Villeneuve-sur-Lot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villeneuve.
Villeneuve-sur-Lot
Image illustrative de l'article Villeneuve-sur-Lot
Blason de Villeneuve-sur-Lot
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
(sous-préfecture)
Arrondissement Villeneuve-sur-Lot
(chef-lieu)
Canton Chef-lieu des cantons
de Villeneuve-sur-Lot
Nord et Sud
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Villeneuvois
Maire
Mandat
Patrick Cassany
2014-2020
Code postal 47300
Code commune 47323
Démographie
Gentilé Villeneuvois
Population
municipale
23 232 hab. (2011)
Densité 286 hab./km2
Population
aire urbaine
58 432 hab. (2009)
Géographie
Coordonnées 44° 24′ 29″ N 0° 42′ 18″ E / 44.4080555556, 0.705 ()44° 24′ 29″ Nord 0° 42′ 18″ Est / 44.4080555556, 0.705 ()  
Altitude 55 m (min. : 42 m) (max. : 209 m)
Superficie 81,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Villeneuve-sur-Lot

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Villeneuve-sur-Lot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villeneuve-sur-Lot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villeneuve-sur-Lot
Liens
Site web ville-villeneuve-sur-lot.fr

Villeneuve-sur-Lot (prononcé [vil.ˈnœv syʁ ˈlɔ] ; occitan : Vilanuèva d'Òlt) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne en région Aquitaine.

Fondée en 1253 par Alphonse de Poitiers, aux confins du Périgord et de la Guyenne, pour servir de point d'appui aux places fortes échelonnées dans le Haut-Agenais, Villeneuve-sur-Lot comptait parmi les plus vastes et les plus puissantes bastides du Sud-Ouest.

Ses habitants sont appelés les Villeneuvois. En 2010[1], la commune et l'agglomération comptent respectivement 23 513 et 45 052 habitants. L'aire urbaine de Villeneuve-sur-Lot est la seconde du département de Lot-et-Garonne avec 58 432 habitants[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Villeneuve-sur-Lot est une bastide située sur le Lot et sur la route nationale 21, dans une plaine fertile entourée de coteaux couverts de vergers, en Agenais, à proximité du Périgord et du Quercy, à égale distance de Bordeaux et de Toulouse. La Lède traverse la commune au nord.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Villeneuve-sur-Lot
Castelnaud-de-Gratecambe
Lédat
La Sauvetat-sur-Lède
Monflanquin
Savignac-sur-Leyze
Saint-Aubin
Bias Villeneuve-sur-Lot Trentels
Saint-Sylvestre-sur-Lot
Pujols Hautefage-la-Tour Penne-d'Agenais

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par le réseau de transport en commun Interval.

La gare ferroviaire de Villeneuve-sur-Lot est située sur l'ancienne ligne Penne - Tonneins. Il est envisagé de la rouvrir au trafic voyageurs.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est du type océanique aquitain : doux et humide avec une tendance méditerranéenne l'été.

Histoire[modifier | modifier le code]

Insérée entre les collines vertes et boisées qui dominent la basse vallée du Lot, Villeneuve a une longue histoire, dont les premiers chapitres furent écrits par les Romains sur le site de l'antique Excisum.

C'est en effet là, à un kilomètre de l'actuel centre-ville, au carrefour de deux grandes voies de communication, que fut érigé un premier noyau urbain comprenant camp de légionnaires, quartiers artisanaux, forum, curie, temples dont il nous reste quelques belles structures. En 2005, des fouilles effectuées sur le site de Ressigué ont permis de mettre au jour des structures fossoyées dont un puits daté du IIe siècle avant notre ère et l’autre[Quoi ?] de la fin du Ier siècle de notre ère[3].

Au début du XIe siècle, une abbaye bénédictine s'installe sur les lieux et groupe autour d'elle un petit village de potiers et de paysans.

Ce n'est qu'entre 1254 et 1263 qu'une bastide sera créée à l'initiative d'Alphonse de Poitiers, frère de saint Louis, qui obtiendra des moines d'Eysses la cession de terres nécessaires à la construction d'une ville nouvelle, nantie d'une charte de coutumes, ou privilèges, qui en 46 articles en définit sa vie sociale, économique et pénale.

