Jean-Marie Vianney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint Jean-Marie Vianney
Image illustrative de l'article Jean-Marie Vianney
Corps du saint Curé d’Ars
Saint
Naissance 8 mai 1786
Dardilly
Décès 4 août 1859 (à 73 ans) 
Ars-sur-Formans
Nationalité Française
Vénéré à Ars-sur-Formans
Béatification 1904 Rome
par Pie X
Canonisation 1925 Rome
par Pie XI
Vénéré par l'Église catholique romaine
Fête 4 août
Attributs En soutane, montrant le ciel à un enfant ; ou avec étole violette de confesseur
Saint patron Saint patron des curés (depuis 1929)

Jean-Marie Baptiste Vianney, dit le Curé d'Ars ou le saint Curé d'Ars, est né le 8 mai 1786 à Dardilly, près de Lyon, et mort le 4 août 1859 à Ars-sur-Formans. Il fut curé de la paroisse d'Ars (alors Ars-en-Dombes, aujourd'hui Ars-sur-Formans) pendant 41 ans.

Il est nommé patron de tous les curés de l'Univers par le pape Pie XI en 1929. On avait annoncé en 2009 qu'il serait nommé patron de tous les prêtres du monde par Benoît XVI[1], mais on publia en 2010 que le pape avait changé d'avis[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et première jeunesse[modifier | modifier le code]

Jean-Marie[3] Vianney est né dans une famille de cultivateurs originaire de Dardilly, dans la région lyonnaise.

Lors de la Révolution, l'abbé Jacques Rey, curé de Dardilly, prête serment à la Constitution civile du clergé en 1790. Cependant, le pape Pie VI désavouera la constitution en mars 1791;

Tout comme la plupart des fidèles, les Vianney gardent leur confiance à leur curé et c'est donc en assistant à la messe d'un « prêtre jureur » que Jean-Marie fait ses premiers progrès en piété[4].

Bientôt, toutefois, la famille Vianney apprend le caractère schismatique de l'abbé Rey et entre en relations avec un prêtre réfractaire à la Constitution civile du clergé, que le vicaire général de Lyon a envoyé comme missionnaire clandestin à Écully, village voisin de Dardilly. C'est ce prêtre réfractaire qui fait faire à Jean-Marie, âgé de treize ans, sa première communion (1799)[5].

Les missionnaires interrompent en 1801 leur présence à Écully et il est donc à supposer que Jean-Marie, qui ne fréquentait plus l'église du curé de Dardilly, resta plusieurs années sans entendre la messe[6].

En 1802, le premier consul Napoléon Bonaparte, désirant rétablir la paix religieuse en France, signe un concordat avec le pape Pie VII, récemment élu. L'abbé Rey adhère au concordat et redevient le curé légitime de Dardilly. Le schisme des uns, la clandestinité des autres appartiennent au passé[7].

La commune de Dardilly était restée sans instituteur depuis le début de la Révolution française et la majorité des enfants ne savaient ni lire ni écrire. Fin 1803, la municipalité désigne un nouvel instituteur, dont Jean-Marie Vianney, alors âgé de 17 ans, fréquente l'école[6].

L'abbé Charles Balley, curé « concordataire » d'Écully depuis 1803 et voué, selon la tradition génovéfaine, à la formation des prêtres (il prépare ses quelques élèves au grand séminaire de Lyon, rouvert depuis peu), accueille le très peu instruit mais ardent Jean-Marie, avec toute sa bienveillance, durant l'hiver 1806-1807, dans la petite école presbytérale qu'il a fondée[8]. C’est un élève médiocre, surtout parce qu'il a commencé à étudier très tard[9]. Il éprouve de grandes difficultés[10], et ses connaissances se limitent à un peu d’arithmétique, un peu d’histoire et un peu de géographie. L’étude du latin est pour lui un supplice[11] bien qu’il soit aidé par son condisciple Mathias Loras, futur premier évêque missionnaire de Dubuque[12], qui lui donne quelques leçons. L'abbé Balley, cependant, connaissant sa piété et les mortifications qu'il s'inflige, ne doute pas de sa vocation[13].

La désertion[modifier | modifier le code]

La guerre d’Espagne réclame alors beaucoup de soldats et Jean-Marie est enrôlé en 1809. Il a 23 ans. Les étudiants ecclésiastiques étaient exemptés du service militaire, mais il est possible que les vicaires généraux aient pensé que, vu la grande ignorance de Jean-Marie Vianney, le présenter comme étudiant aurait pu sembler frauduleux[14].

Jean-Marie déserte. Il existe de cette désertion deux versions, dont chacune a pour elle plusieurs témoins[15]. Selon l'une, Jean-Marie Vianney, qui avait été malade et était encore convalescent, éprouva des difficultés à rejoindre son régiment, s'égara et, pour ne pas être puni comme déserteur, accepta la proposition d'un paysan de le cacher sous un faux nom, comme instituteur dans son village. Selon l'autre version, la désertion fut délibérée. Même les témoins qui présentent la désertion comme quasi involontaire font état de la répugnance que la guerre d'Espagne inspirait au jeune Vianney, qui, comme la plupart des catholiques, croyait cette guerre contraire à la volonté de Dieu[16].

Il s'installe sous un faux nom au village des Noës et y donne des leçons aux enfants dans diverses familles. Le maire et le curé sont au courant de sa situation irrégulière et, d'ailleurs, ne craignent rien des habitants du village, qui, comme la plus grande partie de la population paysanne de la région, sont disposés à protéger les réfractaires[17].

Quand, le 25 mars 1810, Napoléon signe un décret amnistiant les insoumis à condition qu'ils se mettent à la disposition des autorités départementales, Jean-Marie Vianney, par une décision dont le caractère délibéré ne fait cette fois aucun doute, décide de rester déserteur[18].

Les autorités impériales, qui refusent de croire que le père de Jean-Marie ignore la cachette de son fils, lui infligent de lourdes amendes pour faire pression sur lui et, finalement, le jeune frère de Jean-Marie accepte de servir à sa place contre une indemnité payée par le père[19]. Il semble que le père ait tenu grief à Jean-Marie de sa conduite en cette affaire[20].

Le séminariste[modifier | modifier le code]

N'étant plus déserteur, Jean-Marie peut regagner l'école presbytérale d'Écully[21]. En 1812, l'abbé Balley le présente au petit séminaire de Verrières, qui avait été ouvert clandestinement, un décret de Napoléon ayant limité à un par département le nombre des petits séminaires[22].

Il est très faible en philosophie, bien qu'on lui donne des leçons particulières de cette branche en français, alors qu'elle s'enseigne normalement en latin[23]. Comme tous ses condisciples peu doués, il est dispensé de l'année de physique et envoyé directement faire sa théologie au grand séminaire Saint-Irénée de Lyon[24]. Il est à charge de l'établissement, son père ayant refusé de participer aux frais de pension[25]. Jugé trop faible, il est renvoyé chez son curé[26]. Toutefois, l'abbé Balley persuade les vicaires généraux que la piété de Vianney est assez grande pour suppléer à son ignorance[27] et le séminariste est ordonné prêtre par Mgr Simon le 13 août 1815 au grand Séminaire de Grenoble[28], installé alors rue du Vieux Temple, dans l'ancien couvent des Minimes de Grenoble.

Le curé d'Ars[modifier | modifier le code]

Il est alors envoyé à Écully comme vicaire de M. Balley[29]. Après la mort de celui-ci, il est nommé en 1818 chapelain d'Ars, village de la Dombes[30] d'environ deux cents habitants, dans le département de l'Ain[31]. Ses fidèles l'appellent leur curé, bien qu'il n'ait pas ce titre officiellement, car Ars, qui n'est encore qu'une simple chapellenie rattachée à la paroisse de Misérieux, ne deviendra une paroisse qu'en 1821[32].

Les habitants d'Ars savent bientôt que leur « curé » mène une vie austère, mangeant peu et donnant tout ce qu'il a, et ils le voient passer de nombreuses heures en prière à l'église, avec une expression qui leur fait penser qu'il voit le Christ. Ils en concluent que c'est un saint[33]. Ils l'aiment pour sa gaieté, son affabilité, sa bonté et sa charité[34]. Sa réputation de ne presque pas manger ni dormir, de prier jour et nuit et de donner tout ce qu'il a s'étend très vite aux villages alentour[35].

Statue de Jean-Marie Vianney dans l'église de Sermentizon (Puy-de-Dôme, France).

La « Providence »[modifier | modifier le code]

À l'arrivée de l'abbé Vianney, l'école d'Ars, qui a pour seul local une pièce lépreuse, est tenue par un instituteur étranger au village qui ne fait la classe qu'en hiver. L'enseignement y est médiocre, la formation morale et religieuse est négligée et, chose qui déplaît beaucoup à l'abbé Vianney, les garçons et les filles sont ensemble[36]. Afin de remédier à cette situation, il décide de fonder une école de filles. Pour enseignantes, il ne veut pas de religieuses, qui « sont trop dames », mais des filles de la campagne qu'il aura formées lui-même. Il distingue deux jeunes filles, Catherine Lassagne et Benoîte Lardet, et les envoie à Fareins dans un pensionnat de sœurs où elles acquièrent en quelques mois de maigres connaissances. Leur formation d'institutrices est incomplète, mais l'abbé Vianney est surtout soucieux de l'instruction morale et religieuse des enfants. Avec l'aide de bienfaiteurs, suppose-t-on, il achète une petite maison et, en 1824, y ouvre son école de filles sous le nom de « Maison de la Providence ». Il en nomme « directrices » Catherine Lassagne, Benoîte Lardet et Jeanne-Marie Chanay, qui, n'ayant pas de formation d'institutrice, sera vouée aux travaux manuels[37]. L'école étant gratuite, des familles des paroisses voisines y envoient leurs enfants. On accepte bientôt des pensionnaires (que l'école ne nourrit pas). Des bienfaiteurs fortunés fournissent des revenus réguliers à l'œuvre, ce qui permet d'agrandir la maison et d'accueillir des filles pauvres ou orphelines, même âgées de vingt ans, qui sont nourries, instruites et entretenues gratuitement[38].

