Saint-Médard-en-Jalles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Médard.
Saint-Médard-en-Jalles
Mairie
Mairie
Blason de Saint-Médard-en-Jalles
Blason
Saint-Médard-en-Jalles
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Arrondissement de Bordeaux
Canton Canton de Saint-Médard-en-Jalles
Intercommunalité Communauté urbaine de Bordeaux
Maire
Mandat
Jacques Mangon
2014-2020
Code postal 33160
Code commune 33449
Démographie
Gentilé Saint-Médardais
Population
municipale
28 348 hab. (2011)
Densité 332 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 53′ 47″ N 0° 42′ 59″ O / 44.8963888889, -0.716388888889 ()44° 53′ 47″ Nord 0° 42′ 59″ Ouest / 44.8963888889, -0.716388888889 ()  
Altitude Min. 9 m – Max. 48 m
Superficie 85,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de Gironde
City locator 14.svg
Saint-Médard-en-Jalles

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Saint-Médard-en-Jalles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Médard-en-Jalles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Médard-en-Jalles
Liens
Site web saint-medard-en-jalles.com

Saint-Médard-en-Jalles est une commune du sud-ouest de la France, située dans l'agglomération de Bordeaux dans le département de la Gironde (région Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Saint-Médardais[1]

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Bordeaux située dans son unité urbaine à 13 km du centre de Bordeaux sur la Jalle noire.

Très étendue, la commune n'est urbanisée que sur sa moitié est, autour de l'enclave de la SNPE. Si les forêts occupent une bonne partie de la superficie non habitée, les activités militaires ont également une forte emprise.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Médard-en-Jalles
Salaunes Saint-Aubin-de-Médoc Le Taillan-Médoc
Le Temple Saint-Médard-en-Jalles Le Haillan
Saint-Jean-d'Illac Martignas-sur-Jalle Mérignac
Situation de Saint-Médard-en-Jalles dans la CUB (cliquer pour agrandir)

Quartiers[modifier | modifier le code]

Les quartiers de Saint-Médard sont disposés en couronne autour de la « zone interdite » que constitue la Société nationale des poudres et des explosifs (SNPE).

  1. Centre. La mairie et le carré des jalles (médiathèque, cinéma) y sont situés. Il dispose d'écoles (maternelle et primaire), d'un collège et d'un lycée professionnel.
  2. Corbiac
    Quartier situé aux sud-est de la ville de Saint-Médard-en-Jalles. Ce quartier à majorité résidentiel est délimité à l'est par la ville de Le Haillan, au nord par le quartier de Gajac, à l'ouest par la poudrerie SNPE et au sud par la ville de Mérignac. Il dispose d'une école (maternelle et primaire), d'un petit centre commercial et bénéficie également de bois (bois de Corbiac et domaine de Vieilleville).
  3. Caupian
    Quartier situé au sud-ouest de cette ville. Situé aux bords de la SNPE, on y retrouve son stade sportif (plaine des Biges), le centre Louise Michel (pour les plus jeunes) et de multiples lotissements résidentiels.
  4. Gajac
    Quartier situé au centre-est de cette ville, à l'est de la SNPE. C'est une sorte de deuxième centre-ville, avec de nombreux commerces, le stade communal, l'espace ball'en jalles près des bords de Jalle (espace vert et terrains de sports).
    Deux bâtiments remarquables : le château, en haut du bourg, et le moulin en bas, sur la Jalle.
    Il y a également une gendarmerie. Il dispose d'une école primaire.
  5. Magudas
    Quartier au sud-ouest de Saint-Médard, à la limite de Martignas. Quartier entouré de forêt, et plutôt accueillant. Forte extension pavillonnaire. Il y a un complexe scolaire (écoles maternelle et primaire), un complexe sportif (salle de sport, terrain de foot, city stade), une maison d'animation et quelques commerces.
  6. Hastignan
    Quartier situé au nord-ouest, entre les routes du Porge et de Lacanau, deux stations balnéaires très fréquentées. Hastignan accueille une surface commerciale. Il dispose d'écoles (maternelle et primaire) et d'un collège. On y trouve aussi le centre La Grange à Léo (pour les plus jeunes), l'espace Georges Brassens avec une piscine et l'espace sportif Léo Lagrange.
  7. Berlincan
    Quartier situé à l'est, limitrophe du Haillan. Il dispose d'une école maternelle, Il comporte une zone commerciale très importante et des activités artisanales.
  8. Issac
    Quartier le plus à l'ouest. Habitat disséminé. Présence de l'établissement EADS Astrium Space Transportation. On y trouve un centre équestre et il bénéficie également d'un bois.
  9. Cérillan
    Quartier ouest, entre Hastignan et Issac. Il est, depuis 2003, en pleine expansion pavillonnaire. Il dispose d'une école (maternelle et primaire), Il bénéficie également d'un bois. Un centre commercial est en projet.

