Tribune Tower

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tribune Tower
La Tribune Tower en 2004.
La Tribune Tower en 2004.
Géographie
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Ville Chicago
Adresse 435 Michigan Avenue
Coordonnées 41° 53′ 26″ N 87° 37′ 25″ O / 41.89042, -87.6236741° 53′ 26″ Nord 87° 37′ 25″ Ouest / 41.89042, -87.62367  
Histoire
Architecte(s) Hood & Howells
Construction 1923–1925
Usage(s) Bureaux
Architecture
Style architectural néogothique
Hauteur du dernier étage 141
Nombre d'étages 36
Administration
Propriétaire(s) Chicago Tribune
Géolocalisation

Géolocalisation sur la carte : Chicago

(Voir situation sur carte : Chicago)
Tribune Tower

Géolocalisation sur la carte : Illinois

(Voir situation sur carte : Illinois)
Tribune Tower

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Tribune Tower

La Tribune Tower est un gratte-ciel de la ville de Chicago aux États-Unis conçu par les architectes John Howells et Raymond Hood du cabinet Howells & Hood dans le style néogothique. Il est situé au 435 Michigan Avenue sur le Magnificent Mile et abrite les bureaux du journal Chicago Tribune. La radio WGN et les bureaux de CNN à Chicago sont également situés dans la tour.

Sa construction fut achevée en 1925 et sa hauteur est de 141 mètres. Avec ses sculptures de gargouilles et ses arcs-boutants qui rappellent le gothique flamboyant, il est l'un des édifices les plus emblématiques de la ville de Chicago. Elle est inspirée de la fameuse tour de Beurre de la cathédrale Notre-Dame de Rouen[1].

Le concours[modifier | modifier le code]

En 1922, le Chicago Tribune organisa un concours d'architecture international pour la construction de son nouveau siège. La récompense était un prix de 50 000 $. Le concours reçut plus 260 participations et marqua un tournant dans l'histoire architecturale des États-Unis.

La participation la plus populaire, une tour épurée proposée par l'architecte finlandais Eliel Saarinen arriva en deuxième place. La tour de Saarinen influença beaucoup la génération suivante de gratte-ciel. Le Gulf Building, construit en 1929 à Houston, Texas, est une réalisation de la tour de Saarinen.

La Tour[modifier | modifier le code]

Morceau de Notre-Dame de Paris

Le premier prix fut remporté par une tour néogothique conçue par les architectes new-yorkais Howells & Hood (John Mead Howells and Raymond Hood) comportant des arcs-boutant au sommet. Comme pour la plupart des projets de Hood, les sculptures et les décorations furent exécutées par l'américain Rene Paul Chambellan.

Le chantier s'acheva en 1925, la tour s'élevant à 141 mètres. Les arc-boutants du sommet sont particulièrement remarquables lorsque la tour est éclairée de nuit.

La tour comporte des images sculptées de Robin des Bois (Robin Hood) et d'un chien hurlant (howling dog) en l'honneur des architectes. Avant la construction de la Tribune Tower les correspondants du Chicago Tribune ont rapporté diverses pierres provenant de sites historiques important à travers le monde sur demande du Colonel McCormick. Nombre de ces pierres ont été incorporés à la base de la tour accompagnées d'une légende indiquant leur provenance. On y trouve entre autres des pierres en provenance de la cathédrale de Trondheim, du Taj Mahal, du Parthénon, du palais de Westminster, de la Tour de Beurre de la Cathédrale Notre-Dame de Rouen, de la Cathédrale Notre-Dame de Paris, de l'Arc de Triomphe, de la Grande Muraille de Chine, du Kremlin, et de la Maison-Blanche. Au total, il y a 136 fragments dans la tour. Plus récemment un morceau de la Lune a été exposé dans une des fenêtres du magasin de souvenirs (il n'a pu être ajouté au building car la NASA est propriétaire de tous les rochers de Lune), et une pièce métallique provenant du World Trade Center y a été ajoutée.

Le 11 avril 2006, le musée McCormick Tribune Freedom Museum a ouvert ses portes sur deux étages du bâtiment.

Rene Paul Chambellan a sculpté les ornementations, les gargouilles ainsi que le fameux Aesops' Screen au-dessus de l'entrée principale. Une des gargouilles représente une grenouille, référence aux racines françaises de Chambellan.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mais Rouen n'est pas la seule ville à avoir sa Tour de Beurre. La cathédrale Saint-Etienne de Bourges a la sienne et même… Chicago où le Tribune-Tower, gratte-ciel construit comme une cathédrale, présente une parfaite copie de la tour rouennaise. » La Tour de Beurre, Paris-Normandie, 22 juillet 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :