Aristide Cavaillé-Coll

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Aristide Cavaillé-Coll

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Aristide Cavaillé-Coll

Naissance 4 février 1811
Montpellier (Hérault)
Décès 13 octobre 1899
Paris
Profession
Cathédrale Saint-Maurice, Angers.

Aristide Cavaillé-Coll (4 février 1811-13 octobre 1899[1]) est l'un des plus grands facteurs d'orgue du XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Né à Montpellier (Hérault), dans une famille de facteurs d'orgues. Jean-Pierre Cavaillé (1743-1808) fut le premier facteur d'orgue de la famille, il épousa Maria Coll en 1767. Leur fils Dominique Cavaillé-Coll épousa Jeanne Autard, en 1810 alors que le fils aîné du couple, Vincent, était né le 8 octobre 1808.

C'est tout naturellement et très tôt qu'Aristide fit son apprentissage dans cette profession associé à son père et à son frère aîné. La famille vivait alors à Toulouse.

En 1830, Aristide, qui poursuivait des études de mathématiques, inventa, en collaboration avec son frère et son père, un instrument à clavier et à anches libres baptisé " poïkilorgue " ou orgue varié expressif, qui fut remarqué par Rossini lors de la représentation de son opéra Robert le Diable à Toulouse. Celui-ci les incita à venir à Paris.

Créateur et innovateur[modifier | modifier le code]

En 1833, la famille s'installa à Paris[1] à la demande de Rossini qui avait besoin d'un petit orgue pour la représentation d'un opéra. Aristide Cavaillé-Coll se fit connaître en remportant le concours ouvert pour la construction d'un grand orgue à l'abbaye royale de Saint-Denis[1]'[2], avec l'appui des membres de la commission : Boieldieu, Cherubini, Lesueur. Cet instrument colossal comporte, en germe, tout le génie du jeune facteur :

Ce fut une brillante réussite. Cet orgue novateur terminé en 1841, marqua le point de départ d'une éblouissante carrière.

Une carrière professionnelle prestigieuse[modifier | modifier le code]

Avec l'aide de son père et de son frère, il construisit par la suite les orgues de nombreuses églises à Paris comme en province. Après Saint-Denis, les plus prestigieuses paroisses de la capitale firent appel à son talent. Il réalisa ou modifia ainsi les instruments suivants :

En province :

  • Lunel (Hérault)
    Cathédrale Notre-Dame, Nancy.
    • (1856) Église Notre Dame du Lac
  • Rabastens (Tarn)
    • (1866) église Notre-Dame-du-Bourg, (20 jeux), modification de l'orgue par Costa (ajout d'un jeu de soubasse à la pédale entre autres) ;

Il réalisa également de nombreux orgues à l'étranger :

D'autres pays, encore, firent appel à son talent si bien que sa production avoisine les 500 instruments, toutes tailles confondues.

La petite histoire attribue à Aristide l'invention de la scie circulaire, qu'il ne fait cependant qu'améliorer[5].

Disparition d'un artisan d'exception[modifier | modifier le code]

En 1892, le déclin de la Manufacture Cavaillé-Coll qui s’était amorcé du fait de la diminution des commandes, s’accéléra et entraîna l'entreprise à la faillite. Miné par la maladie et les soucis financiers, Aristide Cavaillé-Coll céda son entreprise à Charles Mutin le 15 mars 1898. Atteint d’une cécité galopante, il mourut l'année suivante, le 13 octobre 1899, à Paris. Il est inhumé au cimetière du Montparnasse. Dans son éloge funèbre, Charles Mutin prononça ses mots:

« Le Patron ... ce nom, en désignant M. Cavaillé-Coll, n’avait rien de l’appellation familière que des employés donnent au chef d’une maison ; il voulait dire quelque chose de plus, de plus affectueux aussi. Cavaillé-Coll fut le chef et le protecteur de la facture d’orgues tout entière ; lui seul, et pas d’autres, éleva son métier à la hauteur d’une science et d’un Art, et grâce à son génie l’Orgue est devenu l’instrument merveilleux que nous possédons aujourd’hui. »

Hommage[modifier | modifier le code]

L'astéroïde 5184 Cavaillé-Coll découvert en 1990 par Eric Walter Elst de l'observatoire royal de Belgique a été nommé en l'honneur d'Aristide Cavaillé-Coll.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 1, Les Hommes et leurs œuvres. A-K, Bordas,‎ 1979, 1232 p. (ISBN 2-0401-0721-5), p. 189
  2. Dictionnaire de la musique : sous la direction de Marc Vignal, Larousse,‎ 2011, 1516 p. (ISBN 978-2-0358-6059-0), p. 230
  3. « Notice no PM08000118 », base Palissy, ministère français de la Culture
  4. Fiche de l'orgue d'Ussel sur la Base Mérimée du Patrimoire, Ministère de la Culture
  5. Biographie d'Aristide Cavaillé-Coll sur le site du Ministère de la culture.