Transport[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Réseau TBC[modifier | modifier le code]
  • Réseau -Bus-

À partir du 22 février 2010

Liane 3 Quinconces ⇔ Saint-Médard-en-Jalles-Issac ou Gare Routière ou Saint-Aubin-de-Médoc-Villepreux
Ligne 30 Mérignac-Cimetière Intercommunal ⇔ Le Haillan-Parc Ste Christine ou Saint-Médard-en-Jalles-Collège François Mauriac ou Saint-Aubin-de-Médoc-Lycée Sud-Médoc
Corol 37 Saint-Aubin-de-Médoc-Lycée Sud-Médoc ⇔ Les Aubiers
Flexo 55 St Médard (Soirée) Au départ de la place de la République, desserte de Saint-Médard-en-Jalles et Saint-Aubin-de-Médoc en soirée
Ligne 71 Mérignac Centre ⇔ Le Taillan-Médoc-Lycée Sud Médoc Bois de Mont
Ligne 79 Eysines-Le Vigean ⇔ Le Taillan-Médoc-Lycée Sud Médoc Bois de Mont
Ligne 83 Quinconces ou Saint-Médard-en-Jalles-Collège François Mauriac ⇔ Saint-Aubin-de-Médoc-Pinsoles
Réseau Trans Gironde[modifier | modifier le code]
701 Gare Saint-Jean ou Sainte-Hélène-Bourg ⇔ Le Porge-Église ou -Océan
702 Gare Saint-Jean ou Mérignac Centre ⇔ Lacanau-Longarisse

Pistes cyclables[modifier | modifier le code]

Plus de 49 km de pistes cyclables sur la commune mais d'une utilisation assez compliquée entre pistes et bandes (partagées avec les piétons), obligeant à mettre pied à terre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les plus anciennes traces d’habitat à Saint-Médard-en-Jalles remontent aux vestiges des camps romains, affirmant ainsi la vocation militaire de la commune. Très longtemps, elle comprendra d’importants camps et des industries militaires. Par ailleurs, les nombreux ruisseaux qui serpentent entre les champs, appelés Jalles, ont donné leur nom à la ville et permis l’implantation précoce de moulins.

En 1660, le sieur Jehan Dupérier achète un terrain à Henri de Montaigne sur lequel il construit six moulins à poudre. « La Poudrerie Royale », puis Nationale, est née. Elle devient très vite un établissement de première importance dans la production de poudre pour les armées.    L’essor de cette activité entraîne l’installation, sur la commune et autour de l’usine, d’une main d’œuvre nombreuse, formant les 8 quartiers de Saint-Médard : le Bourg, Gajac, Corbiac, Magudas, Caupian, Hastignan, Issac et Cérillan. Simultanément, à l’ouest de la ville, un vaste camp militaire se développe. Le 14 décembre 1789, marque la naissance officielle de la commune de Saint-Médard-en-Jalles. Au cours de la période de la Convention nationale (1792-1795), la commune a adopté le nom révolutionnaire de Fulminant[2].

