Cathédrale Saint-Maurice de Vienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cette ancienne primatiale n’est pas la seule cathédrale Saint-Maurice.
Cathédrale Saint-Maurice
de Vienne
Image illustrative de l'article Cathédrale Saint-Maurice de Vienne
Présentation
Culte Catholique romain
Type Ancienne cathédrale
église paroissiale
depuis 1801
Rattachement Diocèse de Grenoble-Vienne
Début de la construction XIIe siècle
Fin des travaux XVIe siècle
Style dominant Roman-Gothique
Protection Logo monument historique Classée MH (1840)
Site web cathedraledevienne.com/
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Commune Vienne
Coordonnées 45° 31′ 27″ N 4° 52′ 23″ E / 45.52417, 4.87306 ()45° 31′ 27″ Nord 4° 52′ 23″ Est / 45.52417, 4.87306 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cathédrale Saint-Mauricede Vienne

Géolocalisation sur la carte : Isère

(Voir situation sur carte : Isère)
Cathédrale Saint-Mauricede Vienne

L’église Saint-Maurice de Vienne est l’ancienne cathédrale du diocèse de Vienne, mentionné dès 314[1] et supprimé à la Révolution en 1790. Jusqu’à cette date, la cathédrale était également le siège de la Primatie des Sept Provinces. L’église fait actuellement partie du Diocèse de Grenoble-Vienne.

La cathédrale Saint-Maurice fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840[2].

Histoire de l'édifice[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

La cathédrale de Vienne occupe le même site depuis le IVe siècle, mais aucune trace de construction antérieure au Xe siècle ne subsiste. La cathédrale est reconstruite entre 1030 et 1070 environ par l’archevêque Léger.

La construction du bâtiment actuel est entreprise en 1130 dans le style roman. De cette époque datent les parties les plus anciennes, à savoir la partie de la nef comprise entre les 5e et 11e travées. L’édification se poursuit au XIIIe siècle : le style devient alors gothique, comme en témoigne le chœur, le début et les parties hautes de la nef. Le nom de Guillaume de l’Œuvre est avancé comme architecte. La cathédrale est consacrée par le pape Innocent IV sous le vocable de Saint-Maurice, le 20 avril 1251. La construction se poursuit jusqu’au XVIe siècle avec notamment l’élévation de la façade. La dernière pierre est posée en 1529.

Par la suite, l’édifice a beaucoup souffert des guerres de Religion au XVIe siècle. Les huguenots détruisent notamment la plupart des vitraux et l’ensemble des sculptures de la façade le 20 mars 1562. Pendant la Révolution, l’église est transformée en grenier à foin et en caserne. L’église est rendue au culte en 1802 mais les deux cloîtres et trois chapelles sont détruits en 1803–1804, pour restructurer le tissu urbain aux alentours. Le palais épiscopal est détruit à la même période. Enfin, la tour Nord est victime du feu en 1869.

Quelques grandes dates[modifier | modifier le code]

  • 887 : Boson, roi de Bourgogne comte de Vienne, d’Arles et de Provence, est inhumé dans la cathédrale. Une épitaphe dans le bas-côté gauche rappelle cette inhumation.
  • 9 février 1119 : après avoir été élu pape à Cluny, l’archevêque de Vienne, Gui de Bourgogne, est couronné dans la cathédrale. Il prend le nom de Calixte II (1119–1124).
  • 25 février 1120 : Calixte II confirme la primatie des archevêques de Vienne sur les archevêques d’Auch, Bordeaux, Bourges, Embrun, Narbonne et Tarentaise, et leur octroie le titre de primat des primats[3].
  • 20 avril 1251 : la cathédrale est consacrée par le pape Innocent IV.
  • Octobre 1311 à avril 1312 : le Concile de Vienne convoqué par le pape Clément V se déroule dans la cathédrale. Ce concile est resté fameux pour avoir ordonné la suppression des Templiers.
  • 1529 : pose de la dernière pierre de la cathédrale.
Cloître de la cathédrale Saint-Maurice de Vienne, dessin de Gaucherel, gravure de Lemaitre, 1845
  • Juillet 1548 : le cœur du Dauphin François, fils de François Ier est déposé dans la chœur. Une plaque devant le maître-autel symbolise l’emplacement.
  • 1562 : Sac de la cathédrale par les troupes du baron des Adrets.
  • 1693 : le célèbre prédicateur Jean-Baptiste Massillon prononce l’oraison funèbre de l’archevêque Henri de Villars.
  • 1790 : Suppression de l'archevêché de Vienne. La cathédrale devient simple église paroissiale.
  • Février 1988 : commémoration des 900 ans de la naissance de Calixte II.
  • Depuis septembre 2006 la cathédrale fait l’objet d’une restauration avec sablage et remplacement partiel du mobilier sculpté, accompagné d’une opération de surveillance archéologique sous la responsabilité d’Émilien Bouticourt (Archeodunum).

