Samarcande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Samarkand – carrefour - سمرقند de cultures *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Place Registan
Place Registan
Coordonnées 39° 40′ 07″ N 67° 00′ 00″ E / 39.66861, 67 ()39° 40′ 07″ Nord 67° 00′ 00″ Est / 39.66861, 67 ()  
Pays Drapeau de l'Ouzbékistan Ouzbékistan
Subdivision Province de Samarcande
Type Culturel
Critères (i) (ii) (iv)
Superficie 965 ha
Numéro
d’identification
603
Zone géographique Asie et Pacifique **
Année d’inscription 2001 (25e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Samarcande (en ouzbek : Samarqand, en tadjik : Самарқанд, en russe : Самарканд, en persan : سمرقند, en turc : Semerkand), population 400 000 habitants, est une ville d'Ouzbékistan, capitale de la province de Samarcande. Son nom signifie probablement « lieu de la rencontre » ou « lieu du conflit » (samara : rencontre, conflit en sanskrit, kand, kent : ville, terme centre-asiatique) et illustre bien sa position à la limite des mondes turc et persan. Riche en monuments historiques, Samarcande a été proclamée en 2001 par l'UNESCO carrefour de cultures et site du patrimoine mondial. Depuis 2009, la ville de Samarcande a subi de nombreux réaménagements urbains : un mur[1] sépare aujourd'hui les quartiers populaires des grands monuments de la ville et des quartiers centenaires comme celui d'Iskandarov (proche du Gur Amir) ont été détruits[2] ; leurs habitants relogés de force en périphérie de la ville.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'occupation du site de la ville de Samarcande date du paléolithique inférieur elle est l'un des berceaux de la civilisation des peuples de l'Asie centrale. Le musée de Samarcande offre quelques exemples de silex taillés trouvés sur place. Le site archéologique est appelé Afrasiab.

Samarcande, connue alors sous le nom de Maracanda, a vu Alexandre le Grand (329 av. J.-C.). Il ira plus loin vers l'Inde mais la Sogdiane marque la limite de ses conquêtes en direction de l'Asie centrale : voir Alexandria Eskhate.

Le célèbre pèlerin chinois Xuanzang passa vers 631 par Tachkent et Samarcande lors de son voyage en Inde à la recherche de manuscrits sacrés bouddhiques. Voici son témoignage sur Samarcande :

« Sa capitale (de Sogdiane) a plus de 20 li de tour (environ 10 km), excessivement forte avec une importante population. Le pays a un grand entrepôt commercial, est très fertile, abondant en fleurs et en arbres et fournit beaucoup de beaux chevaux. Ses habitants sont des artisans habiles et énergiques. Tous les pays Hou (iraniens) considèrent ce royaume comme leur centre et se font un modèle de ses institutions. Le roi est un homme d'esprit et de courage auquel les États voisins obéissent. Il a une superbe armée où la plupart des soldats sont des chakir. Ce sont des hommes de grande valeur, qui voient en la mort un retour vers leurs parents, et contre lesquels aucun ennemi ne peut tenir au combat. »

Samarcande vue d'un des minaret du Registan.
Vue du portail de la mosquée Bibi Khanoum
Décorations intérieures de la medersa Tilla Kari
Deux personnes qui nettoient la médersa Tilla-Qari.
Entrée des troupes russes à Samarcande, le 8 juin 1868, tableau de Nikolaï Karazine (musée Russe).

Elle fut conquise par les Musulmans en 712 et brilla particulièrement sous le règne des Samanides. Après la bataille de Talas en 751, où les Musulmans capturèrent des artisans papetiers chinois, Samarcande devint le premier centre de fabrication du papier du monde musulman.

Le mathématicien, astronome et poète persan Omar Khayyam (1048-1131) y séjourna de 1072 à 1074, avant de s'installer à Ispahan en Iran à l'invitation du sultan seldjoucide Malik Shah Ier.

Elle fut ruinée par Gengis Khan en 1220.

Marco Polo (vers 1272) n'est pas passé à Samarcande, son itinéraire vers la Chine est plus au sud en Afghanistan. Mais son père et son oncle sont allés jusqu'à Boukhara par la route traditionnelle de la soie dont le prolongement naturel est Samarcande avant de traverser le Pamir vers Kachgar en Chine.

Samarcande est une très noble et grandissime cité, où se trouvent de très beaux jardins et tous les fruits qu'homme puisse souhaiter. Les gens y sont chrétiens et sarrasins. Ces jardins appartiennent au neveu du Grand Khan, oncle et neveu ne sont point amis, mais bien souvent en querelle
Marco Polo (1255-1324) Le devisement du monde, Le livre des merveilles (Tome I), éditions FM/La Découverte

Ibn Khaldoun raconte la poussée vers la Chine par les Omeyyades :

En l'an 96 (de l'Hégire)(715) Qutayba prit la décision de faire la conquête de Kachgar, la ville chinoise la plus proche. Il commença donc son expédition, emmena avec lui les familles des soldats qu'il laissa à Samarcande, traversa le fleuve Syr Daria et disposa un contingent pour garder le passage et empêcher les troupes de revenir en arrière sans son autorisation. Ensuite, il envoya son avant-garde à Kachgar, où elle recueillit du butin et fit des prisonniers. On mit à ceux-ci le collier des tributaires et on poussa l'expédition plus loin à l'intérieur de la Chine.
Le roi de Chine écrivit à Qutayba en lui demandant de lui envoyer un noble arabe pour le renseigner sur les Arabes et leur religion. Qutayba choisit dix Arabes parmi lesquels il y avait Hohayra ibn Mochamraj al-Kilâbî, et donna l'ordre de les doter d'un bon équipement, d'habits en soie et en étoffe à ramage, et de quatre chevaux. Il leur dit : « Faites-lui savoir que je ne partirai pas avant d'avoir foulé le sol des Chinois, enchaîné leurs princes et reçu leurs butins. »
Ibn Khaldoun (1332-1406) Peuples et Nations du monde, édition Sindbad

En fait des négociations s'engagent et les Arabes n'iront pas plus loin.

Ibn Battuta séjourne à Samarcande (vers 1335). À cette époque, Samarcande avait été détruite par les Mongols de Gengis Khan en 1220, et n'était pas encore reconstruite (vers 1370) par Tamerlan qui naquit quelques années après le passage d'Ibn Battouta. Il décrit des monuments qui n'existent plus.

Je me dirigeai vers la ville de Samarcande, une des plus grandes, des plus belles et des plus magnifiques cités du monde. Elle est bâtie sur le bord d'une rivière nommée rivière des Foulons, et couverte de machines hydrauliques, qui arrosent des jardins. C'est près de cette rivière que se rassemblent les habitants de la ville, après la prière de quatre heures du soir, pour se divertir et se promener. Ils y ont des estrades et des sièges pour s'asseoir, et des boutiques où l'on vend des fruits et d'autres aliments. Il y avait aussi sur le bord du fleuve des palais considérables et des monuments qui annonçaient l'élévation de l'esprit des habitants de Samarcande. La plupart sont ruinés, et une grande partie de la ville a été aussi dévastée. Elle n'a ni muraille ni portes. Des jardins se trouvent compris dans l'intérieur de la ville. Les habitants de Samarcande possèdent des qualités généreuses, et ont de l'amitié pour les étrangers ; ils valent mieux que ceux de Boukhara.
Ibn Battouta (1304-1368) Voyages (Tome II), édition FM / La Découverte

Elle devint en 1369 la capitale de Tamerlan, qui y rapportera de Perse les restes supposés du prophète Daniel (Doniyor en ouzbek). Les monuments édifiés par les Timourides (descendants de Timur Lang ou Tamerlan) font la gloire de la cité. Ulugh Beg (1394-1449), petit-fils de Tamerlan, prince et astronome, y fait construire un observatoire où il mène des travaux de grande qualité avec quelque 70 savants dont Qadi-zadeh Roumi, al-Kachi et Ali Quchtchi. Après sa mort, la vie intellectuelle et artistique des Timourides se concentre à Hérat en Afghanistan, en particulier chez son parent le prince et mécène Husayn Bayqara (règne 1469-1506).

En 1507, les Timourides sont renversés par les Ouzbeks de la dynastie des Chaybanides. Lors du morcellement de l'actuel Ouzbékistan en trois khanats (Khiva, Boukhara et Kokand) qui interviendra par la suite, Samarcande est rattachée au khanat de Boukhara.

En 1868, cette ville persophone passe sous domination de l'Empire russe et devient une ville de garnison. Elle est le chef-lieu de l'oblast de Samarcande à partir de 1887, faisant partie du Turkestan russe. Un an après, elle est reliée au chemin de fer, par la ligne du Transcaspien. Après la révolution d'Octobre, elle fait partie de la république du Turkestan, avant de devenir, en 1925, la capitale de la république socialiste soviétique d'Ouzbékistan pendant cinq ans. Elle perdra cette place au profit de Tachkent, qui est turcophone (ouzbek), en 1930. Elle devient chef-lieu de l'oblast de Samarcande en 1938.

