Ávila

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vue de la muraille
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ávila (homonymie).
Ávila
Blason de Ávila
Héraldique
Drapeau de Ávila
Drapeau
La muraille d'Ávila.
La muraille d'Ávila.
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Castille-et-León Castille-et-León
Province Province d'Ávila Province d'Ávila
Comarque Ávila
District judic. Ávila (Municipio)
Budget 74 300 000 € [1] (2007)
Maire
Mandat
Miguel Ángel García Nieto (PP)
2011-2015
Code postal 05.001 à 05.005
Distance de Madrid 115 km
Démographie
Gentilé Abulense, avilés/esa
Population 58 915 hab. (2012)
Densité 255 hab./km2
Géographie
Coordonnées 40° 39′ 00″ N 4° 41′ 00″ O / 40.65, -4.683333 ()40° 39′ 00″ Nord 4° 41′ 00″ Ouest / 40.65, -4.683333 ()  
Altitude 1 182 m
Superficie 23 071 ha = 230,71 km2
Rivière(s) L'Adaja
Divers
Site(s) touristique(s) Patrimoine classé par l’Unesco : Vieille ville avec ses églises extra-muros (1985
Saint patron Sainte Thérèse d'Ávila (15 octobre) et Saint Segundo (2 mai)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Castille-et-León

Voir sur la carte administrative de Castille-et-León
City locator 14.svg
Ávila

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Ávila

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Ávila
Liens
Site web www.avila.es

Ávila est une commune d'Espagne, chef-lieu de la province d'Ávila dans la communauté autonome de Castille-et-León. Située à 1 182 mètres d'altitude, dans une enclave rocheuse sur la rive droite de l'Adaja, affluent du Douro (en espagnol Duero), elle est la capitale de province la plus haute d'Espagne. La commune d'Ávila couvre 231,9 km2. Son gentilé est abulense ou avilés.

Ávila de los Caballeros (Ávila des chevaliers) est un titre honorifique de la ville. Un autre, Ávila del Rey (Ávila du Roi), un troisième, Ávila de los leales (Ávila des loyaux).

La ville a pour particularité d'être entourée d'une muraille médiévale, de style roman, entièrement conservée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et période romaine[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville provient des divers peuples et tribus qui ont vécu depuis des millénaires dans la province. Les premiers étaient les Vétons qui l'appelèrent 'Óbila (mont haut) ; elle était l'un des castros (village pré-romain fortifié, généralement situé au sommet d'une colline ou autre lieu facile à défendre des attaques extérieures) les plus importants de ce peuple, au même titre que Sanchorreja, Berrueco, Mesa de Miranda, Las Cogotas, El Raso y Ulaca. Les vétons ont laissé des vestiges archéologiques dans l'ensemble du territoire de la province d'Ávila, spécialement des verrats en argile.

Ce furent les Romains qui la peuplèrent plus tard. Ils lui donnèrent le nom de Abila ou Abela. Les Romains ont laissé eux aussi leur empreinte dans l'histoire de la ville. On peut le voir surtout dans le Casco viejo (la vielle ville), qui est entouré par la muraille. Les rues piétonnes, les mosaïques et la Plaza Mayor (grand place) nommée aussi Mercado Grande (grand marché) ou El Grande tout court, font partie des vestiges romains que l'on peut toujours admirer à Ávila.

Les Wisigoths[modifier | modifier le code]

Royaume des Wisigoths

Les premiers peuples Wisigoths dans la péninsule se sont établis dans une aire relativement étroite. Sur la liste de peuplements Wisigoths en Espagne on peut citer les villes de Burgos, Soria, Guadalajara, Tolède, Ávila, Cáceres, Madrid et Palencia, ce qui mène à penser que le choix des lieux était une affaire de stratégie. Même si le lieu exact n'a pas encore été déterminé, on sait qu'Ávila a été une des places fortes pendant la période Wisigothe. Pendant les VIe et VIIe siècles, il n'y a pas eu de conflit touchant cette ville.

D'après les tablettes d'argile trouvées sur le territoire de la commune de Diego Álvaro, les Wisigoths réservaient l'usage de la terre aux cultures céréalières et à l'élevage.

Ávila à cette période joue un rôle actif sur le plan religieux comme en témoigne la documentation qui cite la participation des prélats d'Abela aux Conciles tolédains, conséquence de la proximité de Tolède, capitale du Royaume Wisigoth.

Archéologie[modifier | modifier le code]

L'empreinte wisigothe est confirmée par la présence de l'église de Santa María de la Antigua qui était attachée à un monastère. Les chroniques mentionnent que ce monastère a été fondé avant 687. Il s'agissait d'un monastère double (il y avait des nonnes et des moines) jusqu'à l'arrivée des arabes. Son importance était si grande qu'il est cité comme le lieu de la mort de Sainte Léocadie, fille du roi wisigoth Wamba. Le duc Severiano, noble wisigoth, y aurait été enterré aussi.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La période musulmane[modifier | modifier le code]

Lors de l'arrivée des Maures, il n'y a pas eu de résistance de la part des habitants de la ville ni de mesures répressives de la part des envahisseurs. Les rapports quotidiens entre les deux cultures étaient ce qu'il y a de plus normal ; la communauté chrétienne a pu garder ses coutumes, ses églises et sa culture ; voire parfois la population s'est vue libérée des impositions de la noblesse et du clergé wisigoths. Pourtant, les musulmans exclurent les non-musulmans du pouvoir.

