Cathédrale Saint-Sacerdos de Sarlat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cathédrale Saint-Sacerdos de Sarlat
Image illustrative de l'article Cathédrale Saint-Sacerdos de Sarlat
Présentation
Culte Catholique romain
Type Ancienne abbatiale

Co-cathédrale
Église paroissiale depuis 1801

Rattachement Diocèse de Périgueux et Sarlat
Début de la construction XIIe siècle
Fin des travaux XVIIe siècle
Style dominant Style gothique
Protection Logo monument historique Classée MH (1840)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Dordogne
Commune Sarlat-la-Canéda
Coordonnées 44° 53′ 20″ N 1° 13′ 01″ E / 44.888889, 1.216944 ()44° 53′ 20″ Nord 1° 13′ 01″ Est / 44.888889, 1.216944 ()  

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

(Voir situation sur carte : Dordogne)
Cathédrale Saint-Sacerdos de Sarlat

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cathédrale Saint-Sacerdos de Sarlat

La cathédrale Saint-Sacerdos de Sarlat[1],[2] est une cathédrale française catholique romaine située à Sarlat-la-Canéda, dans le département de la Dordogne Elle a titre de co-cathédrale du diocèse de Périgueux et Sarlat. Elle est classée monument historique en 1840[3].

Présentation[modifier | modifier le code]

Le sanctuaire est dédié à saint Sacerdos. Il y a en France deux saints appelés Sacerdos, mais le patronage de la cathédrale se réfère à Sacerdos de Limoges[4], dont la cathédrale reçut les reliques au Moyen Âge. Les reliques ont disparu lors des guerres de religion.

Historique[modifier | modifier le code]

Le diocèse de Sarlat est créé en 1317, en même temps que plusieurs autres diocèses catholiques de la région aquitaine, à la suite de la victoire des forces royales françaises sur les armées cathares albigeoises.

Ancien évêque de Cahors, le pape Jean XXII désigna l'abbé de l'abbaye bénédictine Saint-Sacerdos comme nouvel évêque de la ville. C'est ainsi que l'ancienne abbatiale romane devint cathédrale du diocèse.

Une reconstruction fut entreprise en 1504, l'évêque Armand de Gontaud-Biron confie au Maître d'Œuvre Pierre Esclache la mission d'élever une nouvelle cathédrale, réalisée au début sous les ordres du Maître-Maçon Blaise Bernard. Les travaux furent intermittents faute d'argent, et aussi en raison des guerres et des épidémies. Ils s'achevèrent seulement dans les années 1680.

Les voûtes seront construites de 1682 à 1685, sous l'épiscopat de François III de Salignac de la Mothe-Fénelon, oncle et parrain de Fénelon, précepteur du Dauphin et archevêque de Cambrai.

Le diocèse fut supprimé lors du concordat de 1801 et son territoire intégré au sein du diocèse de Périgueux.

Architecture[modifier | modifier le code]

Quoique réutilisant certaines parties romanes de l'ancienne abbatiale, le style général de la cathédrale est gothique d'inspiration nordique (présence de deux vaisseaux collatéraux).

Le clocher roman date du XIIe siècle est la partie la plus ancienne de l'édifice, il a succédé à une construction carolingienne et a subi des évolutions: le dernier étage date du XVIIe siècle et le beffroi bulbeux du XVIIIe siècle.

Orgue[modifier | modifier le code]

L'orgue en nid d'hirondelle, est l'œuvre de Jean-François L'Épine (1752).

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mireille Bénéjeam-Lère, Sarlat : la cathédrale Saint-Sacerdos, pp. 303-319, dans Congrès archéologique de France. 156e session. Monuments en Périgord. 1999, Société Française d'Archéologie, Paris, 1999
  2. Jacques Gardelles, Aquitaine gothique, p. 107-109, Picard, Paris, 1992, ISBN 2-7084-0421-0
  3. « Classement de la Cathédrale Saint-Sacerdos de Sarlat », base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Saint Sacerdos, saint Patron de Sarlat, est né à Calviac, étudiant à l'école épiscopale de Cahors, il devint moine puis abbé. Élu évêque de Limoges, il meur peu après, en 720. Son corps, d'abord enseveli à l'abbaye de Calviac, sera transféré à Sarlat deux siècles plus tard.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Karine Fernandez, Collectif, Sarlat : Le Guide-Visites, monuments, promenades, p. 64-67, Monum, éditions du patrimoine, Paris, 2006 (ISBN 2-85822-899-X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]