Pont Valentré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pont du Diable.
Pont Valentré
Pont Valentré
Pont Valentré
Géographie
Pays France
Région Midi-Pyrénées
Département Lot
Localité Cahors
Coordonnées géographiques 44° 26′ 42″ N 1° 25′ 54″ E / 44.445056, 1.43166744° 26′ 42″ N 1° 25′ 54″ E / 44.445056, 1.431667  
Fonction
Franchit le Lot
Caractéristiques techniques
Type Pont fortifié
Longueur 172 m
Matériau(x) Pierre
Construction
Construction 17 juin 1309 - 1378
Historique
Protection Logo monument historique Classé MH (1840)
 Patrimoine mondial (1998)

Géolocalisation sur la carte : Lot

(Voir situation sur carte : Lot)
Pont Valentré

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Midi-Pyrénées)
Pont Valentré

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pont Valentré

Le pont Valentré (en occitan pont de Balandras), également appelé pont du Diable, est un pont fortifié du XIVe siècle franchissant le Lot à l'ouest de Cahors, en France. Il offre aujourd'hui, avec ses trois tours fortifiées et ses six arches précédées de becs aigus, un exemple de l'architecture de défense du Moyen Âge.

Le pont Valentré est classé au titre des monuments historiques par la liste de 1840[1] et depuis 1998 au patrimoine mondial de l'UNESCO, dans le cadre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France[2]. Depuis 2012, avec le viaduc de Millau, le pont du Gard, le pont du Diable et le viaduc de Garabit, il fait partie des ponts remarquables du Sud de la France[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Construit aux temps des guerres franco-anglaises, le pont Valentré, par lequel on pénètre, mais seulement à pied, toujours dans la ville de Cahors, constitue un exemple rare d'architecture militaire française de cette époque, et l'un des plus beaux ponts médiévaux fortifiés subsistant encore.

Il fut décidé par les consuls de la ville en 1306, et la première pierre fut posée le 17 juin 1308. Il avait une fonction de forteresse, destinée à défendre la ville contre les attaques en provenance du sud. Toutefois, ni les Anglais, ni Henri IV ne l'attaquèrent.

En dos-d'âne, long de 138 mètres, avec six grandes arches ogivales gothiques de 16,50 mètres, ce pont est flanqué d'avant-becs crénelés et surmonté de trois tours carrées à créneaux et mâchicoulis dominant l'eau de 40 mètres. Deux barbacanes protégeaient son accès, mais seule celle du côté de la ville (à l'Est) a été conservée.

La construction devait entraîner la création d'un second axe commercial est-ouest, qui était jusqu'alors nord-sud. La ville subit ainsi une importante modification qui allait se répercuter sur toute la cité. Le pont était protégé spirituellement par une chapelle dédiée à la Vierge dans le châtelet occidental.

Il fut achevé en 1378, son aspect initial a été sensiblement modifié au cours des travaux de restauration entrepris en 1879.

Il est situé sur la Via Podiensis du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle et sur le sentier de randonnée GR 36.

La légende du pont Valentré[modifier | modifier le code]

Le diable descellant la pierre

La construction en s'éternisant sur plus d'un demi-siècle (le pont a été commencé en 1308 et achevé en 1378), fit naître la légende que chaque cadurcien se plaît à raconter. Exaspéré par la lenteur des travaux, le maître d'œuvre signe un pacte avec le Diable. Selon les termes de ce contrat, Satan mettra tout son savoir-faire au service de la construction, et s'il exécute tous ses ordres, il lui abandonnera son âme en paiement. Le pont s'élève avec rapidité, les travaux s'achèvent, le contrat arrive à son terme. Pour sauver son âme, car il ne tient pas à finir ses jours en enfer, il demande au diable d'aller chercher de l'eau à la source des Chartreux, pour ses ouvriers, avec un crible.

Satan revint naturellement bredouille, l'exercice étant impossible, et perdit son marché. Décidé à se venger, le diable vient chaque nuit desceller la dernière pierre de la tour centrale, dite Tour du diable, remise en place la veille par les maçons.

En 1879, lors de la restauration du pont, l'architecte Paul Gout fait apposer dans l'emplacement vide, une pierre sculptée à l'effigie du démon qui depuis, reste désespérément accroché, les griffes prisonnières du ciment.

Représentations[modifier | modifier le code]

Le musée de Cahors Henri-Martin conserve plusieurs représentations du pont Valentré :

ainsi qu'une curieuse cage, soi-disant destinée à la punition des femmes infidèles, découverte dans le Lot au pied de l'ouvrage à la fin du XIXe siècle.

Plusieurs timbres de la Poste française représentent le pont : l'un, émis le 15 octobre 1955, et réédité le 19 juillet 1957, et un autre, émis le 26 avril 2008 pour fêter le 700e anniversaire du début de sa construction[4]. La Poste andorrane a également émis, le 24 août 1974, un timbre représentant le pont, en dessous des armoiries de l'Andorre : il commémore une rencontre des coprinces d'Andorre ayant eu lieu à Cahors un an auparavant[5].

Il est par ailleurs reproduit dans le parc France miniature.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Adaptations de la légende