Mithridate Ier de Commagène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mithridate.
Mithridate Ier
Titre
Roi de Commagène
10070 av. J.-C.
Prédécesseur Samès (II)
Successeur Antiochos Ier
Biographie
Date de décès ca.70 av. J.-C.
Père Samès
Mère Pythodoris du Pont (?)
Conjoint Laodicé VII
Enfant(s) Antiochos Ier, Isias Philostorgue

Mithridate Ier Kallinicos de Commagène (mort en 70 av. J.-C. ; en grec grec moderne : Μιθριδάτης Кαλλίνικος) est un roi de Commagène ayant régné de 100 à 70 av. J.-C.

Origine[modifier | modifier le code]

Mithridate Ier de Commagène est le fils de Samès de Commagène et peut-être de la reine Pythodoris, sans doute originaire du Pont. Ce lien dynastique serait à l'origine de son nom iranien de « Mithridate », inusité dans sa dynastie mais très fréquent chez les dynastes du royaume du Pont depuis leur origine et porté particulièrement par son contemporain Mithridate VI.

Règne[modifier | modifier le code]

Le règne de Mithridate Ier est surtout important du fait de son alliance avec la dynastie séleucide finissante et de son union avec la princesse séleucide Laodicé VII Théa Philadelphe, fille d’Antiochos VIII Gryphos et de Cléopâtre Tryphaena, qui fait de lui le beau-frère de pas moins de cinq rois séleucides contemporains : Séleucos VI, Antiochos XI, Philippe Ier, Démétrios III et Antiochos XII[1]. Ce mariage génère en outre une forte hellénisation de la Commagène et permet à Mithridate Ier de s'attribuer les surnoms de « Kallinicos » (« grand vainqueur ») et peut-être également de « Philhellène » et « Philoromaios » (« ami des Grecs et des Romains »).

Cette union permet enfin à son fils Antiochos Ier de revendiquer une illustre ascendance supplémentaire, séleucide.

Postérité[modifier | modifier le code]

De son union avec Laodicé VII sont nés :

  • Antiochos Ier ;
  • et peut-être Isias Philostorgue, sœur-épouse d'Antiochos Ier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cyrille Toumanoff, Les dynasties de la Caucasie chrétienne de l'Antiquité jusqu'au XIXe siècle : Tables généalogiques et chronologiques, Rome,‎ 1990, p. 397.

Bibliographie[modifier | modifier le code]