Cathédrale Saint-Apollinaire de Valence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cathédrale Saint-Apollinaire de Valence
Image illustrative de l'article Cathédrale Saint-Apollinaire de Valence
Présentation
Culte Catholique romain
Type Cathédrale
Rattachement Diocèse de Valence
Début de la construction XIe siècle
Protection Logo monument historique Classée MH (1862)[1].
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Drôme
Commune Valence
Coordonnées 44° 55′ 54″ N 4° 53′ 22″ E / 44.93167, 4.8894444° 55′ 54″ Nord 4° 53′ 22″ Est / 44.93167, 4.88944  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cathédrale Saint-Apollinaire de Valence

La cathédrale Saint-Apollinaire est le plus ancien monument de la ville de Valence dans le département de la Drôme et se situe sur la place des Ormeaux dans le Vieux Valence. La cathédrale Saint-Apollinaire est classée sur la liste des monuments historiques de 1862.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est l'évêque Gontard (1063-1099) qui impulse la construction de cet édifice dans le quartier historique du Vieux Valence. Elle a été consacrée le 5 août 1095 sous le triple nom de saints Cyprien, Corneille et Apollinaire par le pape Urbain II qui se rendait au concile de Clermont pour prêcher la première croisade. On peut toujours voir la pierre de dédicace dans le mur sud de la cathédrale.

En 1281, la foudre touche le clocher qui sera remplacé par une flèche en charpente recouverte d'ardoises. Au XVe siècle, une nouvelle chapelle est édifiée à la place de l'abside du transept sud (c'est l'actuelle sacristie. Détruite lors des guerres de religion, elle est reconstruite au XVIIe siècle et son clocher, qui menaçait ruine après avoir été de nouveau foudroyé, est remplacé au XIXe siècle.

L'architecture de cette cathédrale l'apparente à d'autres monuments d'Auvergne et du Velay, notamment les décors en pierres polychromes. Elle possède un déambulatoire, permettant le passage des pèlerins et confirmant son rôle d'église étape sur le chemin vers Saint-Jacques-de-Compostelle.

Elle a été incendiée à deux reprises, en 1562 et 1567, par les Huguenots et reconstruite à l'identique à partir de 1604.

En 1799, le pape Pie VI est exilé et envoyé en France. Il est octogénaire, très affaibli et sa course s'arrête à Valence, où il meurt le 29 août. D'abord inhumé à Valence, son corps est ramené à Rome, mais les Valentinois réclament son cœur et ses entrailles, qui sont restitués et toujours conservés dans la cathédrale. Le passage du pape et de ses gardes suisses incita un pâtissier à créer un gâteau en forme de personnage, le suisse, qui est toujours une spécialité de Valence.

La cathédrale est classée monument historique depuis 1862.

Architecture[modifier | modifier le code]

La cathédrale se situe en partie haute de la vieille ville, dominant les anciens remparts et les bas quartiers du bord du Rhône. Une petite terrasse se trouve devant le clocher-porche, dont l’entrée n’est plus utilisée. Au sud, elle est bordée par la place des Ormeaux, dont l’ancien évêché occupe la partie opposée, aujourd’hui musée des Beaux-Arts de la ville de Valence. On entre dans la cathédrale par une porte latérale de cette place, ou du côté nord par une autre porte donnant sur la petite place du Pendentif où se trouve ce monument célèbre pour sa voûte caractéristique. À cet endroit se trouvait le cloître.

L’ensemble de l’édifice, bien que presque entièrement reconstruit au XVIIe siècle, conserve toutes les caractéristiques de la première cathédrale romane.

Nef[modifier | modifier le code]

La longue et haute nef, divisée en sept travées, est voûtée en berceau sur arcs doubleaux reposant sur des demi-colonnes adossées à des piliers carrés. À l'extrémité ouest une tribune supporte l'orgue, ouverte sur la nef par une grande arcade en plein cintre avec une clé ornée d'un blason. De chaque côté de la nef se trouvent des collatéraux voûtés en berceaux croisés qui communiquent avec la nef par des arcs en plein cintre. Les collatéraux ne comportent pas de chapelles. La nef est assez sombre, l’éclairage ne venant que des baies en plein cintre des collatéraux.

