Claros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Claros
(grc) Κλάρος, (tr) Ahmetbeyli
Vue actuelle du site de Claros, d'où furent donnés plusieurs oracles contre des épidémies au IIe siècle
Vue actuelle du site de Claros, d'où furent donnés plusieurs oracles contre des épidémies au IIe siècle
Localisation
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Région de l'Antiquité Ionie
Province İzmir
District Menderes
Coordonnées 38° 00′ 18″ N 27° 11′ 34″ E / 38.005, 27.19277838° 00′ 18″ Nord 27° 11′ 34″ Est / 38.005, 27.192778  
Altitude < 20 m

Géolocalisation sur la carte : Turquie

(Voir situation sur carte : Turquie)
Claros
Claros
Claros : plateforme du temple d'Apollon
Temple d'Apollon : arcs couvrant la crypte
Anastylose de moulages de statues monumentales retrouvées lors des fouilles du sanctuaire. Le groupe représentait à l'origine Artémis, Apollon et Léto

Claros (grec ancien Κλάρος, latin Clarus), sur le territoire de la cité de Colophon en Ionie (Asie Mineure) était un important sanctuaire oraculaire dédié à Apollon.

Histoire, épigraphie[modifier | modifier le code]

Les fouilles archéologiques ont dégagé des bâtiments divers et surtout un nombre important d'inscriptions grecques ayant un fort intérêt historique et dont certaines sont encore inédites. Plusieurs de ces inscriptions éclairent les relations entre Rome et les cités grecques, d'autres témoignent du fonctionnement du sanctuaire et des consultations de l'oracle. Plusieurs inscriptions donnant le texte d'oracles rendus par Apollon à Claros ont été retrouvées dans d'autres cités grecques, elles datent souvent du deuxième siècle de notre ère et plusieurs d'entre elles étaient destinées à lutter contre une épidémie pestilentielle. Elles ont souvent été rapprochées de la peste antonine. Les noms du grand épigraphiste et historien Louis Robert et de sa femme Jeanne Robert restent attachés à la fouille de Claros et à l'étude des inscriptions concernant le sanctuaire.

À Claros, les oracles étaient rendus par les Bakides, personnages masculins, par opposition aux oracles des Sibylles ou des Pythies, personnages féminins[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Plutarque, Dialogues Pythiques de Plutarque, Flammarion, septembre 2006, Note 8, page 404

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur le sanctuaire
  • Juliette de La Genière, « Le sanctuaire d'Apollon à Claros, découvertes récentes », CRAI, 136-1, 1992, p. 195-210 Lire en ligne
  • Roland Étienne, Pierre Varène, Sanctuaire de Claros, l'architecture : les propylées et les monuments de la voie sacrée. Fouilles de Louis et Jeanne Robert et Roland Martin, 1950 - 1961, Paris 2004. ISBN 2-86538-296-6
  • Juliette de La Genière, Cahiers de Claros 2 (2003).
Épigraphie
  • Jean-Louis Ferrary, « Les inscriptions du sanctuaire de Claros en l'honneur des Romains », BCH, 124-1, 2000, p. 331-376 lire en ligne
  • Jean-Louis Ferrary, « Les mémoriaux de délégations du sanctuaire oraculaire de Claros et leur chronologie », CRAI, 149-2, 2005, p. 719-765 Lire en ligne
  • Denis Rousset, La stèle des Géléontes au sanctuaire de Claros. La souscription et les acquisitions immobilières d'une subdivision civique de Colophon in Journal des savants, janvier-juin 2014.
Sur les oracles
  • K. Buresch, Apolleon Klarios, Untersuchungen zum Orakelwesen des spateren Altertums, Leipzig, 1889
  • C. Picard, Éphèse et Claros, recherches sur les sanctuaires et les cultes de l’Ionie du Nord, B.E.F.A.R., 123, Paris, 1922, 785 p.
  • C. Picard, « Un oracle d'Apollon Clarios à Pergame », BCH, 46, 1922,p. 190-197 Lire en ligne
  • J. et L. Robert, La Carie. Histoire et géographie historique II : le plateau de Tabai et ses environs, Paris, 1954, p. 203-216.
  • C. Picard, «D’Éphèse à la Gaule et de Stobi (Macédoine) à Claros», REG, 1957, p. 112-117
  • L. Robert, «Un oracle à Syedra, les monnaies et le culte d’Arès», Documents de l’Asie Mineure méridionale, Genève et Paris, 1966, p. 91-100.
  • L. Robert, « Un oracle gravé à Oinoanda », CRAI, 115-3, 1971, p. 597-619 Lire en ligne
  • L. Robert, À travers l'Asie Mineure, Poètes et prosateurs, monnaies grecques, voyageurs et géographes, BEFAR 239, Paris, 1980.
  • H. W.Parke, The Oracle of Apollo in Asia Minor, Londres, 1985, 270 p.
  • J.R. Somolinos, «'Los oraculos de Claros y Didima. Edicion y comentaros, Madrid, 1991, 739 p.
  • L. Robert, J. Robert, « Décret de Colophon pour un chresmologue de Smyrne appelé à diriger l'oracle de Claros », BCH, 116-1, 1992, p. 279-291 Lire en ligne.
  • J. Stauber et R.Merkelbach, «Die Orakel des Apollon von Klaros», Epigraphica Anatolica, heft 27, 1996, p. 1-53
  • C. P. Jones, « Ten dedications “To the gods and goddesses” and the Antonine Plague », JRA, 18, 2005, p. 293-301 (avec addendum dans JRA, 19, 2006, p. 368-369).
  • Plutarque, Dialogues Pythiques (L'E de Delphes, Pourquoi la Pythie ne rend plus ses oracles en vers, La disparition des oracles) Flammarion 2006