Cathédrale Saint-Étienne de Limoges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Saint-Étienne.
Cathédrale Saint-Étienne
La cathédrale vue depuis le jardin de l'Évêché
La cathédrale vue depuis le jardin de l'Évêché
Présentation
Culte catholique romain
Type cathédrale
Rattachement Diocèse de Limoges
Début de la construction XIIIe siècle
Fin des travaux XIXe siècle
Style dominant Gothique rayonnant et flamboyant
Protection Logo monument historique Classée MH (1862)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Haute-Vienne
Commune Limoges
Coordonnées 45° 49′ 44″ N 1° 16′ 00″ E / 45.828889, 1.266667 ()45° 49′ 44″ Nord 1° 16′ 00″ Est / 45.828889, 1.266667 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cathédrale Saint-Étienne

Géolocalisation sur la carte : Limousin

(Voir situation sur carte : Limousin)
Cathédrale Saint-Étienne

Géolocalisation sur la carte : Limoges

(Voir situation sur carte : Limoges)
Cathédrale Saint-Étienne

La cathédrale Saint-Étienne est la principale église de Limoges et le siège de l'évêché de Limoges. Elle est située au cœur du vieux quartier de la Cité, contiguë aux jardins de l'Évêché et au musée des Beaux-Arts. C'est l'un des édifices les plus remarquables de Limoges, avec la gare des Bénédictins, et le seul monument religieux du Limousin qui soit construit en style gothique homogène.

Construction[modifier | modifier le code]

Sa construction commença en 1273 et ne fut terminée qu'en 1888 par le rattachement du clocher d'origine romane à la nef. La construction commença par le chœur caractéristique du gothique rayonnant du XIIIe siècle qui fut rattaché à la nef romane. Les travaux s'interrompirent une première fois en 1327 faute d'argent. En 1378, la chapelle Saint-Martial et une partie du transept nord furent élevés, le clocher roman fut renforcé par une imposante maçonnerie ; quelques années plus tard, c'est au tour du transept sud. Après la guerre de Cent Ans, les deux premières travées de la nef sont édifiées entre 1458 et 1499. Entre 1516 et 1541, Philippe de Montmorency et Charles Villiers de L'Isle-Adam firent construire le portail Saint-Jean, chef-d'œuvre limousin du gothique flamboyant, afin d'inclure la chapelle Saint Martial dans l'enceinte de la cathédrale. Jean de Langeac, en 1533, commanda un jubé pour fermer le chœur, et entrepris la construction des quatre dernières travées de la nef. Mais de nouveau, la construction s'arrêta avec la mort de l'évêque et les trois travées de la nef et le narthex reliant l'église au clocher de la cathédrale romane ne furent élevées qu'à la fin du XIXe siècle.

Architecture[modifier | modifier le code]

La cathédrale renferme deux œuvres Renaissance d'une grande qualité : un jubé réalisé sur commande de l'évêque Jean de Langeac, et le tombeau de cet évêque sur lequel sont sculptés des scènes de l'Apocalypse inspirées de Dürer.

Les murs de la crypte romane, fermée au public, possèdent de belles fresques représentant le Christ en gloire. Elles sont peut-être de la même main que les miniatures d'un manuscrit du XIIe siècle autrefois conservé par la cathédrale.

Quelques peintures médiévales sont encore visibles dans certaines chapelles rayonnantes ainsi que sur les voute du chœur (représentant notamment des anges musiciens) mais la quasi-totalité présente des fresques du XIXe siècle.

Les orgues[modifier | modifier le code]

La cathédrale de Limoges possède deux orgues.

Grand orgue[modifier | modifier le code]

Le grand orgue néoclassique Danion-Gonzalez a été inauguré le 13 décembre 1963 par Noëlie Pierront. En 1986, un relevage est effectué sur cet instrument devenu pratiquement injouable. Il est alors doté d'un véritable clavier de Récit expressif.

Orgue de chœur[modifier | modifier le code]

L'orgue de chœur Ducroquet date de 1851. En 1891, la maison Merklin effectue un relevage et installe le buffet actuel.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Extraits de la visite virtuelle de la cathédrale sur le site Limoges 360°[1] :

Interieur de la cathedrale 1.jpg Interieur de la cathedrale saint etienne 2.jpg

Divers[modifier | modifier le code]

Ce lieu est desservi par les lignes de trolleybus et bus du réseau TCL : 1 D1 15 34 35 et 40 (station G. Péri), 2 (station Place Wilson)

En 2005, l'explosion d'une bonbonne de gaz provoquée par un acte de vandalisme, sur un chantier du chœur, a pulvérisé des vitraux du XIXe siècle, remployant des éléments du XIVe, et ébranlé l'édifice.

Philatélie[modifier | modifier le code]

Un timbre postal, d'une valeur de 12 francs, représentant le pont Saint-Étienne et la cathédrale Saint-Étienne de Limoges a été émis le 26 mars 1955[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire des églises de France, Belgique, Luxembourg, Suisse (Tome II-B), Robert Laffont, Paris (France) ; pp. 73–78.
  • Claude Andrault-Schmitt, Limousin gothique, Picard Éditeur, Paris, (ISBN 2-7084-0530-6), 1997; pp. 215–239.
  • Michael T. Davis, « Le chœur de la cathédrale de Limoges », dans Bulletin Monumental, 1986 v. 22 .
  • Jean Maury, Limousin roman, Éditions Zodiaque, La Pierre-qui-Vire (France), 1959.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]