Cathédrale Saint-Georges des Maronites

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cathédrale Saint-Georges.
Cathédrale Saint-Georges des Maronites
Image illustrative de l'article Cathédrale Saint-Georges des Maronites
Présentation
Nom local كاتدرائية مار جرجس للموارنة
Culte Église maronite
Début de la construction 1884
Fin des travaux 1894
Architecte Giuseppe Maggiore
Style dominant Néoclassique
Géographie
Pays Drapeau du Liban Liban
Ville Beyrouth
Coordonnées 33° 53′ 43″ N 35° 30′ 19″ E / 33.895272, 35.50531 ()33° 53′ 43″ Nord 35° 30′ 19″ Est / 33.895272, 35.50531 ()  

Géolocalisation sur la carte : Liban (administrative)

(Voir situation sur carte : Liban (administrative))
Cathédrale Saint-Georges des Maronites

La cathédrale Saint-Georges des Maronites (arabe : كاتدرائية مار جرجس للموارنة) est la cathédrale de l’archidiocèse maronite de la ville de Beyrouth au Liban.

Construite entre 1884 et 1894, la cathédrale a été sévèrement endommagée durant la Guerre du Liban et a été défigurée et pillée. De nombreuses œuvres d’arts alors confisquées ont été retrouvées, dont une fameuse peinture de Delacroix représentant Saint-Georges, le Saint-Patron de la cathédrale et de l’archidiocèse de la ville. La cathédrale a été restaurée à la fin des hostilités et a été ré-inaugurée par le patriarche maronite Nasrallah Boutros Sfeir le 24 Avril 2000[1].

Construction[modifier | modifier le code]

carte postale de Beyrouth montrant la cathédrale Saint-Georges, début du XXe siècle

La cathédrale Saint-Georges a été construite par Monseigneur Joseph Debs, l’archevêque de Beyrouth, sur le site d’une ancienne église également dédiée au même saint. La précédente structure a été construite en 1755 pour servir au culte des maronites de Beyrouth[2]. Les travaux commencèrent en 1884 et y furent utilisés des colonnes du temple romain de Deir el Qalaa à Beit Mery[3]. L’édifice a été complété et consacré le jour du Dimanche des Rameaux de l’année 1894.

Architecture[modifier | modifier le code]

La cathédrale a été conçue par l’architecte italien Giuseppe Maggiore selon un style néo-classique. Les plans s’inspirent de l’architecture de de la basilique Sainte-Marie-Majeure à Rome[4]. L’édifice est construit sur le plan d’une basilique avec une nef séparée de deux collateraux par deux rangées de colonnes. La nef est couverte d’un plafond à caisson avec des dorures et une double structure en bois, couverte de feuilles dorées sur un fond beige. Les murs sont décorés de stucs et de marbre. Au dessus de l’autel principal, se trouve un baldaquin à quatre colonnes. A l’arrière, dans le chœur, se trouve le cathèdre (trône de l’évêque) de l’archevêque de Beyrouth, et le fauteuil utilisé par le pape Jean-Paul II lors de sa visite au Liban en 1997[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Discover Lebanon, « Beirut Saint George Cathedral, Mosque El Omari » (consulté le 2009-12-27)
  2. « cathedrale » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Archdiocese of Beirut. Consulté le 2010-01-08(ar)
  3. Lebanese Ministry of Tourism, « Ministry of Tourism :: Destination Lebanon » (consulté le 2009-12-27)
  4. Ward Vloeberghs, « RSCAS_2008_17.pdf (application/pdf Object) », EUI working papers,‎ 2008 (ISSN 1028-3625, lire en ligne)(en)
  5. Elodie Morel, « The places of worship in Down-Town: a gleam of diversity », iloubnan (consulté le 2010-01-08)(en)