Contrefort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Contrefort (géographie)
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Arc-boutant.
Quelques termes d'architecture.

En architecture, un contrefort est un renfort de maçonnerie saillant et massif élevé sur la face extérieure d'un bâtiment voûté et qui sert à contenir les effets d'une charge ou de la poussée des arcs et des voûtes[1].

C'est aussi la bordure résultant de l'érosion d'un mont, d'une montagne ou d'un causse

En maçonnerie[modifier | modifier le code]

Les contreforts sont typiques de l'architecture romane, mais surtout de l'architecture ogivale, qui ont fait un large usage de ces éléments architecturaux, associés à l'arc en plein cintre, pour soutenir les murs des nefs qui avaient à supporter les hautes voûtes.

Les contreforts ont été allégés jusqu'à devenir de légers arcs-boutants dans l'architecture gothique, mais ils ne faut pas les confondre avec les simples colonnes engagées des pilastres plats, lesquelles ne renforcent pas sensiblement le mur.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc et Henri Sabine, Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle, Volume 4, éd. A. Morel et cie, 1868, p. 284

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]