Jonathan Lambert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lambert.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Jonathan Lobert.

Jonathan Lambert

Description de cette image, également commentée ci-après

Jonathan Lambert au Salon du livre de Paris en 2011.

Nom de naissance Rodolphe-Jonathan Lambert
Naissance 24 juin 1973 (41 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Profession Humoriste

Rodolphe-Jonathan Lambert[1], dit Jonathan Lambert, né le 24 juin 1973 à Paris dans le 16e arrondissement, est un humoriste, animateur de radio, animateur de télévision et acteur français. Il rejoint le cours Florent et le conservatoire d'art dramatique du 10e arrondissement de Paris. Il est le fils de la styliste Christiane Kovitz (née Herschlikovitz). Son père était marchand de biens[réf. nécessaire].

Télévision[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Il débute sur France 2 en 1994 dans l'émission C'est tout Coffe avec Jean-Pierre Coffe dans le rôle du candide[2],[3]. Jonathan Lambert passe ensuite derrière la caméra en travaillant dans la société de production d'Arthur Case Productions. Il y reste jusqu'en 2000 travaillant notamment comme journaliste-chroniqueur pour le magazine Exclusif sur TF1, qu'il a également pu présenter quelques fois en qualité de remplaçant[4].

Il rejoint La Grosse Émission sur Comédie !, également produite par Case Productions[3]. C'est là qu'il crée ses premiers personnages déjantés et décalés comme l'irresponsable Damien Baïzé, mais aussi Rémi le Primeur (et sa rengaine « toujours blagueur mais avant tout primeur ! »), Louis de Sallière Dacier, Blue Michou (« Elle est comment la soirée ? Elle est belle ! ») parodiant Michou et Gribouille, notamment. Intervenant ponctuel dans la deuxième version de l'émission (1999-2001), il coprésente le show lors de la saison 2001-2002.

2002-2006[modifier | modifier le code]

À l'arrêt de La Grosse Émission, il rejoint Canal+. Jonathan Lambert est coanimateur avec Frédéric Beigbeder de l'Hypershow à partir de septembre 2002[5]. Il y crée le personnage de M. Pringle, qui se produit chaque jour dans un épisode de quelques minutes. Avec moins de 500 000 à 600 000 téléspectateurs[6], l'émission est un échec pour Canal +[7]. Malgré l'arrêt rapide de l'émission après trois mois d'antenne, faute d'audience, il reste sur la chaîne cryptée avec 22 minutes chrono à partir de janvier 2003[3]. Le personnage de M. Pringle est alors davantage développé. Lunaire mais odieux, guidé par une voix off lénifiante, M. Pringle détonne par son côté looser, perdant, raté. L'émission est un succès et le personnage sera même décliné sous forme de roman photo dans le magazine FHM. Il retrouve également Kad et Olivier[3], rencontrés dans La Grosse Émission, pour collaborer à l'émission Samedi soir en direct, à la rentrée 2003, qui connaîtra une durée de vie très courte en s'arrêtant après seulement cinq numéros en janvier 2004[8].

Durant 2004, Jonathan ne fera pas de télé et se consacrera à l'écriture de son premier spectacle seul-en-scène, L'Homme qui ne dort jamais. À la radio, il sera Jean-Guy Badiane, un personnage d'animateur de supermarchés tous les jours dans l'émission d'Arthur, Arthur et les Pirates sur Europe 2[9], de novembre 2004 à juin 2005. En 2005, il tient une rubrique comique dans le Soiring sur TPS Star et dans Manu et Bruno sont dans la télé sur M6, émissions de ses ex-acolytes de NRJ Bruno Guillon et Manu Payet, avec de faux micro-trottoirs, rediffusés pour la saison 2007-2008 dans l'émission On aura tout vu sur Direct 8 avec Max. À la radio, il est chroniqueur par téléphone pour Radio Arthur avec divers personnages toujours sur Europe 2 de septembre 2005 à mars 2006. À la rentrée 2006, il est chroniqueur dans l'émission Les Agités du bocal sur France 4 où il réalise de fausses entrevues de personnalités historiques. Il quitte l'émission très rapidement après moins d'un mois de collaboration. C'est à partir de cette année qu'il jouera à Paris son spectacle seul-en-scène en 2004-2005 et en tournée dans toute la France en 2005-2006. Néanmoins, en fin de saison, il jouera ses « copains de classe » dans les dernières d'On a tout essayé.

Depuis 2007[modifier | modifier le code]

Jonathan Lambert sur scène au Festival du rire de Montreux, en 2010.

On le retrouve dans les émissions de Laurent Ruquier, On n'est pas couché[10] le samedi soir en deuxième partie de soirée où il se met dans la peau d'un personnage loufoque en rapport avec l'invité, qu'il aurait rencontré dans son enfance et dans On n'a pas tout dit où il interprète, dans des sketches absurdes sous forme de reportage TV, un fan d'un des invités en plateau qui a vu sa vie changer grâce à l'œuvre de l'invité. Il est également invité sur le plateau de N'oubliez pas les paroles de France 2 le 1er janvier 2009 pour permettre à l'Unicef de remporter 120 000 euros[11].

