Floirac (Gironde)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Floirac.
Floirac
La mairie
La mairie
Blason de Floirac
Blason
Floirac (Gironde)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Bordeaux
Canton Floirac
Intercommunalité Communauté urbaine de Bordeaux
Maire
Mandat
Jean-Jacques Puyobrau
2014-2020
Code postal 33270
Code commune 33167
Démographie
Gentilé Floiracais
Population
municipale
16 522 hab. (2011)
Densité 1 923 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 50′ 15″ N 0° 31′ 29″ O / 44.8375, -0.524722222222 ()44° 50′ 15″ Nord 0° 31′ 29″ Ouest / 44.8375, -0.524722222222 ()  
Altitude Min. 3 m – Max. 79 m
Superficie 8,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de Gironde
City locator 14.svg
Floirac

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Floirac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Floirac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Floirac
Liens
Site web ville-floirac33.fr

Floirac (Hloirac en gascon) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde (région Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Floiracais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de Floirac dans la CUB (cliquer pour agrandir)

Située dans le Sud-Ouest de la France, Floirac est une commune limitrophe de Bordeaux, sur la rive droite de la Garonne, au Sud-Est de Bordeaux. Elle fait partie de l'aire urbaine de Bordeaux et de son unité urbaine.

Géologie[modifier | modifier le code]

Sous-sol[modifier | modifier le code]

Le sol de la partie basse de Floirac est composé d'alluvions déposées par la Garonne pendant le quaternaire. Elles sont constituées d'argiles, de sables et de graviers. Cette strate d'alluvions repose sur une couche de marnes de l'oligocène inférieur. Le coteau laisse apparaître à sa base cette même couche de marnes, surmontée ensuite par une épaisse strate de calcaires riche en astéries datant de l'oligocène moyen.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Une faille longe la Garonne au niveau du bas-Floirac. Le dernier séisme important lié à cette faille date du 10 août 1759[2]. Cependant, Floirac, comme le reste du département de la Gironde est considéré comme une zone de sismicité négligeable : le risque reste donc minime.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

  • La Garonne longe la partie Sud-Ouest de la commune, sur les quais de la Souys. Elle s'écoule dans un axe sud-est est. Une partie de la commune est construite sur l'ancien lit du fleuve. Ainsi, certaines zones du « bas-Floirac » sont jusqu'à 3 mètres sous le niveau des digues situées le long du fleuve[3].
  • Le ruisseau de la Jacquotte prend sa source sur le plateau au sud-est, puis s'écoule dans la vallée éponyme entre Floirac et Bouliac. Il longe la rocade avant de se jeter dans la Garonne, au sud-ouest de la ville.
  • La source du Rebedech est dans le quartier Belle croix, au nord est de la commune. Longtemps utilisée par les habitants de Floirac, le Rebedech s'écoulait le long de l'actuelle rue François-Mitterrand. Busé en 1985, il n'est désormais plus visible. Il traverse la commune dans un axe nord-est sud-ouest.
  • Comme le Rebedech, le ruisseau de la Gravette n'est plus visible. Il prend sa source sur le plateau au nord-est de la commune. Il coule le long de Monrepos, descend l'avenue Pasteur puis la rue de la Gravette au nord-ouest avant de rejoindre le quartier de la Bastide (Bordeaux) et de se jeter dans la Garonne.

Relief[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des communes de la « rive droite », Floirac est batie à cheval sur le coteau et se trouve divisée entre le « haut-Floirac » et le « bas-Floirac ». La vallée de la Jacquotte entaille le coteau au sud-est de la commune. Elle est utilisée comme limite de territoire avec la commune Bouliac.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat dont bénéficie Floirac est de type océanique, qui se caractérise en Gironde par des hivers très doux et des étés chauds. Les précipitations sont fréquentes et réparties tout au long de l'année avec 820 mm d'eau et environ 150 jours pluvieux par an. L'été, les précipitations sont souvent dues à des orages de chaleur.

Les températures moyennes sont de 6,4 °C en janvier et de 20,9 °C en août avec une moyenne annuelle de 13,3 °C. Il y a en moyenne 15 à 20 jours en été où les températures dépassent les 30 °C. Des températures extrêmes peuvent aussi être observées comme lors de l'été 2003 où la température a atteint 41 °C. Ce même été, il y a eu 12 jours consécutifs où les maximales ont atteint ou dépassé les 35 °C. L'ensoleillement est élevé et dépasse régulièrement 2 000 heures de soleil par an et jusqu'à 2 200 heures sur le littoral.

