Langues anatoliennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Langues anatoliennes
Période IIe et Ier millénaires av. J.-C.
Extinction Antiquité
Région Anatolie
Classification par famille

Les langues anatoliennes constituent une famille de langues indo-européennes parlées en Anatolie aux IIe et Ier millénaires avant notre ère.

Leur filiation est la suivante :

Déchiffrées au XXe siècle, les langues anatoliennes ont permis de valider certaines hypothèses concernant l'évolution de l'indo-européen émises par les linguistes de la fin du XIXe siècle, en particulier l'analyse structurale proposée par Ferdinand de Saussure :

  • toutes les langues indo-européennes alors connues possédaient trois genres : masculin, féminin et le neutre. Les spécialistes estimaient qu'il s'agissait d'une dérivation d'un système plus ancien fonctionnant sur une distinction entre l'animé et l'inanimé. La découverte du hittite-nésique a confirmé cette hypothèse, l'ancien système y ayant été conservé. Il existe en effet dans les langues anatoliennes le genus commune (animés) et genus neutrum (inanimés) ;
  • les racines indo-européennes étant principalement fondées sur des consonnes autour desquelles s'articule une (ou plusieurs) voyelle alternante (à la manière des racines sémitiques), une hypothèse estimait que chaque racine devait commencer par une consonne, ce qui n'est pas le cas, sauf si l'on suppose l'existence d'une consonne initiale qui se serait amuïe dans toutes les langues. Supposer son existence permettait de poser les bases d'un système plus cohérent. Lors du déchiffrage du hittite, l'on s'est rendu compte que, justement, cette langue avait conservé cette consonne. Le système supposé était alors confirmé. Par exemple, nous pouvons comparer le hittite haui- (avec une laryngale initiale) avec le latin oui-s, tous deux désignant la brebis ;
  • d'une manière similaire, les langues indo-européennes connaissent des alternances vocaliques très fréquentes qui, ainsi que Saussure l'avait deviné, proviennent en fait de l'amuïssement d'une laryngale, laquelle peut colorer une voyelle en contact et lui faire subir un allongement compensatoire. Ce phénomène, appelé la théorie des laryngales est, grâce à la découverte des langues anatoliennes, attesté à de nombreuses reprises. Saussure avait eu l'intuition de ces laryngales (sans arriver à la conclusion qu'il s'agissait de consonnes) et les avait nommées coefficient sonantique. Plus tard, en s'inspirant fortement du fonctionnement des langues sémitiques, on les a désignées sous le nom de schwa (terme propre à la grammaire de l'hébreu). Actuellement, le terme de laryngale est le plus fréquent.

Ainsi, en ayant conservé certains caractères archaïques, les langues anatoliennes jouent un rôle important dans notre compréhension de l'évolution des langues indo-européennes voire forcent à supposer que, génétiquement, les langues indo-européennes ne forment pas les familles qu'on lui supposait. Leur étude est primordiale en linguistique comparée des langues indo-européennes et, partant, en phonétique historique.

À côté de ces caractères archaïques, les langues anatoliennes possèdent également un certain nombre de caractères évolués. En particulier, le nombre de cas de leur déclinaison est cinq, alors que l'indo-européen reconstitué en a huit. Bien que cela puisse être expliqué par une évolution indépendante de la langue, certains linguistes y voient la trace d'une divergence antérieure au stade de l'indo-européen. L'indo-européen et les langues anatoliennes, au lieu d'être en relation parent-enfant, seraient issus d'une langue commune, parfois baptisée indo-hittite. Cette opinion, plausible, n'est cependant étayée d'aucun argument non linguistique et reste donc minoritaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]