Luis Ocaña

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ocaña.
Luis Ocaña
Image illustrative de l'article Luis Ocaña
Luis Ocaña lors du Tour de France 1973.
Informations
Nom Luis Ocaña
Nom de naissance Jesús Luis Ocaña Pernía
Date de naissance
Priego
Date de décès (à 48 ans)
Mont-de-Marsan
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Spécialité Grimpeur
Équipes professionnelles
1968
1969
1970-1974
1975-1976
1977
Fagor - Fargas
Fagor
Bic
Super Ser
Frisol - Thirion - Gazelle
Principales victoires
Championnats

MaillotEspaña.PNG Champion d'Espagne sur route 1968 et 1972
2 grands tours
Leader du classement général Tour de France 1973
Leader du classement général Tour d'Espagne 1970
1 classement annexe de grands tours
Leader du classement de la montagne Grand Prix de la montagne du Tour d'Espagne : 1969
15 étapes de grands tours
Tour de France (9 étapes)
Tour d'Espagne (6 étapes)
Courses à étapes
Critérium du Dauphiné libéré 1970, 1972 et 1973
Tour de Catalogne 1971
Tour du Pays basque 1971 et 1973
Autre compétition

Grand Prix des Nations 1971

Jesús Luis Ocaña Pernía (né le à Priego, Espagne – mort le à Nogaro) était un coureur cycliste espagnol.

Biographie[modifier | modifier le code]

Natif d'Espagne, la famille de Luis Ocana immigra[style à revoir] en France lorsqu’il avait douze ans dans la ville de Mont-de-Marsan, dans les Landes. Luis Ocaña réside depuis l'enfance en France (1957), dans le Sud-Ouest. C'est au club de Mont-de-Marsan qu'il découvre les joies du cyclisme. Malgré de bons résultats en amateur et en tant qu'indépendant chez les professionnels, aucune équipe française ne veut le faire signer. Il répond alors aux sollicitations d'une équipe espagnole, Fagor, qui lui impose de conserver sa nationalité (sportive) espagnole (1968). Multipliant les bons résultats pour Fagor, il rejoint ensuite rapidement la formation française Bic (1970).

Il fut le grand rival d'Eddy Merckx, notamment lors du Tour de France 1971, où il réussit, pour la première fois sur le Tour, à mettre le Belge en difficulté. Luis gagne tout d'abord à Orcières-Merlette: ce jour-là, sur une étape courte et montagneuse, il s'échappa avec Joaquim Agostinho, Lucien Van Impe et Joop Zoetemelk ; forçant l'allure, il fit une chevauchée solitaire qui l'amena avec plus de 8 minutes d'avance sur Eddy Merckx, lequel avait repris tout le monde dans son sillage ; seul Lucien Van Impe avait pu s'intercaler à 5 minutes.

L'étape suivante, Merckx, revanchard, provoque une échappée dès la ligne de départ pour amener ses équipiers à Marseille avec 1 h 30 d'avance sur l'horaire le plus optimiste, réussissant à reprendre ainsi un peu de temps à Luis Ocaña. Le duel prendra fin, de façon dramatique, dans la descente du col de Menté, effectuée sous un orage dantesque. Victime d'une chute puis percuté par Zoetemelk, Ocaña est contraint à l'abandon alors qu'il possédait toujours une avance importante au classement général. « Un jour de juillet, le maillot jaune m'est entré dans la peau » écrira-t-il plus tard.

Antoine Blondin, dans les colonnes de L'Équipe, écrira à propos de cet évènement : « Luis Ocaña n’était peut-être pas intrinsèquement le meilleur de la course, mais il en était le soleil »[1].

Il remporte finalement le Tour de France en 1973 avec 6 victoires d'étape et plus d'un quart d'heure d'avance sur Bernard Thévenet, deuxième. Mais Eddy Merckx n'était pas au départ cette année-là. Luis compte 110 victoires professionnelles au total, de nombreuses courses par étapes.

Sa carrière de coureur achevée, il fut directeur sportif de la formation nationale espagnole, et se reconvertit en exploitant agricole à Caupenne-d'Armagnac dans le Gers. Il est atteint d'une hépatite C suite à une transfusion sanguine, hépatite conduisant ensuite à un cancer du foie. Se sachant condamné à brève échéance, il se suicide par arme à feu à son domicile du Gers le . Le journal L'Équipe titre alors : « La mort d'un seigneur »[2].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

  • 1966
    • Tour de la Bidassoa :
      • Classement général
      • 3e étape
    • 1 étape du Tour du Roussillon amateur
    • 1 étape du Tour du Gard
    • 2e du Tour du Roussillon amateur

Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

  • 1969 : abandon à la 8e étape b
  • 1970 : 31e et vainqueur de la 17e étape
  • 1971 : abandon à la 14e étape, vainqueur des 8e et 11e étapes et Jersey yellow.svg porteur du maillot jaune pendant 3 étapes
  • 1972 : abandon à la 15e étape
  • 1973 : Jersey yellow.svg Vainqueur du classement général, Jersey red number.svg du prix de la combativité et des 7ea, 8e, 12ea (contre-la-montre), 13e, 18e et 20ea (contre-la-montre) étapes et Jersey yellow.svg porteur du maillot jaune pendant 18 étapes
  • 1975 : abandon à la 13e étape
  • 1976 : 14e
  • 1977 : 25e

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

  • 1968 : abandon à la 12e étape
  • 1969 : 2e, vainqueur du Jersey green.svg classement de la montagne, des 1rea (contre-la-montre), 16e (contre-la-montre) et 18eb (contre-la-montre) et porteur du maillot or pendant 1 étape
  • 1970 : Jersey gold.svg Vainqueur du classement général, vainqueur de 2 étapes et Jersey gold.svg porteur du maillot or pendant 5 étapes
  • 1971 : 3e, vainqueur de la 12e étape
  • 1973 : 2e
  • 1974 : 4e
  • 1975 : 4e
  • 1976 : 2e
  • 1977 : 22e

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Équipe, édition du 13 juillet 1971,
    cité également dans La Véridique Histoire de Luis Ocaña de Jean-Paul Ollivier
  2. « Une de L'Équipe du 19 mai 1994 », sur lequipe.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :