Auderghem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Audeghem.
Auderghem
(nl) Oudergem
Le château Sainte-Anne
Le château Sainte-Anne
Blason de Auderghem
Héraldique
Drapeau de Auderghem
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région de Bruxelles-Capitale Région de Bruxelles-Capitale
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Arrondissement Bruxelles-Capitale
Bourgmestre Didier Gosuin (FDF) (empêché)
Christophe Magdalijns (FDF) (f.f.)
Majorité LB-Samen (01/12/2012)
Sièges
LB (FDF-MR)
Ecolo
PS
Samen
cdH+
31
23
4
2
1
1
Section Code postal
Auderghem 1160
Code INS 21002
Zone téléphonique 02
Démographie
Gentilé Auderghemois(e)[1]
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
31 985 (1er janvier 2014)
47,28 %
52,72 %
3 542 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
(1er janvier 2013)
20,52 %
61,45 %
18,03 %
Étrangers 22,19 % (1er janvier 2013)
Taux de chômage 12,71 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 14 681 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 49′ N 4° 25′ E / 50.817, 4.417 ()50° 49′ Nord 4° 25′ Est / 50.817, 4.417 ()  
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
9,03 km2 (2005)
6,88 %
36,93 %
53,28 %
2,91 %
Localisation
Situation de la commune au sein dela région de Bruxelles-Capitale
Situation de la commune au sein de
la région de Bruxelles-Capitale

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Auderghem

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Auderghem
Liens
Site officiel auderghem.be

Auderghem (en néerlandais Oudergem, en brabançon Avergom) est une des 19 communes de Bruxelles-Capitale. Comme les autres communes de Bruxelles, elle est officiellement bilingue.

La chapelle Sainte-Anne (XIIe siècle).

Elle compte 31 985 habitants (au 1er janvier 2013 selon l'INS), appelés Auderghemois, et couvre une superficie de 9,0296 km2. Son code postal est 1160.

Située au sud-est de la ville de Bruxelles, le long de la vallée de la Woluwe et à l'orée de la forêt de Soignes, Auderghem est une commune privilégiée du point de vue de son environnement. Malgré les grands axes qui la sillonnent (Boulevard du Souverain, Chaussée de Wavre, Viaduc Herrmann-Debroux) et l'intensification du trafic routier, Auderghem a su préserver une partie relativement importante de son patrimoine naturel et historique : les étangs, l'abbaye du Rouge-Cloître de la famille Beruck et son centre d'Art, le château de la Solitude, le prieuré de Val Duchesse, le château de Trois-Fontaines, le château Sainte-Anne et la remarquable chapelle Sainte-Anne.

Elle est limitrophe des communes de Etterbeek, Ixelles, Overijse, Tervuren, Watermael-Boitsfort et Woluwe-Saint-Pierre.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom d'Auderghem apparait pour la première fois dans une charte de 1253. Il proviendrait de Oudrenghem qui signifierait « vieille maison » (Ouder : vieux et ghem, dérivé du vieil germanique haim : maison). Ce nom pourrait même remonter à l'époque franque et serait alors issu de Aldaharinga haim, qui signifie « maison d'Aldaric ». Une hypothèse serait que déjà au Ve siècle, on trouvait à Auderghem plusieurs domaines agricoles dont le plus important était peut-être celui d'un certain Aldaric, guerrier venu de l'Est avec les migrations et qui choisit, pour s'y établir, une clairière dans la forêt.

Histoire[modifier | modifier le code]

Trois villages de la forêt (Auderghem, Watermael et Boitsfort) vivent depuis des siècles ensemble. En 1794, les soldats de la Révolution française décidèrent de séparer Auderghem, Watermael et Boitsfort pour en faire 3 communes distinctes.

En 1811, Napoléon, par décret impérial, décide de réunir à nouveau en une seule entité administrative les 3 villages de Watermael, Boitsfort et Auderghem. Mais Auderghem fut rapidement priée, par arrêté royal, de ne plus perturber l'existence du couple Watermael-Boitsfort et donc de se retirer. Auderghem devint alors une commune indépendante en 1863, avec ses 1 600 habitants.

