Gujan-Mestras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gujan-Mestras
Port ostréicole
Port ostréicole
Blason de Gujan-Mestras
Blason
Gujan-Mestras
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Arcachon
Canton Teste-de-Buch
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Bassin d'Arcachon Sud
Maire
Mandat
Marie-Hélène des Esgaulx
2014-2020
Code postal 33470
Code commune 33199
Démographie
Gentilé Gujanais
Population
municipale
19 815 hab. (2011)
Densité 367 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 38′ 11″ N 1° 04′ 00″ O / 44.6364, -1.06666666667 ()44° 38′ 11″ Nord 1° 04′ 00″ Ouest / 44.6364, -1.06666666667 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 28 m
Superficie 53,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Gujan-Mestras

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Gujan-Mestras

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gujan-Mestras

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gujan-Mestras
Liens
Site web ville-gujanmestras.fr

Gujan-Mestras (Gujan e Mestràs en gascon) est une commune du sud-ouest de la France, dans le département de la Gironde en région Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Gujanais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Cabane d'ostréiculteur

Gujan-Mestras se situe dans le sud du Bassin d'Arcachon, en Pays de Buch. Considérée comme la capitale de l'ostréiculture arcachonnaise, Gujan-Mestras abrite 7 ports tournés vers le Bassin qui sont d'ouest en est :

  • le port de la Hume,
  • le port de Meyran,
  • le port de Gujan,
  • le port de Larros (accueillant les entrepôts Couach),
  • le port du Canal,
  • le port de la Barbotière
  • le port de la Mole qui n'a jamais été dragué ou utilisé car difficile d'accès.

Transports[modifier | modifier le code]

Gujan-Mestras est desservie par le TER Aquitaine reliant Arcachon à Bordeaux grâce aux deux gares de la ligne Lamothe - Arcachon situées sur la commune : celles de La Hume et Gujan-Mestras.

La ville est également desservie par le réseau de bus Baïa, qui relie la Dune du Pyla à Facture-Biganos, géré par la COBAS. Les lignes 4 à 7 traversent la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

À la Révolution, la paroisse Saint-Maurice (ou Saint-Exupère) de Gujan forme la commune de Gujan[2].

En 1803, les autres municipalités du département durent envoyer à la préfecture une étude sur la topographie, l’agriculture, l’industrie de sa commune, ainsi que sur l’état des habitants. À ce moment-là, cette étude regroupa deux quartiers que sont Gujan et Mestras sous le nom de commune Gujan. Cette étude ne prit pas en compte les rivalités qui existaient entre ces deux quartiers. Ainsi jusqu'en 1936, le nom officiel fut simplement Gujan.

C'est le décret du 24 mars 1936 qui a légalisé le nom de Gujan-Mestras, symbolisant l'union entre les deux principaux quartiers de la commune.[réf. nécessaire]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Gujan-Mestras se blasonnent ainsi :

Taillé, au premier de sinople à la coccinelle de gueules de sept points de sable, la tête et les pattes du même, au second de sable au voilier de gueules habillé d'argent et flammé aussi de gueules voguant à dextre sur une mer d'azur, surmontée à senestre d'un pin maritime de sinople sur une terrasse isolée d'or ; à la cotice en barre d'or brochant sur la partition ; le tout sommé d'un chef de sable chargé de trois huîtres d'or posées en bande, en pal et en barre.

La coccinelle et les Barbots[modifier | modifier le code]

« Lou barbot » est le nom gujanais qui désigne tous les coléoptères tels que hannetons, charançons, coccinelles, etc. Il a, en fait, pour origine les vignobles qui ont occupé une place importante dans le Captalat de Buch et particulièrement à Gujan (à l’époque l’appellation Gujan-Mestras n’existait pas encore). Cette culture de la vigne qui fut florissante à Gujan avait pour ennemi l’eumolpe de la vigne. Cet insecte qui hiverne à l’état larvaire sous terre s’attaque aux jeunes sarments et plus particulièrement au limbe de la feuille dès sa transformation en insecte. Pour lutter contre cette invasion plusieurs arrêtés obligeaient à incinérer les feuilles et pampres chargés d’œufs de ce « barbot ».

La Teste de Buch, éternel adversaire de Gujan au rugby, finit par donner comme le surnom de « Barbots » aux Gujanais. Ces derniers finirent par l'accepter, à un point tel qu'ils prirent un barbot pour emblème en 1921, lors d’un match de rugby opposant Gujan à La Teste. Il ne s'agissait pas de l'eumolpe de la vigne mais d'un autre type de barbot, la coccinelle. Ce jour-là, devant une foule considérable et pour la première fois, les joueurs gujanais pénétrèrent sur le stade de La Teste en arborant sur leur poitrine ce nouvel écusson. C'est ainsi que le barbot, et plus précisément la coccinelle, devint l'emblème de Gujan-Mestras.

De nos jours, tout Gujan-Mestras a adopté la coccinelle qui fleurit sur les maillots des sportifs, sur les insignes des clubs, sur les bâtiments et véhicules communaux, sur les plaques portant le nom des rues, sur les automobiles des conducteurs locaux, et sur le blason de la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juil. 2006 en cours Marie-Hélène des Esgaulx[3] UMP Sénateur
mars 1965 juin 2006 Michel Bézian Divers droite  
mars 1946 juin 1965 Paul Pouget    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 19 815 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].
           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 639 1 797 1 785 1 809 1 929 2 183 2 440 2 574 2 685
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 579 2 686 2 833 3 029 3 433 3 906 4 056 3 916 4 019
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 136 4 264 4 659 4 014 4 038 4 065 4 394 4 317 5 033
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
5 694 6 687 7 613 8 600 11 433 14 958 17 031 19 815 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'ostréiculture, la conchyliculture et la construction navale (Couach) sont les principaux secteurs d'activité de la ville.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Plage de Kite-surf.
  • Parcs de loisirs : Aqualand, La Coccinelle, Kid Parc et Bassin Aventures sont les plus connus.
  • La maison de l'huître est un petit musée consacré à la culture de l'huître dans le bassin d'Arcachon.
  • Les sept ports de Gujan-Mestras :
    • La Hume qui allie ostréiculture et plaisance
    • Meyran
    • Gujan
    • Larros avec sa jetée promenade, le centre actif des constructions navales (Couach).
    • Du canal
    • la Barbotière, pôle ostréicole, qui rassemble le lycée des Métiers de la mer et la maison de la conchyliculture
    • la Mole
  • L'église Saint-Maurice du XIVe siècle avec son retable baroque du XVIIe siècle restauré en l'an 2000.
  • Le parc de la Chêneraie où l'on peut découvrir le canal des Landes. Cette voie artificielle est un vestige de Vauban qui aurait dû permettre de relier le bassin d'Arcachon à Bayonne à travers les étangs landais. Grâce à cette réalisation monumentale, des investisseurs audacieux tentèrent diverses cultures dont le riz. Faute de bras et d'eau, ce projet ne fut jamais achevé.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Michèle Alfa (1911-1987), née Alfreda Bassignot[6], actrice française née dans la commune.
  • Claude Castaing (1922-1962), acteur français né dans la commune.
  • Fréro Delavega, duo de chanteur.
  • Pierre-Ambroise Bosse, athlète français spécialiste du 800 mètres.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants des communes françaises sur habitants.fr, consulté le 24 novembre 2011.
  2. Historique des communes, p. 25, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 7 septembre 2013.
  3. Commune de Gujan-Mestras sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 24 novembre 2011.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  6. Le Vrai nom des stars de Michel Bracquart, M.A. Éditions, 1989, (ISBN 2866764633)