Sa construction obéira à un plan bien défini adopté par toutes les bastides du sud-ouest de la France : un plan orthogonal organisé autour d'une place centrale, l'originalité de Villeneuve résidant dans sa position à cheval sur le Lot.

La ville fut reliée par une ligne de chemin de fer secondaire à voie métrique des Chemins de fer départementaux de Lot-et-Garonne à Monflanquin et Villeréal de 1911 à 1933. Ce réseau était exploité par les Tramways du Lot-et-Garonne puis les Voies Ferrées Départementales du Midi.

Cette situation privilégiait l'un des rares points de passage sur la rivière à cette époque, et va l'amener à jouer un rôle stratégique dès les premiers épisodes de la guerre de Cent Ans, lors des guerres de religion, ou encore lorsque la reine Margot tenta de conquérir l'Agenais en forçant en vain le passage de Villeneuve (1585). Son rôle de place de guerre prit fin avec les événements de la Fronde. Dans cette guerre civile qui déchira la France, Villeneuve prit le parti des Princes contre Mazarin. Le siège et la défaite qui s'ensuivit (elle fut l'une des dernières à capituler, 1653) lui coûta ses remparts, ses fossés. Aucun fait saillant ne vint plus troubler son histoire. La Révolution de 1789 n'y provoqua même aucun mouvement important et la ville resta « sagement révolutionnaire ».

Elle contribue également à la protection l’environnement ; en effet, depuis le 20 octobre 2005, la communauté du Grand Villeneuvois utilise de l'huile végétale pure pour faire fonctionner ses véhicules (10 poids lourds du service de collecte des ordures ménagères), c'est une première en France, où le statut légal de l'huile végétale carburant est sujet à controverse. Sur ce point, la CCV s'est appuyée sur l'expertise d'un juriste pour justifier l'aspect légal des huiles végétales brutes utilisées comme carburant[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires de 1977 à aujourd'hui
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 1989 Georges Lapeyronie    
mars 1989 1992 Claude Larroche    
1992 1993 Léon Bourjade    
1993 mars 2001 Michel Gonelle RPR Ancien député (1986-1988)
mars 2001 Jérôme Cahuzac PS Député de 1997 à 2002 et de 2007 à 2012, ministre du Budget de à
en cours Patrick Cassany PS Conseiller général du canton de Villeneuve-sur-Lot-Sud

Villeneuve-sur-Lot est chef-lieu d'arrondissement. Elle a été, jusqu'en 2010, le siège d'un tribunal d'instance et d'un tribunal de commerce.

Jumelages[modifier | modifier le code]

  • Villeneuve-sur-Lot est la ville marraine de la frégate anti sous-marine « Georges Leygues »

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 23 232 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
10 125 9 600 10 727 9 211 10 652 11 222 12 337 13 088 13 212
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
13 834 13 830 13 114 13 681 14 448 14 560 14 693 13 798 13 561
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
13 594 13 540 13 181 11 350 12 047 12 197 12 655 17 055 15 784
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
17 295 21 682 22 307 23 045 22 782 22 782 23 466 23 232 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6])
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

L'éducation est assurée dans la commune de Villeneuve-sur-Lot de la crèche, en passant par l'école maternelle, l'école élémentaire et le collège jusqu'au lycée (lycée polyvalent Georges-Leygues, parmi les cent meilleurs de France ; et l'institution privée Sainte-Catherine), et lycée technique (LEP Louis-Couffignal, lycée privé l'Oustal), le tout étant complété par la bibliothèque municipale et un centre aéré.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Festival du rire de Villeneuve-sur-Lot, festival se déroulant au début du mois juillet depuis 1992. Le festival du rire est une programmation éclectique et de qualité ainsi la bastide devient la capitale du rire et de la bonne humeur pendant une semaine.

Le festival du rire propose, tous les ans, une programmation de qualité avec des artistes de renommée nationale et internationale.

Sports[modifier | modifier le code]

Le sport à Villeneuve-sur-Lot concerne plus de 60 associations.

Rugby à XIII[modifier | modifier le code]

Le Villeneuve XIII Rugby League est le club semi-professionnel de rugby à XIII de la ville. Il évolue actuellement en première division nationale.

