Séleucides

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Empire Séleucide
Ἀρχή Σελεύκεια (grec)

-305-64

Informations générales
Statut Monarchie hellénistique
Capitale Séleucie du Tigre, Séleucie de Piérie, puis Antioche
Histoire et événements
-305 Séleucos Ier se proclame roi
-274-168 Guerres de Syrie contre les Lagides
Vers -250 Création du royaume gréco-bactrien en Bactriane et indépendance de la Parthie
-188 Paix d'Apamée : perte des territoires anatoliens
-64 Victoire romaine et intégration de la Syrie à leur territoire
Rois
(1er) -305-280 Séleucos Ier
(Der) -65-64 Philippe II Philoromaios

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Les Séleucides sont une dynastie hellénistique issue de Séleucos, l'un des diadoques d'Alexandre le Grand, qui constitue un empire syro-iranien formé de la majeure partie des territoires orientaux conquis par Alexandre, allant de la Syrie à l'Indus. Le cœur politique de l'empire se situe en Syrie antique. Les Séleucides règnent jusqu'au IIe siècle av. J.-C. sur la Babylonie et la Mésopotamie, dans la continuité des Perses achéménides. La dynastie séleucide a régné de 305 à 64 av. J.‑C.

Histoire[modifier | modifier le code]

D'abord satrape de Babylonie à la mort d'Alexandre le Grand, Séleucos étend par la suite sa domination sur les provinces de Syrie et d'Asie moyen-orientale (Perse, Médie, Susiane, Sogdiane, etc.). Il se proclame roi en -305. Séleucos fonde Séleucie du Tigre, sa première capitale, en Mésopotamie ; puis il transfère un temps sa capitale à Séleucie de Piérie sur la Méditerranée. La capitale s'installe définitivement à Antioche en Syrie antique à la fin de son règne[1]. Les Séleucides sont la seule des grandes dynasties hellénistiques possédant une ascendance iranienne. Séleucos a en effet épousé Apama, la fille d'un noble perse, de laquelle naît son héritier Antiochos Ier. Les historiens ont longtemps sous-estimé l'importance de la Babylonie au sein de l'Empire, en consultant davantage les sources grecques que les documents écrits en araméen. La chancellerie, selon la tradition royale perse, rédige en effet des documents en écriture cunéiforme et pas seulement en grec. Les Séleucides font suite aux Achéménides dans les chroniques babyloniennes jusque dans les années -150.

L'empire séleucide en -200

Les Séleucides disputent la Cœlé-Syrie avec les Lagides lors des six guerres de Syrie. Vers 250, la satrapie de Bactriane fait sécession pour former le royaume gréco-bactrien. Dans le même temps, la Parthie devient, elle aussi, indépendante. Le règne d'Antiochos III marque un retour partiel de l'autorité impériale dans les provinces orientales et anatoliennes (Médie, Perse, Asie mineure, Arménie, Bactriane et Parthie), mais en -188, vaincu par les Romains à Magnésie du Sipyle, Antiochos doit accepter la paix d'Apamée, qui lui arrache tous ses territoires d'Anatolie, notamment au profit de Pergame. Les Séleucides perdent, à partir de la seconde moitié du IIe siècle av. J.-C., les satrapies orientales au profit des Parthes qui s'emparent de tout le plateau iranien. Les dernières années de la dynastie sont marquées par d'incessantes querelles dynastiques entre frères (d'autant plus complexes qu'elles impliquent souvent des princesses lagides), qui font sombrer la Syrie, dernier reliquat de l'Empire séleucide, dans l'anarchie : chaque cité avance son prétendant. En -83, les Antiochéniens offrent même la couronne au roi Tigrane II d'Arménie, qui intègre la Syrie à son empire. Les Séleucides opèrent un dernier rétablissement grâce à la victoire de Lucullus sur Tigrane (-69), mais Pompée détrône Antiochos XIII Asiaticus cinq ans plus tard, et la Syrie est réduite en province romaine.

L'Empire séleucide, fusion de l'Orient et du monde grec, semble au départ fidèle au projet d'Alexandre le Grand. L'Empire comprend une multiplicité de groupes ethniques, de langues (grec, persan, araméen, dialectes indo-iraniens), de religions (polythéisme grec, zoroastrisme, judaïsme, cultes indigènes). Dans ce contexte, plus encore que pour les autres monarchies hellénistiques, le roi, qui reçoit un culte divin, est supposé être le garant de l'unité de l'empire. L’armée apparaît comme le meilleur soutien de la dynastie séleucide. Les Séleucides ont promu l'hellénisation de l'Orient en développant l'urbanisme, comme le montrent la tétrapolis de Syrie et les nombreuses fondations de cités et de villes-garnisons.

L'immensité et la diversité de l'Empire séleucide ont causé sa fragilité. La plupart des souverains, emportés par d'inextricables querelles matrimoniales, se sont avérés médiocres dans la conduite des affaires, à l'exception notable d'Antiochos III.