Collatéraux[modifier | modifier le code]

Dans les collatéraux il se trouvent entre autre:

Médaillon de Alexandre Milon dans le Musée de Valence[2]

HIC JACET
COR ILLmi AC Rmi D.D. ALEXANDRI
MILON EPISCOPI COMITIS
VALENTINENSIS ABBATIS
LEONCELLI ET SANCTI
BENEDICTI HORIACENSIS
SUPRA LIGERIM ET HUIUSCE
BASILICA RESTAURAÕRIS MAGNE??
OBIIT DIE 18 NOVEMBRIS 1771
REQUIESCAT IN PACE

Ici reposee
le cœur du très illustre et très vénéré Alexandre
Milon évêque comte
de Valence[,] abbé
de Léoncel et Saint-
Benoît-
sur-Loire
et de cette (?)
basilique le grand restaurateur.
Il est décédé le 18 novembre 1771
Qu'il repose en paix

Valence StApollinaire Alexandre-Milon.jpg

Transept[modifier | modifier le code]

Dans le transept il se trouvent plusieurs bustes et autels. Entre autre:

(Le drapeau)
PER IPSUM, ET CUM IPSO, ET IN IPSO
NON MINISTRARI SED MINISTRARE

MEMORIÆ
ILL AC REC IN XTO PATRIS
EMMANUELIS MARIÆ IOSEPHI ANTHELMI
MARTIN DE GIBERGVES
EPISCOPI VALENTINENSIS
DIENSIS ET TRICASTINENSIS

QVI A DIE XII MARTII A D MCMXII
DIFFICILLIMIS TEMPORIBVS
IMMANI SÆVIENTE BELLO
ECCLESIA VALENTINENSEM SAPIENTER REXIT
PASTOR EXIMIVS
PÆTATE ET MVNIFICENTIA INSIGNIS
ANIMARVM ZELO FLAGRANS
VERBI DIVINI PRÆCO INDEFESSUS

IMMATVRA MORTE
OBIIT PARISIIS DIE XXVIII DECEMB MCMXIX
LVGENTE POPVLO ET CLERO

CVIVS CORPVS
IN HAC BASILICA S APOLLINARIS
CONDITVM REQVIESCIT





À la mémoire du
très illustre et vénéré dans la patrie de Christ
Emmanuel-Marie-Joseph-Anthelme
Martin de Gibergues
[3]
Évêque de Valence-
de Die et du Tricastin

Qui à partir du 12 mars 1912
en des temps très difficiles
une guerre barbare faisant rage
dirigea avec sagesse l’église de Valence
pasteur exceptionnel,
par une piété et une munificence insignes,
des âmes, avec un zèle ardent
héraut infatigable de la parole divine

Par une mort prématurée
il décéda à Paris le 28 décembre 1919
pleuré par le peuple et par le clergé

Son corps
dans cette Cathédrale St. Apollinaire
repose enseveli.

Valence StApollinaire Martin-de-Gibergues.jpg

Prolongement de la Nef[modifier | modifier le code]

Chœur et Abside[modifier | modifier le code]

Le chœur en demi-cercle suit directement le transept sans travée intermédiaire, il est entouré de colonnes cylindriques qui supportent, par des chapiteaux, de petits arcs surhaussés. Au-dessus, trois baies l’éclairent, enfin une voûte en cul-de-four coiffe l’ensemble. L'abside est polygonale et s'ouvre sur des absidioles semi-circulaires dont chacune abrite une chapelle. Une baie en plein cintre s'ouvre dans chaque chapelle et dans les pans de murs droits qui les séparent.

Abside vue du chœur
Buste de Pie VI

PIVS VI PONT.[IFEX] MAX.[IMUS]

DIE 29 AVGVSTI 1799
VALENTIÆ ALLOBROGORVM PIENTISSIME OBI[V]IT
CVIVS CORPVS IN CŒMETERIO S.CATHARINÆ DEPOSITVM
ROMAM DIE 29 DECEMB. 1802 TRANSLATVM
IN BASILICA VATICANA IVXTA B.[ASILICA]PETRI CONFESSIONEM
REQVIESCIT

PRÆCORDIA EIVS PII VII MVNIFICIENTIA
VALENTINÆ CATHEDRALI DIE 29 MARTII 1803 CONCESSA
IN HOC MARMORE DIE 25 OCT. 1811 INCLVSA
RELIGIOSE SERVANTVR
______
CLERICIS MAL SEMINARII AB ANNO 1791 EXSVLIS
ET SÆVIENTE ITERVM PERSECVTIONE A.D.
1906 A PIO VI NVNCVPATI
IN CIVITATEM EPISCOPALEM FELICITER REDEVNTIBVS
ANNO REPARATÆ SALVTIS IVBILARI 1934
HOC PIETATIS MONVMENTVM
ILL.AC RR.DD. CAMILO PIC VALENTINENSI PRÆSVLE
IN NOBILIORI HAC CHORI PARTE
COLLOCATVM EST
___ . ____