À la « Providence », le curé d'Ars prend sa part des plus humbles besognes. Par exemple, il tient à participer à la vidange des fosses d'aisance, tantôt comme spectateur et tantôt comme acteur[39].

Le pèlerinage d'Ars[modifier | modifier le code]

Vers 1827, la paroisse d'Ars – dont l'état religieux à l'arrivée de l'abbé Vianney est décrit dans la section La pastorale du curé d'Ars – est « convertie » : de nombreux pécheurs sont revenus à Dieu et la pratique religieuse est devenue plus régulière. Ces résultats ne sont pas dus uniquement à l'action du curé d'Ars : les missions, à Ars comme dans les environs, ont produit une importante recrudescence de la ferveur religieuse[40]. Ars, toutefois, va prendre une place exceptionnelle.

Très tôt, en effet, la réputation d'extrême austérité du curé, les diableries dont on le dit victime et les miracles qu'on lui attribue attirent vers Ars un nombre de plus en plus grand de personnes désireuses de se confesser au saint. Ce mouvement, qu'on appelle le pèlerinage d'Ars, s'amplifie surtout de 1830 à 1835[41] et se maintiendra jusqu'à la mort du curé.

Pour détourner de sa personne la vénération des pèlerins, l'abbé Vianney crée dans son église une chapelle de sainte Philomène et c'est à cette sainte qu'il attribue désormais les grâces accordées aux visiteurs[42]. Cette mise du pèlerinage sous la protection d'une sainte qui allait être rayée du calendrier en 1961[43] est, selon l'abbé Laurentin, un trait d'« humour de Dieu[44] ».

L'abbé Raymond[modifier | modifier le code]

L'afflux des étrangers rend bientôt impossible à l'abbé Vianney d'exercer pleinement à la fois ses tâches de curé et celles de confesseur et prédicateur des pèlerins[45]. Il désire être délivré de la charge paroissiale[46] et propose qu'on lui adjoigne l'abbé Raymond, dont il a naguère favorisé l'entrée au séminaire et pour qui il a de la sympathie[47].

L'évêché de Belley donne satisfaction au curé d'Ars. Aux termes d'une convention conclue en septembre 1845 entre l'abbé Vianney, le maire d'Ars et un représentant de l'évêché, l'abbé Vianney conserve le titre et les droits de curé d'Ars mais l'administration spirituelle de la paroisse est placée sous la responsabilité personnelle de l'abbé Raymond[48]. Les habitants d'Ars acceptent mal que le curé n'ait plus la pleine direction de la paroisse, d'autant plus qu'on sait que l'abbé Raymond n'est pas très aimé dans la paroisse d'où il vient[49]. Le curé « se laisse aller[50] » à exprimer de l'inquiétude sur ce que vont devenir ses paroissiens privés de sa sollicitude et laisse entendre qu'il revient sur son désistement[51]. C'est dans cette situation équivoque que l'abbé Raymond s'installe comme coadjuteur du curé d'Ars le 25 septembre 1845[52].

Aux dires de la plupart des témoins, l'abbé Raymond est un ecclésiastique excellent, mais autoritaire et dépourvu de tact[53]. Il a été chargé par l'évêque de mettre un peu d'ordre et d'organisation dans les affaires d'Ars, et notamment de veiller à ce que les sommes d'argent recueillies auprès des pèlerins ne soient pas données sans discernement, comme le curé d'Ars avait tendance à le faire, à des gens qui n'en avaient pas besoin[54]. L'évêque aurait même demandé à l'abbé Raymond de surveiller l'emploi des honoraires de messes[55]. Les honoraires de messes versés par les pèlerins étaient en effet importants. Dans les six dernières années de la vie du curé d'Ars, il y en avait pour trente-six mille messes par an[54], soit une moyenne annuelle d'une centaine de messes par jour, et il arrivait au curé d'Ars de faire des emprunts aux honoraires de messes et de prier des bienfaiteurs de l'aider à rembourser[56].

L'abbé Raymond exécute ses missions d'une façon qui lui vaut la désapprobation des proches du curé. On l'accuse de multiplier les scènes pénibles en contrariant sans cesse le curé, qui en est parfois réduit à lui cacher les bonnes œuvres auxquelles il consacre l'argent donné par les pèlerins[57]. Ainsi, le frère Athanase, directeur de l'école des garçons d'Ars, écrira en 1851 à son supérieur que le curé lui donne parfois des honoraires de messes[58] à l'insu de l'abbé Raymond, qui, lui, porte les honoraires de messes à l'évêché[59]. Néanmoins, tant que l'abbé Raymond sera en fonction à Ars, l'abbé Vianney lui témoignera de l'affection et refusera qu'on se plaigne de lui auprès de l'évêque[60]. Il menace même l'évêque de se retirer chez ses parents si l'abbé Raymond est remplacé[61].

Outre son autoritarisme et son manque de tact, nous verrons que l'abbé Raymond avait un autre trait de caractère qui pouvait le rendre impopulaire : il était très critique envers les allégations de faits surnaturels.

La cession de la « Providence » et la fondation en faveur de l'école des garçons[modifier | modifier le code]

La « Providence » prête le flanc à bien des critiques : l'école n'a qu'une salle de classe pour les grandes, moyennes et petites élèves, les maîtresses ne sont pas très instruites elles-mêmes, l'ordre et la propreté laissent à désirer. La comparaison avec les écoles tenues par des congrégations enseignantes est cruelle pour la « Providence », qui n'est d'ailleurs pas très bien vue des autorités académiques. Toutes ces raisons, jointes au fait que l'œuvre ne survivrait sûrement pas au curé d'Ars, qui la tient à bout de bras, font que l'évêque désire que la « Providence » soit cédée à des religieuses. Le curé d'Ars fait longtemps traîner les choses – « Je pense que Monseigneur voit la volonté de Dieu en cela, mais je ne la vois pas. » – mais l'évêché finit par lui envoyer le vicaire général et la supérieure générale de la Congrégation de Saint-Joseph et, le 5 novembre 1847, le curé d'Ars cède à la supérieure générale les bâtiments, les terres et les rentes de la « Providence », avec effet le 5 mai 1848[62].

En 1849, il fait une fondation permettant de confier l'école des garçons aux Frères de la Sainte Famille de Belley pour qu'ils y enseignent gratuitement[63]. En ayant recours aux bienfaiteurs et en vendant tout ce qu'il possède, il constitue un capital qui atteint finalement 20 000 francs[64] et que l'évêché place à 4 %[65]. Les intérêts de la somme placée, joints au traitement que les Frères recevront du gouvernement, leur permettront d'enseigner gratuitement[66]. Les Frères et l'évêché seront un certain temps en conflit à qui détiendrait le capital. Finalement, ce sont les Frères qui auront gain de cause[67].

L'incident de La Salette[modifier | modifier le code]

Le 24 septembre 1850, Maximin Giraud, qui avait été quatre ans auparavant un des deux enfants témoins de l'apparition de la Vierge à La Salette, est amené à Ars par des partisans du « baron de Richemont », qui cherchent à faire cautionner ce prétendu Louis XVII par Maximin, et Maximin par le curé d'Ars. Le motif qu'ils donnent de leur visite est le désir de voir le saint homme confirmer la vocation de Maximin[68]. Le curé d'Ars s'était montré jusque là très confiant dans l'apparition, non encore reconnue, de La Salette mais, après son entretien avec Maximin, il change d'attitude. Mgr de Bruillard, évêque de Grenoble, qui s'apprête à reconnaître l'apparition, lui écrit : « Vous ne pouvez vous mettre en une sorte d'opposition publique avec moi, sans avoir la bonté de me donner connaissance de vos raisons ». Le curé d'Ars répond par une lettre qui contient ces mots : « Le petit m'ayant dit qu'il n'avait pas vu la Sainte Vierge, j'en ai été fatigué un couple de jours[69]». Mgr de Bruillard reconnaît néanmoins l'apparition en 1851, ce qui mécontente Mgr de Bonald, archevêque de Lyon, qui a visité en personne le curé d'Ars et tient de lui que Maximin a déclaré « n'avoir rien vu ». En 1854, Mgr Ginoulhiac, successeur de Mgr de Bruillard à l'évêché de Grenoble, publie un mandement où il donne de l'incident d'Ars une explication favorable à l'authenticité de l'apparition de La Salette. Un prêtre lit ce passage du mandement au curé d'Ars, qui interrompt la lecture et dit : « Ce n'est pas cela[70]. » Néanmoins, sa position de négateur d'une apparition reconnue l'angoisse[71]. En 1858, souffrant d'une peine intérieure depuis plusieurs jours, il demande à la Vierge de l'en délivrer à titre de preuve de la vérité de l'apparition de La Salette. La peine intérieure disparaît et, dans son action de grâces, il demande une seconde preuve : le tirer d'un embarras financier. Il trouve l'argent nécessaire – un témoin précise : « dans son tiroir » – et il conclut que l'apparition de La Salette est authentique[72].

Canonicat et Légion d'honneur[modifier | modifier le code]

En 1852, l'évêque de Belley vient à Ars pour donner au curé le camail de chanoine honoraire. Le curé, qui s'estime indigne de cette distinction, n'a pas l'intention de porter le camail et le vend pour cinquante francs. Ayant appris que cette vente a peiné l'évêque, il lui envoie 6 600 francs et lui explique que s'il a vendu le camail, c'est parce qu'il avait besoin de cinquante francs pour compléter une fondation[73]. (Au sujet des sommes importantes qui passaient par les mains du curé, voir la section « L'avare pour le bon Dieu » : le curé d'Ars et l'argent.)

En 1855, sur proposition du sous-préfet de Trévoux, marquis de Castellane, du préfet de l'Ain, comte de Coëtlogon, et du ministre de l'Instruction publique et des Cultes, Fortoul, l'Empereur nomme l'abbé Vianney chevalier de la Légion d'honneur[74]. Comme aucune rente n'est associée à cette décoration, le curé répond au maire d'Ars qui lui annonce la nouvelle : « Dites à l'Empereur qu'il garde sa croix, puisque les pauvres n'auront rien à y gagner » et il ne paie pas les droits de douze francs nécessaires à la réception de la croix. Son vicaire les paie à sa place sans le lui dire et le curé a la surprise de recevoir tout de même la croix[75].

Le curé d'Ars doit mourir à Ars[modifier | modifier le code]

Durant toute sa vie de prêtre, le curé d'Ars est hanté par la crainte d'être indigne de son ministère, notamment à cause de son ignorance. Il est d'ailleurs persuadé que le péché d'ignorance enverra en enfer plus de gens que tous les autres péchés ensemble. Craignant d'être cause que des paroissiens ne se damnent et d'être pour cela damné avec eux[76], il aspire à n'être plus curé et à se retirer dans la solitude afin de prier pour les pécheurs[77]. Il sait que des prêtres estiment qu'il n'a pas assez de science pour exercer le ministère correctement[78]. Son désir de quitter Ars, qui se fait déjà précis à partir de 1827 ou 1828[79], s'avive quand, en 1831, certains habitants l'accusent d'être le père de l'enfant d'une fille-mère qui a accouché dans une maison attenante à la cure. Cette mère célibataire, Catherine Chaffangeon, était la fille de Louis Chaffangeon, un paroissien que le curé d'Ars avait en haute estime et dont il a rendu célèbres les mots décrivant sa prière dans l'église : « Je L'avise et Il m'avise ». La fille-mère ne semble pas avoir confirmé l'accusation portée contre le curé[80].

Deux fois au moins, l'abbé Vianney tente de fuir Ars[81]. Lors d'une tentative faite en 1843, on constate que la brève absence du curé provoque un tarissement de l'afflux des pèlerins qui met la « Providence » en difficultés financières[82]. La dernière tentative de fuite a lieu en 1853. Le curé d'Ars a soixante-sept ans et est tourmenté par la maladie. L'évêque a procédé au remplacement de son auxiliaire, l'abbé Raymond, nommé dans une autre paroisse. Le départ de l'abbé Raymond décide le curé d'Ars à fuir chez son beau-frère, à Lyon, dans l'espoir d'arracher ainsi à l'évêque de Belley sa mise à la retraite[83]. Cependant, le nouveau vicaire, les Frères, les paroissiens et les pèlerins font échec à sa tentative et le décident à rester[84]. Quelques semaines après la fuite manquée, l'évêque de Belley, Mgr Chalandon, vient à Ars notifier au curé que la permission de se retirer lui est refusée[85].

En 1857, Mgr de Langalerie succède à Mgr Chalandon à l'évêché de Belley[86]. Le curé d'Ars écrit au nouvel évêque : « Monseigneur, je deviens toujours plus infirme, il faut que je passe une partie de la nuit sur une chaise ou bien me lever trois ou quatre fois dans une heure. Je prends des étourdissements dans mon confessionnal, où je me perds deux ou trois minutes. Les médecins ne voient d'autre remède que le repos. Je pense que Votre Grandeur trouvera bon que j'aille passer quelque temps chez mes parents. Vu mes infirmités et mon âge, je veux dire adieu à Ars pour toujours[87]. »

Mgr de Langalerie, pas plus que son prédécesseur, ne permet au curé d'Ars de prendre sa retraite. Mgr Fourrey fait là-dessus ce commentaire : « Taxerons-nous de dureté Mgr de Langalerie ! Pour tout autre, il n'eût pas hésité : on ne contraint pas à un ministère aussi écrasant un prêtre usé par l'âge, miné par la maladie, torturé par les infirmités. Mais le cas de M. Vianney était trop exceptionnel pour qu'on se décidât, par compassion, à lui laisser la liberté de partir : Dieu même le voulait cloué à son confessionnal comme au bois d'une croix. Si bon qu'il fût, l'évêque ne se laissa pas attendrir. Il fallait, fût-ce la mort dans l'âme, que le Curé acceptât de rester jusqu'au bout à Ars[88]. »

Souvent tenté de désespoir mais toujours enivré de l'amour divin[89], l'abbé Vianney reste donc à Ars, où il meurt le 4 août 1859[90]. La veille de sa mort, son auxiliaire, le missionnaire Toccanier, lui a fait faire un testament aux termes duquel tout son avoir est légué au supérieur des missionnaires[91].

La pastorale du curé d'Ars[modifier | modifier le code]

Quand l'abbé Vianney y arrive en 1818, Ars a le niveau de piété courant dans la Dombes à cette époque : on va à la messe le dimanche mais on communie rarement et certains hommes ne font même pas leurs Pâques ; parfois, on se permet de travailler le dimanche et les jours défendus. Il y a cependant des familles ferventes[92]. Au point de vue moral, deux choses attirent la réprobation de l'abbé Vianney : les danses[93] et les cabarets[94]. Le nouveau chapelain va s'attacher à « convertir sa paroisse[95] ». Il cherchera notamment à développer la piété de ses paroissiens envers l'Eucharistie et envers la Vierge Marie[96].

Communion fréquente et confréries[modifier | modifier le code]

Il amène un petit noyau de femmes pieuses à communier tous les dimanches, ce qui n'était pas la coutume, même chez les personnes pieuses[97]. Il gagne de l'influence sur quelques jeunes filles, qu'il invite à manger des fruits dans le jardin du presbytère et avec lesquelles il fonde la Confrérie du Rosaire[98]. Il attache d'ailleurs beaucoup d'importance aux confréries, car il est persuadé qu'un pécheur membre d'une confrérie peut être racheté par les prières des autres membres[99]. Il instituera ou restaurera donc plusieurs confréries[100]. Au nombre de celles-ci se trouve la Confrérie du Saint-Esclavage. Quand, vers 1852, il apprendra que cette confrérie avait été supprimée et condamnée par le pape Benoît XIV en 1758, il éprouvera une grande peine mais se conformera à la décision de l'Église[101].

Somptuosité des lieux et objets du culte[modifier | modifier le code]

Dans les premiers temps de son ministère à Ars, le petit nombre des ouailles et le peu de fréquence des confessions lui laissent beaucoup de loisirs. Il les consacre à embellir l'église, car il estime qu'« on doit offrir à Notre-Seigneur Jésus-Christ tout ce qu'il y a de plus beau et de plus précieux ». Il achète, à l'aide de son propre argent et de dons de personnes pieuses, un nouveau maître-autel riche en dorures[102]. Prenant lui-même le pinceau, il décore les bancs « avec ce goût d'ornements variés qui plaît aux gens de la campagne[103] ». Aux frais du vicomte des Garets, frère de la châtelaine d'Ars[104], il achète pour l'église des ornements somptueux, répétant souvent aux marchands « Pas assez beau, il faut plus beau que cela[105]. » À propos du mot « beau », Mgr Trochu fait cette remarque : « En fait, tous les ornements acquis ou reçus à cette époque par M. Vianney étaient des objets de prix ; aucun cependant n'avait de valeur vraiment artistique ; seul le dais, très riche, était brodé avec un bon goût réel[106]. » Les présents offerts par le vicomte à la paroisse contribuent, par la curiosité qu'ils provoquent, à l'attirance qu'Ars commence à exercer sur les populations voisines[35].

L'église d'Ars, vieille de sept siècles, était une église romane qui, en certaines parties au moins, ne manquait pas de caractère[107], mais « M. Vianney, lui, ne s'embarrassait pas de soucis d'art[108]. » Il agrandit une chapelle qui existait déjà et en fait construire d'autres, ce qui ne laisse pas subsister grand-chose des murs anciens[108].

Le prédicateur[modifier | modifier le code]

Pour composer ses sermons, le curé d'Ars utilise des sermonnaires, qu'il ne copie pas littéralement mais « transposait d'une plume maladroite, les raccordant comme il pouvait, les entrecoupant d'allusions locales, de remarques personnelles, de développements imagés, d'exclamations pieuses ou indignées[109] ». Effrayé lui-même par le sort des damnés, il a tendance, dans les premières années de son ministère, à choisir dans les sermonnaires les passages les plus effrayants[110] et même à les aggraver[111]. Il enseigne par exemple que le plus grand nombre des gens mariés seront damnés, ou encore que si des enfants se damnent en étant chez leurs parents, les parents seront damnés eux aussi[111]. Son rigorisme prend la forme du tutiorisme quand il professe qu'« il faut toujours choisir le plus parfait », sans se douter, comme le relève Mgr Fourrey, que cette formule avait été condamnée par la bulle Unigenitus[112].

Toutefois, l'affection que la plupart des gens d'Ars lui vouaient, les témoignages qu'ils rendent à son affabilité, à sa gaieté et à sa bonté, ses succès comme confesseur, la promptitude avec laquelle il admit un petit groupe de dévotes à la communion hebdomadaire, tout cela suggère que le rigorisme du curé d'Ars, où il faut d'ailleurs faire la part des temps et des lieux, ne correspondait pas à sa nature profonde[113]. Il atténuera plus tard ce rigorisme[114], sous l'influence, semble-t-il, d'un ecclésiastique, l'abbé Tailhades, qui passa quelques mois à Ars en 1839-1840 et qui, suppose-t-on, attira son attention sur des directives épiscoplales condamnant la trop grande sévérité chez les prêtres[115].

Le curé d'Ars, qui avait le don des larmes, pleurait quand, dans ses sermons, il évoquait le péché. Selon Mgr Fourrey, c'était le catéchiste plus que le catéchisme lui-même qui provoquait l'admiration. Il arrive même que des auditeurs bien intentionnés soient déçus de ne trouver dans sa prédication « qu'une extrême affectivité religieuse mise au service des plus élémentaires vérités[116] ». En 1846, des jeunes maristes, revenant d'un pèlerinage à Ars, confient une telle déception à leur supérieur, le père Colin, qui, après avoir reconnu que lui aussi, il a trouvé les sermons du curé d'Ars vides de doctrine, ajoute : « Mais voilà : c'est un Saint[116]. »

En cette même année 1846, les libraires Guyot font imprimer et s'apprêtent à publier les sermons du curé d'Ars, avec l'accord de celui-ci. L'évêque de Belley examine l'ouvrage et en trouve la publication regrettable[117]. Il consulte un théologien qui lui répond : « je suis tout à fait de l'avis de Votre Grandeur au sujet des erreurs, des obscurités, des longueurs inutiles, sans compter les fautes de français. » L'évêque maintient donc sa décision et fait signer au curé d'Ars une renonciation à la publication[118]. Dans sa biographie du curé d'Ars, Mgr Fourrey fait ce commentaire : « Le fond doctrinal avait beau être emprunté à des sermonnaires autorisés, il avait suffi que sa plume le transposât en phrases maladroites, pour que tout fût gâté[119]. » Il s'étonne cependant que ces « pieuses banalités », évidemment empruntées à des livres de dévotion de l'époque, aient pu inquiéter à ce point l'évêque du curé d'Ars[120].

La lutte contre les danses[modifier | modifier le code]

À l'époque où Jean-Marie Vianney fut nommé chapelain d'Ars, on y avait l'habitude de danser sur la place. Le pamphlétaire anticlérical Paul-Louis Courier a raillé les offensives que, lors de la Restauration, des prêtres catholiques, surtout parmi les frais émoulus du séminaire, menaient contre les danses villageoises avec l'appui du bras séculier. À leur zèle, il opposait la conduite d'un vieux curé « voyant très volontiers danser filles et garçons, et principalement sur la place ; car il l'approuvait là bien plus qu'en quelqu'autre lieu que ce fût, et disait que le mal rarement se fait en public. Aussi trouvait-il à merveille que le rendez-vous des jeunes filles et de leurs prétendus fût sur cette place plutôt qu'ailleurs, plutôt qu'au bosquet ou aux champs, quelque part loin des regards, comme il arrivera quand nos fêtes seront tout à fait supprimées. Il n'avait garde de demander cette suppression, ni de mettre la danse au rang des péchés mortels, ou de recourir aux puissances pour troubler d'innocents plaisirs. Car, enfin, ces jeunes gens, disait-il, doivent se voir, se connaître avant de s'épouser ; et où se pourraient-ils jamais rencontrer plus convenablement que là, sous les yeux de leurs amis, de leurs parents et du public, souverain juge en fait de convenance et d'honnêteté [121]? » Le curé d'Ars est un de ces prêtres qui font la guerre aux danses. « Voyez, mes frères, s'écriait-il, voyez ! les personnes qui entrent dans un bal laissent leur ange gardien à la porte. Et c'est un démon qui le remplace ; en sorte qu'il y a bientôt dans la salle autant de démons que de danseurs[122] ». Après plusieurs années de prédication et de prières[123], il obtient ce résultat que seuls quelques jeunes hommes et jeunes filles de familles peu chrétiennes osent encore danser à Ars, et seulement loin de l'église. Toutefois, quelques jeunes filles et grand nombre de jeunes hommes d'Ars vont danser dans les villages voisins[124].

La lutte contre les cabarets[modifier | modifier le code]

Quand l'abbé Vianney arrive à Ars, en 1818, le village compte quatre cabarets. Le curé d'Ars mène une campagne contre ces établissements, qui font concurrence à l'église le dimanche[125]. Il obtiendra – notamment en payant un tavernier pour qu'il ferme – qu'il n'y ait plus de cabarets aux abords de l'église. Ses prédications eurent pendant un certain temps l'effet de réduire les affaires des taverniers, mais l'afflux du pèlerinage d'Ars leur rendra des clients[126].

Fioretti[modifier | modifier le code]

Jean-Marie Vianney était plein de bon sens, savait faire preuve d'humour.

On aura retenu de lui quelques phrases célèbres :

  • Quand son lit prit feu, une nuit : « Le démon n'a pas pu brûler l'oiseau, il n'a brûlé que la cage. »
  • Un jour une personne corpulente lui dit : « Quand vous irez au Ciel, je tâcherai de m'accrocher à votre soutane », et le curé d'Ars, qui n'avait que la peau sur les os à force de toujours tout donner et de refuser la nourriture un peu reconstituante que ses paroissiennes essayaient de lui prodiguer, de répondre : « Gardez-vous-en bien ! L'entrée du Ciel est étroite, et nous resterions tous deux à la porte. »

Il reçut la visite de Lacordaire : « La plus célèbre visite qu'ait reçue le curé d'Ars est sans doute celle du père Lacordaire. Venant à Lyon en simple pèlerin, l'illustre dominicain arrive incognito dans une modeste voiture. Or, sous les plis de son manteau noir, quelqu'un aperçoit une robe blanche, et très vite les pèlerins d'Ars apprennent qui est le visiteur. Remous profond. Le lendemain, on voit le père Lacordaire écouter dans un humble recueillement le sermon du curé […] Il ne le quitte qu'avec déchirement et va même, s'agenouillant devant lui, jusqu'à lui demander sa bénédiction. Après quoi, J.M. Vianney le prie de le bénir à son tour : et c'est bien une scène étrange et pathétique, éclairée d'un jour du Moyen Âge, digne de saint François d'Assise et de saint Dominique ». Michel de Saint-Pierre, La Vie prodigieuse du curé d'Ars.

Un de ses amis, Claude Laporte, lui fit un jour don d'une montre, que le curé d'Ars s'empressa de donner à plus pauvre que lui. Claude Laporte renouvela l'opération trois ou quatre fois. Mais le curé d'Ars la donnait toujours, ou vendait la montre pour en donner l'argent aux pauvres. Ce que voyant, Claude Laporte lui dit un jour en lui mettant une nouvelle montre entre les mains « Monsieur le Curé, je vous prête la montre que voici ». C'était une belle montre. Le curé d'Ars la conserva toute sa vie ; à sa mort, elle fut restituée à la famille Laporte-Dupré la Tour.

Mortifications[modifier | modifier le code]

Le curé d'Ars, dans sa jeunesse surtout, pratiqua de sévères mortifications, qu'il laissait savoir à ses proches aux fins d'édification[127].

Privation de nourriture[modifier | modifier le code]

Les gens d'Ars se répétèrent bien vite que leur curé ne mangeait presque rien[128]. Un ecclésiastique déclara un jour : « Un temps viendra, je pense, où le Curé d'Ars ne vivra plus que de l'Eucharistie[129]. »

La veuve Renard, qui tint le ménage[130] du curé d'Ars dans les premières années qui suivirent son installation, a raconté là-dessus à sa fille des souvenirs que celle-ci a rapportés comme suit : « habituellement, il ne buvait pas de vin à l'époque où elle le servait. Il faisait cuire des pommes de terre, les mettait dans un panier et les mangeait toutes froides, pendant que la provision durait. Il achetait le pain des pauvres pour en faire sa nourriture. Ma mère croyait qu'il restait quelquefois plusieurs jours sans manger. Quand il était fatigué, il venait chez ma mère, elle lui faisait quelques matefaims et les lui portait dans sa chambre. Quand il en avait besoin, il prenait quelquefois un peu de lait le matin[131]. »

En 1830, il a la réputation de ne se nourrir que de pain et de fromage[39].

Sur ce que fut le régime alimentaire du curé d'Ars dans ses dernières années, les dépositions sont « sensiblement discordantes[132] ». Comme souvent, c'est l'abbé Raymond qui se montre le moins enclin à affirmer des choses extraordinaires : « À l'époque où j'ai exercé le ministère avec lui, il faisait régulièrement deux repas : le matin, il prenait une tasse de chocolat au lait avec quelques morceaux de pain ; à midi, il achevait son chocolat dans lequel on mettait un peu de café. Il y ajoutait un peu de viande ou de légumes. À l'époque du pèlerinage, il lui fut impossible de se mortifier comme il le faisait au début de son ministère ; il ne pouvait plus observer les jeûnes avec la rigueur habituelle en France. […] Il se vit même obligé de prendre quelques légers adoucissements entre ses repas, tels qu'un peu de vin vieux, quelques pastilles, quelques légères pâtisseries ou quelques fruits ; ces adoucissements étaient nécessaires pour soutenir sa frêle existence[133]. »

Privation de sommeil[modifier | modifier le code]

Le curé d'Ars a aussi la réputation de ne quasiment pas dormir[35]. « On apercevait presque constamment sa fenêtre éclairée », dit un témoin. Mais Mgr Trochu, rapportant cette déclaration, ajoute que le curé laissait la lumière allumée quand il dormait[134].

Vers la fin de sa vie, il prend un léger repos l'après-midi et il entrecoupe les séances de confession de moments d'assoupissement[135].

Cilice et discipline[modifier | modifier le code]

On savait aussi que le curé portait un cilice et s'ensanglantait à coups de discipline[136]. « Il doit s'être évanoui plus d'une fois et avoir saigné contre la muraille ; dans un coin de sa chambre, caché par le rideau qui tombe du ciel-de-lit, des gouttes de sang encore bien visibles ont éclaboussé le crépissage jaune. Trois grandes taches représentent assez bien l'empreinte d'une épaule, et de ces plaques brunes des filets ont coulé jusqu'au pavage. D'autres taches sont des traces de doigts ou de paumes ; le saint les a laissées au mur en s'y appuyant pour se relever[137]. »

Faits surnaturels et préternaturels[modifier | modifier le code]

Plusieurs témoins ont affirmé que la vie du curé d'Ars fut accompagnée de faits surnaturels (miracles) et préternaturels (infestations diaboliques).

