Saint-André-de-Cubzac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-André.
Saint-André-de-Cubzac
L'église Saint-André
L'église Saint-André
Blason de Saint-André-de-Cubzac
Blason
Saint-André-de-Cubzac
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Arrondissement de Blaye[1]
Canton Canton de Saint-André-de-Cubzac
Intercommunalité Communauté de communes du Cubzaguais
Maire
Mandat
Célia Monseigne
2011-2014
Code postal 33240
Code commune 33366
Démographie
Gentilé Cubzaguais
Population
municipale
9 874 hab. (2011)
Densité 427 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 59′ 44″ N 0° 26′ 41″ O / 44.9955555556, -0.444722222222 ()44° 59′ 44″ Nord 0° 26′ 41″ Ouest / 44.9955555556, -0.444722222222 ()  
Altitude Min. 2 m – Max. 73 m
Superficie 23,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de Gironde
City locator 14.svg
Saint-André-de-Cubzac

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Saint-André-de-Cubzac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-André-de-Cubzac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-André-de-Cubzac
Liens
Site web standredecubzac.fr

Saint-André-de-Cubzac (Sant Andrieu de Cubzac en gascon) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde (région Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Cubzaguais[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Bordeaux située sur la rive droite de la Dordogne, lieu renommé pour son carrefour routier important et ses ponts (le pont routier de Cubzac, le pont ferroviaire de Cubzac et le pont autoroutier de Cubzac) qui franchissent la Dordogne et qui sont les seuls passages routier et ferroviaire entre l'estuaire de la Gironde et Libourne. Ces ponts sont toutefois plus au sud, dans la commune voisine de Cubzac-les-Ponts.

Située au nord de Bordeaux, Saint-André-de-Cubzac est le carrefour entre la N.10 d'Hendaye à Paris entre Bordeaux et Angoulême et l'ancienne N.137 de Saint-André-de-Cubzac à Saint-Malo, aujourd'hui route départementale car longe l'autoroute A10 qui va vers Paris et se dirige vers Saintes. Autrefois rond-point entre la N.10 et la N.137, le carrefour entre l'A.10 et la N.10 est maintenant une jonction autoroutière.

La D.670 part du centre-ville et de ce carrefour pour aller vers l'est à Libourne.

La D.669 part du centre-ville et longe la rive droite de la Dordogne pour aller vers Bourg puis Blaye par l'estuaire. C'est le début de la Route touristique de la corniche.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-André-de-Cubzac
Virsac Saint-Antoine Aubie-et-Espessas
Salignac
Saint-Gervais Saint-André-de-Cubzac La Lande-de-Fronsac
Saint-Vincent-de-Paul Cubzac-les-Ponts Saint-Romain-la-Virvée

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-André-de-Cubzac apparaît comme carrefour commercial à partir de la création d'un marché régional à la fin du XIIIe siècle et, à partir de là, la région va prospérer, notamment avec le commerce de ses vins… L'importance de la ville est notamment décrit par Claude Bardeau dans deux ouvrages: "Les chemins de Compostelle en Nord Gironde" (1999) et "Saint André en Cubzaguès, nóste péis" (1980).[3]

Au cours de la période de la Convention nationale (1792-1795), la commune a adopté le nom révolutionnaire de Montalon[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
octobre 2011 en cours Célia Monseigne[5],[6] PS psychomotricienne
mars 2008 2011 Laurent Ricci †[7] PS technicien supérieur
1977 2008 Jacques Maugein PS professeur, conseiller général
1959 1977 Daniel Fournier   viticulteur
1951 1959 Christian Eyraud MRP médecin
1945 1951 Jean Métreaud   médecin

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Espagne Albatera (Espagne) depuis 2004[8]

Drapeau de l'Allemagne Telgte (Allemagne) depuis 1999

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 9 874 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 800 5 279 2 828 3 087 2 957 3 329 3 010 3 327 3 389
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 432 3 690 3 611 3 505 3 543 3 540 3 737 3 884 3 916
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 091 4 023 4 019 3 924 3 974 4 054 3 641 3 459 3 945
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
4 238 4 572 4 984 5 243 6 341 7 234 8 306 8 458 9 874
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10])
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,2 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,9 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,7 %, 15 à 29 ans = 18,9 %, 30 à 44 ans = 23,2 %, 45 à 59 ans = 19,5 %, plus de 60 ans = 16,6 %) ;
  • 51,9 % de femmes (0 à 14 ans = 17,5 %, 15 à 29 ans = 18 %, 30 à 44 ans = 22,4 %, 45 à 59 ans = 18,6 %, plus de 60 ans = 23,6 %).
Pyramide des âges à Saint-André-de-Cubzac en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
2,1 
5,5 
75 à 89 ans
9,7 
10,7 
60 à 74 ans
11,8 
19,5 
45 à 59 ans
18,6 
23,2 
30 à 44 ans
22,4 
18,9 
15 à 29 ans
18,0 
21,7 
0 à 14 ans
17,5 
Pyramide des âges du département de la Gironde en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
6,1 
75 à 89 ans
9,4 
12,3 
60 à 74 ans
13,1 
20,7 
45 à 59 ans
20,4 
21,5 
30 à 44 ans
20,6 
20,4 
15 à 29 ans
19,1 
18,5 
0 à 14 ans
16,2 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Moulins du site de Montalon
Château Robillard

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Frédéric de La Tour du Pin Gouvernet (1727-1794), ministre de la Guerre, seigneur du Cubzaguais.
  • Henri Hubert Delisle (1811-1881), gouverneur de l'île de la Réunion a été maire de Saint-André-de-Cubzac puis député et enfin sénateur.
  • Jean Honoré Olibet (1818-1891), fondateur des usines de biscuits Olibet.
  • Aristide Plumeau (1824-1904), créateur du Livret de famille.
  • Jean Vigé (1842-1915), cafetier et animateur renommé en langue occitane, il fut également chroniqueur d'expression occitane, connu entre 1909 et 1914 pour sa chronique gasconne Lou Peysant daou Champ de Feyre dans le journal local Le Cubzaguais.
  • Jean-Marie de Lanessan (1843-1919), ministre de la Marine, gouverneur général de l'Indochine française.
  • François-Raoul Larche (1860-1912), sculpteur de l'Art nouveau.
  • Alexandre Nicolaï (1864-1952), écrivain, historien, président de la Société archéologique de Bordeaux, décédé au château Robillard.
  • André Goujas (1883-1950), auteur, bibliophile chroniqueur et poète d'expression occitane (gasconne) et gabaye. Il fut maire de Saint-Antoine.
  • Henri Bellivier (1890-1980), champion cycliste.
  • Joseph Allain (1891-1959), poète occitan, félibre, ce vigneron s'inscrit dans la tradition des poètes-paysans ou artisans chère au Félibrige. Poète agreste et bucolique, son œuvre, limitée à un cahier de pièces manuscrites, chante les charmes de la nature dans le parler gascon très caractéristique du pays cubzaguais.
  • André Dubourdieu (1901-1971), pilote aviateur de l’Aéropostale.
  • Jacques-Yves Cousteau (1910-1997), est né au 83, rue Nationale à Saint-André-de-Cubzac le 11 juin 1910, au-dessus de la pharmacie de son grand-père, Ronan Duranthon. Il est issu d'une ancienne famille du Cubzaguais. Il est enterré au cimetière communal.
  • Jacques Maugein (1934), homme politique, maire de Saint-André-de-Cubzac de 1977 à 2008, conseiller général et ancien député de la Gironde.
  • Éric Dumont (1960), officier de marine et écrivain français, y habite.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de {{{commune}}} Blason Parti, au premier d'azur à la tour d'argent maçonnée de sable, au chef de gueules chargé de trois heaumes aussi d'argent tarés de profil, au second d'or au dauphin contourné d'azur peautré et oreillé de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christophe Meynard, Saint-André de Cubzac, éd. Alan Sutton, 2010

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. arrêté préfectoral du 22 mars 2006 (page 48)
  2. Nom des habitants de Saint-André-de-Cubzac sur habitants.fr, consulté le 17 novembre 2011.
  3. Saint André en Cubzaguès, nóste péis = Saint-André-de-Cubzac, notre pays : / Gérard et Claude Bardeau ; édité sous le patronage de la Municipalité de Saint-André-de-Cubzac / [Saint-André-de-Cubzac] : G. et C. Bardeau , 1980 [1]
  4. « Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui », sur site de l'École des hautes études en sciences sociales (consulté le 6 août 2010)
  5. Célia Monseigne devient officiellement Mme le maire sur le quotidien Sud Ouest, consulté le 17 novembre 2011.
  6. Commune de Saint-André-de-Cubzac sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 17 novembre 2011.
  7. Laurent Ricci est décédé sur le quotidien Sud Ouest
  8. Annuaire des villes jumelées
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  11. « Évolution et structure de la population à Saint-André-de-Cubzac en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  12. « Résultats du recensement de la population de la Gironde en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 août 2010)
  13. « Inscription de l'église », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 17 novembre 2011.
  14. « Classement du groupe sculpté », base Palissy, ministère français de la Culture, consulté le 17 novembre 2011.
  15. « Classement du château », base Mérimée, ministère français de la Culture et « Images », base Mémoire, ministère français de la Culture, consulté le 17 novembre 2011.