Sancta Pii sexti redevnt præcordia Gallis
Roma tenet corpvs nomen vbiqve sonat
Card. Spina

Pie VI pontifex maximus

le 29 jour d'août 1799
VALENTIÆ Allobroges PIENTISSIME OBI[V]IT
dont le corps et déposé au cimetière de S.Cathérine
transféré à Rome le 29 jour du décembre 1802
dans la basilique vaticaine à côté de la basilique de Pierre à la confession
il répose.

Les organes de vie de Pie VI par générosité
VALENTINÆ CATHEDRALI le 29 jour du mars 1803 cédés
IN HOC MARMORE DIE 25 OCT. 1811 INCLVSA
RELIGIOSE SERVANTVR
______

Valence Cathedral Buste Pius VI back.jpg

Déambulatoire[modifier | modifier le code]

Un déambulatoire entoure le chœur, rappelant que la cathédrale était une étape vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Il est dans ce déambulatoire que se trouvent des bustes et dans les absidioles des tombes.

Buste de CPF Cotton

PIAE MEMORIAE
ILL AC REV IN XTO[CHRISTO] PATRIS
CAROLI PETRI FRANCISCI COTTON
EPISCOPI VALENTENSIS
SACRO PALLIO INSIGNITI
QVI
AB A D MDCCCLXXV PER ANNOS TRIGINTA
OMNIBVS OMNIA FACTVS
VALENTINENSI PRAEFVIT ECCLESIAE
ANIMI FORTITVDINE POTENTIQVE VERBO
PRAECELLENS

APVD S SIMEONEM DE BRESSIACO
IN PAGO NATALI
DIERVM MERITORVMQVE PLENVS
OBIIT DIE XXV SEPTEMBRIS A D MCMV
ET IN VALENTN BASILICA
IUXTA MAIUS ALTARE
HONORIFICE SEPVLTVS EST

À la pieuse mémoire
(ill.???) ainsi que clerc dans la patrie de Christ
Charles-Pierre-François Cotton
évêque de Valence
couronné du manteau sacré
qui
à partir de l'an du Dieu 1875 pour trente ans
en faisait tout pour tous
il menait l'Église de Valence (Valentia)
par la force de l’âme et la puissance de la parole
excellent.

À Saint-Siméon-de-Bressieux
dans le village natal
aux jours entièrement mérités
il est décédé le 25 septembre 1905
et dans la basilique de Valence
à côté du maître-autel
il est honorablement enterré.

Valence StApollinaire Charles-Pierre-François-Cotton buste.jpg

  • Autel avec les reliques d’Eutychiana dans une absidiole du déambulatoire (description)

Découvert vers 1840 dans les catacombes de Rome, le tombeau d’Eutychiana fut consdéré comme celui d’une sainte, bien qu’aucun élément n’autorise cette hypothèse. En 1847, les reliques furent offertes à Mgr Chatrousse par Pie IX, enchâssée dans la statue de cire sous l’autel[4].

Autel d'Eutychiana

ARIAE EUTYCHIANETI GON
JUGi BENE MERENTI FECIT
AELIUS CRISPINUS

À Aria Eutychiana,
son épouse pleine de mérites,
Aelius Crispinus a fait [ce monument]

Valence StApollinaire Eutychiana plaque.jpg

Les remplois de la cathédrale[modifier | modifier le code]

Plusieurs blocs de pierre de la cathédrale Saint-Apollinaire sont des remplois de constructions gallo-romaines de la cité de Valentia.