Infestations diaboliques[modifier | modifier le code]

Vers la fin de 1823[138], le curé d'Ars commence à entendre des bruits anormaux dans le presbytère. Pensant qu'il s'agit de voleurs, il demande à un jeune homme, André Verchère, de monter la garde une nuit. Vers une heure du matin, celui-ci, se trouvant dans la chambre mise à sa disposition, entend secouer avec violence la poignée et le loquet de la porte de la cour et donner comme des coups de massue sur cette même porte. Il regarde par la fenêtre mais ne voit personne à l'extérieur près de la porte. Puis le bruit continue dans une autre partie du presbytère et toute la maison tremble. Le curé d'Ars vient trouver Verchère dans sa chambre et lui demande « Avez-vous entendu du bruit ? » La question est au passé, ce qui suggère que le bruit a cessé quand Verchère a le curé sous les yeux. Verchère répond qu'il a entendu du bruit mais n'a rien vu à l'extérieur. Le curé d'Ars dit à Verchère de se recoucher et Verchère n'entendra plus rien de la nuit[139]. Le curé d'Ars lui demande de revenir le soir suivant, mais, trop effrayé, il refuse. Pendant trois semaines, d'autres hommes montent la garde. Le curé d'Ars dit toujours entendre les bruits anormaux, mais ceux qui lui tiennent compagnie n'entendent jamais rien[140]. Le curé d'Ars se persuade que les bruits sont d'origine satanique[141]. Jusqu'à la fin de sa vie[142], il dira être tourmenté par le diable, qu'il surnomme « le grappin[138] ».

L'abbé Raymond, sceptique en cela comme en beaucoup de choses, pensait que la plupart des diableries d'Ars étaient « des effets naturels d'un cerveau fatigué ». Il admettait cependant que certains faits produits au presbytère de Saint-Trivier ne pouvaient s'expliquer de cette façon[143]. Les faits de Saint-Trivier sont les suivants : pendant l'hiver 1826-1827, une mission est prêchée à Saint-Trivier-sur-Moignans et plusieurs prêtres, parmi lesquels le curé d'Ars, logent au presbytère ; une nuit, on entend un grand bruit et la cure tremble ; on accourt à la chambre du curé d'Ars et on le trouve dans son lit, qui a été amené au milieu de la chambre ; le curé d'Ars déclare que c'est le diable qui a déplacé le lit[144].

Il arrivait même que des bruits diaboliques fussent entendus au presbytère d'Ars en l'absence du curé, si on en croit l'abbé Denis Chaland qui, devenu adulte, raconte qu'avec d'autres enfants, chez qui la curiosité l'emportait sur la crainte, il alla souvent se mettre à l'écoute aux abords du presbytère à la nuit tombée et qu'il entendit une voix paraissant sortir de la cure qui criait « Vianney ! Vianney ! », ce qui se serait passé plus de vingt fois, aussi bien en l'absence qu'en la présence du curé. Mgr Fourrey fait cependant ce commentaire : « Évidemment, l'imagination des enfants pouvait aller bon train[145]. »

Le même Denis Chaland, contrairement aux autres témoins de ces sortes de faits, dit avoir perçu les phénomènes diaboliques alors même qu'il avait le curé d'Ars sous les yeux. En effet, lors d'une confession au cours de laquelle le curé d'Ars lui confirma qu'il avait la vocation religieuse, le diable fit trembler la pièce[146].

On a vu que l'abbé Raymond considérait la plupart des phénomènes diaboliques qui tourmentaient le curé d'Ars comme les effets naturels d'un cerveau fatigué. Cette explication est rejetée par le Dr Saunier, qui fut le médecin du curé d'Ars, en raison du parfait équilibre psychologique du curé et de la sûreté de son jugement[147]. Toutefois, un autre médecin qui examina le curé d'Ars mentionne dans son ordonnance « les affections nerveuses auxquelles il est sujet[148] ». De même, la châtelaine d'Ars, grande admiratrice du curé, parle de « cette fièvre qui l'agitait sur son pauvre grabat[134] ».

Les assauts nocturnes que le curé d'Ars subissait de la part du diable lui permettaient de complaire à la curiosité de Catherine Lassagne, qui « aimait les nouveautés ». Il lui racontait par exemple que, la nuit, sa discipline s'était mise à marcher comme un serpent, ou encore que le diable avait essayé de le tuer et chantait dans la cheminée comme un rossignol. Catherine Lassagne notait fidèlement ces confidences[149], mais Mgr Fourrey se demande si, quand le curé d'Ars faisait de tels récits, « l'accent plaisant du pasteur ne donnait pas à certaines de ses paroles une signification où l'humour avait sa place[150] ».

Miracles[modifier | modifier le code]

Le miracle du blé[modifier | modifier le code]

Le plus célèbre des miracles dont fut favorisé le curé d'Ars est sans doute le miracle du blé, qui se produisit deux fois. La première fois date des années 1828-1830. On mettait alors dans le grenier du presbytère le blé qui devait servir à faire le pain pour la « Providence ». Selon une déposition faite au procès de l'Ordinaire : « La multiplication du blé a été connue de toute la paroisse et je l'ai entendu raconter au père Mandy, de la manière suivante : "Le meunier avait emporté cent boisseaux de blé pour faire de la farine. Il fallait environ cent boisseaux par mois pour la Providence." Le père Mandy, qui avait la clé du grenier et qui mesurait le blé lorsque le meunier se présentait, vint dire à M. le curé qu'il ne restait qu'un petit tas de grain. M. le curé ne répondit rien. Quelques jours après, lorsque M. Mandy faisait la visite du grenier, il le trouva plein[151]. »

Au procès apostolique in genere, un ecclésiastique déclara : « Je sais que le fils encore vivant d'un habitant d'Ars nommé Mandy attribuait à son père d'avoir en cachette monté du blé dans le grenier. Cet homme m'a paru un peu disposé à affaiblir l'intervention surnaturelle dans les faits de la vie du curé d'ars. » Mgr Fourrey, qui cite cette déclaration, estime que l'hypothèse d'une supercherie du maire Mandy est insoutenable, la meilleure preuve en étant, selon lui, que le curé d'Ars crut toujours à l'authenticité du miracle du blé. Mgr Fourrey reconnaît toutefois que les miracles qui ont pu se produire à la cure n'ont jamais été contrôlés rigoureusement. Il reproduit à ce sujet un témoignage fait au procès de l'Ordinaire : « On ne s'est jamais beaucoup occupé dans la paroisse de constater ces faits, parce que 1° il était difficile de pénétrer à la Providence et à la cure ; 2° parce que l'opinion de sainteté qu'on avait de M. Vianney était telle qu'il ne paraissait pas extraordinaire que Dieu eût opéré des prodiges en sa faveur. On trouvait pareilles choses toutes naturelles[152]. »

Quant au second miracle du blé, on ne le connaît que par un témoin indirect. Celle qui est censée l'avoir constaté le passa sous silence quand elle fut interrogée au procès de canonisation[153].

La « Providence » fut aussi le théâtre d'un « miracle du pétrin » : trois directrices attestent qu'une grande fournée de pain put être obtenue à partir d'une quantité de farine tout à fait insuffisante[154].

Catherine Lassagne a affirmé en outre un miracle de multiplication du vin. D'après l'abbé Raymond, toujours très critique envers les allégations de faits surnaturels, le curé d'Ars lui-même ne croyait pas à ce miracle et en donnait une explication naturelle[155].

Le miracle de clairvoyance (ou d'intuition)[modifier | modifier le code]

De nombreux pèlerins ont attesté que le curé d'Ars avait sur leur compte des connaissances qui ne pouvaient pas lui avoir été communiquées naturellement. Cette clairvoyance surnaturelle est un don que la théologie mystique appelle « intuition »[156]. Un pénitent pouvait être tellement persuadé de ce don de clairvoyance qu'il se fiait à l'intuition du curé d'Ars plutôt qu'à ses propres souvenirs : « et voilà que tout à coup il se mit à me questionner sur tel ou tel point, toujours sur des fautes ignorées de moi ou oubliées ; si bien qu'à la fin, lors même que le souvenir ne m'en revenait pas aussitôt, je n'osais pas nier, assurée qu'il ne s'était pas trompé[157]. » Toutefois, les proches du curé d'Ars qui se sont exprimés à ce sujet ont tous dit que, quant à eux, ils n'avaient jamais constaté ce don d'intuition affirmé par les pèlerins. L'abbé Raymond, toujours critique, a déclaré lors d'un des procès apostoliques : « Je lui demandai un jour s'il était vrai qu'il devinait ce qu'avaient fait certaines personnes; il me répondit que non et il ajouta qu'il était quelquefois averti par les logeuses en ce qui concernait les faits extérieurs[158]. »

Mgr Trochu[159] et Mgr Fourrey[160] reconnaissent d'ailleurs que le don d'intuition du curé d'Ars ne se manifestait pas constamment. Ils en donnent pour preuve l'incident de La Salette (voir plus haut), où le curé d'Ars perçut comme menteur le témoin d'une apparition qui allait être reconnue par l'Église. Lors de cet incident, le père Eymard, futur saint Pierre-Julien Eymard écrivit au vicaire général de Grenoble, grand partisan de l'apparition : « d'ailleurs on donne au loin trop de puissance à l'opinion de M. le curé d'Ars ; ici, elle est bien ordinaire sous le rapport du jugement, et souvent on le met au-dessous […][161] ».