Le club a un palmarès prestigieux et a notamment gagné plusieurs coupes de France (en 1937, 1958, 1964, 1979, 1984, 1999, 2000, 2002 et 2003). Le club a également remporté à neuf reprises le championnat de France de première division nationale(en 1935, 1959, 1964, 1980, 1996, 1999, 2001, 2002 et 2003). Dans les années 1980, Joël Roosebrouck était le joueur emblématique du club et était considéré comme l'un des meilleurs joueurs d'Europe en rugby à XIII.

Autres sports[modifier | modifier le code]

  • Tennis de table : le PPC Villeneuve-sur-Lot évolue dans le championnat de Pro B en 2011-2012 pour la septième année consécutive.
  • Escrime : un des premiers sports pratiqué à Villeneuve-sur-Lot, club ayant formé de nombreux internationaux.
  • Aviron : fondé en 1886, l'aviron villeneuvois est l'un des plus anciens clubs de Villeneuve.
  • Rugby à 15 : le RCV, Rugby Club villeneuvois, crée en 2003, est la renaissance du CAV[Quoi ?]. Son palmarès est le suivant :
    • Champion du Périgord agenais de 3e série 2005-2006
    • Champion du Périgord agenais de 2e série 2006-2007
    • Champion du Périgord agenais de 1re série 2008-2009
    • Champion du Périgord agenais de Promotion d’honneur 2009-2010
  • Escrime : l'AEV est un club de la ligue d'escrime d'aquitaine, formateur d'épéistes de haut niveau et l'un des premiers clubs formés à Villeneuve-sur-Lot[7].

Installations sportives[modifier | modifier le code]

Tribunes pour les compétitions d'aviron.

Villeneuve-sur-Lot possède de nombreux équipements sportifs dont l'hippodrome de Sangruère avec son haras national, le stade de la Myre Mory pour l'équipe de rugby à XIII.
Ville étape de la course cycliste Route du Sud (voir son palmarès et statistiques), elle possède aussi un stade à Eysse (stade de football) où s'entraine le FCVL (football club vallée du Lot. Elle possède un stade à Courbiac, intérieur et extérieur.
Elle possède aussi des tribunes donnant sur le plan d'eau que représente le Lot où se déroulent des compétitions d'aviron.

Économie[modifier | modifier le code]

Jusqu'au milieu du XIXe siècle, la rivière fit la richesse de la ville : toutes les marchandises étaient alors transportées par bateaux. D'Auvergne descendaient bois et fromages ; du Rouergue, le cuivre et le papier ; du Quercy, le blé, le vin et les fruits. Toutes ces denrées transitaient par Villeneuve qui, seule avec Cahors possédait une amorce de port de commerce. Les bateaux repartaient ensuite vers Bordeaux, puis de là vers les comptoirs français dans les îles.

Au XIXe siècle, Villeneuve était surtout connue pour ses produits maraîchers et son commerce de la prune d'Ente : petits pois, haricots verts, pruneaux partaient par trains entiers vers les grands marchés de Bordeaux et de Paris. C'est aussi un petit centre industriel diversifié.

L'entreprise phare de Villeneuve-sur-Lot est actuellement Gifi, un groupe de distribution possédant plus de 300 magasins en France et fondé en 1981 par Philippe Ginestet.

Parmi les autres réussites économiques de la ville; on trouve aussi :

SYST'AM : fondée en 1988 par Gérard Cinquin, pharmacien, est l'une des entreprises leader de l'équipement médical spécialisée notamment dans la conception et la fabrication de supports d'aide à la prévention de l'escarre