Au XXe siècle, la Poudrerie devient le Groupe SNPE. Il regroupe sur le site les sociétés Roxel et SNPE matériaux énergétiques (SME) spécialisées dans le domaine des systèmes de propulsion à poudre pour les secteurs civils et militaires et dans la sécurité automobile (air bag). Sa présence a permis l’implantation d’importantes entreprises du secteur de l’aéronautique et de l’espace telles que CAEPE (DGA Essais de missiles) et EADS. Ces entreprises ont bénéficié de l’étendue des terrains, pour installer leurs unités de production et leurs centres d’essais.  D’une manière générale, son héritage industriel permet aujourd’hui à Saint-Médard-en-Jalles de s’afficher comme une ville de pointe en matière de haute technologie, notamment dans les secteurs aéronautique et spatial.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de {{{commune}}} Blason D'or à la barre de sable chargée de trois coquilles d'argent à plomb, accompagnée, en chef, d'un léopard de gueules allumé, lampassé et viléné aussi de sable, et, en pointe, d'une salamandre du champ dans sa patience aussi de gueules, au chef d'azur chargé de cinq annelets aussi d'argent entrelacés 3 et 2.
Détails Officiel, présent sur le site internet de la commune[3]

Origine du nom[4][modifier | modifier le code]

Le nom de la commune tirerait son origine de deux éléments :

  • Les ruisseaux ou cours d'eau qui sillonnent l'actuel territoire communal et que l'on appelait Jalez.
  • Saint-Médard qui est le vocable de l'église paroissiale depuis le haut Moyen-Age.

Cette église se trouvait sur le territoire d'un seigneur, la famille De Grailly, propriétaire d'un vaste territoire allant du quartier d'Hastigan au centre bourg actuel. Cette seigneurie est dite dans les textes anciens de Jalez ou d'Hastignan.

L'association du nom de Jales et du vocable de la paroisse dédié a Saint-Médard aurait donné le nom attesté par les cartes des géographes du XVIIIe siècle de Saint-Médard-en-Jalles.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 28 348 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 599 1 195 1 277 1 444 1 667 1 643 1 822 1 898 1 988
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 174 2 315 2 531 2 613 3 001 3 272 3 454 3 925 3 890
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 407 4 884 5 046 5 277 5 135 5 105 5 144 6 037 5 924
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
6 967 8 955 16 265 18 665 22 064 25 566 26 934 28 348 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Education[modifier | modifier le code]

La commune compte sept établissements d'enseignement pré-élémentaire, sept établissements d'enseignement élémentaire et trois établissements d'enseignement secondaire (deux collèges et un lycées professionnel). Deux autres collèges et un lycée d'enseignement général se situent sur les communes limitrophes (Le Haillan et Saint-Aubin-de-Médoc).

Sports[modifier | modifier le code]

Clubs sportifs de la ville[modifier | modifier le code]

Equipements sportifs[modifier | modifier le code]

  • Complexe Robert monceau : stade (4 terrains pour le foot et le rugby, des terrains de tennis, un Cosec et un Espace Roller).
  • Espace aquatique : piscine
  • Espace Georges Brassens : fronton de pelote basque, 2 terrains de basket extérieurs, 1 terrain de handball extérieur, 1 city stade et 1 boulodrome
  • Centre équestre, château de Belfort
  • Espace bords de Jalle : 1 terrain de football, 2 terrains de football à 7, 1 terrain de rugby et 1 pas de tir à l’arc.
  • Espace Ball' en Jall': aire pour la pratique des sports de sable
  • Espace Léo Lagrange : salle omnisports, dojo, terrains de tennis et terrain de football
  • Espace Magudas : salle omnisports, terrain de football et city stade
  • Gare cycliste : mini golf et city stade
  • Plaine des Biges : 4 terrains de football, vestiaires
  • Salle Ariane : salle omnisports et terrain de handball
  • Cerillan : city stade et salle Olympie (salle omnisports)
  • Les sources : city stade

Culture[modifier | modifier le code]

Le Carré des Jalles[modifier | modifier le code]

Le Carré des Jalles est un pôle culturel regroupant un espace d'exposition, une médiathèque, une école de musique, une école de danse et un cinéma avec 3 salles de projection (750 places, 238 places et 120 places).

Internet[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune de Saint-Médard-en-Jalles a été récompensée par le label « Ville Internet @@@@@ »[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours Jacques Mangon MoDem Pharmacien
1983 2014 Serge Lamaison[8] PS  
1979 1983 Charles Viala Divers droite  
1977 1979 Paul Berniard Divers droite  
1953 1977 Christian Dussedat UDR  
1947 1953 Pierre Ramond    
1946 1947 Albert Menaut    
1944 1946 Antonin Larroque SFIO  
    ...    
1925 1941 Antonin Larroque SFIO  
1908 1925 Henri Martin[9]    
1900 1908 Frédéric Delmestre[10]    
Les données manquantes sont à compléter.

Bouleversements politiques entre 1977 et 1983[modifier | modifier le code]

Lors de l'élection municipale de 1977, le système du panachage, à savoir la possibilité de voter pour une liste tout en rayant certains candidats, est encore en vigueur à Saint-Médard-en-Jalles (ce ne sera plus le cas à partir de 1983). C'est ainsi que toute la liste de droite est élue... sauf le maire sortant Christian Dussédat, pourtant en place depuis 24 ans (ou peut-être à cause de cela). Une seule élue PS complète le conseil municipal qui compte 27 membres. Le conseiller municipal le plus âgé, Paul Berniard, est élu maire, la rumeur laissant entendre qu'il a été désigné dans l'idée qu'il ne puisse occuper cette lourde fonction durant les 6 ans de mandat, et que M. Dussédat puisse alors revenir aux affaires. Et, effectivement, M. Berniard meurt au bout de deux ans.

Une élection complémentaire est donc organisée afin d'élire un seul conseiller municipal. Comme prévu, M. Dussédat se présente alors, mais il est battu le 28 octobre 1979, lors d'un véritable duel, par un opposant municipal de longue date, le socialiste Lionel Lhomme. Ce dernier ayant défait l'ancien maire, il sera considéré pendant quelque temps par erreur comme le nouveau maire par de nombreux administrés, alors qu'il est seulement devenu à cette occasion un des deux conseillers municipaux d'opposition, face à 25 élus de droite. Ces derniers désignent Charles Viala comme maire.

Lors de l'élection municipale de 1983, en plus de la liste de gauche, ce sont alors deux listes de droite qui s'affrontent, respectivement emmenées par M. Viala et M. Dussédat. Les trois listes se maintiennent au second tour le 13 mars 1983 et c'est la liste de gauche, avec à peine 38 % des voix, qui gagne l'élection, malgré un électorat votant à plus de 60 % à droite.

Six ans plus tard, en 1989, la liste de gauche l'emportera dès le premier tour avec plus de 70 % des voix. Serge Lamaison sera maire de Saint-Médard en Jalles durant 31 ans, jusqu'en 2014.

Nouveau maire en 2014[modifier | modifier le code]

Le 23 mars 2014, Jacques Mangon (candidat de la liste Union de la Droite) obtient 49,79% des voix dès le premier tour contre 36,75% pour le maire sortant Serge Lamaison (PS). Le 30 mars 2014, il est élu au second tour en rassemblant 60,20% des voix, mettant fin à une période de 31 ans d'administration socialiste.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Gajac
  • Moulin de Gajac
  • Camp romain de Vialade
  • Camp romain de la Jalle
  • Église Saint-Médard du XIe siècle
  • Ruines du Castéra, XIVe siècle, non visitable
  • Château du Bourdieu , XVIIIe siècle et son parc très endommagé par la tempête de 1999, propriété privée ; site inscrit en 1981 (figure dans la base de données Mérimée)
  • Moulin de Caupian à Caupian: mentionné au registre du clerc de ville de Bordeaux en 1593, indiqué sur la carte de Belleyme ; reconstruction au XIXe siècle (figure dans la base de données Mérimée) ; l'environnement est détérioré par une route à grands transports et un nouveau pont sur la rivière ou Jalle.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2012, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué deux fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[12].

