Óscar Pereiro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pereiro Sio est un nom espagnol. Le premier nom de famille, paternel, est Pereiro ; le second, maternel, parfois omis, est Sio.
Óscar Pereiro Sío
Image illustrative de l'article Óscar Pereiro
Óscar Pereiro lors du Tour de France 2011
Informations
Nom Pereiro Sío
Prénom Óscar
Date de naissance 3 août 1977 (1977-08-03) (36 ans)
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Spécialité Courses à étapes
Baroudeur
Équipe professionnelle
2000-2001
2002-2005
2006-2009
2010
Porta da Ravessa
Phonak
Caisse d'Épargne
Astana
Principales victoires
1 grand tour

Jersey yellow.svg Tour de France 2006
1 étape de grand tour
Tour de France (1 étape)
Classique

Classique des Alpes 2004

Óscar Pereiro Sío (né le 3 août 1977 à Mos province de Pontevedra, en Galice) est un coureur cycliste espagnol, professionnel de 2000 à 2010. Spécialisé dans les courses montagneuses, Óscar Pereiro compte 7 victoires dans sa carrière dont un succès final attribué a posteriori sur le Tour de France 2006 marqué par plusieurs affaires de dopage.

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Il est professionnel depuis l'an 2000 ayant commencé sa carrière dans l'équipe portugaise Porta da Ravessa, où il remporte la 3e étape du GP Regiao Lisboa e Vale do Tejo et une étape de la semaine catalane avant de rejoindre en 2002 l'équipe cycliste Phonak, chez qui il restera jusqu'en 2005. Il remportera sous ce maillot notamment la Classique des Alpes 2004 et une étape du Tour de France 2005 qu'il termine à la dixième place. Óscar Pereiro rejoint en 2006 l'équipe espagnole Caisse d'épargne - Iles Baléares. Après un début de saison discret, il prend le départ du Tour en tant que lieutenant d'Alejandro Valverde. Celui-ci chute et abandonne lors de la troisième étape, laissant le rôle de leader à son coéquipier, qui va alors réaliser le Tour de sa vie.

Victoire sur le Tour de France 2006[modifier | modifier le code]

Après avoir complètement craqué dans la première étape de montagne, se retrouvant à près de 29 minutes de Floyd Landis au général, Óscar Pereiro se glisse dans l'échappée de la 13e étape, arrivant à Montélimar. Cette étape, la plus longue de l'épreuve, permet aux fuyards de rallier l'arrivée avec trente minutes d'avance sur le peloton, et à Óscar Pereiro de prendre le maillot jaune pour 1 min 29 s, maillot qu'il perd deux jours plus tard à l'Alpe d'Huez, de nouveau au profit de Landis. Son retard n'est alors que de 10 secondes, ce qui laisse le Tour très ouvert. L'étape de La Toussuire, le lendemain, reste dans les mémoires, Landis subissant une terrible défaillance dans la montée finale. Pereiro reprend alors le maillot jaune avec cette fois 8 min 08 s d'avance sur l'Américain, qui semble hors course pour la victoire.

Mais celui-ci réalise une impressionnante chevauchée le lendemain, vers Morzine, où Pereiro sauve sa tunique pour 12 secondes sur Carlos Sastre et 30 sur Landis, de nouveau candidat à la victoire finale. L'Américain, comme prévu, récupére le maillot jaune à l'issue du contre-la-montre de Montceau-les-Mines et Pereiro semble échouer à la deuxième place de ce Tour extrêmement indécis. Néanmoins, quelques jours après sa victoire, Landis est déclaré positif à la testostérone au contrôle antidopage de l'étape de Morzine. Pereiro est ensuite déclaré vainqueur du Tour de France 2006, le [1]. Il reçoit son maillot jaune le [2].

Chute sur le Tour de France 2008 puis fin de carrière[modifier | modifier le code]

Lors de la 15e étape du Tour de France 2008, il chute dans la descente du col Agnel, en Italie. Il heurte le parapet et tombe de plusieurs mètres sur la route en contrebas. Souffrant d'une fracture de l'humérus gauche, il abandonne la course[3].

En 2009, il abandonne sur le Tour de France à cause d'une fatigue généralisée, il pense sérieusement à mettre un terme à sa carrière.

Il signe chez Astana pour la saison 2010 et annonce après sa non-sélection pour le Tour de France qu'il s'agit de son ultime saison dans les pelotons professionnels.

