Empire Maurya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Empire Maurya
मौर्य राजवंश (hi)

vers -322 – vers -180

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Le territoire maurya vers -265

Informations générales
Statut Monarchie absolue
Capitale Pataliputra
Religion Brahmanisme, Bouddhisme, Jaïnisme, Ajivika
Histoire et événements
vers -322 Union de l'Inde sous l'empire maurya, après les conquêtes d'Alexandre le Grand
-274 - -232 Règne d'Ashoka, extension maximale de l'Empire
-180 Les Shunga renversent les Maurya
Rois
(1er) v. -322 - -300 Chandragupta Maurya
(Der) -187 - -180 Brihadratha

Entités précédentes :

Entités suivantes :

monnaie maurya

Les Maurya sont une dynastie hindoue fondée par Chandragupta Maurya[1] dans l'année qui a suivi la retraite d'Alexandre le Grand d'Inde. En effet, l'incursion grecque avait mis en évidence la nécessité d'un État unifié pour faire face à une éventuelle invasion depuis les marches occidentales. Les Maurya formèrent le premier grand empire de l'Inde et régnèrent ainsi sur une grande partie du sous-continent jusqu'en -187, date à laquelle ils disparaîtront au profit de la dynastie Shunga.

Les Maurya dirigeaient leur empire depuis le Magadha, l'actuel Bihar, avec pour capitale Pataliputra, qui deviendra la ville contemporaine de Patna.

La dynastie Maurya[modifier | modifier le code]

De la dynastie Maurya, on connaît surtout les trois premiers souverains (les dates sont approximatives) :

Les successeurs de ces souverains sont quasiment inconnus, en particulier nous connaissons mal les dates qui leur correspondent :

  • Dsharatha, -232 à vers -224
  • Sampatri, -224 à -215
  • Shalishuka, -215 à -202
  • Devavarman, -202 à -195
  • Shatadhanvan, -195 à -187
  • Brihadratha, -187 à -180

Kautilya, le premier ministre de Chandragupta Maurya rassembla, dans son ouvrage Arthashâstra, des principes de gouvernement qui ont servi de guide aux gouvernements indiens pendant 2 000 ans

L'Empire Maurya[modifier | modifier le code]

L'économie, dans tous ses aspects importants, était sous le contrôle de l'Etat, les mines, les forêts, les grandes fermes, les munitions, et les fabriques étaient sa propriété. Le peuple était divisé en sept groupes endogames : les « philosophes », les paysans, les bergers, les commerçants, les soldats, les fonctionnaires du gouvernement, et les conseillers.

L'armée se composait des quatre forces indiennes traditionnelles : les troupes montées sur des éléphants, sur des chars, la cavalerie, équipée de lances mais sans mors ni selles, et l'infanterie, armée d’un grand arc ou de javelots et d’une épée large à deux mains, et elle comptait un grand nombre de soldats, on considère d'après les sources disponibles que les forces de Chandragupta s'élevaient à 600 000 hommes. Bien payés, les soldats jouissent de faveurs particulières, comme les ingénieurs des mines.

La vie religieuse de l'empire était caractérisée par son pluralisme. Le brahmanisme, la forme primitive de l'hindouisme, le bouddhisme, le jaïnisme, les Ajîvika et autres mendiants itinérants semblent avoir coexisté pacifiquement. La politique religieuse générale des Maurya était d'encourager la tolérance.

De nos jours, on considère l'empire de Maurya comme un âge d'or de l'histoire indienne, un moment où le pays était uni et indépendant.

L'administration Maurya[modifier | modifier le code]

L'empire Maurya sous le règne d'Ashoka

L'Empire Maurya fut le premier état de grande taille, avec une administration centralisée, de l'Inde. Le pays était bien gouverné, mêlant une autocratie modérée à la tête de l'état et une certaine démocratie au niveau local, dans les villes et les villages. Mégasthène, ambassadeur grec à la cour de Chandragupta Maurya à Pataliputra, fait état de son admiration pour l'administration efficace de l'empire et la prospérité des villes indiennes. Il y décrit la qualité de l'agriculture, l'abondance de l'eau et des matières premières, indique que « les indiens s'habillent de couleurs brillantes et riches, et usent libéralement de bijoux et de pierres précieuses ». Il rapporte aussi la division de la société d'après la profession, le grand nombre de sectes religieuses et d'étrangers dans l'empire.

L’administration de l’Empire Maurya s’appuie sur une bureaucratie très centralisée. Presque tous les aspects de la vie font l’objet de taxes (les terres, l’eau, les maisons de jeu, les péages). Il existe des amendes pour tous les délits mineurs. Le système fonctionne sous l’étroit contrôle de l’État. Les fonctionnaires font l’objet d’une surveillance sévère pour éviter la déloyauté et les détournements de fonds, grâce à l’aide d’un réseau d’agents secrets mis en place par Chandragupta. Cette société ne connaît pas l’esclavage, même si les prisonniers doivent souvent purger leur peine aux champs dans des conditions de travail proches de la servitude, et si les domestiques et les paysans shudra sont traités durement.

Références[modifier | modifier le code]

  1. The A to Z of Hinduism par B.M. Sullivan publié par Vision Books, page 133, ISBN 8170945216

Bibliographie générale[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Marilia Albanese, L'Inde ancienne, Paris, Éditions Gründ,‎ 2001, 295 p. (ISBN 2-7000-2155-X)
  • M. Angot, L'Inde classique, Paris,‎ 2001
  • (en) B. Avari, India: The Ancient Past, A history of the Indian sub-continent from c. 7000 BC to AD 1200, Londres,‎ 2007
  • (en) R. Thapar, Early India: From the Origins to AD 1300, Londres,‎ 2002