Cathédrale Saint-Léonce de Fréjus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cathédrale Saint-Léonce de Fréjus
Image illustrative de l'article Cathédrale Saint-Léonce de Fréjus
Présentation
Culte Catholique romain
Type Cathédrale
Rattachement Diocèse de Fréjus-Toulon
Début de la construction Ve siècle
Fin des travaux XVIe siècle
Style dominant Gothique
Protection Logo monument historique Classée MH (1862)
Géographie
Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Var
Commune Fréjus
Coordonnées 43° 25′ 59″ N 6° 44′ 12″ E / 43.433174, 6.736751 ()43° 25′ 59″ Nord 6° 44′ 12″ Est / 43.433174, 6.736751 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cathédrale Saint-Léonce de Fréjus

Géolocalisation sur la carte : Var

(Voir situation sur carte : Var)
Cathédrale Saint-Léonce de Fréjus

La cathédrale Saint-Léonce de Fréjus est une cathédrale catholique romaine située dans le centre historique de Fréjus, dans le département du Var. Elle est classée Monument historique depuis 1862[1]. C'est un bâtiment à l'origine médiéval mais résultant de plusieurs époques :

La Cathédrale faisait partie de la Cité épiscopale de Fréjus.

Description de la cathédrale[modifier | modifier le code]

Intérieur[modifier | modifier le code]

Les nefs[modifier | modifier le code]

La cathédrale possède deux nefs accolées suite à des modifications successives pendant des siècles :

  • la nef Notre-Dame — c'est en partie l'ancienne église paléochrétienne romane — possède 3 voûtes sur croisées d'ogives.
  • la nef Saint-Étienne du XIe siècle et XIIe siècle a six voûtes en berceau. Elle était réservée à l'origine à l'évêque.

L'abside[modifier | modifier le code]

Elle est semi-circulaire voûtée et dans un style dit « cul-de-four ». Elle contient les tombes des évêques Guillaume de Rouffilhac (1361-1364) et Louis de Bouillac (1385-1405).

L'entrée[modifier | modifier le code]

Le linteau datant du 1er avril 1530, à l'origine de Jacques Durandi, a été restauré au cours du XVIe siècle. Les portes extérieures du XVIe siècle sont surmontées de fenêtres à croisées, avec de remarquables vantaux en bois sculptés Renaissance.

Le mobilier[modifier | modifier le code]

Rétable de Jacques Durandi
Statues
  • crucifix en bois XVIe siècle ;
  • retable dédiée à Sainte-Marguerite de Jacques Durandi dans une chapelle de la nef Saint-Étienne ;
  • statues XVIIe siècle dans le collatéral gauche représentant les évêques de Camelin, Barthélémy (1599-1637) et Pierre (1637-1654) ;
  • nativité XVIe siècle dans la nef,
  • dans le chœur, belles stalles XVe siècle remaniées XVIIIe siècle (style rayonnant XIVe siècle) en bois sculptés de roses, clochets et de gables.

Extérieur[modifier | modifier le code]

Le clocher[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle, un premier clocher-porche se trouvait à l'entrée dans la première travée de la nef Notre-Dame.

Le clocher actuel date du XIIIe siècle. La tour du clocher est divisée en trois parties :

  • La toiture de forme conique est décorée de jaune et de vert afin de donner l'illusion de l'or ;
  • Elle repose sur une construction octogonale du XVIe siècle ;
  • Et enfin le tout repose sur une base carrée plus ancienne au-dessus du narthex du côté du déambulatoire sud.

Entrée[modifier | modifier le code]

La porte d'entrée a de très beaux vantaux avec chacun huit panneaux sculptés illustrant des scènes de la vie de la Vierge, des images de Pierre et Paul. Il y a aussi des portraits de personnes voulant figurer sur ce portail, elles payaient pour y apparaître. Leurs noms sont encore inconnus.

Baptistère[modifier | modifier le code]

Au sud-ouest de la cathédrale se trouve un baptistère paléochrétien, le plus ancien de France après celui de Poitiers puisqu'il date du Ve siècle et c'est l'un des mieux conservés :

  • réemploi de huit colonnes antiques d'angle corinthiennes en provenance sans doute d'un édifice romain.
  • la salle est octogonale ainsi que la cuve ou piscine pour le baptême par immersion comme cela se pratiquait à l'époque.
  • les pans sont coupés avec des absidioles contenant des sarcophages et statues couchées.
  • la coupole est sur piliers

C'est l'un des rares témoignages de l'art paléochrétien qui nous soient parvenus (voir les baptistères de Poitiers, Aix-en-Provence, Riez, Marseille).