Guérisons miraculeuses[modifier | modifier le code]

Les prières du curé d'Ars auraient obtenu plusieurs guérisons miraculeuses.

En mai 1843, il est atteint d'une pneumonie et son état est jugé critique par les médecins. Il implore sa guérison en promettant cent messes à sainte Philomène et, au moment où s'achève la première de ces messes, la fièvre tombe. Le curé d'Ars attribue la guérison à sainte Philomène, et l'opinion générale en fait autant[162]. En 1959, toutefois, le Dr Alain Assailly écrivait : « Il nous est bien difficile, à nous médecin, de ne pas constater que la défervescence se fit le neuvième jour, comme cela se voyait couramment dans la pneumonie avant l'usage des antibiotiques[163]. »

Parmi les affections dont les prières du curé d'Ars auraient obtenu la guérison miraculeuse, on cite des maladies qui semblent avoir été surtout des maladies fonctionnelles ou des séquelles fonctionnelles de maladies organiques – extinction de voix[164], paralysie[165], douleurs[166]… On cite aussi une guérison organique : loupe sur le visage qui disparut au moment même où le curé d'Ars la toucha, mais les témoignages sont tardifs et divergents, et l'identité du miraculé est inconnue[167].

Apparitions célestes[modifier | modifier le code]

Le curé d'Ars parlait volontiers des tourments que lui infligeait le diable, mais il était plus discret sur les consolations qu'il recevait du Ciel. Par exemple, il fait en chaire de vagues allusions qui intriguent ses paroissiens : « Mes frères, si vous saviez ce qui s'est passé dans cette chapelle de saint Jean, vous n'oseriez pas y entrer [...] Mais je ne vous en dis pas davantage. » D'après un ecclésiastique qui se trouvait alors à Ars, l'abbé Renard, il s'agit là d'apparitions de la Vierge et de saint Jean : « il les a communiquées à peu de personnes et il nous les a comme avouées[168] ». Parlant de ses premières années à Ars, il confiera à un autre ecclésiastique, l'abbé Tailhades : « le bon Dieu me faisait des grâces extraordinaires. Au saint autel, j'avais les consolations les plus singulières. Je voyais le bon Dieu, je ne vous dirai pas que ce fût d'une manière sensible, mais le bon Dieu me faisait bien des grâces[36]. » À une autre confidente, il ne dit pas qu'il voit lui-même le bon Dieu, mais qu'il connaît quelqu'un qui Le voit et converse avec Lui, et la confidente conclut que cet interlocuteur du bon Dieu est le curé d'Ars lui-même[169].

« L'avare pour le bon Dieu » : le curé d'Ars et l'argent[modifier | modifier le code]

Dans les premiers temps de sa prêtrise, alors qu'il était vicaire à Écully, l'abbé Vianney eut l'occasion de recevoir un legs de 30 000 francs fait à son nom, mais il refusa. Devenu curé d'Ars, il faisait à ce sujet ce commentaire : « Si c'était maintenant, je ne refuserais pas[170]. »

Et, en effet, le curé d'Ars recevait d'immenses ressources. Quand on lui demandait, raconte l'abbé Raymond, comment il faisait pour avoir tant d'argent, il répondait : « Mon secret est tout simple, c'est de ne jamais rien garder et de n'avoir jamais rien. » Il reconnaissait d'ailleurs aussi qu'il était « avare pour le bon Dieu ».

Au service de cette « avarice », il mettait des habiletés dont l'abbé Raymond a donné l'exemple qui suit. Une riche veuve lui demande un jour s'il a reçu la lettre par laquelle elle l'invitait à faire retirer 50 francs chez elle pour ses bonnes œuvres. Il répond : « Oui, Madame, je l'ai reçue, mais alors un homme charitable versait dans mes mains une somme de 6 000 francs pour contribuer à mon œuvre récemment entreprise, et cette grosse somme m'a fait oublier la vôtre. » Cette œuvre consistait en fondations devant financer des missions décennales dans diverses paroisses. La riche veuve demande quelle somme est nécessaire pour fonder une mission et le curé d'Ars répond qu'il faut 3 000 francs. La riche veuve annonce qu'elle va donner 5 000 francs. « Madame, je connais votre générosité ; vous voudrez bien compléter la somme de 6 000 francs pour fonder deux missions[171]. » Le total des fondations de missions du curé d'Ars atteindra 201 625 francs, somme que Mgr Fourrey qualifie d'énorme pour l'époque[171].

S'il sait amener les donateurs à lui faire des offrandes plus conformes à ses besoins, le curé d'Ars, en revanche, n'aime pas, selon les termes du directeur de l'école des Frères, « être taxé, surtout à temps fixe et pour telle somme ». Son ancien auxiliaire l'abbé Raymond étant venu lui demander pour une bonne œuvre 2 000 francs à verser dans tel délai, le curé d'Ars ne lui donne pas satisfaction et, racontant la chose, déclare « Je ne lui donnerai plus jamais rien[172]. »

La reconnaissance de l'Église[modifier | modifier le code]

En 1905, il a été béatifié par Pie X et déclaré « patron des prêtres de France »

En 1925, il a été canonisé par Pie XI.

En 1929, il a été déclaré « patron de tous les curés de l’univers » par Pie XI (dit aussi saint patron ou saint directeur de tous les prêtres de l'Église catholique romaine ayant la charge d'une paroisse).

En 1945, visite à Ars de Mgr Angelo Roncalli, nonce apostolique en France, futur Jean XXIII.

En 1959, à l'occasion du centenaire de la mort de Jean-Marie Vianney, le pape Jean XXIII publie l'encyclique Sacerdotii nostri primordia[173].

En 1986, visite à Ars du pape Jean-Paul II.

En 2009, proclamation de l'Année du sacerdoce, année de Jubilé pour le 150e anniversaire de la mort du « saint curé ».

En 2010, le Saint-Siège renonce à le proclamer patron de tous les prêtres de l'univers[174]. Cette reconnaissance semble plus avoir été une attente des prêtres ou des fidèles catholiques, voire de la Curie romaine, qu'une volonté annoncée dans ses discours par le pape Benoît XVI.

Paroisses nommées en son honneur[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, dans la province canadienne du Québec, près de Saguenay, fut créé un village dénommé Saint-Jean-Vianney, en l'honneur du saint curé. Il comptait alors quelques centaines d'âmes, mais le 4 mai 1971, en fin de journée, un glissement de terrain majeur entraîna la presque totalité du village, et de nombreux habitants périrent engloutis. Les rescapés furent délocalisés et relogés par les autorités provinciales. Depuis cet événement, Saint-Jean-Vianney a le statut de Village Disparu. Il est à remarquer que la dénomination ne comportait qu'une partie du prénom du saint (« Jean », et non « Jean-Marie »).

Un autre village du Québec, au Bas-Saint-Laurent, est nommé Saint-Vianney en son honneur. D'ailleurs, la paroisse de ce village se nomme Saint-Jean-Baptiste-Vianney.

Monuments religieux portant le nom de Saint Jean-Marie Vianney[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean-Marie-Vianney à Ambérieu-en-Bugey

Plusieurs églises catholiques en France et à l'étranger (Australie, États-Unis, Pologne, etc.) portent le nom de Saint-Jean-Marie-Vianney :

En France[modifier | modifier le code]

Hommages et pèlerinage d'Ars après la mort du curé d'Ars[modifier | modifier le code]

Exhumations du curé d'Ars[modifier | modifier le code]

Une première exhumation du corps du vénérable curé d'Ars eut lieu le lundi 12 octobre 1885. Elle est relatée dans Le Messager du dimanche, de Belley[175]. Dès huit heures du matin, trois médecins chargés de constater l'état du corps, et les ouvriers nécessaires à l'exhumation, prêtèrent serment. Le tribunal se rendit à l'endroit du tombeau indiqué par deux témoins et firent ouvrir le caveau :

« Bientôt, le cercueil apparaît aux regards : les couronnes dont il fut couvert, au jour lointain de ses obsèques, sont encore là, flétries mais entières. On les relève respectueusement ; on détache le couvercle des cercueils de bois et de plomb, et les témoins peuvent contempler le corps du serviteur de Dieu. Il est vêtu du surplis et de l'étole qu'il ne quittait guère au temps de sa vie mortelle ; à ses pieds, de gros souliers avec des clous de fer rappellent l'amour du curé pour la pauvreté ; dans sa main droite est la croix, et auprès les grains d'un chapelet. Sur ce corps, qui lui a été livré il y a vingt-six ans, la mort a fait son œuvre : les mains sont momifiées et noircies, la tête est décharnée : toutefois, le cœur aidant, il est encore possible de reconnaître les traits de l'homme de Dieu. Sur le désir de S. G. Mgr l'évêque de Belley, son Exc. le Promoteur de la Foi reçut la croix que tenaient les doigts du mort, pour l'offrir à sa Sainteté[175]. »

La reconnaissance du corps effectuée, les fidèles défilèrent devant le cercueil ouvert, exposé dans l'église. Ensuite, le cercueil de plomb renfermant les restes du vénérable fut placé dans un cercueil de chêne et redescendu dans son caveau. On envisageait d'exhumer à nouveau le corps « non plus pour le replacer dans l'ombre d'un caveau, mais pour le faire monter sur les autels[175]. »

Le double cercueil[176] enfermant le corps du Curé d'Ars fut exhumé en 1904. Selon le procès-verbal de l'exhumation, « [le corps] présentait une coloration noirâtre sur toute sa surface, mais moins accentuée sur la face. […] Tous les membres étaient entiers et dans leur position naturelle. Sous l'influence du mouvement les différentes articulations des membres jouaient avec assez de facilité. À la tête, on pouvait voir des cheveux sur la partie latérale. Les paupières étaient réduites à deux membranes minces et un peu parcheminées. À l'intérieur de la bouche une petite saillie noire représentait probablement ce qui restait de la langue [...] La poitrine se présentait à l'état ordinaire avec saillie très marquée de toutes les côtes et les espaces intercostaux remplis par la peau seulement. La cage thoracique a été ouverte pour extraire le cœur que nous avons trouvé collé contre la colonne vertébrale avec des dimensions réduites, mais parfaitement reconnaissable… [177]»

La Basilique d'Ars[modifier | modifier le code]

La Basilique d'Ars fut construite fin XIXe siècle à partir de l'ancienne église. Les travaux furent financés notamment par une loterie dont les deux gros lots étaient le prie-Dieu et la montre du curé d'Ars, et qui rapporta 100 000 francs[178]. La basilique abrite les reliques du saint curé. Le corps est exposé dans une châsse aux yeux de tous ceux qui viennent le prier.

