Culte héroïque grec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le culte héroïque dans la Grèce antique. Pour les autres cultures, voir Culte héroïque.
Culte d'Œdipe sur une amphore pseudo-panathénaïque lucanienne, v. 380-370 av. J.-C., musée du Louvre (CA 308)

Le culte héroïque est, en Grèce antique, le culte rendu par une communauté plus ou moins importante à un mort fameux ayant vécu dans un passé généralement légendaire et ayant apporté des bienfaits à cette communauté[1], par exemple comme fondateur de la cité, comme héros civilisateur ou comme guerrier. Il existait de multiples cultes rendus à des héros, mais aussi à des héroïnes[2].

Caractéristiques des cultes héroïques[modifier | modifier le code]

Un héros est vénéré à l'emplacement de sa tombe (réelle ou supposée). Le sanctuaire d'un héros est appelé hérôon, tandis que le sanctuaire d'une divinité est appelé hiéron[1]. De très nombreux héros ne sont connus et honorés que dans de petites communautés, villages ou régions : c'est par exemple le cas des héros éponymes des tribus et des dèmes à Athènes à l'époque classique. Seuls quelques héros sont honorés dans toute la Grèce, le plus fameux étant Héraclès : on parle alors de culte panhellénique. Entre ces deux extrêmes, de nombreux héros légendaires comme Achille ou Ménélas ont reçu un culte héroïque, de même que des fondateurs de cités[3], comme Thésée ou encore ÉrichthoniosAthènes). Le hérôon est un sanctuaire privé ou improvisé en hommage à un héros ou un dieu ; dans les Caractères, Théophraste explique, dépeint un superstitieux[4] par une personne qui construit un petit sanctuaire, un hérôon après avoir reconnu un signe divin de la part de Sabazios.

Les spécialistes de la religion grecque antique ont longtemps considéré que les cultes rendus aux héros différaient nettement, par leurs modalités, des cultes rendus aux divinités ; de la même façon, on a d'abord interprété les cultes héroïques comme des cultes chtoniens, c'est-à-dire liés à la terre (de même qu'il existe des divinités grecques chtoniennes). Par la suite, plusieurs études ont montré que le culte des héros a souvent recours aux mêmes rites, cérémonies et célébrations que le culte des divinités[1],[5]. De même, les héros sont invoqués dans les prières comme des puissances divines sur le même plan que les autres, afin de rendre des oracles, d'apporter la guérison, de protéger la communauté, de punir les criminels, etc.

Histoire du développement des cultes héroïques[modifier | modifier le code]

D'un point de vue historique, le culte héroïque est attesté dès les siècles dits « obscurs » et se développe au VIIIe siècle : les tombes mycéniennes reçoivent des offrandes de vases ou de statuettes en terre cuite, généralement les bras levés au ciel, peut-être en signe d'apothéose. Elles deviennent également le théâtre de sacrifices. Au même moment, les épopées homériques se diffusent. Les céramiques prouvent que les potiers-décorateurs connaissaient bien le cycle troyen.

Cependant, le « culte des tombes » ne se réduit pas aux héros connus de la mythologie grecque : des tessons portent des inscriptions « au héros », sans le nommer. Le culte rendu dans les tombes mycéniennes est toujours anonyme. De plus, ce culte se développe principalement dans les cités-États : il reste inconnu en Crète ou en Thessalie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Bruit Zaidman et Schmitt Pantel (2003), p. 142.
  2. J. Larson (1995).
  3. appelés oikistes
  4. Le mot grec deisdemonia, traduit par « superstitieux », a un sens plus clair, se rapprochant du Toc selon Lacan
  5. Ekroth (2002), p. 21 : « Il est clair d'après les preuves apportées par les sources antiques que, bien souvent, il n'était fait aucune séparation nette entre les divinités appelées héros et celles appelées theoi, et un héros pouvait parfois être appelé un dieu (theos) ou devenir un dieu de manière permanente. » (« It is clear from ancient evidence that often no sharp line was drawn between the divinities called heroes and those called theoi and a hero could sometimes be called a god (theos) or become a god permanently. »)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Carla Antonaccio, An Archæology of Ancestors. Tomb Cult and Hero Cult in Early Greece, Rowman & Littlefield, Londres, 1993 ;
  • (it) A. Brelich, Gli eroi greci. Un problema storico-religioso, Rome, 1958.
  • (fr) Louise Bruit Zaidman et Pauline Schmitt Pantel, La Religion grecque dans les cités à l'époque classique, Armand Colin, 1991 (réédition consultée : 2003).
  • (en) Gunnel Ekroth, The Sacrificial Rituals of Greek Hero-Cults in the Archaic to the early Hellenistic periods, in Kernos, supplément, n°12, Liège, Centre International d'Étude de la Religion Grecque Antique, 2002. Compte rendu dans la Bryn Mawr Classical Review.
  • (en) J. Larson, Greek Heroine Cults, Madison, University of Wisconsin Press, 1995.
  • (en) Emily Kearns, Heroes of Attica, bulletin du Institute of Classical Studies, University of London, n° 57, 1989.
  • (fr) Vinciane Pirenne-Delforge et Emilio Suárez de la Torre, Héros et héroïnes dans les mythes et les cultes grecs, Kernos Supplément n°10, Liège, Centre International d'Étude de la Religion Grecque Antique, 2000.
  • Jean-Claude Poursat, La Grèce préclassique, des origines à la fin du VIe siècle, Nouvelle histoire de l'Antiquité, vol. 1, Seuil, coll. « Points Histoire », 1995.
  • (en) Anthony Snodgrass, “The archaeology of the hero”, Annali di Archeologia e Storia Antica 10, 1988, 19-26.

Articles connexes[modifier | modifier le code]