires salées, Le Grand livre du mois, 1985
  • Homme libre… toujours tu chériras la mer !, avec Jean Noli, éd. Fixot, 1994
  • Dresseurs de métal, avec Dominique Leroux, Henri Brisson et Catherine Cornic, Dialogues éd., 1995
  • T'as pas honte? , avec Georges Wolinski (illustrations), Le Cherche-midi, 1995
  • Macho mais accro, avec Georges Wolinski (illustrations), Le Grand livre du mois, 1996
  • Vieil Océan, Flammarion, 1997
  • Tous les océans du monde: 71j, 14h, 22', 8'', Le Cherche-Midi, 1997
  • Les côtes bretonnes vues du ciel avec Paire, éd. Glénat, 1998
  • Les ports du monde, éd. Flammarion, 1999
  • Retour au port, éd. Michel Lafon, 2002
  • La Bretagne vue de la mer, avec Michel Bellion (illustrations), Le Cherche Midi, 2003
  • Ocean's Songs, Le Cherche-Midi, 2008
  • Bretagne, regards partagés, La Martinière, 2010
  • Ocean's Songs Tome 2, Le Cherche-Midi, 2012
  • La Mer à travers la carte postale ancienne, HC Éditions, 2012
  • Le monde comme il me parle, Le cherche midi, 2013

Préfaces[modifier | modifier le code]

  • Philippe Monnet: biographie, par Didier Piron, éd. Mango Sport, 2000
  • Sur les pas de Jules Verne, Gonzague Saint Bris (auteur), Stéphane Heuet (illustrations), Presses de la Renaissance, 2005
  • Route du Rhum : Histoire d'une course de légende, Gilles Pernet (auteur), éd. Pêcheur d'images, 2006
  • Capitaine Tempête: Souvenirs d'un capitaine de remorqueur de haute mer et de sauvetage, Jean Bulot (auteur), éd. des Equateurs, 2006
  • Un vent de liberté: mémoires, Florence Arthaud (navigatrice), éd. Arthaud, Paris, 2009
  • Atlas des îles abandonnées, Judith Schalansky, Flammarion, 2010
  • On n'arrête pas la connerie, Jean Yanne, éditions Le Cherche Midi, 2010.
  • Album Ô filles de l’eau, Nolwenn Leroy, Mercury Universal, 2012.

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 1989, Olivier de Kersauson a reçu le prix André de Saint-Sauveur de l'Académie des sports[26]. Depuis 1994, il est officier de la Légion d'honneur[27].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Fabien Piliu, « Kersauson par Kersauson », La Tribune,‎ 22 décembre 2009 (consulté le 27 décembre 2011)
  2. Hyacinthe-D. de Fourmont, L'Ouest aux croisades, t. 2, Vve Forest,‎ 1866, 329 p. (lire en ligne), p. 215
  3. Arrêté du 29 juin 2001 portant délégation de signature.
  4. a et b Luc le Vaillant, « Un solitaire autoritaire qui a appris à consulter », sur liberation.fr,‎ 20 mai 1997
  5. Olivier de Kersauson Navigateur français sur Evene.fr
  6. Olivier de Kersauson, Ocean's songs, Le Cherche Midi,‎ 2012 (lire en ligne), p. 5
  7. a et b (fr) Portrait à la ville d'Olivier de Kersauson
  8. Régis Le Sommier, « Olivier de Kersauson : Cap sur le mariage », sur Paris Match,‎ 21 juillet 2013
  9. Christine Kerdellant, « Olivier de Kersauson : "Le Monde comme il me parle" », sur L'Express,‎ 19 septembre 2013
  10. Régis Le Sommier, « Les mariés du lagon », sur Paris Match,‎ 14 juin 2014
  11. « Olivier de Kersauson » [vidéo], sur ina.fr, Radioscopie,‎ 17 décembre 1976
  12. Olivier de Kersauson
  13. Pages 117-212, Ocean's songs, Le Cherche-Midi, 2008
  14. Il donne ces détails lors d'une émission des Grosses Têtes du 9 juillet 1992 sur RTL.
  15. a, b, c et d Isabelle Morizet, Interview d'Olivier de Kersauson dans l'émission Il n’y a pas qu’une vie dans la vie sur Europe 1, 13 mars 2013
  16. « Le baptême du nouveau catamaran d'Olivier de Kersauson » [vidéo], sur ina.fr, Rennes Soir,‎ 21 mai 1986
  17. « Multicoques », CDK technologies (consulté le 27 décembre 2011)
  18. « Historique », Bar Le Tour Du Monde (consulté le 27 décembre 2011)
  19. Florence Le Méhauté, « L'amiral Kersauson change de navire », Ouest-France,‎ 11 septembre 2009 (consulté le 27 décembre 2011)
  20. « Kersauson record du tour du monde » [vidéo], sur ina.fr, Journal d'A2,‎ 3 mai 1989
  21. a et b (en) « Historical list of Offshore World Records », WSSRC (consulté le 27 décembre 2011)
  22. (en) John Reed, « WSSR Newsletter No 104 », WSSRC (consulté le 27 décembre 2011)
  23. (en) John Reed, « WSSR Newsletter No 114 », WSSRC (consulté le 27 décembre 2011)
  24. (en) John Reed, « WSSR Newsletter No 117 », WSSRC (consulté le 27 décembre 2011)
  25. (en) John Reed, « WSSR Newsletter No 115 », WSSRC (consulté le 27 décembre 2011)
  26. « Prix André de Saint-Sauveur », Académie des sports (consulté le 27 décembre 2011)
  27. Décret du 3 décembre 1994 portant promotion et nomination

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :