La Manche libre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Manche libre
Image illustrative de l'article La Manche libre

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Hebdomadaire
Genre Généraliste
Diffusion 78 839 ex. imprimés (OJD) ex. (2011)
Date de fondation 1944
Ville d’édition Saint-Lô

Directeur de publication Benoit Leclerc
Rédacteur en chef Noëlle Leclerc - de Sonis
Site web http://www.lamanchelibre.fr

La Manche libre est un hebdomadaire bas-normand d'information générale. Il est le premier journal hebdomadaire régional de France avec une diffusion de 73 785 exemplaires (en moyenne) par numéro en 2011[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Il est créé en 1944 par le saint-lois Joseph Leclerc. Il occupe rapidement la plus grande partie de l'espace laissé libre par la disparition des hebdomadaires locaux publiés avant la Seconde Guerre mondiale. Dans les années 1945-1970, son tirage oscille entre 50 000 et 55 000 exemplaires, répartis comme suit (1947) [2] :

  • édition de Cherbourg : 4000
  • édition de Saint-Lô : 14000
  • édition de Coutances : 14000
  • édition de Granville : 4000
  • édition d'Avranches : 10000
  • édition de Mortain : 8500
  • édition de Vire : 4000


Après une période de soutien très nette au MRP, le journal atténue ses engagements politiques[3], tout en restant proche de la droite locale, dans ses composantes démocrate-chrétienne et gaulliste[réf. nécessaire]. Il est également un soutien fervent du mouvement de modernisation agricole[réf. nécessaire] engagé à partir des années 1950 autour de la JAC, et du mouvement syndical et coopératif agricole. Lors de l'élection présidentielle de 2007, le propriétaire du journal a appelé à voter pour Nicolas Sarkozy, à la Une du journal. Il répète cette prise de position, sans citer explicitement le nom du président sortant, en 2012 par un éditorial de Benoît Leclerc[4]

La Manche libre reste l'un des rares titres indépendants de France, possédant sa propre imprimerie, sa radio (Tendance Ouest), sa régie publicitaire (Nord-Ouest Communication) et son réseau de distribution. Il ne possède pas de conseil d'administration et aucun syndicat n'est connu dans l'entreprise, ni de délégué du personnel d'ailleurs. Le fils du fondateur, Benoît Leclerc a séparé l'activité d'impression (sous le nom de CIPO, Centre d’impression de presse de l’Ouest), une filiale de la Manche Libre quelques mois avant le changement de rotative.

Diffusion[modifier | modifier le code]

La Manche Libre imprime cinq éditions dans la Manche : l'édition d'Avranches-Saint-Hilaire-du-Harcouët, l'édition de Granville, l'édition de Coutances, l'édition de Cherbourg, et l'édition de Saint-Lô. Il est également présent dans le Calvados, grâce aux éditions du Bessin (Bayeux) et du Bocage (Vire) appelées respectivement Le Bessin Libre et Le Bocage Libre. Le Centre-Manche est la zone d'implantation la plus solide du journal, car historique. Il n'y subit que la concurrence du quotidien Ouest-France. Il doit par contre faire face à l'hebdomadaire La Gazette de la Manche dans l'Avranchin et le Mortainais (groupe Publihebdos), et surtout, dans le Cotentin, aux éditions quotidiennes et dominicales de La Presse de la Manche. Il est composé d'une partie informations générales et magazine imprimée en grand format, commune à toutes les éditions, d'un cahier "Petites annonces" au format tabloïd, ainsi que d'un cahier de pages locales spécifiques à chaque édition (d'une trentaine à 72 pages) qui est lui aussi au format tabloïd. Chaque semaine, TV magazine est distribué avec La Manche Libre. Le journal et ses suppléments sont vendus au prix de 1.30 euro.

Depuis l'édition du 26 mai 2007, la maquette du journal a été remodifiée à la suite de l'adoption d'une nouvelle rotative double laize Goss Uniliner qui permet d'imprimer intégralement le journal en couleur. Depuis cette date, le cahier « Sports » est détaché du cahier local (qui regroupe toujours les « Faits divers »). En février 2015, le cahier sports disparait et les sports intègrent le cahier local. L'ancienne rotative a été revendue au groupe Vivrici. En mai 2007, La Manche Libre a reçu deux étoiles de l'OJD (+ 1 095 ex. en 2006 et plus forte progression en valeur absolue sur cinq ans ( + 5 130 ex.).

Rédaction[modifier | modifier le code]

Quelques noms de journalistes professionnels qui ont collaboré à cet hebdomadaire : André Picquenot, Jean-Michel Benquet, Laurent Houssin, Philippe Bertin, Nicolas Thomas, Jean-Pierre Marie, Jean-Stéphane Vincent…

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. OJD, site de l'OJD
  2. Eric Lechevallier, Le MRP dans la Manche, mémoire de maîtrise d'histoire, Université de Caen, 2000, p. 157
  3. Jean Quellien, Les Élections dans la Manche, éd. Ocep, 1973, p. 164.
  4. « Demain la France », La Manche Libre, 5 mai 2012.