Description de la cathédrale[modifier | modifier le code]

Extérieur[modifier | modifier le code]

Détail des voussures du portail central de la Cathédrale Saint-Maurice de Vienne

La façade principale se dresse à l'une des extrémités de la place Saint-Maurice, au sommet d'un escalier. C'est la partie la plus récente de l'édifice, construite entre le XIVe et le XVIe siècle, dans le style gothique. Elle présente deux tours, une grande baie à rose et lancettes et trois portails de style flamboyant, richement décorés. Les sculptures ornant les tympans et les niches ont été détruites lors des guerres de Religion, mais heureusement les riches sculptures des voussures sont intactes. Le portail de droite se caractérise par le présence d'anges musiciens et de prophètes (fin du XIVe siècle), celui de gauche, dédié à la Vierge, par des anges musiciens et des choristes qui célèbrent le couronnement de la mère du Christ (fin du XVe siècle). Enfin, le portail central date de la fin du XVe siècle et présente des scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament, des prophètes et des rois. Au début de voussures, on remarque notamment des statues personnifiant l'Église (à droite) et la Synagogue (à gauche).

Au nord, un portail du XIIIe siècle comporte un linteau représentant des griffons remployé d'un édifice antique. Le mur nord de l'édifice est couronné par une série d'arcatures richement sculptées du XIIe siècle.

Intérieur[modifier | modifier le code]

Intérieur de la Cathédrale Saint-Maurice de Vienne

L'église présente trois vaisseaux, sans transept, la nef centrale comptant trois étages : grandes arcades, triforium et fenêtres hautes. Le chœur est surélevé par rapport à la nef, pour respecter la déclivité du terrain. La nef est longue de 90 m et haute de 33 m. La largeur totale de l'édifice est de 33 m. L'intérieur présente une belle harmonie malgré les quatre siècles de construction.

Œuvres d'art[modifier | modifier le code]

La cathédrale est riche en œuvres d'art, parmi lesquelles on peut citer :

Mausolée des archevêques de Vienne Armand de Montmorin et Henri-Oswald de la Tour d'Auvergne
  • Une série de tapisseries flamandes de la fin du XVIe siècle qui retracent des épisodes de la vie de saint Maurice. Elles sont au nombre de cinq et sont accrochées autour du chœur.
  • Un vitrail du XVIe siècle dans le chevet du collatéral droit. Ce vitrail est le seul vitrail antérieur au XIXe siècle de la cathédrale. Il représente l'Adoration des Mages dans la partie supérieure. Dans la partie inférieure sont représentés saint Maurice à droite et saint Jacques à gauche qui encadrent le donateur agenouillé, accompagné de son saint patron, saint Antoine.
  • Le chef-reliquaire de saint Maurice conserve les ossements de Saint Maurice d'Agaune († 287)[4].
  • Un très bel ensemble d'une soixantaine de chapiteaux romans de la première moitié du XIIe siècle représentant soit des scènes historiées (le Roi David musicien, les Saintes Femmes au tombeau,…), soit des décors végétaux.
  • Des groupes sculptés du XIIIe siècle provenant sans doute de l'ancien jubé. On remarque notamment dans la nef de gauche au-dessus d'une porte un bas-relief représentant les Rois Mages devant Hérode et dans la nef de droite un bas-relief représentant l'Adoration des Mages.
  • Dans le porche nord, trois statues monumentales du milieu du XIIe siècle représentent trois apôtres et témoignent des échanges artistiques entre Vienne et Autun à cette période
  • Le mausolée des archevêques de Vienne Armand de Montmorin et Henri Oswald de La Tour d'Auvergne, dans le chœur à droite. C'est une œuvre du sculpteur Michel-Ange Slodtz. Elle a été commandée en 1740, réalisée à Rome et livrée à Vienne en 1747. Les deux archevêques sont figurés, l'un allongé sur le sarcophage, l'autre venant vers lui. C'est une œuvre importante de la sculpture funéraire en France au XVIIIe siècle.
  • Le maître-autel, réalisé également par Michel-Ange Slodtz, avec des marbres antiques venant de Rome. C'est le seul autel antérieur au XIXe siècle de la cathédrale.
  • Dans le mur de l'abside centrale se dresse le siège épiscopal ou cathèdre en pierre du XIIIe siècle.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Une cathédrale dédiée à Saint Maurice[modifier | modifier le code]

Saint Maurice et ses compagnons soldats ont vécu le martyre en Helvétie. Ses reliques ont été transférées à Vienne en 718.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L’évêque Verus de Vienne est présent au concile d’Arles de 314.
  2. « Notice no PA00117325 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Bruno Galland, Deux archevêchés entre la France et l’Empire, École Française de Rome, 1994
  4. Kovács Eva. Le chef de saint Maurice à la cathédrale de Vienne (France). In: Cahiers de civilisation médiévale. 7e année (n°25), Janvier-mars 1964. pp. 19-26.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]