Le 25 juin 2011, il réalise son dernier sketch dans l'émission On n'est pas couché[12],[13]. Toujours en 2011, il joue dans le film Dépression et des potes en compagnie de Fred Testot et Arié Elmaleh[14],[15]. Le 15 septembre 2012, il fait son retour dans l'émission On n'est pas couché Suivront des passages occasionnels sous les traits de personnalités parmi lesquels Éric Zemmour, ou Gérard Depardieu devenu Youri Depardiov pour la circonstance[16].

Radio[modifier | modifier le code]

De septembre 2001 à juin 2002, il fait partie de l'équipe du 6/9, la matinale de NRJ, aux côtés de Bruno Guillon, Philippe Lelièvre, Arnaud Lemort et Henri Delorme. En septembre 2004, il rejoint l'émission d'Arthur sur Fun Radio où il joue le rôle de l'avocat Me Vogica pour demander la libération d'Arthur. Puis il suit Arthur sur Europe 2 pour battre le record de l'émission de radio la plus longue : 33 heures non-stop ponctuées de lives[17]. De novembre 2004 à juin 2005, Jonathan Lambert apparaît tous les après-midi chez Arthur et les pirates avec son personnage Jean-Guy Badiane et ses célèbres répliques (« j'ai la martingale qui me gratte la chatte » ou encore « mon dieu il a une haleine, on dirait qu'il a mangé une couche ! »). La chanson du Klub des Loosers intitulée Baise Les Gens utilise un sample de la voix de Jonathan Lambert où l'on entend la réplique favorite de son personnage Damien Baizé qui ne cesse de scander « baiser » ce à quoi Fuzati répond « Baise les gens »[18],[19].

Pendant la saison 2005-2006, Jonathan Lambert fait son retour sur Europe 2 dans Radio Arthur avec de nouveaux personnages. Toutes les interventions de Jonathan Lambert dans Radio Arthur sont faites par inserts téléphonique. En 2006, Jonathan Lambert a également fait de la radio mais en version podcast sur le site de RadioPodcast. En 2009, il est sur Europe 1 dans l'émission Décrochez le Soleil présentée par Nagui. Il y tient une séquence humoristique appelée Guy Desroutards. Dans cette séquence, il incarne un personnage qui voyage à travers le monde.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Il monte pour la première fois sur scène en janvier 2007 à la Comédie de Paris puis au Bataclan pour son one-man show : L'Homme Qui ne Dort Jamais. En décembre 2011, il monte sur la scène du théâtre des Variétés aux côtés de Richard Berry dans une pièce de Sébastien Thiery « Le début de la Fin ». L'année suivante, marque la création de son nouveau spectacle seul en scène "Perruques" à la Cigale qui reçoit le Prix de l'humour noir.

Personnages récurrents[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Jonathan Lambert en 2010 au festival du film américain de Deauville, en compagnie d'Emma Luchini.

La Grosse Émission[modifier | modifier le code]

  • Damien Baizé : un fou en manque de sexe retenu par des infirmiers qui saute sur les invitées si elles répondent faux à un quizz. Rengaine et faits récurrents : « Baiser, baiser... », la bave aux lèvres ;
  • Blue Michou : parodie de Michou, fait des quizz sur la couleur bleue et saute sur les spectateurs masculins du public. Rengaine : « Quelle belle soirée ! » ;
  • Rémi Primeur : il mange tout et n'importe quoi, surtout si c'est dégoûtant, si l'invité répond faux à un quizz. Rengaine : « Rémi Primeur, toujours blagueur, mais avant tout primeur ! » ;
  • Gribouille : Parodie de L'Île aux enfants, un monstre obsédé sexuel, qui dessine ce que lui demande une vieille dame (en voix-off). Il commence immanquablement par dessiner un pénis ou une paire de seins avant d'arriver à l'intégrer à ce qu'il doit dessiner pour en faire quelque chose de cohérent. Ça ne manque pas à chaque fois de rappeler à la vieille dame les expériences sexuelles de sa jeunesse. Rengaine : « Mais alors, Gribouille, qu'est-ce que c'est que ces gouttes de pipi ? » ;
  • Louis de Sallière Dacier : un académicien qui veut apprendre des mots savants aux téléspectateurs. En donnant des exemples d'utilisation, il finit toujours par partir en vrille et verser dans le scabreux avant d'être assassiné par un mystérieux tueur embusqué. Rengaine : « Vous avez tué la langue française » ;
  • Paul et Edmée (avec Nicolas Deuil) : deux homosexuels très efféminés dont l'un donne des leçons de bonnes manières à l'autre. Comme toujours avec Jonathan Lambert, c'est plutôt trash ;
  • La caméra super mal cachée de Nono Joubert : un réalisateur débile tend des pièges cruels à des (faux) passants avec une caméra très mal cachée. La victime meurt généralement dans d'atroces souffrances alors que le réalisateur est fier de son gag cruel ;
  • Le flatologue : un flatologue parvient à deviner correctement des détails (généralement scabreux) de la personnalité d'une spectatrice à la senteur de ses pets. Rengaine : « La preuve que la flatologie est une science exacte » ;
  • Ma tête a la parole : un homme sans bras et muet vous apprend à communiquer uniquement d'après les expressions du visage, avec des phrases du type : « J'ai envie de faire caca » ;
  • Les grands moment de solitude : Jonathan reconstitue de grands moments d'humiliation de la vie quotidienne qu'il ponctue de phrases à dire dans ces moments-là pour essayer de s'en sortir avec un minimum de dignité.