Jean-Paul II[modifier | modifier le code]

Le pape Jean-Paul II, lors de sa visite apostolique en 1986 en France visita Ars-sur-Formans en hommage à son ancien curé. Jean-Paul II nous parle du curé d'Ars est un ouvrage paru fin 2004 qui rassemble l'ensemble des interventions de Jean-Paul II au sujet du curé d'Ars.

Pèlerinages aujourd'hui[modifier | modifier le code]

La commune d'Ars-sur-Formans est aujourd'hui un lieu de pèlerinage qui accueille plus[179] de 500 000 personnes par an (en 2010). L'accueil du sanctuaire est assuré par la congrégation des Bénédictines du Sacré-Cœur de Montmartre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.ktotv.com/cms/annee_du_pretre
  2. Frédéric Mounier, « Le curé dArs ne sera pas le patron de tous les prêtres du monde », sur un blog de la Croix et se référant à l'agence Imedia ainsi qu'à une déclaration du Vatican à la Croix.
  3. Il ajoutera Baptiste à ses prénoms lors de sa confirmation, en 1807. Voir Fourrey 2009, p. 38
  4. Fourrey 2009, p. 22 et 26
  5. Fourrey 2009, p. 26 et 28
  6. a et b Fourrey 2009, p. 28
  7. Fourrey 2009, p. 29
  8. Jean-Jacques Antier : Le curé d'Ars, un saint dans la tourmente ; Perrin ; 2006 ; ISBN 2-262-02266-6 ; p. 34-36
  9. D'après Fourrey 2009, p. 35 et 36, l'abbé Balley n'avait eu qu'un élève avant Jean-Marie Vianney et c'est à l'arrivée de Jean-Marie Vianney que, le nombre des élèves étant porté à deux, la maison de M. Balley put faire figure d'école. Selon Fourrey 2009, p. 62, n. 188, c'est par erreur que Mgr Trochu (Mgr Francis Trochu, Le Curé d'Ars, 11e édition française, Paris, Lyon, s.d. (1927?), p. 44 et 48) écrit que le P. Deschamps étudia au presbytère d'Écully.
  10. Fourrey 2009, p. 36
  11. Fourrey 2009, p. 37
  12. Mgr Francis Trochu, Le Curé d'Ars, 11e édition française, Paris, Lyon, s.d. (1927?), p. 48-49 ; Fourrey 2009, p. 37-38
  13. Fourrey 2009, p. 41
  14. Fourrey 2009, p. 42
  15. Fourrey 2009, p. 45
  16. Fourrey 2009, p. 47
  17. Fourrey 2009, p. 47-49
  18. Fourrey 2009, p. 52
  19. Fourrey 2009, p. 53
  20. Fourrey 2009, p. 56 et 116-117
  21. Fourrey 2009, p. 53 et 59
  22. Fourrey 2009, p. 60-61
  23. Fourrey 2009, p. 62
  24. Fourrey 2009, p. 64
  25. Fourrey 2009, p. 65
  26. Fourrey 2009, p. 67
  27. Fourrey 2009, p. 69 et 71
  28. Fourrey 2009, p. 72
  29. Fourrey 2009, p. 73
  30. On disait alors « Ars-en-Dombes ». Voir Fourrey 2009, p. 84
  31. Fourrey 2009, p. 85
  32. Fourrey 2009, p. 85 et 131. Cette paroisse passera en 1823 de l'autorité diocésaine de Lyon à celle de Belley. (Fourrey 2009, p. 131)
  33. Fourrey 2009, p. 92-93
  34. Fourrey 2009, p. 91 et 94
  35. a, b et c Fourrey 2009, p. 139
  36. a et b Fourrey 2009, p. 154
  37. Fourrey 2009, p. 155-156
  38. Fourrey 2009, p. 156-158
  39. a et b Fourrey 2009, p. 165
  40. Fourrey 2009, p. 159-161
  41. Fourrey 2009, p. 177
  42. Fourrey 2009, p. 178-179
  43. Fourrey 2009, p. 178
  44. René Laurentin, Préface à Mgr Fourrey, Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars, Vie authentique, 1981, p. 6.
  45. Fourrey 2009, p. 227 et 229
  46. Fourrey 2009, p. 229
  47. Fourrey 2009, p. 138 et 228
  48. Fourrey 2009, p. 229-230
  49. Fourrey 2009, p. 230
  50. L'expression est de Fourrey 2009, p. 230
  51. Fourrey 2009, p. 230-231
  52. Fourrey 2009, p. 231
  53. Fourrey 2009, p. 192 et 235
  54. a et b Fourrey 2009, p. 233
  55. Fourrey 2009, p. 234
  56. Fourrey 2009, p. 186-187
  57. Fourrey 2009, p. 234-235
  58. Destinés aux aumôniers de la Maison-Mère des Frères de la Sainte-Famille de Belley.
  59. Fourrey 2009, p. 279
  60. Fourrey 2009, p. 235, 259-260
  61. Fourrey 2009, p. 260
  62. Fourrey 2009, p. 253-255
  63. Fourrey 2009, p. 263. Cette école pour garçons avait été bâtie environ onze ans auparavant. (Fourrey 2009, p. 191)
  64. Fourrey 2009, p. 262-263, 272-273, 296, 301, 336
  65. Fourrey 2009, p. 262-263 et 272-273
  66. Fourrey 2009, p. 262
  67. Fourrey 2009, p. 272-273, 295-301
  68. Fourrey 2009, p. 286-287. Mgr Trochu, Le curé d'Ars, 11e éd. française, (1927 ?), p. 446.
  69. Fourrey 2009, p. 289-290
  70. Fourrey 2009, p. 370-371
  71. Mgr Trochu, Le Curé d'Ars, 11e éd. française, (1927 ?), p. 452. Fourrey 2009, p. 371-372
  72. Fourrey 2009, p. 372-373
  73. Fourrey 2009, p. 302-303
  74. « Notice no  LH/2704/57 », base Léonore, ministère français de la Culture
  75. Fourrey 2009, p. 356-358
  76. Fourrey 2009, p. 101, 120, 143-144, 325
  77. Fourrey 2009, p. 121, 194
  78. Fourrey 2009, p. 199, 319
  79. Fourrey 2009, p. 162
  80. Fourrey 2009, p. 172-173
  81. Fourrey 2009, p. 162, 173, 180-182, 189-191, 194, 197, 201, 216-225, 318-329
  82. Fourrey 2009, p. 226
  83. Fourrey 2009, p. 322-324
  84. Fourrey 2009, p. 326-328
  85. Fourrey 2009, p. 331
  86. Fourrey 2009, p. 364
  87. Fourrey 2009, p. 365
  88. Fourrey 2009, p. 366
  89. Fourrey 2009, p. 366-368
  90. Fourrey 2009, p. 387
  91. Fourrey 2009, p. 385
  92. Fourrey 2009, p. 86-87 et 95
  93. Fourrey 2009, p. 110-112
  94. Fourrey 2009, p. 112-113
  95. « Mon Dieu, suppliait-il, accordez-moi la conversion de ma paroisse. » (Fourrey 2009, p. 108)
  96. Fourrey 2009, p. 183
  97. Fourrey 2009, p. 95-96
  98. Fourrey 2009, p. 96-97
  99. Fourrey 2009, p. 96
  100. Fourrey 2009, p. 97, 207-209 et 307
  101. Fourrey 2009, p. 63-64 et 307-309
  102. Fourrey 2009, p. 100
  103. Récit de l'abbé Renard qui, au moment des faits, était séminariste en vacances à Ars. Cité par Fourrey 2009, p. 100
  104. Fourrey 2009, p. 115
  105. Fourrey 2009, p. 130
  106. Mgr Francis Trochu, Le Curé d'Ars, 11e édition française, Paris, Lyon, s.d. (1927 ?), p. 203, note 1.
  107. Fourrey 2009, p. 125. Mgr Trochu est plus dédaigneux : « une église, si l'on pouvait donner ce nom à cette construction jaunâtre, percée de vulgaires fenêtres, surmontée de quatre poutres et d'une traverse qui soutenaient une cloche fêlée » (Mgr Francis Trochu, Le Curé d'Ars, 11e édition française, Paris, Lyon, s.d. (1927 ?), p. 128.
  108. a et b Fourrey 2009, p. 125
  109. Fourrey 2009, p. 102, qui ajoute : « L'examen de ses cahiers révèle la faiblesse de ses moyens, l'indigence de son style, et je ne parle pas de son invraisemblable orthographe. »
  110. Fourrey 2009, p. 102
  111. a et b Fourrey 2009, p. 105
  112. Fourrey 2009, p. 80 et 105
  113. Fourrey 2009, p. 102, 106, 135-136 et 196
  114. Fourrey 2009, p. 195-196, 238-242 et 244-245
  115. Fourrey 2009, p. 195-196, qui mentionne une circulaire de 1826 de Mgr Devie, évêque de Belley.
  116. a et b Fourrey 2009, p. 245
  117. Fourrey 2009, p. 247-248
  118. Fourrey 2009, p. 250
  119. Fourrey 2009, p. 251
  120. Fourrey 2009, p. 252, note 993.
  121. Paul-Louis Courier, Pétition à la chambre des députés pour les villageois que l'on empeche de danser, 1822, [lire en ligne]
  122. Le Curé d'Ars, Vie de Jean-Baptiste-Marie-Vianney, publiée sous les yeux et avec l'approbation de Mgr l'évêque de Belley par l'abbé Alfred Monnin, missionnaire. Deuxième édition, Paris ; Charles Douniol, Libraire-Éditeur, Rue de Tournon, 29, 1868; page 95
  123. Fourrey 2009, p. 110
  124. Fourrey 2009, p. 111
  125. « Combien d'ivrognes qui ont été cause que d'autres se sont mis dans le vin, ont passé les dimanches dans le cabaret en manquant les offices ! » (Sermon du curé d'Ars sur le jugement particulier, cité par Fourrey 2009, p. 113)
  126. Fourrey 2009, p. 113
  127. « Au demeurant, le Curé ne pouvait dissimuler l'extrême mortification à laquelle il soumettait son corps. Il n'en faisait même plus mystère pensant que son exemple pouvait toucher quelques cœurs. » Fourrey 2009, p. 109
  128. Fourrey 2009, p. 92-93, 97
  129. Mgr Francis Trochu, Le Curé d'Ars, 11e édition française, Paris, Lyon, s.d. (1927 ?), p. 619.
  130. Fourrey 2009, p. 91 et note 301.
  131. Fourrey 2009, p. 108
  132. Fourrey 2009, p. 314
  133. Déposition de l'abbé Raymond au procès de l'Ordinaire, p. 324. Cité par Fourrey 2009, p. 315
  134. a et b Mgr Francis Trochu, Le Curé d'Ars, 11e édition française, Paris, Lyon, s.d. (1927 ?), p. 395.
  135. Mgr Francis Trochu, Le Curé d'Ars, 11e édition française, Paris, Lyon, s.d. (1927 ?), p. 641 et 643.
  136. Fourrey 2009, p. 117, 188, 205, 317
  137. Mgr Francis Trochu, Le Curé d'Ars, 11e édition française, Paris, Lyon, s.d. (1927 ?), p. 148.
  138. a et b Fourrey 2009, p. 148
  139. Déposition faite par Verchère en 1864, soit quarante ans après les faits. En 1876, une nouvelle déposition de Verchère présente des amplifications par rapport à la première. Voir Fourrey 2009, p. 149
  140. Fourrey 2009, p. 148-150
  141. Fourrey 2009, p. 150
  142. Fourrey 2009, p. 358-359
  143. Fourrey 2009, p. 151
  144. Fourrey 2009, p. 150-151
  145. Fourrey 2009, p. 163
  146. Fourrey 2009, p. 203-204
  147. Mgr Francis Trochu, Le Curé d'Ars, 11e édition française, Paris, Lyon, s.d. (1927 ?), p. 285.
  148. Ordonnance du docteur Timécourt, de Trévoux, 2 juillet 1827, citée par Fourrey 2009, p. 162
  149. Fourrey 2009, p. 204-205
  150. Fourrey 2009, p. 206
  151. Fourrey 2009, p. 165-167
  152. Fourrey 2009, p. 167-168
  153. Fourrey 2009, p. 175
  154. Fourrey 2009, p. 176-177
  155. Fourrey 2009, p. 176
  156. Mgr Francis Trochu, Le Curé d'Ars, 11e éd. française, Lyon et Paris, (1927 ?), p. 567.
  157. Déposition de Mlle de Belvey, citée par Mgr Francis Trochu, Le Curé d'Ars, 11e édition française, Paris, Lyon, s.d. (1927 ?), p. 585-586.
  158. Fourrey 2009, p. 310-311
  159. Mgr Francis Trochu, Le Curé d'Ars, 11e éd. française, Lyon et Paris, (1927 ?), p. 450-451.
  160. Fourrey 2009, p. 288
  161. Fourrey 2009, p. 353, note 1284. Les points d'omission sont de Mgr Fourrey.
  162. Fourrey 2009, p. 210-212
  163. Dr Alain Assailly, M. Vianney, curé d'Ars : médium ou médiateur ?, Paris, 1959, p. 33 ; cité par Fourrey 2009, p. 212
  164. Fourrey 2009, p. 213
  165. Fourrey 2009, p. 312, 343, 361
  166. Fourrey 2009, p. 312
  167. Fourrey 2009, p. 361
  168. Fourrey 2009, p. 126-127, 152
  169. Fourrey 2009, p. 207
  170. Fourrey 2009, p. 80
  171. a et b Fourrey 2009, p. 306
  172. Fourrey 2009, p. 335
  173. Texte de l'encyclique sur le site du Vatican.
  174. Le curé d’Ars ne sera pas proclamé patron des prêtres du monde, La Croix du 10 juin 2010.
  175. a, b et c La Semaine religieuse du diocèse de Tulle, 7 novembre 1885, no 45, p. 614-615
  176. Fourrey 2009, p. 388
  177. Fourrey 2009, p. 390. Les points d'omission sont de Mgr Fourrey.
  178. Mgr Francis Trochu, Le Curé d'Ars, 11e édition française, Paris, Lyon, s.d. (1927 ?), p. 679.
  179. (fr) Marc Dazy, « 525 000 visiteurs à Ars-sur-Formans : la consécration du tourisme religieux », sur www.leprogres.fr,‎ 17 avril 2011 (consulté le 23 mai 2011).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Jean-Marie Vianney.