En mai 2007, l'UNESCO célèbre le 2750e anniversaire de Samarcande et le 2000e anniversaire de Marguilan. Une conférence internationale consacrée au rôle de ces villes dans l'histoire de la civilisation mondiale a lieu le 29 mai 2007 au siège de l'UNESCO à Paris.

Population[modifier | modifier le code]

Selon le recensement de 1897 la ville comprenait alors 55 128 habitants répartis selon la langue d'origine en Tadjiks persophones (36 845); russophones[3] (8 393); Ouzbeks turcophones (5 506); juifs (1 169); Polonais (1 072); Perses (866); Allemands (330); Sartes (287).

En 2011, Samarcande comprenait 388 600 habitants en majorité d'ethnie tadjike et ouzbèke avec des minorités russe, arménienne, azerbaïdjanaise et tatare.

Monuments[modifier | modifier le code]

Samarcande a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 2001.

Le site archéologique d'Afrāsiab[modifier | modifier le code]

Traditionnellement fondé pendant le VIIIeVIIe siècle av. J.-C., le site d'Afrāsiab a des emplacements confirmés archéologiquement comme datant de 500 av. J.-C. jusqu'au XIIIe siècle. L'archéologie de ce site est conservée dans le Musée Afrasiab sur le site. Le musée contient les plus vieux pions d'échecs connus. Les peintures murales à Afrasiab sont célèbres. Afrasiab se trouve sur la Route de la soie, aux frontières de la Perse Achéménide[4].

L'observatoire astronomique d'Ulugh Beg[modifier | modifier le code]

Le site de l'observatoire astronomique d'Ulugh Beg (1428-1429) fut mis au jour en 1908 par un archéologue russe. On peut voir aujourd'hui la partie souterraine d'un sextant géant, permettant de mesurer la hauteur des étoiles. Celui-ci se prolongeait à l'origine jusqu'au sommet d'un bâtiment de trois étages, mais l'observatoire fut détruit par des religieux après la mort d'Ulugh Beg.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

La nécropole Chah e Zindeh[modifier | modifier le code]

La nécropole Chah e Zindeh ("le roi vivant", fin XIVe - début XVe siècle) aurait été construite sur le site du tombeau de Koussam Ibn Abbas, cousin du prophète. Les personnages importants ont voulu se faire enterrer près du tombeau de ce personnage afin de bénéficier de sa bénédiction. Une destruction du site, à l’exception du tombeau de Koussam Ibn Abbas, eut lieu lors des invasions mongoles. L'aristocratie timouride poursuivit la tradition et édifia des mausolées sur ce site, souvent sur des ruines d'anciens monuments. Les façades des portails des mausolées sont généralement richement décorées : céramiques émaillées et sculptées, briques émaillées, inscriptions calligraphiques en arabe et en persan, dessins floraux et géométriques.

Ulugh Beg fit construire un grand pishtak à l'extrémité sud de la nécropole ; à cette entrée se trouvent également une mosquée et la medresa Davlet Kouchbegi (1813). On trouve plus loin le vaste mausolée de Qadi-Zadeh Roumi (1420-1425), comprenant deux pièces, surmontées de hautes coupoles bleues. La plus grande des deux pièces est carrée, avec quatre iwans en croix. Le nom attribué à ce mausolée est lié au fait qu'il pouvait s'agit du tombeau de Qadi-Zadeh Roumi, astronome, mais on n'y a découvert, en fait, que les ossements de deux femmes.

Deux mausolées sont en suite disposés face à face : le mausolée de l'émir Hussein (1376), et le mausolée de l'émir Zadé (1386) avant de laisser place à deux autres mausolées à la décoration particulièrement riche : le mausolée Chadi Moulk Aka, premier édifice timouride de Samarcande, et le mausolée Chirin Bika Aka. Le mausolée Chadi Moulk Aka est celui d'une nièce de Tamerlan. Le mausolée Chirin Bika Aka est celui d'une soeur de Tamerlan ; il possède une coupole dont la base (tambour) compte 16 côtés. Les ouvertures situées sous la coupole sont fermés par un assemblage en stuc, complété par des verres de différentes couleurs. Les murs intérieurs sont finement décorés. Derrière ce mausolée se trouve le mausolée octogonal, datant du XVe siècle, dont la forme renvoie à une tradition peu usitée dans la région.