À la radio avec Arthur[modifier | modifier le code]

  • Me Vogica : avocat criard toujours débordé et sur toutes les affaires les plus foireuses.
  • Jean-Guy Badiane : animateur de supermarché niais à la voix criarde, cruel avec le public, qui vient faire des petits jeux généralement pourris, type charade, mais drôles malgré tout. Rengaine : « Il est comment, Jean-Guy, il est ? MOISI ! ».
  • Aymeric Floche : correspondant envoyé au Festival de Cannes pour interviewer des personnalités.
  • Robert Tâche : correspondant à Cannes
  • Monique Delpeille : critique à "Cinéma-Vérité"

Autres[modifier | modifier le code]

  • André Merle (Le Soiring) : un animateur de micro-trottoirs odieux et soupe au lait pour qui tout est prétexte à humilier et même agresser physiquement ses assistants sous le regard gêné de (vrais) passants interrogés.
  • M. Pringle (22 minutes chrono) : un personnage loser et odieux à qui il arrive toutes sortes d'aventures. Gimmick : « C'est gagné! Grâce à M. Pringle, vous êtes un WINNER ! »

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Voxographie[modifier | modifier le code]

  • 2013 : Les Indégivrables , série d'animation pour laquelle il assure la totalité des doublages.
  • 2013 : L'île des Miam-Nimaux : Flint Lockwood

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Filmographie et biographie de Jonathan Lambert sur tele7.fr
  2. Noa, « Jonathan Lambert : biographie » (consulté le 7 septembre 2013).
  3. a, b, c et d Arthur Anthamatten, « Jonathan Lambert », sur Toute la télé,‎ 21 mai 2013 (consulté le 7 septembre 2013).
  4. « Jonathan Lambert », sur Staragora (consulté le 7 septembre 2013).
  5. « L'"Hypershow" » (consulté le 7 septembre 20213).
  6. Stéphane Bouchet, « Le rescapé d'« Hypershow » s'en sort bien « 22 minutes chrono » », sur Le Parisien,‎ 1er février 2013 (consulté le 7 septembre 2013).
  7. Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts, « Hyper Show : par ailleurs, c'est nul pour Canal+ », Libération,‎ 14 septembre 2002 (lire en ligne)
  8. « L'avenir incertain de « Samedi soir en direct » », sur Le Parisien,‎ 7 août 2004 (consulté le 7 septembre 2013).
  9. « Jonathan Lambert », sur Purebreak (consulté le 7 septembre 2013).
  10. Charles Martin, « Jonathan Lambert : "À On n'est pas couché, je viens quand je veux" (interview) », sur La Voix du Nord,‎ 12 novembre 2012 (consulté le 7 septembre 2013).
  11. « Unicef France : 2 millions d’euros pour les urgences en 2007 », sur UNICEF (consulté le 9 septembre 2013).
  12. « Jonathan Lambert en épouvantail pour sa dernière (25 juin 2011) », sur La bande à Ruqier,‎ 26 juin 2011 (consulté le 7 septembre 2013).
  13. « Jonathan Lambert annonce son départ définitif d'On n'est pas couché ! », sur Pure People,‎ 30 août 2013 (consulté le 7 septembre 2013).
  14. « Fred Testot, Arié Elmaleh et Jonathan Lambert : trois potes, zéro dépression », sur Pure People,‎ 27 avril 2012 (consulté le 7 septembre 2013).
  15. « Dépression et des Potes », sur Allociné (consulté le 7 septembre 2013).
  16. « Jonathan Lambert déstabilisant dans la peau d'Eric Zemmour face à Naulleau », sur Pure People,‎ 4 novembre 2012 (consulté le 7 septembre 2013).
  17. « Jonathan Lambert chez Arthur (E2) » (consulté le 9 septembre 2013).
  18. Pierre Siankowski, « Dans le Klub des Loosers », sur Huffington Post,‎ 12 mars 2012 (consulté le 7 septembre 2013).
  19. Kiko, « Klub des loosers Baise les gens »,‎ 8 février 2013 (consulté le 7 septembre 2013).
  20. Scherer A. : « Jonathan Lambert, l'anti-dépresseur », air le mag, n° 29, mai 2012, p. 40-41

Liens externes[modifier | modifier le code]