Édit de Milan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plaque commémorative dans l'église San Giorgio al Palazzo (it), près du palais impérial de Milan (it) où fut promulgué l'édit.

L'édit de Milan ou édit de Constantin, promulgué par les empereurs Constantin Ier et Licinius en avril 313, est un édit de tolérance par lequel chacun peut « adorer à sa manière la divinité qui se trouve dans le ciel » ; il accorde la liberté de culte à toutes les religions et permet aux chrétiens de ne plus devoir vénérer l'empereur comme un dieu.

Ce qui est couramment appelé édit de Milan est en fait une lettre circulaire attribuée à Constantin, publiée par Licinus à Nicomédie par un rescrit du 13 juin 313, puis placardée dans tout l'Empire romain et ne correspond qu'à un décret d'application de l’édit de Sardique de Galère en 311[1].

Incidence sur les différents cultes[modifier | modifier le code]

Médaille allemande frappée pour un pèlerinage à Metz en 1913, rappelant le 16ème centenaire de l'édit de Milan
revers de cette médaille portant le chrisme

Depuis la fin du XXe siècle l’ampleur de la christianisation de l’Empire à cette époque est remise en question, entre autres par Alan Cameron et Robin Lane Fox aux États-Unis, ainsi que par Pierre Chuvin et Claude Lepelley en France. Robin Lane Fox pense que le paganisme est toujours très bien implanté au début du IVe siècle et que le christianisme est encore un phénomène très minoritaire. Selon lui, en 312, les chrétiens ne représentent que 4 à 5 % de la population totale de l’Empire[2]. Le débat est d’autant plus délicat que, derrière les chiffres, se cache un important enjeu idéologique.

Certains points semblent néanmoins établis. L’inégalité de la christianisation, selon les régions, et le retard de la Gaule en particulier sont admis par tous. À un degré moindre, la situation est la même en Espagne et en Italie, mais avec en plus de fortes différences régionales. On pense qu’en 312, à Rome, la ville la plus christianisée d’Italie, peut-être un peu moins de 10 % des habitants sont chrétiens. L’étude des papyrus égyptiens permet d'évaluer à 20 % le pourcentage de chrétiens à la même période en Égypte[3]. En Asie Mineure, une proportion d’1/3 de chrétiens est envisageable, 10 à 20 % en Afrique. En 312, les chrétiens ne représentent donc, à cette période, qu’une minorité dans l’Empire[4].

Les cultes anciens[modifier | modifier le code]

Durant l'apogée de l'Empire, la religion polythéiste est très étendue en son sein. Cette religion est très pratique dans le sens où, à chaque conquête, de nouveaux cultes s'ajoutent à ceux déjà existant — celui de Teutatès (Gaules), celui d'Isis (Égypte), etc. —, lesquels sont généralement des cultes à mystères réservés aux initiés. Ce système religieux protège les empereurs et leur assure l'autorité, en les plaçant au-dessus des dieux du polythéisme. Ils instaurent un culte à l'empereur, tels les pharaons, dieux vivants d'Égypte.

Les cultes émergents[modifier | modifier le code]

Au Ier siècle les croyances changent, la population cherche un salut spirituel, tout ceci est véhiculé par les voies du commerce, étendues dans tout l'empire. Les armées adorent le dieu Mithra (ce qui ne pose pas de problème aux empereurs). Mais une religion monothéiste apparaît en Orient : le Christianisme avec sa venue du « sauveur » qui dérange l'empereur. De plus ces religions séparent la religion de la politique. Le dieu unique, que ses fidèles placent au-dessus de toute autorité (même impériale), perturbe l'ordre établi et menace le pouvoir impérial, l'amenant à réagir par des persécutions. Le christianisme en effet se propage très vite car cette religion prêche la bonne parole, le salut spirituel (promesse d'un paradis après la mort) et ses adeptes profitent de rites qui les satisfont pleinement.[réf. nécessaire] Cette religion se veut universelle, tout le monde peut se faire baptiser, de plus il y a un désintéressement des richesses qui attire tous les horizons. Les persécutions font connaître ce mouvement religieux, les martyrs (Sainte Blandine, Saint Pothin à Lugdunum en Gaule) font grandir la mystique autour de cette religion qui devient de plus en plus présente dans l'empire surtout vers le début du IIIe siècle où les persécutions atteignent des sommets (sous Dioclétien et Maximien Hercule). Constantin fait barrière au carnage avec son édit de Milan et acquiert l'appui chrétien pour son règne (surtout l'Orient, l'Afrique, l'Égypte, les Gaules), peu après sa proclamation d'empereur il fonde Constantinople (ex Byzance grecque) qui devient la capitale chrétienne de l'empire. Le règne de Constantin dura 31 ans de 306 à 337 après J.-C.

Célébration des 1700 ans de l'édit[modifier | modifier le code]

L'anniversaire des 1700 ans de l'édit de Milan a été célébré par l'Église catholique romaine et par l'Église orthodoxe, en octobre 2013 à Niš (Serbie), ville de naissance de Constantin le grand et Milan (Italie). L'Église catholique a souligné ce moment historique par plusieurs messes dans la ville de Milan. Quant à elle, l'Église orthodoxe serbe a elle fait une grande fête populaire dans la ville de Niš (en Serbie) en y bâtissant une cathédrale dédiée à Constantin et Helena[5]. Une messe a été dite dans la nouvelle cathédrale en présence des patriarches de Moscou, d'Athènes, de Jérusalem, d'Égypte, d'Arménie, de Serbie, devant plus de 15 000 fidèles[6]. Le soir venu, un rassemblement de 5000 fidèles a réalisé, à l'aide de flambeaux, une croix vivante[7].

Le christianisme[modifier | modifier le code]

À l'époque de l'édit de Milan, les chrétiens constituent en Orient de petites communautés, plus ou moins indépendantes les unes des autres, surtout situées dans les cités. Chaque cité a son évêque, désigné par le peuple chrétien (en fait par le clergé et les notables), son clergé majeur (prêtres, diacres, sous-diacres) et mineur (lecteur, portiers, fossoyeurs), ses femmes consacrées (diaconesses). En Égypte le christianisme a déjà profondément pénétré dans les villages.

Pour les communautés chrétiennes de Dacie, cet édit a une moindre importance, cette région vivant de façon très libre le christianisme depuis la retraite romaine de 256.

Autres cultes[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Mithra, Sol Invictus et Isis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Maurice Sachot, Quand le christianisme a changé le monde : La subversion chrétienne du monde antique, Odile Jacob,‎ 2007 (ISBN 9782738118783, résumé)
  2. Robin Lane Fox, Païens et chrétiens : La religion et la vie religieuse dans l’Empire romain de la mort de Commode au Concile de Nicée, Presses Universitaires du Mirail, 1997
  3. Roger S. Bagnall, Egypt in Late Antiquity, Princeton, Princeton University Press, 1993.
  4. Yves Modéran, La conversion de Constantin et la christianisation de l’Empire romain, conférence pour la Régionale de l’APHG en juin 2001.
  5. http://balkans.courriers.info/article23347.html
  6. http://www.orthodoxie.com/actualites/celebration-panorthodoxe-a-nis-pour-le-1700e-anniversaire-de-ledit-de-milan/
  7. http://www.blic.rs/Vesti/Srbija/410540/Vise-od-5000-Nislija-napravilo-zivi-krst

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]