Euthydème Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Euthydème.
Tétradrachme d'Euthydème. L'inscription en grec ΒΑΣΙΛΕΩΣ ΕΥΘΥΔΗΜΟΥ signifie « par le roi Euthydème »

Euthydème Ier ou Euthydemos ou Euthydmus (en grec : Εὐθύδημος Α΄) est un souverain gréco-bactrien qui règne de 223 av. J.-C. à 200 av. J.-C. ou 195 av. J.-C.. C'est un Grec de Magnésie[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il prend le pouvoir en renversant Diodote II et commence sa propre dynastie dite dynastie euthydèmide. Euthydème Ier étend son royaume à partir de la Sogdiane, dont il était l'ancien satrape, allant au-delà de la ville d'Alexandrie Eskhaté, fondée par Alexandre le Grand (-336/-323), en Ferghana (ou Fergana, en Ouzbékistan). Il reprend ainsi aux Mauryas qui dirigeaient l’Inde, les anciennes satrapies achéménides situées au sud de l’Hindū-Kūsh. On sait peu de choses de son règne jusqu'en -208 où il est attaqué par le roi séleucide Antiochos III Mégas (-223/-187) qui envahit la Bactriane. Bien qu'il commande une armée de 10 000 cavaliers, Euthydème Ier perd la bataille sur la rivière Hari (Arios ou Areios en Grec) en Arie et doit se retirer.

Il résiste ensuite avec succès à trois ans de siège dans sa ville fortifiée de Bactres, ce qui contraint Antiochos III à finalement le reconnaître comme dirigeant. Afin de sceller une alliance, en -206, Antiochos III offre une de ses filles en mariage au fils d'Euthydème Ier, Démétrios Ier. Il est aussi dit par les auteurs antiques qu'Euthydème Ier négocia la paix avec Antiochos III en lui prouvant qu'il pouvait constituer une protection grâce à ses défenses contre l'invasion éventuelle de l'Asie centrale par les nomades. Après le départ de l'armée séleucide, le royaume de Bactriane semble s'être encore élargi. À l'ouest, il semble avoir contrôlé la partie du nord-est de l'Iran qui appartenait aux Parthes auparavant, ceux-ci ayant été pour un temps défaits par Antiochos III.

Au nord, Euthydème Ier, déjà en possession de la région du Ferghana, mène des expéditions dans le Kashgar (ou Kachgar ou Kashi ou Turkestan chinois) et sur Ürümqi (aujourd'hui la capitale de la région autonome du Xinjiang, au nord-ouest de la Chine) ce qui conduit aux premiers contacts entre la Chine et l'Occident. Strabon écrit : « Ils (les Bactriens) ont étendu leur empire, même en ce qui concerne le pays des Seres (chinois) et la Phryni »[2]. Ces faits seraient confirmés par la découverte au nord du Tien Shan, à la porte de la Chine, de plusieurs statuettes représentant des soldats grecs. Elles sont aujourd'hui exposées au musée du Xinjiang à Ürümqi.

La numismatique suggère également que certains échanges de technologies ont eu lieu à ces occasions. Les Gréco-bactriens ont été les premiers à utiliser le cupronickel (alliage de cuivre et de nickel) pour leur monnaie, technologie connue par les Chinois de cette époque sous le nom de « cuivre blanc » (certaines armes des royaumes combattants étaient en cuivre et nickel). L'exportation des métaux chinois, en particulier le fer, est attestée autour de cette période. La mort d'Euthydème Ier a eu lieu entre 200 et 195 av. J.-C. et les dernières années de son règne ont sans doute vu le début de l'invasion de l'Inde. Son fils Démétrios Ier lui succède. Il existe de nombreuses pièces de monnaie d'Euthydème Ier le représentant à différents âges de sa vie, jeune, d'âge moyen et à la fin de sa vie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Polybe, Histoire , livre XI chap. 34 v. 1
  2. Strabon, XI.XI.I [10]