Espaces verts[modifier | modifier le code]

  • Bois de Cérillan : 22 870 m2
  • Bois de Corbiac : 22 260 m2
  • Bois d'Issac : 15 340 m2
  • Gare cycliste : 15 440 m2 longé par la piste cyclabe Bordeaux-Lacanau.
  • Château de Belfort : 10 250 m2, centre equestre
  • Bords de Jalle de Gajac
  • Bords de Jalle de Magudas
  • Placettes d'Hastignan

Projets d'aménagement[13][modifier | modifier le code]

  • Guinguette de Caupian
  • Prairies de la Gamarde
  • Garenne stade Monseau
  • Triangle de Picot
  • Bois de Vieilleville
  • Zone des sources
  • Parc du Bourdieu (28 hectares en propriété privée que la mairie souhaite acquérir)

Économie[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

Saint-Médard-en-Jalles est au centre de l'industrie des missiles nucléaires, accueillant trois des quatre établissements girondins directement concernés : le CAEPE (DGA Essais de missiles), la SNPE (Nexter) et Astrium (Airbus Defence and Space). A noter que le siège social de Herakles groupe Safran (ex-Snecma Propulsion Solide), dont une antenne se trouve à Saint-Médard en Jalles, est situé au Haillan, commune voisine.

Bordeaux Aéroparc: Un pôle de compétitivité dédié au développement aéronautique, issu d’un partenariat public-privé et localisé sur trois communes (Mérignac, Le Haillan et Saint-Médard-en-Jalles), marque la volonté du territoire de développer un parc technologique d’envergure européenne dédié aux industries aéronautiques.

Sur le territoire de la commune se trouvent les sources du Thil[14], exploitées dans le domaine de Gamarde par la Lyonnaise des Eaux, dans le cadre d'une délégation de service public de la Communauté urbaine de Bordeaux.

Viticulture[modifier | modifier le code]

Saint-Médard-en-Jalles est une commune viticole française du vignoble du Médoc, ayant l'autorisation de produire les vins : AOC Haut-Médoc, AOC Médoc, AOC Crémant de Bordeaux, AOC Bordeaux supérieur et AOC Bordeaux[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants de Saint-Médard-en-Jalles sur habitants.fr, consulté le 9 décembre 2011.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale de Saint-Médard-en-Jalles », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté en 9 décembre 2011)
  3. a et b Site officiel de Saint-Médard-en-Jalles > Notre mairie > La ville > Un peu d'histoire, consulté le 11 janvier 2012.
  4. http://www.saint-medard-en-jalles.fr/votre-mairie/la-ville-de-saint-medard-en-jalles/28-un-peu-d-histoire.html
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  7. Palmarès 2011 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 07/03/2011.
  8. Commune de Saint-Médard-en-Jalles sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 9 décembre 2011.
  9. Le patrimoine de St Médard-en-Jalles,janvier 2010, n°28
  10. Saint-Médard-en-Jalles, au fil du temps, Hélène Garcia, Renée Monchany...,1999
  11. Annuaire des villes jumelées
  12. Site des Villes et Villages Fleuris, consulté le 21 février 2013.
  13. Charte paysagère
  14. Histoire de la station, sur le site de l'académie de Bordeaux.
  15. Placido Llorca, « La Commune viticole de Saint-Médard-en-Jalles », sur Vin Vigne,‎ 2012 (consulté le 05 novembre 2012)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Val Tillet, St-Médard en Jalles et son canton, tomes I et II, éd. Alan Sutton, coll. Mémoire en images, 2006-2010

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]