En 2010, la ville lance une monnaie locale, l'Abeille.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Porte de Pujols.
  • De ses anciens remparts, Villeneuve-sur-Lot a conservé la porte de Paris (anciennement porte de Monflanquin) et la porte de Pujols, XIIIe et XIVe siècles. Ce sont les seuls vestiges des remparts qui défendaient la ville. Toutes les deux, bâties en pierre et en brique, sont couronnées de créneaux et de mâchicoulis.
  • Enjambant le Lot, le pont des Cieutats, ou pont Vieux, contemporain du pont Valentré de Cahors, était au XIIIe siècle surmonté de trois tours défensives. Si les deux arches méridionales datent du XIIIe siècle, la grande arche située du côté de la rive droite a été édifiée au XVIIe siècle, à la suite de dégradations jugées irréversibles des arches antérieures. Cette nouvelle arche a été conçue afin de faciliter l'écoulement du courant ; la principale faiblesse de cet ouvrage d'art, conçu par des ingénieurs anglais peu au fait du régime des eaux des rivières d'Aquitaine, résidait en effet dans sa massivité qui en faisait un obstacle que la pression des eaux a peu à peu dégradé. La légende rapporte que trois bateaux descendant le Lot furent arrêtés au pied du pont vieux par une force mystérieuse. L'un des marins ayant plongé pour voir ce qui les retenait, remonta portant une statuette de la Vierge. Il fut alors décidé de bâtir une chapelle surplombant le lieu de la découverte. Depuis lors, la statuette surveille la rivière depuis le toit de la chapelle.
Église Sainte-Catherine.
  • L'église Sainte-Catherine est de style néoroman byzantin, et offre une orientation nord-sud inhabituelle. Elle fut érigée au début du XXe siècle en remplacement de l'ancienne église du XIIIe siècle, jugée trop vétuste. Elle abrite de remarquables vitraux des XIVe et XVe siècles (provenant de l'ancienne église).
  • L'église Saint-Étienne fut construite à la naissance de la bastide au XIIIe siècle. Elle fut achevée au XVIe siècle. C'est un bel édifice gothique tardif de type méridional.
  • Le musée municipal, appelé musée de Gajac, propose des collections de préhistoire locale, d'antiquités égyptiennes et gallo-romaines, d'art religieux, de dessins et sculptures contemporains.
  • Le château de la Sylvestrie : XIIe ‑ XIIIe siècles
  • Le Château de Lamothe
  • La chapelle du bout du pont
  • La chapelle des Pénitents
  • Le moulin fortifié de Gajac
  • Le théâtre
  • La place de Lafayette, appelée place des Cornières
  • L’ancien hôtel de ville
  • Le pont de la Libération
  • Le pont de Bastérou
  • Le haras
  • La villa Gaston Rapin : École des beaux-arts
  • Le château de Rogé
  • Les vestiges de la ville romaine d'Excisum à Eysses, à côté de la prison

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2012, le Conseil national des Villes et Villages Fleuris de France a attribué deux fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[8].

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Mentionné dès 1264 dans l’acte de fondation de la bastide de Villeneuve-sur-Lot, le moulin de Gajac, transformé en minoterie au XIXe siècle, possède une histoire qui se confond avec celle de la cité tout entière. Le musée de Gajac occupe le site majestueux d’un ancien moulin installé au bord de la rivière, en plein centre de Villeneuve-sur-Lot. Il abrite une importante collection de beaux-arts et organise de nombreuses expositions temporaires.

La bibliothèque municipale a vu le jour en 1860 grâce au don d'un fonds par Lamartine. À partir de 1970, elle intègre des locaux au sein du centre culturel de la ville et en 1978, elle prend le nom de Bibliothèque municipale Paul-Guth. Elle ne quittera ses locaux que temporairement de juillet 2006 à avril 2007 pour des travaux de rénovation qui ont permis de réorganiser totalement les 547 m² qu'occupe la bibliothèque. Le fonds de l'établissement rassemble actuellement plus de 50 000 documents. La bibliothèque participe activement à l'organisation du salon du Livre de la ville et au salon Keskili, le rendez-vous des bébés lecteurs.

Plusieurs films et séries ont été tournés dans la commune en particulier :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Villeneuve-sur-Lot Blason D'azur au pont de cinq arches d'argent, sommé de trois tours du même, celle du milieu plus élevée, celles de dextre et senestre surmontées d'une fleur de lys d'or, sur une rivière aussi d'argent.
Détails Cette description a été faite pour la première fois en 1547 par le roi de France Henri II. Le blason représente à la fois le pont, symbole de la ville, dans son ancienne configuration (cinq arches, trois tours) et, par la fleur de lys, le pouvoir royal (la ville a été fondée par Alphonse de Poitiers, frère de saint Louis).
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/recensement/populations-legales/commune.asp?annee=2009&depcom=47323
  2. populations légales INSEE 2007
  3. rapport d'activité 2006 de l’INRAP page 88
  4. Biocarburant
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  7. Argueyrolles, Histoire du sport à Villeneuve-sur-Lot
  8. Site des Villes et Villages Fleuris, consulté le 21 février 2013.