Sous la domination musulmane, la ville est devenue un point stratégique, toujours convoité par les musulmans et les chrétiens, car elle représentait une place forte dans leur système de défense ; l'affrontement était constant. Les armées chrétiennes occupèrent plusieurs fois la ville toujours de façon éphémère. Alphonse Ier et son fils Fruela menèrent plusieurs expéditions ; ils arrivèrent à prendre la ville de 740 à 742. Leur but n'était pas d'y rester mais d'en détruire les défenses, récupérer un butin et en même temps, profitant que les habitants chrétiens de la ville suivaient le roi lors de l'évacuation de la ville, trouver de nouveaux habitants pour le repeuplement et la défense des royaumes chrétiens.

Après les incursions des rois chrétiens, Ávila vécut trois siècles pour lesquels les historiens n'ont pas de documentation. La destruction des cultures et des villes elles-mêmes, l'évacuation de leur population chrétienne vers le nord, ont laissé pratiquement dépeuplées Ávila, comme d'autres villes de la Meseta (le plateau castillan). À partir du VIIIe siècle, ces villes et régions de Castille devinrent ce qu'on appelle le Désert du Douro, c'était un no man's land, la scène parfaite pour les affrontements d'un camp contre l'autre.

Reconquista[modifier | modifier le code]

Au XIe siècle Raymond de Bourgogne, de par son mariage à Urraque, donc gendre d'Alphonse VI de Castille, fut chargé du repeuplement du centre de la péninsule et, dans le but de protéger Tolède apparaissent des murailles autour des villes de Salamanque, Ávila et Ségovie. Plus tard, le repeuplement s'étend de plus en plus vers le sud, ce qui fait qu'Avila perd de l'importance sur l'échiquier de la Reconquista, même si la ville avait voix et droit de vote au sein des Cortes de Castille.

Au Haut Moyen Âge, la ville et sa province prospèrent énormément ; elle voit naître de nombreux personnages religieux, écrivains et conseillers spirituels tels que Teresa de Cepeda y Ahumada (sainte Thérèse d'Avila).

C'est à partir du XVIIe siècle que la ville entre dans une période de longue décadence et de dépeuplement qui à un moment a vu Ávila habitée par seulement 4 000 âmes.

Le soulèvement des comuneros[modifier | modifier le code]

Pendant la guerre civile castillane (1520), la ville était le fief des partisans de l'Infant Alonso. Son conseil était l'un des principaux organisateurs de la guerre des communautés. C'est là que fut formée la première Junta de Comuneros.

Climat[modifier | modifier le code]

Climat Avila
Relevé météorologique d'Avila
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1,5 −0,5 0,5 2,3 5,8 9,4 12,2 12,1 9,5 5,6 1,6 −0,1 4,7
Température maximale moyenne (°C) 7 8,7 11,4 12,8 16,9 22,6 27,2 26,8 22,6 16 10,8 8 15,9
Précipitations (mm) 32 22 23 42 50 37 16 19 29 40 43 44 397
Nombre de jours avec précipitations 6 5 4 8 9 5 2 2 4 6 6 7
Source : Le climat à Avila(en °C et mm, moyennes mensuelles) (www.reseaumeteo.fr)


Art[modifier | modifier le code]

Vieille ville d'Ávila avec ses églises extra-muros *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
La Plaza Mayor et l'église de San Pedro au fond.
La Plaza Mayor et l'église de San Pedro au fond.
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Type Culturel
Critères (iii) (iv)
Numéro
d’identification
348
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1985 (9e session)
Année d’extension 2007 (31e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO
Vue nocturne de la Puerta de San Vicente

La ville est considérée « monument historique et artistique national » depuis 1884 ; elle est aussi inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1985. Son principal monument est la grandiose Muraille d'Ávila (XIe-XIVe siècle), de plus de 2 500 m de long, neuf portes d'entrée et 88 tours.

De son architecture religieuse, il faut souligner la cathédrale (XIIe-XVe siècle), la basilique romane de San Vicente (XIIe-XIVe siècle), l'église romane San Pedro ou le Monastère de Santo Tomás (XVe siècle, résidence d'été des Rois Catholiques).

Et pour finir, au niveau de l'architecture civile, le palacio de Valderrábanos — palais de Valderrábanos— (XVe siècle), la casa de los Deanes — maison aux doyens— (XVIe siècle), le Torreón de los Guzmanes — Donjon des Guzmán — et les palacio de los Verdugo — palais des Verdugo— (XVe-XVIe siècle) sont les monuments les plus importants.

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

Avila est aussi le lieu de naissance de personnages comme :

Sports[modifier | modifier le code]

Arrivées du Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

* 2 arrivées dans le même tour

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : aviladigital.com.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]