Cathédrale Notre-Dame de Tulle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Notre-Dame.
Cathédrale Notre-Dame
Image illustrative de l'article Cathédrale Notre-Dame de Tulle
Présentation
Culte Catholique
Type Cathédrale
Rattachement Diocèse de Tulle (siège)
Début de la construction XIIe siècle
Protection Logo monument historique Classée MH (1862)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Corrèze
Commune Tulle
Coordonnées 45° 16′ 02″ N 1° 45′ 56″ E / 45.267336, 1.765537 ()45° 16′ 02″ Nord 1° 45′ 56″ Est / 45.267336, 1.765537 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cathédrale Notre-Dame

Géolocalisation sur la carte : Limousin

(Voir situation sur carte : Limousin)
Cathédrale Notre-Dame

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

(Voir situation sur carte : Corrèze)
Cathédrale Notre-Dame

La cathédrale Notre-Dame de Tulle est une cathédrale catholique située dans la ville de Tulle, en Corrèze. Construite au XIIe siècle, elle est le siège du diocèse de Tulle.

Elle a été classée monument historique par liste de 1862[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1103 l'abbé Guillaume de Carbonnières, voulant donner à son abbaye, alors en pleine prospérité, un cadre digne d'elle, entreprend de construire une abbatiale et les bâtiments claustraux. Il est aidé par les puissantes familles du bas-limousin et surtout le Pape Urbain II de passage à Tulle.

Le diocèse de Tulle est érigé en 1317, sur le territoire du Bas-Limousin qui relevait de l’Évêché de Limoges. L’église abbatiale est alors promue cathédrale.

L'abbatiale a été bâtie à l’emplacement d’une abbaye mérovingienne dont les titulaires avaient acquis la dignité épiscopale. La construction débuta selon un plan classique bénédictin. Les retards pris dans la construction firent évoluer les plans par rapport à ceux initialement prévus, passant du style roman au style gothique, notamment le cloître du XIIIe siècle qui abrite aujourd'hui le musée des arts et traditions populaires[2].

Les piliers et les collatéraux, voûtés d'arêtes, sont romans tandis que la voûte d’ogives de la nef est gothique. À l’extérieur, le portail ouest de style limousin est orné d'un arc polylobé.

Le clocher surmonté de sa longue flèche culminant à 75 mètres, date des XIIIe et XIVe siècles. Il est constitué de trois étages surmontés d'une élégante flèche octogonale, entourée de gracieux clochetons ; touchée par la foudre en 1645, cette flèche qui datait du XIVe siècle a été restaurée dans son style primitif.

Le 27 novembre 1793, le culte de la déesse « Raison » est célébré dans la cathédrale, puis elle est fermée au culte. L’édifice est pillé et saccagé. On y stocke du fourrage, puis on y installe une fabrique de canons. En 1796, la coupole surmontant la croisée du transept s’effondre et la cathédrale se voit amputée de son transept et de son chœur. Elle est réduite à une nef de six travées, bordée de collatéraux, fermée à l’est par un mur droit. La nef de la cathédrale est rendu au culte en 1805.

Décoration intérieure[modifier | modifier le code]

On peut remarquer les deux grandes châsses dites « à transept » des XIIe et XIIIe siècles, ainsi qu'une statue du XVIe en bois de châtaignier peint, représentant saint Jean Baptiste, qui autrefois était portée en tête de la « procession de la Lunade »[3] qui avait lieu le 23 juin.

La décoration intérieure est d'une élégante sobriété, mise en valeur par la luminosité qu'apportent les grandes baies.

L’orgue néo-classique (construit par Abbey en 1839, restauré par Haerpfer et Hermann en 1975) est entretenu par l'atelier Bertrand Cattiaux, un facteur corrézien, installé à Liourdres, près de Beaulieu. C'est ce même facteur d'orgue qui a effectué une ré harmonisation complète lors d'une nouvelle restauration entre 1998 et 2002[4].

Galeries d’images[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Philatélie[modifier | modifier le code]

Un timbre postal, d’une valeur de 0,50 €, représentant la cathédrale Notre-Dame de Tulle a été émis le 21 juin 2003[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00099912 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. (fr) Site du musée du Cloître
  3. La légende raconte qu’en 1348, alors que la peste ravageait le pays, un moine eut une vision : il fallait organiser une procession la veille de la Saint-Jean pour chasser le terrible mal. Effectivement, la peste disparut. Depuis, chaque 23 juin voit défiler une procession au clair de lune, en souvenir de ce miracle : c'est la lunade. Lire sur ce point Croyances et rites populaires, de Patrick Huchet et James Eveillard.
  4. http://www.lesconcertsducloitretulle.com
  5. Le timbre

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]