Après seulement une année passée chez Astana, il décide de prendre sa retraite sportive à la fin de la saison 2010[4].

Autres sports[modifier | modifier le code]

Il signe dans un club de football de troisième division espagnole, le Coruxo FC, où il envisage de jouer avec l'équipe B en deuxième division régionale et de s'entraîner avec l'équipe première quelques jours par semaine[5]. Il fait ses débuts au poste d’ailier gauche le 19 décembre 2010 en jouant 24 minutes[6]. Il joue un autre match dans la saison durant lequel il marque deux buts[7].

Il débute également une carrière en rallye en étant copilote de Luis Penido en septembre 2011 au rallye de San Froilán, course du championnat de Galice des rallyes[8].

Affaires de dopage[modifier | modifier le code]

Les 2 contrôles positifs au salbutamol sur le Tour de France 2006[modifier | modifier le code]

Le , le quotidien Le Monde révèle qu'Óscar Pereiro a été contrôlé deux fois positifs au salbutamol lors des étapes de Gap et de La Toussuire Les Sybelles sur le Tour de France 2006. À chaque fois, il s'est justifié en présentant une Autorisation à usage thérapeutique (AUT) délivrée par l'UCI. Le salbutamol est utilisé pour le traitement de l'asthme. L'agence française de lutte contre le dopage (AFLD) souhaite maintenant obtenir le dossier médical du coureur espagnol pour vérifier qu'il souffre bien d'une maladie justifiant l'usage du salbutamol. Or, jusqu'au , Pereiro n'avait fourni aucun élément[9],[10]. Le lendemain, le , l'AFLD reçoit par fax les justificatifs médicaux du coureur[11]. Le , l'AFLD déclara le cas de Pereiro clos, l'espagnol ayant soumis assez de documents pour expliquer sa consommation de salbutamol[12].

L'Affaire Puerto[modifier | modifier le code]

En mai 2007, Pereiro porte plainte contre le quotidien italien Il Giornale qui n'avait pas hésité à publier la relation Urco/Pereiro (Urco est le n°9 de l'Affaire Puerto) affirmant que le chien de l'ancien vainqueur du Tour s'appelait Urco[13]. Il nie les faits et refuse de se soumettre à un test ADN[14]. Le , il est mis hors de cause de l'Affaire Puerto. D'après les investigations de l'Opération Galgo, les poches de sang n°9 du Dr. Fuentes appartiendraient à l'athlète, Marta Domínguez : son numéro de téléphone aurait été associé au pseudonyme Urco[13].

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • 2001
    • 3e étape du GP Regiao Lisboa e Vale do Tejo

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

  • 2004 : 10e du classement général
  • 2005 : 10e du classement général, vainqueur de la 16e étape (Pau)
  • 2006 : Jersey yellow.svg Vainqueur du classement général (suite au déclassement de Floyd Landis pour dopage)
  • 2007 : 10e du classement général
  • 2008 : abandon (15e étape)
  • 2009 : abandon (8e étape)

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Oscar Pereiro vainqueur du Tour de France 2006, UCI, 21 septembre 2007
  2. Pereiro enfin vainqueur
  3. « Fracture de l'humérus pour Pereiro Sio », Sports.fr, 21 juillet 2008
  4. « Pereiro en a terminé avec le cyclisme  », Velochrono.fr, 5 octobre 2010
  5. (es) « Oscar Pereiro ficha por el Coruxo F.C. (Ampliación) », sur biciciclismo.com,‎ 10 décembre 2010 (consulté le 11 décembre 2010)
  6. (es) Lino Blanco, « Oscar Pereiro hizo su debut con el filial del Coruxo », sur marca.com,‎ 19 décembre 2010
  7. (en) « Tour de France news shorts », sur cyclingnews.com,‎ 7 juillet 20111
  8. (es) « Óscar Pereiro será copiloto en el rally de San Froilán », sur as.com,‎ 24 août 2011
  9. TDF - «Pereiro devra prouver son innocence»
  10. Pereiro aurait été contrôlé positif
  11. Pereiro a faxé ses justificatifs
  12. Le dossier Pereiro classé
  13. a et b Cyclisme - 4/1/2011 - Puerto, dopage, Rodriguez, Bernaudeau, Halleguen, Rasch
  14. Où en est Pereiro?

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :