Raoul Glaber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Raoul Glaber (Rodulfus Glaber, c'est-à-dire le Glabre ou le Chauve), né en 985 en Bourgogne et mort après 1047, est un moine chroniqueur de son temps (l'époque de l'an Mil) et l'une des sources les plus importantes dont disposent les historiens sur la France durant cette période.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son oncle, un moine, le fait entrer à l'âge de douze ans au monastère de Saint-Léger-de-Champeaux. Il en est expulsé à cause de sa conduite (dans un de ses écrits, il nous dit que par fierté, il a résisté et a désobéi à ses supérieurs, et s'est disputé avec ses frères).

Il entre ensuite au monastère Saint-Bénigne à Dijon où il demeure de 1025 à 1030.

En 1010, il rencontre à l'abbaye de Moutiers-Saint-Jean Guillaume de Volpiano, puis l'abbé Odilon, à Cluny, en 1031.

Enfin, il devient moine à l'abbaye Saint-Germain d'Auxerre où il réside à partir de 1039.

Œuvres[modifier | modifier le code]

On doit à Raoul Glaber une Vie de saint Guillaume abbé de Dijon, ou Guillaume de Volpiano (Vita Sancti Guillelmi Abbatis Divionensis), et des Histoires (Historiæ).

Ces dernières, intitulées Historiarum libri quinque ab anno incarnationis DCCCC usque ad annum MXLIV (Cinq livres d'histoires depuis l'an 900 après l'Incarnation jusqu'en l'an 1044) ont été commencées entre 1026 et 1040 à l'abbaye de Cluny (livre I et une partie du livre II) et achevées à l'abbaye Saint-Germain d'Auxerre.

Initialement destinées à constituer une histoire ecclésiastique (universelle), elles couvrent des événements survenus dans le centre de la France, en les mêlant à des anecdotes et à des visions à caractère édifiant. Empreintes de superstition, elles n'en constituent pas moins un document particulièrement éclairant sur la première moitié du XIe siècle, car elles permettent de saisir la mentalité de l'époque et les conceptions de l'auteur.

Ainsi, Raoul Glaber y évoque son temps dans une perspective eschatologique. Selon Pierre Riché, en effet, un livre complet de son œuvre décrivait l'année 1033, qui constituait le millième anniversaire de la mort et de la résurrection du Christ, et pouvait être interprétée symboliquement comme une fin des temps.

Raoul Glaber apporte également de nombreuses informations sur la « Paix de Dieu ».

Une lecture erronée de l'œuvre, qui fait peu de cas du contexte dans lequel elle a été écrite, a ignoré, sous la plume des historiens du XXe siècle, sa valeur pour comprendre le millénarisme autour de l'an Mil.

De nombreuses citations sont restées célèbres :

  • À propos du IXe siècle : « On croyait que l’ordre des saisons et les lois des éléments qui jusqu’alors avaient gouverné le monde étaient retombés dans un éternel chaos, et l’on craignait la fin du genre humain »
  • La plus connue à propos du nouveau millénaire : « Trois années n’étaient pas écoulées dans le millénaire que, à travers le monde entier, et plus particulièrement en Italie et en Gaule, on commença à reconstruire les églises, bien que pour la plus grande part celles qui existaient aient été bien construites et tout à fait convenables. Il semblait que chaque communauté chrétienne cherchait à surpasser les autres par la splendeur de ses constructions. C’était comme si le monde entier se libérait, rejetant le poids du passé et se revêtait d’un blanc manteau d’églises. Presque toutes les églises épiscopales et celles de monastères dédiées aux divers saints, mais aussi les petits oratoires des villages étaient rebâtis mieux qu’avant par les fidèles. ».

De larges extraits de ses œuvres sont cités et commentés dans l'ouvrage L'an Mil de Georges Duby. Cet historien considère Glaber comme une source fiable, qui permetrait de comprendre le millénarisme autour de l'an mil. A la suite des travaux de Dominique Barthélémy, Sylvain Gouguenheim, réexaminant cette source a toutefois remis en cause cette interprétation.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Grandeurs de l'an mille, Pierre Riché, éditions Bartillat, 1999.
  • Chronique de Raoul Glaber - J.-L.-J. Brière – Paris – 1824
  • Les fausses terreurs de l'an Mil, Sylvain Gouguenheim, éditions Picard, 1999

Liens externes[modifier | modifier le code]