Plus loin, après des mausolées restés anonymes, sur la gauche, sur la gauche, on peut observer le mausolée Ali Nassafi (vers 1385), du nom de son architecte, avec des décors de motifs étoilés à l'extérieur, des ornements en stalactites à l'intérieur. Viennent ensuite le 'mausolée Ouloug Sultan Begoum (vers 1385), puis le mausolée de l'émir Bourondouk, général de Tamerlan.

Sur le même côté, on trouve la mosquée et le mausolée de Touman Aka (1404-1405), épouse de Tamerlan, le mausolée Khodja Ahmed (vers 1350, donc l'un des plus anciens, qui a pu servir de modèle pour le reste de la nécropole) et le mausolée de Koutloug Aka (1361), autre épouse de Tamerlan. Tous ces édifices sont de forme cubique, portant une coupole sphéro-conique posée sur de hauts tambours, avec des façades à portails décorés de muqarnas, revêtus de céramiques finement décorées.

Enfin, la voûte d'un portique conduit à la mosquée Koussam Ibn Abbas, composé d'un rectangle à trois coupoles. Le mihrab est décoré d'une mosaïque de faïence bleue. La chambre des pèlerins, décorée de carreaux vernissés, est surmonté d'une coupole divisée en huit panneaux différents ; la tombe de Koussam Ibn Abbas dans la chambre mortuaire, est couverte de majolique colorée.

La mosquée Hazrat-Hezr[modifier | modifier le code]

Elle date du milieu du XIXe siècle.

La mosquée Bibi-Khanym[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mosquée Bibi-Khanym.

Bibi-Khanym, épouse de Tamerlan, a laissé son nom à deux monuments ou ensembles monumentaux de Samarcande, en vis-à-vis : la « mosquée du Vendredi de Tamerlan » (masjid-i jami') dite mosquée Bibi Khanym (1399-1404) et l'ensemble mausolée et medersa dit de Saray Mulk Khanum (cette distinction des noms de la même personne est d'autre pratique).

La mosquée fut érigée à partir de 1398 par Tamerlan au retour de sa campagne des Indes, où il avait saccagé Delhi. Là, il avait vu la mosquée Tughluq du XIIe siècle et s'en était inspiré pour ériger sa grande mosquée de Samarcande. L'inspiration indienne est d'autant plus marquée que la mosquée est dite en pierre d'après Babur. En réalité, seuls quelques éléments et les colonnes sont en marbre, mais c'est à l'époque une grande innovation puisque les majorité des bâtiments en Asie centrale est en brique, crue ou cuite. La mosquée fut achevée en 1405. Elle était de dimensions imposantes (167 × 109 m), avec un portail d'entrée présentant une ouverture de 18 mètres, un minaret à chaque angle de la cour et une galerie de 400 coupoles supportées de 400 colonnes en marbre sculpté. Le bâtiment principal de la mosquée, situé au fond de la cour, était couronné d'une coupole et atteignait 44 mètres. Au centre de la cour se trouve un immense lutrin à coran, en pierre. Elle connut vite des dégâts dus à la mauvaise répartition des charges et aux tremblements de terre fréquents dans la région. Les armées russes l'utilisèrent comme écuries et comme entrepôts avant que le régime soviétique ne commence une restauration en 1974.

De nombreuses légendes courent autour de l'architecte de la mosquée et de Bibi Khanym. On raconte que l'architecte est éperdument amoureux de la première épouse de Tamerlan mais qu'elle refuse ses avances. Pour obtenir un baiser, il retarde donc volontairement les travaux. Ce faisant, elle accepte finalement mais pose entre eux deux sa main ou un voile (ce serait depuis lors que les femmes portent le voile à Samarcande). Tamerlan de retour le découvre et condamne l'architecte. En vérité, il semble que Tamerlan ait condamné l'architecte pour abus ou mauvais travail (à son goût).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

L'autre monument est l'ensemble mausolée et médersa dont il ne reste que le mausolée. C'est à l'intérieur que se trouve la tombe de Bibi Khanym. Il daterait de 1397[5].

