Mâchicoulis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mâchicoulis du XVe siècle sur la collégiale de Candes-Saint-Martin, en Indre-et-Loire.

Un mâchicoulis est une galerie formant un encorbellement continu sur tout le couronnement d'une enceinte militaire (tour, courtine, rempart, etc.) et dont le plancher ajouré permettait de lancer des projectiles à la verticale pour protéger certaines zones vulnérables tel le pied du mur.

Ce système de défense active en maçonnerie, surtout sous la forme de « mâchicoulis sur consoles » se répand à la fin du Moyen Âge (deuxième moitié du XIVe siècle) en remplacement de celui des hourds en bois[1].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme est mentionné pour la première fois en 1402 - 1404[2], c'est-à-dire postérieurement à la technique elle-même, sous la forme machecoleis « galerie extérieure de pierre, en encorbellement et percée d'ouvertures destinées au tir plongeant »

Le mot est issu du moyen français *machecolis dérivé à l'aide du suffixe -is [?]. Il est attesté en latin médiéval sous la forme machecollum. Il s'agit d'un probable composé du vieux français macher « battre, frapper, meurtrir » et de col (cou en vieux français)[3]. Les projectiles lancés des mâchicoulis étaient effectivement destinés à « briser le cou » des assaillants[4].

Mâchicoulis au-dessus de la porte du château de Caen

Historique[modifier | modifier le code]

Illustration des mâchicoulis d'après Viollet-le-Duc

Les mâchicoulis sont des structures en pierre taillée pourvus d'ouvertures carrées ou de larges rainures pratiquées dans le sol, qui garnissent un chemin de ronde d'une tour ou d'une courtine, et permettent d'en défendre le pied, notamment pour éviter le travail de sape. Les mâchicoulis sont une transposition en pierre des hourds et des bretèches de bois que l'on élevait sur les murailles ou les tours dans les premiers temps du Moyen Âge. Ces dispositifs architecturaux durables en encorbellement ne semblent pas avoir existé dans les fortifications grecques et romaines. Ils sont apparus à la fin du premier millénaire dans des fortifications byzantines puis arabes (présence de bretèches à mâchicoulis discontinues sur accès) et ont perduré en tant qu'organes défensifs fonctionnels jusqu'à la première moitié du XVe siècle[5].

Le système a également été utilisé dans les constructions des croisés en Terre Sainte et en Europe, comme aux Pays-Bas, où il subsiste : le Muiderslot, au château de Wijk bij Duurstede et dans la porte des Écluses (Sassenpoort) à Zwolle.

Dans les châteaux-palais de la Renaissance française, le mâchicoulis est un élément décoratif rappelant la fonction défensive du château fort des siècles précédents.

Typologie[modifier | modifier le code]

On en distingue trois types[6] :

  • Mâchicoulis sur contreforts, appelé aussi mâchicoulis sur arcs : ce type de mâchicoulis qui reporte ses charges sur les piédroits des arcs bandés qui s'appuient sur les contreforts, se rencontre essentiellement dans le midi de la France. Il a été employé aussi bien dans la construction castrale que dans les églises fortifiées romanes. Il apparaît, dans l'état actuel de nos connaissances, dans la seconde moitié du XIIe siècle (cathédrale fortifiée d'Agde dès 1173, tour maîtresse de Niort, de Château-Gaillard) et perdure jusqu'au XIVe siècle ;
  • Mâchicoulis alternés (en arcs sur consoles et contreforts alternés) : variante du type précédent, il prend appui sur des consoles disposées entre deux contreforts ou arcs boutants quand ceux-ci sont trop éloignés, rendant la portée trop importante. Employé au début du XIIIe siècle, sur des édifices dotés de contreforts mais sans flanquement vertical (bâtiment des « Mâchicoulis » du Puy-en-Velay, église de Notre-Dame-de-la-Mer), ce dispositif correspond à des reprises a posteriori ;
  • Mâchicoulis sur consoles : qui n'est ni plus ni moins qu'un chemin de ronde posé à l'extérieur sur des consoles ou corbeaux. Ce type apparaît à la fin du XIIIe siècle, et son emploi se généralise après 1350 ; qu'il s'agisse de constructions neuves ou d'en doter les anciennes. Le couvrement des vides entre les consoles est disposé en arcs ou en linteaux parfois décorés (trilobe, accolade). Il existe des variantes régionales en France : mâchicoulis bretons (consoles en pyramides inversées constituées généralement de quarts de rond superposés), mâchicoulis provençaux (longues consoles effilées de cinq assises de pierre à plus).

Légende[modifier | modifier le code]

Contrairement à ce que montrent les films de guerre se déroulant au Moyen Âge et les topos hérités de l'historiographie du XIXe siècle, lors du siège d'un château les défenseurs ne jetaient pas d'huile bouillante sur les assaillants du haut des remparts. En effet, c'était un aliment rare et cher à l'époque. Les défenseurs jetaient toutes sortes de projectiles, pierres, poutres, parfois de la poix, du soufre, du sable rougi ou de l'eau bouillante. Mais l'eau et le bois de chauffe étaient également une ressource rare lors d'un siège, si bien que leur emploi a dû être limité[7].

Les mâchicoulis étaient plutôt utilisés pour des tirs à l'arc plongeants. Ou pour jeter des pierres, des charognes pour propager des épidémies ou des tonneaux remplis d'excréments[8].

Le pied des remparts était d'ailleurs parfois oblique et non vertical. Cela provoquait un ricochet des projectiles jetés du haut des remparts pour un effet encore plus dévastateur.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale : de la défense à la résidence, t. 2, Picard, , p. 329.
  2. F. Godefroy, Dictionnaire de l'ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, Paris, Bouillon 1881 - 1902, 10 vol.
  3. Étymologie du substantif mâchicoulis selon le C.N.R.T.L.
  4. Par ailleurs, le mot a donné naissance au nom de la commune de Machecoul, en Loire-Atlantique.
  5. Jean Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale : de la défense à la résidence, t. 2, Picard, , p. 323.
  6. Jean Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale : de la défense à la résidence, t. 2, Picard, , p. 329-332.
  7. (en) Geoffrey Hindley, Medieval Sieges & Siegecraft, Skyhorse Pub, , p. 47.
  8. Jean Mesqui, Les châteaux forts : De la guerre à la paix, Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard », (ISBN 978-2-07-034783-4), p. 13
  9. Originalité de cette construction, le chemin de ronde en encorbellement est décalé de 45° par rapport au parti de base, un carré de contreforts médians.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Durand, Petit glossaire du château au moyen âge. Initiation au vocabulaire de la castellologie, Confluences, , 63 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]