Bordeaux et ses environs ont connu des hivers très froids en 1985 et en 1987, puis une sécheresse de 1988 à 1992 et de 2002 à 2005.

Nuvola apps kweather.png  Relevés Bordeaux-Mérignac
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Jun Jul Aoû Sep Oct Nov Déc
Temp. max. moy. (°C) 9 11 14 16 19 23 26 26 23 18 13 10
Temp. min. moy. (°C) 2 3 4 6 10 13 15 15 12 9 5 3
Moyenne (°C) 6 7 9 11 15 18 21 21 18 14 9 7
Précipitations moy. (mm) 76 64 66 66 71 66 53 58 71 86 89 86
Source : The Weather Channel Météo France

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bordeaux
(Quartier de la Bastide)
Cenon
(Lormont par N10)
Artigues-près-Bordeaux
(Paris par N230)
Rose des vents
Bordeaux
(Quartier Saint-Jean - Belcier)
N Tresses
(Bergerac par D936)
O    Floirac    E
S
Bègles
aucun accès direct, la Garonne séparant les 2 communes.
Bouliac
(Bègles, Arcachon, Toulouse par N230)
Bouliac
(Langon par D10)

Au sud, le ruisseau de la Jacquotte marque la limite avec la commune de Bouliac, de la Garonne à la commune de Tresses.

Accès et transport[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est accessible par l'autoroute circulaire bordant la périphérie de Bordeaux, la rocade :

  • sortie 22b Floirac - La Souys
  • sortie 23 Floirac - Centre
  • sortie 24 Haut-Floirac

La D936, au nord de la commune, permet de rejoindre vers l'est l'Entre-deux-Mers et vers l'ouest Bordeaux.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Tracé de la ligne A
Tramway[modifier | modifier le code]

Le tramway fait partie du réseau TBC. Depuis le 27 février 2007[4], la ligne A du tramway dessert Floirac à la station Floirac-Dravemont, l'un des 2 terminus Est de cette ligne[5].

Bus[modifier | modifier le code]
  • Bus du réseau TBC

Liste des lignes mises en place le 22 février 2010[6] et comportant au moins un arrêt à Floirac :

Type Numéro Tracé Arrêts à Floirac Exploitant
Liane 10 Bouliac Centre Commercial ⇔ Gradignan Beausoleil 11 TBC
Ligne 27 Lormont Buttinière ⇔ Bordeaux Stalingrad 5 TBC
Ligne 28 Bordeaux Stalingrad ⇔ Bordeaux Galin 26 TBC
Corol 32 Bouliac Centre Commercial ⇔ Bordeaux Bassins à flots 13 Citram Aquitaine
Flexo 38 Bouliac Bordeaux Stalingrad ⇔ Bouliac Vettiner (Fonctionne le dimanche) 4 TBC
Flexo 52 Bouliac Bordeaux Galin ⇔ Bouliac (Fonctionne en soirée) 4 Keolis Gironde
Ligne 62 Bouliac Fayzeau ⇔ Bordeaux Stalingrad 4 TBC
Ligne scolaire 80 Floirac Dravemont ⇔ Lycée F.Mauriac 5 Citram Aquitaine
  • Bus du réseau Trans-Gironde
Type Numéro Tracé Arrêts à Floirac Exploitant
Ligne 401 Bordeaux Stalingrad ⇔ Branne Bourg 1 Citram Aquitaine
Ligne 402 Bordeaux Stalingrad ⇔ Camarsac Mairie ou Saint-Quentin-de-Baron Stade ou Branne Bourg 1 Citram Aquitaine
Ligne 404 Bordeaux Stalingrad ⇔ Carignan-de-Bordeaux Mairie ou Créon Gendarmerie 3 Citram Aquitaine
Ligne 501 Bordeaux Stalingrad ⇔ Bordeaux Bassin à flot 3 Citram Aquitaine
Vélo[modifier | modifier le code]

Le 20 février 2010[7], une station proposant des vélos VCUB est mise en service au niveau de la station Floirac Parc municipal.

Chemin de fer[modifier | modifier le code]
Ancienne gare de la Souys

La Ligne de Bordeaux-Benauge à La Sauvetat-du-Dropt inaugurée en 1873 dessert Floirac avec la gare de La Souys. Cette station est par la suite desservie par les lignes du tramway de Bordeaux à Cadillac (à partir de 1894) et Bordeaux - Camarsac (à partir de 1900). La dernière ligne ferme en 1949. La voie unique et la gare sont encore en place.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plan de Bordeaux et de ses environs, par Hippolyte Matis (1716-1717)

Datant de l'époque gallo-romaine, le nom de Floirac peut soit signifier la « ville des fleurs », soit rappeler le souvenir d'un certain Florius qui serait à l'origine de la cité, composé avec le suffixe gaulois *-āko(n) devenu **-ACU en gallo-roman et noté -acum, -acus, -aco dans les textes médiévaux.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Floirac se blasonnent ainsi :

De gueules à la bande d'argent chargée de trois abeilles au naturel, et accompagnée en chef d'une comète d'or, et en pointe d'une roue dentée du même.

Les abeilles représentent le monde du travail, la roue dentée l'industrie lourde et métallurgique et la comète l'observatoire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
février 2013 en cours Jean-Jacques Puyobrau PS  
mars 2001 février 2013 Conchita Lacuey[8] PS Député et cadre comptable
1993 mars 2001 Pierre Garmendia PS Député et cadre administratif
1980 1993 Jean Darriet PS  
mars 1977 1980 Raymond PS  
1961 mars 1977 André Le Floch SFIO  
mars 1959 1961 Jean-Raymond Guyon SFIO  
1950 1959 Paul Gros    
1945 1950 Gaston Cabannes SFIO Député

Jumelages[modifier | modifier le code]

Floirac est jumelé avec 2 autres villes :

À ce titre, deux rames du tramway de Bordeaux portent le nom des villes jumelées : Diébougou pour la rame 2208 et Burlada pour la rame 2227.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 16 522 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 200 1 069 1 053 956 965 998 1 186 1 166 1 312
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 421 1 537 1 524 1 640 1 585 1 842 2 265 2 311 2 517
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 642 2 799 3 152 4 826 6 474 7 180 7 024 7 062 7 621
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
8 196 8 241 12 040 14 477 16 834 16 157 16 099 16 522 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges de Floirac en 1999[13] en pourcentage.
Hommes Classe d’âge Femmes
+95
0,2 
3,9 
75-94
9,5 
60-74
10,7 
21,4 
45-59
20,7 
21,8 
30-44
22 
23,4 
15-29
21,4 
20 
0-14
18 

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité économique de la ville se concentre dans sept zones dédiées au commerce, le centre ville et l'atelier industriel de l'aéronautique.

Les zones d'activité[modifier | modifier le code]

Le lotissement commercial de Vimeney

Au nord-est de la ville, la zone d'activité des Mondaults, située en zone franche[14] s’étend sur 12 hectares[15]. En 2007, elle regroupe 170 entreprises et représente 500 emplois[16]. En octobre 2008, les services informatiques de la société pharmaceutique Sanofi s’y installent[17]. Ce nouveau site emploie 200 salariés.

La Zone Industrielle de la Souys-Emile Combes (44° 50′ 10.5″ N 0° 32′ 33.9″ O / 44.83625, -0.54275 ()) est le dernier pôle industriel de la ville. Son espace se réduit avec la fermeture et la destruction des anciennes usines. Une importante surface est occupée par plusieurs sociétés du Groupe FAYAT[18], dont la société SEG-FAYAT (Chiffre d’affaires de 56 M€ en 2010), entreprise générale de bâtiment et acteur régional reconnu dans le domaine de la construction et du génie civil à travers des centaines de réalisations dans les domaines de l’éducation, l’habitat, le tertiaire, la santé, l’industrie, le domaine vitivinicole.

Le lotissement commercial de Vimeney se situe en face de la galerie commerciale du centre Auchan Bouliac (37 724 m2[19] ) et bénéficie ainsi de son attractivité. Il est constitué d’une dizaine d’enseignes installées dans des bâtiments de structure métallique.

Créée en 1993, la nouvelle ZAC des Quais s'étend sur 42 hectares[20], des pieds du coteau aux berges de la Garonne. En 2009, la construction des bâtiments est toujours en cours. La Technopôle des Métiers du bâtiment a été construite dans sa partie est[15]. Cette zone a été sélectionnée par la CUB pour accueillir la future salle de spectacle la plus importante de la région (3 000 à 15 000 places), le Grand Arena. Elle devait être disponible en 2015 ou 2016.

Trois autres zones, plus petites, se trouvent sur le territoire de la commune : la zone artisanale de Pinel Gabarre, le parc d’activité de la Jacquotte et le centre commercial de la Gravette.

Le centre-ville[modifier | modifier le code]

L'activité économique du centre-ville de Floirac se limite aux abords du croisement formé par l'avenue du Président François Mitterrand avec l'avenue Gaston Cabannes et la rue Jules Guesde. On y trouve une vingtaine de commerces, la Mairie et le bureau de Poste de la commune.

L’atelier industriel de l'aéronautique[modifier | modifier le code]

L'AIA spécialisé dans la maintenance des moteurs d’avions emploie 920 salariés[21].

Le projet Euratlantique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bordeaux-Euratlantique.

Par un décret du 5 novembre 2009, l'état a décidé la création d'une opération d'intérêt national pour l'aménagement global des espaces situés autour de la gare Saint-Jean. Le projet est baptisé Bordeaux-Euratlantique.

Il se développera sur une surface de 738 ha répartis sur Bordeaux avec 386 ha, Bègles avec 217 ha et Floirac avec 135 ha. L'objectif, à l'horizon 2030, est de créer un centre d'affaires au rayonnement international dans ces nouveaux quartiers. Il est prévu la construction de 2,5 millions de m² de surface, répartis entre 150 000 logements et 500 000 m2 de bureaux. Des commerces et des équipements publics viendront compléter ces aménagements[22]. C'est dans ce cadre que sont prévus l'aménagement des quais, la construction de la salle Grand Arena, dessinée par Rudy Ricciotti, prévue pour 2017 et un nouveau pont, dessiné par Rem Koolhaas, prévu pour 2018, qui reliera Bordeaux et Bègles à Floirac dans la continuité de la ceinture des boulevards.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Écoles maternelles Écoles primaires Collèges

• École Louis Pasteur
• École Jean Jaurès
• École Pierre et Marie Curie
• École Léon Blum
• École François Mauriac
• École Louis Aragon
• École Sainte Claire (privé)

• École Louis Pasteur
• École Jean Jaurès
• École Pierre et Marie Curie
• École Léon Blum
• École Albert Camus
• École Louis Aragon
• École Sainte Claire (privé)

• Collège Georges Rayet
• Collège Nelson Mandela
• Collège Sainte Claire (privé)

Sports[modifier | modifier le code]

Le CMF[modifier | modifier le code]

Le Club Municipal Floiracais réunit plus de 2000 adhérents répartis en 18 sections sportives : aïkido, athlétisme, basket-ball, boxe anglaise, cyclotourisme, football[23], force athlétique, full-contact, gymnastique volontaire, handball[24], judo, jujitsu, karaté, pétanque (2 sections : CMF République et CMF Burlada[25]), rugby à XV (288 licenciés en 2009[26]), tennis et volley-ball. Cette association a été créée le 3 janvier 1972 dans le but de regrouper au sein d'une même entité tous les clubs de sport de la ville déjà existants.

Les équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Équipements
Intérieurs

• Gymnase Yves du Manoir
• Gymnase Ralite
• Dojo de la Burthe
• Dojo du Castel
• Salle Monrepos
• Salle des anciens Bains douches

Extérieurs

• Stade Guyon
• Terrains sportifs de la Burthe
• Terrain de pétanque place Burlada
• Terrain de pétanque place de la République

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • Champion de France de Force Athlétique par équipe : 2008 et 2009[27]

Santé[modifier | modifier le code]

Aucun hôpital n'est présent sur le territoire de la commune.

L'ESAT Gaillan Richelieu accueille 90 personnes handicapées cérébrolésées au sein de ses deux services : un service ateliers qui fait de la sous-traitance (petite mécanique, façonnage, conditionnement, mise sous plis, etc.) et un service Hors les Murs qui accompagne des personnes reconnues "travailleur handicapé" dans leur projet de trouver ou retrouver un travail en milieu ordinaire.

Cultes[modifier | modifier le code]

Église Saint-Vincent

Evènements[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Labels[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2012, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué une fleur à la commune au Concours des villes et villages fleuris[31].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Observatoire de Bordeaux
  • Domaine de la Burthe : étendu sur 66 hectares, dont 60 de forêt, le domaine de La Burthe offre un espace privilégié pour la détente et les pratiques sportives.
  • Parc du Castel.
  • Plaza de Goya : d'une structure métallique tubulaire, les arènes de Floirac proposaient 7 136 places et mesuraient 44 mètres de diamètre. Elles étaient considérées comme les arènes les plus au nord du monde. La dernière représentation de tauromachie a été donnée le 24 septembre 2006. Un mois plus tard, les arènes étaient mises à prix 8 000 € aux enchères pour être finalement vendues 31 000 €[34]. La structure a été remontée en 2007 à Fenouillet[35].
  • Maison Latapie : élaborée en 1993 par les architectes Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal, cette maison de 185 m2 constituée en partie de plaques de fibrociment et d’une structure en polycarbonate ondulé a été conçue pour répondre à des budgets de construction réduits. Le coût de construction de cette maison s'est élevé à 450 000 francs.
  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg Domaine de Sybirol : situé avenue Pierre-Sémirot, il s'agit d'une demeure construite entre 1722 et 1728 entourée d'un parc remodelé par le paysagiste Fischer ; le domaine est classé monument historique en 2000[39].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Georges Rayet

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants de Floirac sur habitants.fr, consulté le 18 décembre 2011.
  2. G. QUENET, Hypothèses : Le tremblement de terre de Bordeaux du 10 août 1759 vu par un compagnon vitrier, vol. 1, Publications de la Sorbonne,‎ 1999 (ISBN 978-2-85944-391-7, lire en ligne), p. 39-46
  3. Plan de Prévention du risque inondation, Préfecture de la Gironde, 41 pages page9
  4. Communiqué de presse de la CUB du 22 février 2007
  5. Site des Tram et Bus de la CUB : www.infotbc.com
  6. Communiqué de presse de la CUB du 3 février 2010
  7. http://www.20minutes.fr/article/385718/Bordeaux-Le-grand-lacher-de-VCUB-c-est-pour-demain.php
  8. Démissionnaire. Source : Lacuey devient adjointe de Puyobrau, sur Sud Ouest du 19 février 2013, consulté le 15 décembre 2013.
  9. http://www.cncd.fr/frontoffice/bdd-cooperation.asp?partenaire_id=7100
  10. Annuaire des villes jumelées
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  13. Pyramide des âges, Recensement 1999 sur le site de l'INSEE
  14. http://i.ville.gouv.fr/divbib/doc/33bordeauxZFU.pdf
  15. a et b http://www.ville-floirac33.fr/developpement.asp
  16. http://www.ville-floirac33.fr/upload/dossier-juillet20071.pdf
  17. Yannick Delneste, « Sanofi-Aventis en terrasses », Sud-Ouest,‎ 17 novembre 2008
  18. http://www.fayat.com/
  19. http://www.bordeaux-ecobiz.biz/ccib/lbzbcdos.nsf/TBVSchDoc/f97f0be4be473347c125745f00520ed9/$FILE/cub_tome2_partie3-24.pdf
  20. http://www.lacub.com/projets/zac/fiche%20floirac%20a4%20bx.pdf
  21. http://aero.scop-ie.com/pl/articles.pl?nb=22&copy2=&st=0103&
  22. Le Moniteur du 10 novembre 2009: L'Opération d'Intérêt National Bordeaux-Euratlantique est créée
  23. Site du CMF Football
  24. Site du CMF Handball
  25. Liste des clubs de la rive droite
  26. Martine Guillot, « Une saison mitigée », Sud Ouest,‎ 17 juillet 2009 (lire en ligne)
  27. M. G., « Ils font 1 975 kg à eux trois », Sud Ouest,‎ 27 juin 2009
  28. http://catholique-bordeaux.cef.fr/users/site/web/index.php?page=Root&portlet=Paroisse&paroisse_secteur=23
  29. http://www.eglises.org/eglise/?Eglise=962
  30. http://www.bd-bulles-garonne.fr
  31. Site des Villes et Villages Fleuris, consulté le 21 février 2013.
  32. « Inscription de l'observatoire », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 18 décembre 2011.
  33. « Inscription de l'église Saint-Vincent », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 18 décembre 2011.
  34. 20 Minutes, édition du 24 novembre 2006, disponible en ligne
  35. Metro, édition du 7 février 2007, disponible en ligne
  36. Catherine Darfay, « La maison de Bordeaux en équilibre sur la colline », Sud Ouest,‎ 23 juillet 2009 (lire en ligne)
  37. « Inscription de la maison Lemoine », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 18 décembre 2011.
  38. http://www.koolhaashouselife.com/
  39. « Inscription du domaine de Sybirol », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 18 décembre 2011.
  40. http://inpn.mnhn.fr/isb/servlet/ZoneServlet?action=Znieff1&typeAction=5&pageReturn=znieff/fiche_znieff_1.jsp&nm_sffzn=720008232

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Patrimoine des communes de la Gironde, éditions Flohic

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]