On peut encore voir aujourd'hui une des 22 bornes milliaires de la via Agrippa dans le déambulatoire du chœur, 2e pilier de droite (voir photographie ci-contre). Daté de 274 ou 275 ap. J.-C., il serait le IIIe mille ou IVe mille et porte l'inscription suivante[5] :

IMP(ERATOR) CAESAR L(VCIVS) DOMIT[IVS]
AVRELIANV[S] P(IVS) [F(ELIX)] INV[I]CT[VS]
[AV]G(VSTVS) P(ONTIFEX) MA(XIMVS) GER[MANIC(VS) MAX(IMVS)]
[GO]THIC(VS) MA[X(IMVS) CARPIC(VS) MAX(IMVS)] ?
[PAR]THIC(VS) MA[X(IMVS) TRIB(VNICIA) POT(ESTATE) VI CO(N)S(VL)] ?
[III] P(ATER) P(ATRIA) PROCO(N)[S(VL) PACATOR ET RES]
[TITVT]OR ORB(IS) [REFECIT ET]
[R]ESTITVIT […]
MILIA [PASSVVM]
I[I] II ?

L'empereur César
Lucius Domitien Aurélien,
pieux, heureux, invicinble, auguste,
souverain pontife, Germanique très grand, Gothique très grand,
Carpique très grand, Parthique très grand, revêtu de la puissance
tribunicienne pour la… fois, consul … fois,
père de la patrie, proconsul, restituteur et
pacificateur de l'univers,
a réparé la route.
3 (ou 4 ?) milles (de Valence).

Milliaire de la via Agrippa (cathédrale de Valence, Drôme).JPG

Orgues[modifier | modifier le code]

L’orgue

On sait qu'un orgue existait déjà à Saint-Apollinaire en 1392. En 1751 Mgr Alexandre Milon de Mesme, évèque de Valence, commande un orgue doté de 45 jeux[6]. Ainsi, de 1751 à 1753 le facteur suisse Samson Scherrer[7] (et non son fils Ludwig, dit Louis Scherrer, venu seulement à Valence pour signer le contrat), construit un nouvel orgue, qui se trouve en très mauvais état à la Révolution. Il est restauré par François et Joseph Collinet en 1813 puis 1835, ensuite démonté pendant des travaux de réfection de la cathédrale. En 1898, les ateliers de Cavaillé-Coll, sous la direction de Charles Mutin, installent un nouvel instrument dans le buffet de Scherrer. L'orgue est enfin restauré en 1985 par Yves Koenig, puis reçoit par le même facteur une rénovation, inaugurée en mai 2014.

La cathédrale abrite également un orgue de chœur placé dans le transept sud.

Entrées[modifier | modifier le code]

Plaques gravées dans une entrée latérale:

  • À Pie IX

PIO.IX.
PONTIFICI.OPTIMO.MAXIMO.
QVOD.PRO.SVA.EXIMMIA.PIETATE.
ERGA.PIVM.VI.INCLITVM.DESESSOREM.SVVM.
CVIVS.COR.ET.VISCERA.HEIC [(HIC)] .QVIESCVNT.
EPISCOPVM.PRO.TEMPORE.VALENTINENSEM.
SOLIO.PONTIFICIO.ADSISTENTEM.
AC.ROMANVM.COMITEM.
PERPETVO.DIXERIT.
HODIERNVM.EPISCOPVM.ET.IN.XTO.PATREM.
PETRVM.CHATROVSSE.
PALLIO.ARCHIEPISCOPALI.INSIGNERIT.
VALENTINENSES.CANONICOS.
HONORIFICIA.PECTORALI.CRVCE.
MVNIFICE.DECORAVERIT.
HOCCE.CATHEDRALE.TEMPLVM.
SACRO.BASILICÆ.TITVLO.AVXERIT.
ATQVE.ETIAM.INDVLGENTIA.
PLENARIA.QVOTIDIANA.ET PERPETVA.
BENIGNISSIME.DITAVERIT.
EPISCOPVS.ET.CANONICI.GRATABVNDI.
AD.ŒTERNAM.MEMORIAM.
POSTERVNT.
ANNO.A DEO.HOMINE.
MDCCCXLVII.

Pie IX
(titre du Pape)
qui par son piété éminente
s'est vis-à-vis Pie VI publiement établit
dont le cor et les entrailles [hic = ici] reposent
évèque au temps de Valence
paru du trône du Pape
à l'accompagnateur romain
il s'était toujours exprimé
à l'évèque d'aujourd'hui et dans la patrie de Christ
Pierre Chatrousse (biographie)
au manteau de l'archévèque (insignerit)












1847.