Les rois séleucides[modifier | modifier le code]

  1. Séleucos Ier Nicator (« le Vainqueur » en grec ancien), règne de 305 à 280 av. J.-C.
  2. Antiochos Ier Sôter (« le Sauveur »), de 281 à 261 av. J.-C., fils du précédent.
  3. Antiochos II Théos (« le divin »), de 261 à 247 av. J.-C., fils du précédent.
  4. Séleucos II Callinicos (« le Grand vainqueur »), de 246 à 225 av. J.-C., fils du précédent.
  5. Antiochos Hiérax (« l'Épervier »), de 241 à 226 av. J.-C., frère du précédent.
  6. Séleucos III Sôter (« le Sauveur »), de 225 à 223 av. J.-C., neveu du précédent.
  7. Antiochos III Mégas (« le Grand »), de 223 à 187 av. J.-C., frère du précédent, il remporte une victoire décisive sur les Lagides à Panion.
  8. Achaios II cousin du précédent, usurpateur, de 221 av. J.-C. à 213 av. J.-C. roi d'Asie Mineure.
  9. Séleucos IV Philopator (« qui aime son père »), de 187 à 175 av. J.-C., fils d'Antiochos III.
  10. Antiochos IV Épiphane, (« Manifestation divine »), de 175 à 163 av. J.-C., frère du précédent, il homogénéise son empire sous la bannière de la culture grecque ce qui provoque la révolte des Maccabées en Judée.
  11. Antiochos V Eupator (« né d'un bon père »), de 163 à 162 av. J.-C., fils du précédent.
  12. Démétrios Ier Sôter (« le Sauveur »), de 162 à 150 av. J.-C.
  13. Alexandre Ier Balas, usurpateur, de 152 à 145 av. J.-C.
  14. Antiochos VI Dionysos, 145 à 142 av. J.-C., fils d'Alexandre Ier Balas.
  15. Démétrios II Nicator, 145 à 125 av. J.-.C., fils de Démétrios Ier Sôter.
  16. Antiochos VII Evergète Sidétès, de 138 à 129 av. J.-C.
  17. Séleucos V Nicator, de 125 av J.-C. à 124 av. J.-C. en conflit avec Alexandre II Zabinas.
  18. Alexandre II Zabinas, usurpateur, de 126 à 122 av. J.-C.
  19. Antiochos VIII Philométor, de 125 à 96 av. J.-C., fils de Démétrios II Nicator.
  20. Antiochos IX de Cyzique, de 96 à 95 av. J.-C., frère du précédent.
  21. Séleucos VI Épiphane (« Manifestation divine »), fils d'Antiochos VIII Philométor, de 96 à 93 av. J.-C.
  22. Antiochos X Eusèbe (« le Pieux »), de 94 à 92 av. J.-C.
  23. Antiochos XI Philadelphe (« qui aime son frère »), de 93 à 90 av. J.-C., fils d'Antiochos VIII Philométor.
  24. Philippe Ier Philadelphe de 93 av. J.-C. à 83 av. J.-C.
  25. Démétrios III, de 95 à 88 av. J.-C.
  26. Antiochos XII Dionysos, en 83 av. J.-C., fils d'Antiochos VIII Philométor.
  27. Antiochos XIII Asiaticus (« l'Asiatique »), de 69 à 64 av. J.-C., fils d'Antiochos X Eusèbe.
  28. Philippe II Philoromaios (« l'Ami des Romains ») de 65 à 64 av. J.-C., fils de Philippe Ier Philadelphe.

Les chevauchements de règnes s'expliquent par les usurpations et conflits de pouvoir.


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Antiochos
 
Laodice
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Seleucos Ier
305–281
 
Apama
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Achaios Ier
 
 
Stratonice
 
Antiochos Ier Soter
281–261
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Andromachos
 
 
 
 
Antiochos II Théos
261–246
 
Laodicé I
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Achaios II
220–213
 
 
Laodicé II
 
Séleucos II Kallinikos
246–226
 
Antiochos Hiérax
240–228
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Séleucos III Sôter
226–223
 
Antiochos III Mégas
223–187
 
Laodicé III
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Séleucos IV Philopator
187–175
 
Laodicé
 
Antiochos IV Épiphane
175–163
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Apama
 
Démétrios Ier Sôter
161–150
 
Antiochos V Eupator
163–161
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Alexandre Ier Balas
150–146
 
Cléopâtre Théa
 
Démétrios II Nicator
145–125
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Antiochos VII Sidêtês
138–129
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Antiochos VI Dyonisos
144–142
 
Séleucos V Philometor
126–125
 
Antiochos VIII Philometor (Grypus)
25–96
 
Cléopâtre Tryphaena
 
Cléopâtre IV
 
Antiochos IX Philopator (ou de Cyzique)
116–96
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Séleucos VI Épiphane
96–95
 
Antiochos XI Philadelphe
95–92
 
Philippe Ier Philadelphe
95–83
 
Démétrios III Eukairos
95–88
 
Antiochos XII Dionysos
87–84
 
Antiochos X Eusèbe
95–83
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Philippe II Philoromaios
69–63
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Antiochos XIII Asiaticus
69–64

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La chronologie des capitales séleucides est sujette à caution. Certains historiens prétendent qu'Antioche ne devient véritablement la capitale que vers -240.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Auguste Bouché-Leclercq Histoire des Séleucides (323-64 avant J.-C.) Paris 1913.
  • (en) J. D. Grainger, Seleukos Nikator, Constructing an Hellenistic Kingdom, Londres, 1991 ;
  • Édouard Will, Histoire politique du monde hellénistique 323-30 av. J.-C., Paris, Seuil, coll. « Points Histoire »,‎ 2003 (ISBN 202060387X).
  • Fazli Konuş, Selçuklular Bibliyografyası, Konya 2006 (ISBN 9789758867882).
  • Laurent Capdetrey, Le Pouvoir séleucide, Territoire, administration, finances d'un royaume hellénistique (312-129 av. J.-C.), Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2007.

Articles connexes[modifier | modifier le code]