Titus Quinctius Flamininus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Quinctius Flamininus.
07Delphi Fabius.jpg
Titus Quinctius Flamininus

Titus Quinctius Flamininus, (né en 228 av. J.-C.-174 av. J.-C.) est un homme politique et un général romain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Titus Quinctius Flamininus sert comme tribun militaire dans la deuxième guerre punique, et en 205 av. J.-C. est nommé propréteur à Tarente. Il est édile à Rome en 203 av. J.-C., puis questeur en 199 av. J.-C. Il devient consul en 198 av. J.-C., bien que seulement âgé de 30 ans, soit trois ans avant l'âge légal pour être élu à cette fonction.

Il est alors choisi pour succéder à Publius Sulpicius Galba comme général en chef des armées romaines dans la Seconde guerre macédonienne. Il chasse Philippe V de Macédoine de Grèce, puis, alors que son consulat arrive à son terme, entreprend de négocier la paix. Il est alors prorogé dans son commandement, ce qui lui permet de poursuivre la guerre jusqu'à sa conclusion victorieuse à Cynoscéphales en Thessalie (197). Forcé de se rendre, Philippe V doit rendre tous les territoires qu'il avait conquis sur les cités grecques et payer à Rome une amende de 1000 talents. Flamininus ne donne toutefois pas satisfaction aux ennemis de la Macédoine, comme les Étoliens qui souhaitaient voir ce royaume démembré.

En 196, Flamininus se rend aux Jeux isthmiques à Corinthe où il proclame la liberté des cités grecques. Hellénophone accompli, c'est un admirateur de la culture grecque, et les Grecs l'accueillent en libérateur : des monnaies sont frappées à son effigie, et il est l'objet d'un culte dans certaines cités. Avec ses alliés grecs et la Macédoine, Flamininus pille Sparte, avant de retourner triompher à Rome avec 1 200 esclaves romains et italiens qui avaient été capturés pendant la deuxième guerre punique et vendus en Grèce.

Quand Eumène II de Pergame en appelle à Rome dans sa dispute contre le roi séleucide Antiochos III, le sénat envoie Flamininus négocier avec lui en 192 et le prévenir de ne pas interférer avec la liberté des Grecs. Ces négociations sont un échec, et Rome est bientôt en guerre avec Antiochos, qu'elle défait aux Thermopyles en 191.

En 183, Flamininus est de nouveau envoyé en mission diplomatique, cette fois auprès du roi Prusias Ier de Bithynie auprès de qui s'est réfugié Hannibal : ce dernier préfère se suicider plutôt que d'être livré aux Romains.

La fin de la vie de Flamininus est obscure : il meurt probablement vers 174.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]