Valence StApollinaire Pius-IX 1847.jpg

  • Autre plaque à côté, rappelant l’historique de la cathédrale et ses principaux bienfaiteurs

PRŒCIPUŒ HUJUS TEMPLI EPHEMERIDES
______
LOCO VETERIS ECCLESIΠCATHEDRALIS,
ALIA MAJOR ET DIGNOR.
VERSUS FINEM SŒCULI XI, EXSTRUCTA EST
URBANUS II, DUM PER GALLIAS ITER FACERET,
EAM. DUODECIM EPISCOPIS ADSISTENTIBUS,
SOLEMNITER CONSECRAVIT. ___ QUŒ,
FURENTE CALVINISTARUM RABIE,
MAXIMA EX PARTE, DIRUTA EST ___ ILLAM.
SEQUENTI SŒCULO, REŒDIFICARE CŒPIT,
UNA CUM CAPITULO ET CIVITATE,
D.D.DE LEBERON __ MOX ILLAM PRŒSUL,
CUJUS NOMEN MAXIME LAUDATUR,
D.D.DE MILON, ORGANO,
MAJORI ALTARI ET ALIIS PRŒTIOSIS
DOTAVIT. ___ CUM VERO IRRUERINT DIES MALI,
EODEM LABENTE SŒCULO, IN EA CESSAVIT
CULTUS CATHOLICIUS. ___ SED, FAVENTE
PRIMO CONSULE POST PACTUM
CUM PIO VII, INITUM,
CULTUI AVITO RESTITUTA EST. ___ PIUS IX,
PRECIBUS D.D. CHATROUSSE,
EAM IN BASILICAM
MINOREM EREXIT. ___ QUAM
MULTIS INCŒPTIS ALIISQUE PERFECTIS,
SICUT SPONSAM MONILIBUS ADORNARE
CONATUS EST D.D.LYONNET.

Éphéméride de ce temple privilégié
______
À l’emplacement de l’ancienne église cathédrale,
une autre plus grande et plus digne
fut édifiée vers la fin du 11e siècle
Urbain II, pendant qu'il faisait route par la Gaule,
en présence de douze évêques,
la consacra solennellement. Celle-ci,
par la rage des Calvinistes,
fut détruite dans sa plus grande partie.
Au siècle suivant, le chapitre et la ville unis,
on commença à la reconstruire.
D.D. de Leberon, bientôt son directeur,
dont le nom est grandement loué ;
D.D. de Milon la dota de l’orgue,
du maître-autel et d’autres richesses.




Pie VII
Pie IX
D.D. Chatrousse




D.D. Lyonnet

Valence StApollinaire Tableau entree-laterale.jpg

Clocher[modifier | modifier le code]

Le clocher est détruit par la foudre en 1836. Dans son journal de voyage en 1838, Stendhal mentionne la démolition en cours. Il est reconstruit dans le style roman, et on lui donne une plus grande hauteur.

Il est de plan carré et est maintenu par des contreforts perpendiculaires aux angles. À la base, il s'ouvre sur trois côtés par de grandes arcades en plein cintre sur le portail d'entrée. Au-dessus, un étage percé de petites baies est surmonté d'un étage très haut, aveugle, orné de lésènes qui divisent chaque côté en trois et sont jointes par trois petites arcatures. L'étage final, coiffé d'un toit de tuiles à quatre pentes de faible inclinaisont, est percé sur chaque face de trois baies à arcs imbriqués de pierres de deux couleurs, comme les baies des collatéraux.


Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00117085 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Plaque à côté du médaillon dans le Musée de Valence
    Valence Museum Medaillon Alexandre-Milon plaque.JPG
  3. (en) catholic-hierarchy.org - Bishop Emmanuel-Marie-Joseph-Anthelme Martin de Gibergues †
  4. Description sur un tableau dans la cathédrale:
    Valence Cathedrale Eutychiana description.JPG
  5. cf. Philippe Ravit, Le paysage valentinois, de la fondation de la colonie de Valentia (Valence) au IIIe siècle apr. J.-C., Lyon 3, 2007, 202 p. (mémoire)
  6. Description des Grandes Orgues (plaque dans la cathédrale)
    Valence StApollinaire Grandes-Orgues plaque.jpg
  7. [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guy Barruol, La cathédrale romane Saint-Apollinaire de Valence, pp. 301-315, dans Congrès archéologique de France. 150e session. Moyenne vallée du Rhône. 1992, Société Française d'Archéologie, Paris, 1995

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liste des cathédrales catholiques romaines de France Liste des cathédrales de France protégées aux monuments historiques

Liens externes[modifier | modifier le code]