Sur les autres projets Wikimedia :

Photographies[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Robert Serrou, Ars Paroisse du monde, Mame.
  • Abbé Alfred Monnin, Le Curé d'Ars, Paris, 1861. Réédition, Téqui, 1922.
  • Mgr Francis Trochu, Le Curé D'ars, Saint Jean-Marie-Baptiste Vianney, Paris, Emmanuel Vitte, 1925, 691 p., ill. hors texte, portrait du curé d'Ars en frontispice. (« Monseigneur Trochu (1925) écrivit à une époque où le littéraire avait ses lettres de noblesse, et regardait de haut l'humble patience du labeur historique. Il ignorait les sources où le curé d'Ars a copié ses sermons écrits. Il avait trop facilement accueilli des faits non documentés, parfois légendaires. Et s'il a disposé du procès de canonisation, bien d'autres sources lui ont manqué. » R. Laurentin, préface à Mgr René Fourrey, Jean-Marie Vianney Curé d'Ars Vie authentique, édition de 1981, p. 5.)
  • (Réédition du précédent) Mgr Francis TROCHU, Le curé d'Ars : Saint Jean-Marie-Baptiste VIANNEY, Résiac,‎ novembre 2004, 2° éd., 663 p. (ISBN 978-2852680555). L'ouvrage cite abondamment les données du procès en béatification.
  • Maxence Van der Meersch, Vie du curé d'Ars, Paris, Albin Michel, 1942.
  • Jean de La Varende, Le Curé d'Ars et sa passion, Paris, Bloud et Gay, 1958, 239 p., 68 ill. n&b. (D'après l'abbé René Laurentin[1], La Varende n'a fait qu'orchestrer les biographies écrites par l'abbé Monin et Mgr Trochu. Il n'avait même pas consulté les archives d'Ars.)
  • Léon Cristiani, Saint Jean-Marie Vianney (1786-1859). Curé d'Ars, Apostolat, 1958.
  • Mgr Daniel Pézeril, Pauvre et saint curé d'Ars, Éditions du Seuil, 1959.
  • Michel de Saint-Pierre, La Vie prodigieuse du curé d'Ars, Maison de la bonne presse, 1959, rééd. Livre de poche.
  • Jacqueline Genet, L'Énigme des sermons du curé d'Ars, Paris, Éditions de l'Orante, 1961.
  • Mgr René Fourrey, Le Curé d'ars authentique, L'Échelle de Jacob,‎ 2009 (1re éd. 1964).
  • Mgr René Fourrey, Jean-Marie Vianney Curé d'Ars Vie authentique, Desclée De Brouwer et Xavier Mappus, 1981. Préface de René Laurentin. (Abrégé de l'ouvrage de 1964. Voir p. 9, note 1.)
  • Mgr René Fourrey, Jean-Marie Vianney Curé d'Ars Vie authentique, 2e édition, Desclée De Brouwer, 1998. Préface du P. Guy-Marie Bagnard.
  • Marie-Paul Sève (scénario) et Loÿs Pétillot (dessins), Jean-Marie Vianney : curé d'Ars (nouvelle adaptation de Guy Lehideux), Paris, Éditions du Triomphe, 2004. 56 p., 30 cm. (ISBN 2-84378-226-0). – Précédemment paru dans le journal Bayard, 1958-1959.
  • Philippe Boutry, « Un sanctuaire et son saint au XIXe siècle. Jean-Marie-Baptiste Vianney, curé d'Ars », dans Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 35, 1980, p. 353-379, consultable sur le site Persée.
  • Françoise Bouchard, Le Saint Curé d'Ars (1799-1864) : viscéralement prêtre (préface de Mgr Jean-Pierre Ricard ; postface du père Jean-Philippe Nault). Paris, Salvator, 2005. 318 p., 21 cm. (ISBN 2-7067-0393-8).
  • Jean de Fabrègues, L'Apôtre du siècle désespéré, Jean-Marie Vianney curé d'Ars, Amiot Dumont, 1956, rééd. France Catholique, 2010.
  • Guillaume d'Alançon, La Messe du Saint Curé d'Ars, Artège, 2010.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. René Laurentin, préface à Mgr René Fourrey, Jean-Marie Vianney Curé d'Ars, Vie authentique, 1981, p. 5.

Liens externes[modifier | modifier le code]