Le Régistan[modifier | modifier le code]

Le Régistan est entouré de trois médersas :

La médersa d'Ulugh Beg (1417-1420)[modifier | modifier le code]

La médersa d'Ulugh Beg est l'une des plus vastes d'Asie centrale. Ulugh Beg a davantage investi dans l'enseignement que dans la construction de mosquées et de mausolées, à l'inverse de son grand-père Tamerlan. Il y aurait d’ailleurs enseigné l'astronomie, sujet rappelé par les étoiles disposées sur le pishtak du bâtiment. Une inscription calligraphique de style coufique indique que cette magnifique façade est deux fois plus haute que le ciel, et lourde au point que l'échine de la terre en est écrasée. De part et d'autre du portail, deux salles d'études à coupole occupent les angles. La cour intérieure, carrée, est percée de quatre iwans dans le prolongement des axes. Les entrées des cellules des élèves sont disposées sur les deux étages dans la cour, de part et d'autre des iwans. Des minarets sont disposés aux angles des façades. Une mosquée occupe l'espace situé entre les deux salles d'études au fond de la cour[6].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

La médersa Cher-Dor (1619-1635/36)[modifier | modifier le code]

La médersa Cher-Dor (La porte des Lions) a été construite pat Yalangtouch, "en miroir" (koch) de la médersa d'Oulough Beg, antérieure. Elle a pris la place d'un khanaqah édifié auparavant par Oulough Beg. Elle est flanquée de minarets d'angle sur un modèle identique à la medersa d'Oulough Beg. Les dômes élancés de part et d'autre du pishtak permettent de supposer qu'il en était de même, à l'époque, pour son vis-à-vis. L’ensemble du bâtiment s'inspire de la disposition générale de son vis-à-vis mais on n'y retrouve ni la mosquée ni les salles disposées à l'arrière. Le pishtak décoré de mosaïques colorées présente un exemple peu fréquent d'art figuratif dans l'islam, avec des fauves chassant des daims, des disques solaires à visage humain[7].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

La médersa Tilla-Qari (1647-1659/60)[modifier | modifier le code]

La médersa Tilla-Qari (Couverte d'or) est également construite sous Yalangtouch. Elle assure en fait les fonctions de médersa et de mosquée du vendredi pour la ville. La façade extérieure présente la particularité d'offrir, de part et d'autre du pishtak, les deux rangées de cellules avec leurs ouvertures. Tout le côté ouest est occupé par la mosquée, la partie centrale étant formée par une salle à coupole comprenant le mihrab, avec des motifs de kundal (reliefs dorés sur fond bleu, d'où le nom donné à la médersa), des panneaux imitant les tapis, des muqarnas[8].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Le Gour Emir

Le mausolée de Gour Emir[modifier | modifier le code]

Le mausolée de Gour Emir ("le tombeau du souverrain") est édifié par Tamerlan en 1404 après la mort de l'un de ses petits-fils. À cette époque, sur ce site, il existe déjà un ensemble architectural datant du siècle précédent, comportant une medersa et un khanaqah édifiés en vis-à-vis et séparés par une cour carrée à iwans sur les quatre axes, avec un portail sur le troisième côté. Il ne reste aujourd'hui de ce premier ensemble que les fondations.

L'actuel mausolée est construit sur le dernier côté, en face de l'entrée. Il a servi de sépulture à Tamerlan, à ses enfants et petits enfants. Il est coiffé d'un tambour sur lequel repose une coupole avec 64 nervures de briques émaillées. L'intérieur est richement décoré avec notamment la coupole ornée de décors en relief de papier mâché doré.

Le tombeau du prophète Daniel[modifier | modifier le code]

Tombeau du prophète Daniel, la tradition veut que le corps du prophète ait continué à grandir après sa mort, d'où la construction d'un tombeau de plusieurs mètres.

La tombe du prophète Daniel (Doniyor en ouzbek) aurait été ramenée de Perse par Tamerlan.

Églises[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs églises, inscrites au patrimoine, construites à l'époque de l'Empire russe, dont :

L'église Saint-Alexandre-Nevski a été détruite par les autorités soviétiques et une autre église transformée en club militaire (le bâtiment existe toujours)[9].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Samarcande a des ententes de coopération et d'amitié avec :

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.lemondedesreligions.fr/savoir/l-islam-emmure-de-samarcande-18-02-2013-2964_110.php
  2. http://blog.mondediplo.net/2011-02-18-Ainsi-meurt-l-ame-de-Samarcande
  3. Grands-Russes, Russes blancs et Petits-Russes, selon la dénomination de l'époque
  4. Une grande partie des informations sur le site d'Afrāsiab est reprise de l'article Afrāsiab.
  5. Une grande partie des informations sur la mosquée Bibi-Khanym est reprise de l'article Bibi-Khanym.
  6. Voir aussi l'article (en anglais) consacré à cette madrasa sur le site archnet.org.
  7. Voir aussi l'article (en anglais) consacré à cette madrasa sur le site archnet.org.
  8. Voir aussi l'article (en anglais) consacré à cette madrasa sur le site archnet.org.
  9. (ru) Les monuments chrétiens de Samarcande

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Autres utilisations du nom de Samarcande[modifier | modifier le code]