Cloître[modifier | modifier le code]

Vue de l'intérieur du cloître.

Le cloître roman à deux étages date du XIIe siècle. Le cloître est classé Monument Historique depuis 1875

L'accès du cloître canonial se fait par la place qui se trouve sur le côté de la cathédrale. Le cloître étant au nord-est de celle-ci. Auparavant, les religieux pouvaient y accéder plus facilement en sortant de la nef et en montant des escaliers sur la droite. La salle qui se trouve à droite de l'entrée est réservée au musée archéologique municipal.

Le vieux puits au centre a été restauré en 1922-1931 ainsi que le double escalier allant à l'étage.

Les plafonds des galeries sont en menuiseries du XIVe siècle, avec de jolies arcades retombant sur des colonnettes doubles. Elles sont peintes et décorées de personnages, d'animaux, et un bestiaire fantastique à travers plus de trois cents panneaux.

L'étage donnant sur le cloître, dont il reste une galerie, est accessible par un escalier à double rampe. Les peintures sont des XIVe et XVe siècles. De petites colonnes corinthiennes datent du XIIIe siècle.

La porte d'une salle voûtée est fermée avec une grille XVe siècle siècle.

De nos jours, des expositions temporaires se déroulent dans des salles restaurées en 1967 et situées au nord-est. Ce sont les salles du Vieux Fréjus.

Maison du prévôt[modifier | modifier le code]

À côté du cloître, se trouve la maison du prévôt datant d'après 1206.

Les Grandes Orgues[modifier | modifier le code]

Orgue Quoirin

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1600 : premier orgue connu
  • 1778 : orgue réparé en 1806
  • 1810 : orgue Borme-Gazel
  • 1855 : commande d'un orgue de chœur avec son buffet à la Maison Cavaillé-Coll.
  • 1856 : l'orgue de chœur devient un grand orgue.
  • 1857 : réception de l'orgue Cavaillé-Coll.
  • 1926 : restauration.
  • 1944 : la cathédrale subit des bombardements. L'orgue est exposé au vent et à la poussière.
  • 1952 : restauration de la cathédrale. L'orgue est déplacé et abandonné dans un coin. Des pièces sont gâtées ou disparaissent par manque d'entretien pendant des années.
  • 1962 : reconstruction d'un nouvel orgue.
  • 1967 : inauguration de l'orgue Gonzales.
  • 1986 : l'orgue est en mauvais état, un projet de reconstruction est approuvé par la Commission Nationale des Orgues. Pendant ce temps, un petit orgue de remplacement est acheté. Il se trouve maintenant à la Chapelle Saint-François de Paule.
  • 1991 : inauguration de l'orgue Quoirin.

Composition de l'orgue[modifier | modifier le code]

3 claviers de 56 notes, 1 pédalier de 30 notes. Transmission mécanique[2].

Composition de l'instrument
1er clavier 2e clavier 3e clavier Pédalier
Bourdon 8 Principal 16 Principal 8 Bourdon 16
Octave 4 Principal 8 Voce umana 8 Flûte 8
Flûte 4 Bourdon 8 Flûte 4 Flûte 4
Nasard 2 2/3 Octave 4 Flûte 2 conique Basson 16
Doublette 2 XIIe 2 2/3 Flûte 1 Trompette 8
Flûte 2 XVe 2 Sesquialtera Clairon 4
Tierce 1 3/5 XIXe 1 1/3 Voix humaine 8 -
Plein Jeu XXIIe 1 - -
Cromorne 8 Ripieno 1 (2/3 & 1/2) - -
- Ripieno 2 (1/3 & 1/4) - -
- Trompette 8 - -
- Clairon 4 - -
- Cornet 5 rangs - -

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Élisabeth Sauze, Michel Fixot, La cathédrale Saint-Léonce et le groupe épiscopal de Fréjus, Centre des monuments nationaux, 1er juillet 2004, Collection « Cathédrales de France », (ISBN 2858227241), (ISBN 978-2858227242)
  • Desirat, Les Chapelles de Fréjus, Serre, 2002, (ISBN 286410217X), (ISBN 978-2864102175)
  • Colette Dumas, Découvre et colorie. Le cloître de la Cathédrale de Fréjus, Éditions de la Nerthe, 2000, coll. « Patrimoine », (ISBN 2913483119), (ISBN 978-2913483118)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Discographie[modifier | modifier le code]