Steevy Boulay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boulay.

Steevy Boulay

Alias
Steevy
Naissance 19 février 1980 (34 ans)
Lille (Nord)
Nationalité Drapeau : France Française
Profession

Steevy Boulay, né le 19 février 1980 à Lille, est un chroniqueur de radio et de télévision et un comédien français. Il s'est fait connaître en participant à la première émission de télé réalité en France, Loft Story (2001), puis en intervenant dans de nombreuses émissions de Laurent Ruquier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et jeunesse[modifier | modifier le code]

Lorsqu'il a 4 ans, ses parents, Daniel et Zorah, se séparent. Il noue alors une relation forte avec sa mère, chez laquelle il vit avec sa petite sœur, Aurélie, plus jeune de deux ans[1][2]. Il habite au Mans, dans la Sarthe, ville à laquelle il restera très attaché[3]. Malgré des conditions de vie très modestes, il mène une enfance heureuse. C'est un enfant plutôt introverti, renfermé et solitaire, mais à l'adolescence, il sort de son cocon[1][2][4][5].

Lorsque ses professeurs l'interrogent sur ce qu'il veut faire plus tard, il répond invariablement : « Commencer derrière les caméras, finir devant »[6]. Passionné par la télévision, il passe un BEP audiovisuel.

En 1999, il décide de partir à l'aventure pour Londres. Il y passe six mois avant de revenir en France[5]. Ensuite, il sera notamment barman, pendant deux ans, dans une discothèque branchée du Mans, « Le Divino »[7][8]. Rêvant de strass et de paillettes, à l'âge de 21 ans, il participe à la première émission de téléréalité française, Loft Story sur M6[1][2].

Loft Story[modifier | modifier le code]

Steevy se fait connaître du grand public en avril 2001 en participant à la première saison de l’émission Loft Story sur M6. Cette émission de téléréalité, première du genre en France, connaît un succès retentissant. Le programme devient un phénomène de société dont toute la France parle. Steevy sera le quatrième candidat éliminé, le 24 mai 2001, mais son passage dans le Loft est très remarqué, notamment grâce à son look (cheveux peroxydés) et son inséparable peluche Bourriquet[9]. L’hebdomadaire Télé 7 jours le met en couverture, avec le titre « Génération Steevy »[4]. Ce séjour d'un mois dans le Loft le propulse au rang de célébrité nationale. Un livre, publié le 14 novembre 2001 par Patrick Ledrappier, lui est entièrement consacré[10].

À cette époque, on ne le connaît encore que par son prénom, Steevy, que l'on associe souvent au nom de l'émission : « Steevy du Loft »[6].

Radio et télévision[modifier | modifier le code]

Suite au fort retentissement médiatique du Loft, Steevy se voit offrir, le jour de son élimination, pendant le direct de l'émission, un poste d'animateur sur une chaîne du groupe M6, Fun TV. Il devient animateur de « Fun Steevy », diffusé tous les mercredis sur Fun TV, de la rentrée 2001 à l'été 2002. A partir d'octobre 2001, son émission est simultanément diffusée sur M6 et s'appelle « Génération Steevy »[6][11].

Mais c'est une rencontre décisive qui va véritablement lancer la carrière de Steevy Boulay : Juste après sa sortie du Loft, intrigué par ce personnage, Laurent Ruquier l'invite dans son émission On va s'gêner' sur Europe 1. Étonné et séduit par sa candeur, sa sympathie et son potentiel comique, Laurent Ruquier décide de le prendre dans son équipe de chroniqueurs[5][12]. Steevy Boulay fera désormais partie de la bande à Ruquier.

Dès juin 2001, il rejoint l'équipe des chroniqueurs d'On va s'gêner sur Europe 1[13]. Il restera chroniqueur d'On va s'gêner jusqu'à l'arrêt de l'émission en juin 2014[14]. Il suivra ensuite Laurent Ruquier d'Europe 1 à RTL, en rejoignant Les Grosses Têtes à la rentrée 2014[15].

De 2003 à 2007, il fait partie de l'équipe de chroniqueurs d'On a tout essayé, émission quotidienne présentée par Laurent Ruquier en access prime-time sur France 2. De janvier 2008 à juin 2008, il participe à l'émission On n'a pas tout dit, présentée également par Laurent Ruquier en access prime-time sur France 2[5].

En juillet 2008, Steevy Boulay joue dans un épisode de la série de TF1, Sous le soleil (saison 13 - Episode 38 : Un bébé à tout prix). Il interprète un propriétaire de boîte de nuit[16].

Le 23 août 2008, il participe au jeu télévisé Fort Boyard sur France 2 avec, entre autres, Brian Joubert et Élodie Gossuin[17].

De février 2010 à décembre 2010, il apparaît dans l'émission télévisée On va s'gêner, diffusée tous les premiers mercredis du mois en prime time sur France 4.

Steevy Boulay est lauréat de deux Gérard de la télévision. En 2006, il obtient le « Gérard du pire animateur ou chroniqueur, aux capacités intellectuelles contrariées ». En 2010, il reçoit le « Gérard de l'animateur qui porte bien son nom »[18].

De janvier 2011 à février 2011, il participe à l'émission Les Anges de la téléréalité : Los Angeles (saison 1), diffusée sur NRJ 12, en tant qu'ancien candidat de téléréalité[5][19].

Du 22 août 2011 au 14 décembre 2011, il est chroniqueur dans l'émission quotidienne Morandini ! sur Direct 8[20]. Cette collaboration, initialement prévue jusqu'en juillet 2012, prit fin prématurément en raison de conflits avec l'animateur, Jean-Marc Morandini[5][21].

En août 2013, Steevy Boulay participe de nouveau au jeu télévisé Fort Boyard. Son équipe réalise alors le meilleur gain de la saison 2013 : 20 790 Euros[22].

De janvier 2014 à mars 2014, il participe à L'Émission pour tous, présentée par Laurent Ruquier sur France 2 en access prime-time[23].

Le 23 juin 2014, Steevy Boulay participe pour la dernière fois à l'émission On va s'gêner sur Europe 1, après y avoir passé 13 ans[14]. Le 16 septembre 2014, il rejoint Les Grosses Têtes sur RTL. Il suit ainsi Laurent Ruquier, ayant quitté Europe 1 pour prendre la succession de Philippe Bouvard à la présentation de l'émission de radio[15].

Théâtre[modifier | modifier le code]

En 2002, Laurent Ruquier écrit une pièce de boulevard, La presse est unanime, spécialement pour sa complice, Isabelle Mergault. Au départ, les autres personnages de la pièce devaient également être joués par des acteurs « professionnels », mais Laurent Ruquier décide de lancer le défi à ses chroniqueurs et leur met le pied à l'étrier. Steevy Boulay décroche l'un des six rôles de la pièce et fait ainsi ses débuts de comédien[24][25]. Ses partenaires sur scène sont notamment Isabelle Mergault, Gérard Miller, Isabelle Alonso, Raphaël Mezrahi et Claude Sarraute. Il joue un attaché de presse efféminé et caricatural, Kévin Vautier, chargé d'assurer la promo d'un film d'une actrice, Stéphanie Grumet (Isabelle Mergault), en pleine tempête médiatique et conjuguale. La pièce est mise en scène par Agnès Boury. Elle a été jouée en 2002-2003, au Théâtre des Variétés à Paris, et en tournée en France, en Suisse et en Belgique[13]. Il existe une captation de la pièce en DVD[24][25].

En 2007-2008, Steevy Boulay interprète Le p’tit trésor à La Grande Comédie (Paris), une pièce de Jean-Yves Rogale. Il joue le rôle de Kévin, un jeune homme en pleine crise suicidaire, pris en otage par un fugitif. Et comme un otage mort, ça ne sert plus à rien, le malfaiteur devra d'abord négocier avec ce p’tit trésor imprévisible et capricieux. Jean-Yves Rogale a écrit cette comédie pour Steevy Boulay. Il joue avec Princess Erika et Vincent Azé. Mise en scène d'Anne Beaumont[26][27].

En 2009, Steevy Boulay joue dans Ma femme est folle de Jean Barbier, avec notamment Georges Beller, Sonia Dubois et Indra. Cette comédie a été mise en scène par Jean-Pierre Dravel et Olivier Macé, au Théâtre des Nouveautés (Paris). Steevy Boulay joue le rôle d'un comptable gay, dévoué corps et âme à son patron[28]. La pièce est retransmise en direct sur Paris Première le 13 juin 2009[29]. Elle est disponible en DVD.

En 2011-2012, il interprète le rôle de Loïc dans Les Amazones, une comédie de Jean-Marie Chevret, mise en scène par Jean-Pierre Dravel et Olivier Macé. Ses partenaires sont Fiona Gélin, Sonia Dubois, Michèle Garcia et Olivier Bénard. Il joue la pièce en tournée en France, en Suisse et en Belgique. Dans des distributions précédentes, le rôle de Loïc fut joué par Aurélien Wiik (2003) et Édouard Collin (2006-2007)[5].

Autres activités[modifier | modifier le code]

En 2001, après sa sortie du Loft, Steevy Boulay défile pour Jean Paul Gaultier[13]. Loana, la gagnante du Loft, fait également partie du défilé[30].

En 2003, il apparaît dans le DVD de sketchs Pour toi, public, de l'humoriste Franck Dubosc[31].

En octobre 2003, il sort un album CD de contes pour enfants, Les Comptines de Steevy, avec Aurélien Aujame[32].

Eté 2005, Virgin, la maison de disque de Boy George, fait appel à lui pour tourner le clip de Do you really want to hurt me (version remix 2005). Il incarne un garagiste victime d'homophobie[13][33].

Le 8 mars 2013, Steevy Boulay ouvre une discothèque dans le centre-ville du Mans. Il l'appelle « La Loge » (club privé), faisant allusion à La Loge d’honneur, une séquence de l’émission On va s'gêner, dans laquelle Laurent Ruquier recevait un invité. Steevy Boulay est le directeur de la boîte de nuit, Aurélien Verrier est le gérant[8]. Une grande soirée d'inauguration est organisée le 30 avril 2013, en présence, notamment, de Laurent Ruquier, d'une vingtaine de personnalités de la bande à Ruquier et du maire du Mans, Jean-Claude Boulard[34],[35].

Carrière à la radio[modifier | modifier le code]

Carrière à la télévision[modifier | modifier le code]

Carrière au théâtre[modifier | modifier le code]

Soutien politique[modifier | modifier le code]

En 2006, Steevy Boulay rejoint l'UMP, en qualité de militant. Il soutient publiquement Nicolas Sarkozy lors de la campagneprésidentielle de 2007, à tel point que le CSA suggéra de comptabiliser ses temps de parole sur France 2 pour le compte de l'UMP[36]. Il participe à quelques meetings de l'UMP en 2006 et 2007. Le 6 mai 2007 au soir, il apparaît sur la scène, installée place de la ConcordeàParis, pour fêter l'élection de Nicolas Sarkozy.

Ce soutien politique lui vaudra d'être brocardé par Les Guignols de l'info, qui créent une marionnette le caricaturant en décembre 2006[5][37].

Lors de l'émission On va s'gêner du 27 août 2012, il annonce avoir changé et ne plus avoir sa carte à l'UMP[38]. En 2014, il indique ne plus soutenir Nicolas Sarkozy[39].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « BIOGRAPHIE STEEVY BOULAY », sur lefigaro.fr (consulté le 17/09/2014)
  2. a, b et c « Steevy Boulay », sur Ohmymag.com (consulté le 17/09/2014)
  3. « Au Mans Steevy Boulay ouvre une discothèque »
  4. a et b « Biographie », sur linternaute.fr
  5. a, b, c, d, e, f, g et h « LA BIOGRAPHIE DE STEEVY BOULAY », sur Premiere.fr (consulté le 18/09/2014)
  6. a, b et c « Steevy, têtu comme Bourriquet. », sur liberation.fr,‎ 31 août 2001 (consulté le 17/09/2014)
  7. « Biographie », sur ruquier.com
  8. a et b « Le Mans : Steevy bientôt patron de boîte de nuit » (consulté le 18/09/2014)
  9. « Steevy Boulay - Biographie », sur Voici.fr (consulté le 17/09/2014)
  10. Patrick Ledrappier, Steevy, Editions Numéro 1,‎ 14 novembre 2001, 128 p. (ISBN 978-2846120630)
  11. « Fun TV », sur wikipedia.org (consulté le 17/09/2014)
  12. Laurent Ruquier, On va s'gêner ! Le plus drôle des 15 ans, Cherche midi,‎ 2013 (ISBN 978-2-7491-3566-3), Page 50
  13. a, b, c et d « Biographie », sur Facebook (consulté le 17/09/2014)
  14. a et b « On va s’gêner ! - 23/06/14 », sur Europe1.fr (consulté le 18/09/2014)
  15. a et b « Steevy Boulay déboule dans Les Grosses Têtes avec Laurent Ruquier », sur RTL.fr (consulté le 18/09/2014)
  16. « Sous le Soleil - Casting », sur Allocine.fr (consulté le 18/09/2014)
  17. « Fort Boyard avec Elodie Gossuin, Steevy, Brian Joubert », sur leblogtvnews.com,‎ 23 août 2008
  18. « Le palmarès 2010 des Gérard de la télévision », sur Paris-premiere.fr (consulté le 18/09/2014)
  19. « Les Anges de la téléréalité : Los Angeles », sur NRJ12.fr (consulté le 18/09/2014)
  20. « Steevy Boulay rejoint Morandini sur Direct 8 », sur programme-tv.net,‎ 22 juillet 2011
  21. « Divorce entre Morandini et Steevy Boulay », sur http://tvmag.lefigaro.fr,‎ 16 décembre 2011
  22. « Fort Boyard (jeu télévisé) - Meilleurs gains par saison », sur Wikipedia.org (consulté le 18/09/2014)
  23. Kévin Boucher, « France 2 officialise une partie de la bande de "L'Émission pour tous" de Laurent Ruquier » sur PureMédias, le 27 décembre 2013
  24. a et b « Avis de la Fnac : La Presse est unanime », sur Fnac.com (consulté le 17/09/2014)
  25. a et b « La presse est unanime » : réjouissant, sur Leparisien.fr (consulté le 17/09/2014)
  26. « Le p'tit trésor, avec Steevy Boulay », sur leblogtvnews.com,‎ 17 octobre 2007
  27. « Jean-Yves Rogale - Théâtre » (consulté le 17/09/2014)
  28. « Ma femme est folle » (consulté le 17/09/2014)
  29. « Ma femme est folle », sur purepeople,‎ 26 mai 2009
  30. « LOANA ET STEEVY DÉFILENT POUR JEAN-PAUL GAULTIER », sur Ozap.com (consulté le 18/09/2014)
  31. « Franck Dubosc - Les "pour toi public" », sur Universal-dvd.com (consulté le 18/09/2014)
  32. « Les Comptines de Steevy », sur Amazon.fr (consulté le 18/09/2014)
  33. « Steevy Boulay Biographie officielle »
  34. « On va s’gêner ! - 02/05/13 », sur Europe1.fr (consulté le 18/09/2014), Extrait à 18 min 55 s
  35. « Site officiel de La Loge (club privé) » (consulté le 18/09/2014)
  36. Le Canard enchaîné, 12 avril 2006.
  37. « Steevy aux Guignols de l'info », sur Dailymotion.com (consulté le 18/09/2014)
  38. « On va s’gêner ! – 27/08/12 », sur Europe1.fr (consulté le 18/09/2014), à 16 min 00
  39. UMP : Steevy, ancien candidat de Loft Story, ne soutient plus Sarkozy Le Parisien, 2 novembre 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]