Luigi Cherubini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Luigi Cherubini

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait par Dominique Ingres.

Nom de naissance Maria Luigi Carlo Zenobio Salvatore Cherubini
Naissance 14 septembre 1760
Florence,
State flag simple of the Grand Duchy of Tuscany.svg Grand-duché de Toscane
Décès 15 mars 1842 (à 81 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale Compositeur
Style romantique
Activités annexes Directeur du Conservatoire de Paris

Maria Luigi Carlo Zenobio Salvatore Cherubini, plus connu sous le nom de Luigi Cherubini (né le 14 septembre 1760 à Florence, mort le 15 mars 1842[1] à Paris) est un compositeur italien de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un célèbre claveciniste, Luigi Cherubini étudie à Bologne en 1778, puis à Milan, de 1778 à 1782, sous la direction de Giuseppe Sarti. C'est pendant cette période qu'il fait la connaissance du compositeur bohémien Václav Pichl, maître de chapelle auprès de l'archiduc Ferdinand d'Este, gouverneur autrichien de la Lombardie. En 1785, on donne deux de ses œuvres à Londres. En automne 1787, il est à Londres et est engagé par le roi. Il compose quelques morceaux pour le souverain, dont le King's Theatre.

Il s'installe en 1787 à Paris et il est nommé, en 1789, codirecteur du Théâtre de Monsieur, fonctions qu'il quitte en 1792. Se sentant financièrement à l'aise, il épousa Anne Cécile Tourette le 12 avril 1794, fille d'un contre-ténor à la Chapelle royale de Louis XVI. Celle-ci lui donnera trois enfants. En 1796, il est nommé inspecteur de l'enseignement au tout nouveau Conservatoire. En 1816, il devient surintendant de la Chapelle de Louis XVIII.

Il retrouve le Conservatoire, où il exerce comme professeur de composition, avant d'en être nommé directeur en 1822. Il conserve cette fonction pendant vingt ans et ne l'abandonne que quelques semaines avant sa mort. Il a beaucoup contribué à rehausser la qualité de l'ensemble de la formation. Il a été actif dans l'organisation de manifestations publiques d'élèves, comme les exercices de musique et d'art dramatiques. Il a aussi permis la naissance de la Société des Concerts du Conservatoire. Il a également été franc-maçon, membre de la loge Saint-Jean de Palestine du Grand Orient de France.

Son décès donna lieu à des funérailles nationales, durant lesquelles fut joué son Requiem en ré mineur. Cherubini repose au cimetière du Père-Lachaise (division 11, section VII). Son tombeau a été conçu par l'architecte Achille Leclère et inclut notamment un buste du compositeur, surmonté d'un bas-relief d'Auguste Dumont représentant la Musique.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvres musicales[modifier | modifier le code]

Œuvres lyriques[modifier | modifier le code]

Portrait à l'Académie des Beaux-Arts (v. 1815-1824).
Première édition de Médée, 1797.

Musique religieuse[modifier | modifier le code]

Messes
  • Cinq messes perdues de 1773 à 1776
  • 1808 : Messe en la majeur à trois voix
  • 1808-1809 : Messe en fa majeur dite « Messe de Chimay »
  • 1811 : Messe en ré mineur deuxième Messe Solennelle.
  • 1816 : Messe en ut majeur
  • 1819 : Messe solennelle en sol majeur, pour le sacre de Louis XVIII
  • 29 mai 1825 : Messe en la majeur, troisième Messe Solennelle, pour le couronnement de Charles X, (Reims)
Motets
  • 38 motets
Requiem
  • 1816 : Requiem en ut mineur, pour chœur mixte, composé à la mémoire de Louis XVI en 1816.
  • 1836 : Requiem en ré mineur, pour chœur masculin, composé pour ses propres funérailles en 1836.

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

    • une symphonie. Symphonie en Ré, achevée le 24 avril 1824. Première à Londres, le 1er mai 1824 - Enregistrée le 10 mars 1952 au Carnegie Hall de New York par le NBC symphony orchestra sous la conduite d'ARTURO TOSCANINI.
  • 6 sonates pour le clavecin
  • 6 quatuors
  • un quintette
  • une cantate
  • une ouverture
  • un Hymne au printemps pour la Philharmonic Society de Londres.
  • Hymne du Panthéon, sur un poème de Marie-Joseph Chénier, 1794

Discographie[modifier | modifier le code]

Riccardo Muti est un spécialiste de l'œuvre de Luigi Cherubini.

Année Titre Genre Label
1980 Cherubini: Requiem pour la mort de Louis XVI.; Ambrosian Singers, Philharmonia Orchestra. Dir. Riccardo Muti Classical EMI Classics
1980 Cherubini: Messe solennelle pour le couronnement de Charles X.; Philharmonia Orchestra & Chorus. Dir. Riccardo Muti Classical EMI Classics
1988 Cherubini: Messe solennelle pour le sacre de Louis XVIII.; London Philharmonic & Chorus. Dir. Riccardo Muti Classical EMI Classics
2006 Cherubini: Missa solemnis. Ruth Ziesak, Marianna Pizolato, Herbert Lippert, Ildar Abdrazakov; Chœur et Orchestre Radio-Symphonique de Bavière. Dir. Riccardo Muti Classical EMI Classics

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bien que la date du 15 mars soit communément admise, Frédéric Robert indique lui que Cherubini serait décédé le 13 mars 1842. Cf. Frédéric Robert, « Cherubini Luigi », dans Jean-René Suratteau et François Gendron (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Quadrige/PUF, 2005 (ISBN 2-13-053605-0), p. 217.

Publications[modifier | modifier le code]

Distinctions et décorations[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alessandro Di Profio, La Révolution des Bouffons. L’opéra italien au Théâtre de Monsieur (1789-1792), Paris, CNRS Éditions, 2003
  • Alessandro Di Profio, « Interscambi tra il concerto e la scena. L’esempio della produzione italiana a Parigi alla fine dell’Ancien régime », Mozart-Jahrbuch, 2000, p. 255–287
  • Alessandro Di Profio, Cherubini : Médée, Decca (chef d’orchestre : Lamberto Gardelli), texte de présentation

Liens externes[modifier | modifier le code]