La construction de la ligne de chemin de fer reliant Bruxelles et Tervuren ainsi que, en 1910, la construction du Boulevard du Souverain modernise la commune, la population augmente rapidement. Elle atteint les 8000 habitants à la fin de la Première Guerre mondiale[2].

Le prieuré de Val Duchesse.

Le prieuré et le château de Val Duchesse habite la commune. Cette propriété de la donation royale est rarement accessible au public. C'est là que les Ministres du Gouvernement se réunissaient à une époque et sporadiquement de nos jours.

La chapelle Sainte-Anne dont les origines remontent au XIIe siècle est, elle, accessible au public. Désaffectée en 1843, elle fut vendue à plusieurs reprises. On peut encore y admirer de remarquables sculptures et mobilier du Moyen Âge. C'est le plus ancien monument de la commune.

Fin du XIXe siècle, Auderghem fut investie par la noblesse et la bourgeoisie de Bruxelles, qui construisirent de belles résidences de campagne, comme dans la commune voisine de Watermael-Boitsfort. Ces villégiatures à l'orée de la forêt de Soignes, où les nantis venaient profiter les week-ends d'un cadre forestier exceptionnel, ont contribué au développement du tourisme. De nombreux cafés-restaurants se multiplièrent. Ces belles résidences aux allures de châteaux, souvent de style art nouveau, subsiste parfois, mais malheureusement beaucoup ont été détruites. Parmi les demeures subsistant encore aujourd'hui, on peut admirer le château de la Solitude construit en 1912 par la duchesse de Croÿ ou l'ancien château Waucquez qui fut résidence du bourgmestre et chef de cabinet du Roi, Henri de Brouckère.

L'abbaye du Rouge-Cloître

Le château de Rouge-Cloître, qui avait été vendu en 1960, n'échappa pas à la démolition et fut détruit dès l'année suivante. Ce château, après avoir appartenu à Félix Govaert (acte du 28 juin 1911 passé devant le notaire Georges de Ro à Saint-Josse-ten-Noode), devint la propriété du notaire Albert Poelaert, neveu du célèbre architecte Joseph Poelaert, puis, en 1927, du comte de Meeus. En 1953 fut créée la Société du Château de Rouge-Cloître (Annexes au Moniteur belge, 2 et 3 février 1953) qui avait pour objet la mise en valeur du domaine[3].

La Commune d'Auderghem offre de nombreux espaces verts. Outre le prieuré de Val Duchesse, on y découvre le prieuré ou Abbaye du Rouge-Cloître, le Jardin botanique Jean Massart, la forêt de Soignes, le Parc du Bergoje, le Parc de Woluwe, le parc Seny.

Bourgmestres[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des bourgmestres d'Auderghem.

Évolution de la population[modifier | modifier le code]

Année 1830 1846 1856 1866 1876 1880 1890 1900 1910 1920 1930 1947 1961 1970 1980 1990 2000 2010
Habitants 1.602 2.233 2.434 3.277 4.685 7.520 9.108 14.090 18.640 27.600 34.546 31.174 29.143 28.804 30.811
Index 100 139 152 205 292 469 569 880 1.164 1.723 2.156 1.946 1.819 1.798 1.923
chiffres INS - 1866 = Index 100


Quartiers et lieux-dits de la commune[modifier | modifier le code]

Villas et châteaux à Auderghem[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Germain, Guide des gentilés : Les noms des habitants en Communauté française de Belgique, Bruxelles, Ministère de la Communauté française,‎ 2008 (lire en ligne), p. 20.
  2. Stève Polus, « La chaussée au long cours », dans La collection des villages de Bruxelles: Auderghem - Watermail-Boitsfort, Hors-série du Soir, Groupe Rossel, 2005
  3. A. Maes, "Deux siècles dans la vie de Rouge-Cloître", dans, le Folklore Brabançon, Bruxelles, 1980, p. 166