Noël Hallé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hallé.
La justice de Trajan (1765)
Saint François de Sales donnant à sainte Jeanne de Chantal la règle de l'ordre de la Visitation, Église Saint-Louis-en-l'Île, Paris.

Noël Hallé, né le à Paris où il est mort le , est un peintre et graveur français.


Biographie[modifier | modifier le code]

Noël Hallé reçut ses premières leçons de peinture de son père Claude Guy Hallé. Ayant obtenu les principaux prix de l’Académie royale de peinture, il y fut reçu membre. Pensionnaire de l’Académie de Rome dans sa jeunesse, il termina directeur de l’École de Rome. Il était le beau-frère de Jean II Restout et le neveu de Jean Jouvenet. Son fils était le célèbre médecin Jean Noël Hallé.

Il fait toutefois partie des peintres qui furent l’objet des plus vives satires de Diderot. Ainsi, dans son Salon de 1763, il écrit : « Hallé est toujours le pauvre Hallé. Cet homme a la rage de choisir de grands sujets qui demandent de l’invention, des caractères, du dessin, de la noblesse, toutes qualités qui lui manquent. [...] vous êtes d’une fadeur de monotonie insupportable. Vous m’ennuyez, Monsieur Hallé ; vous m’ennuyez. [...] Tout cela est misérable. »

Il compte parmi ses élèves Pierre-Antoine Mongin.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicole Willk-Brocard, Une dynastie, les Hallé : Daniel (1614-1675), Claude-Guy (1652-1736), Noël (1711-1781), Arthéna, 1995